Actions

Work Header

La soeur du seigneur sans coeur et autres contes

Chapter Text

Moi : Bonjour, les persos de Bleach !

Orihime : Bonjour !

Ichigo : Tu es qui, toi ?

Moi : Hum... Je suis une de vos fans !

Isshin : Oh, tu viens pour admirer notre prestance !

Rukia : *air méprisant* Sottises ! Quelles sont tes véritables intentions, paysanne ?

Moi : En fait... Je suis venue écrire une fic conte de fées à la noix !

Keigo : Quoi ça ?

Moi : Eh bien, il s'agit de vous faire jouer dans un conte de fées.

Tous les persos de Bleach : *consternation*

Orihime : Je veux bien être la princesse !

Tatsuki : Ne l'écoute pas ! Elle essaie de nous embobiner ! *les mains sur les hanches* Et pourquoi nous ?

Moi : Je suis investie d'une mission sacrée par ma petite soeur, elle veut un conte de fées à la noix sur Bleach.

Ichigo : C'est une raison, ça ?

Moi : Je suis sure que tu es capable de comprendre l'amour fraternel profond qui m'y pousse !

Ichigo : *pas convaincu* Mouais.

Moi : Et de toute facon, c'est moi qui écris, et vous n'avez aucun moyen de vous défendre, bwahaha !

Ishida : *remontant ses lunettes* Eh bien, techniquement...

Moi : Quoi ?

Ishida : Nous appartenons à Tite Kubo et nous pourrions lui demander de te faire un procès pour usage de personnages qui ne t'appartiennent pas. *sourire diabolique*

Rukia : Sot, tu sais bien qu'il se moque complètement des droits d'auteurs et qu'il nous abandonnera aux mains de cette psychopathe.

Karin : Il valait mieux ne pas le dire, il aurait peut-être pu la faire changer d'avis.

Moi : Jamais ! Vous ne savez donc pas que j'ai déjà écrit des contes de fées à la noix ? Que je suis un vétéran de la transgression de droits d'auteur ? Je m'en tire en précisant que les personnages ne m'appartiennent pas et en demandant des excuses à M. Tite Kubo !

Mizuiro : Elle est démoniaque !

Moi : Silence tout le monde. Je vais maintenant commencer... la REPARTITION DES ROLES !

Yuzu : J'ai peur !

Moi : Dans le rôle du courageux héros, nous avons Ichigo Kurosaki !

Ichigo : Mouais...

Moi : Dans le rôle de son père, nous avons Isshin Kurosaki.

Isshin : Tada !

Moi : Il aura trois petites soeurs : l'aînée sera Orihime...

Orihime : Je suis la soeur d'Ichigo ?

Moi : Je présente mes excuses à tous les fans du couple Orihime/Ichigo, mais j'ai trouvé que ça allait bien comme ça.

Orihime : Si c'est pour le conte, ça me va aussi ! J'espère qu'il y aura des bonnes fées, des dragons, des chats qui parlent, et des patates qui dansent !

Moi : Euh... peut-être pas tout à la fois, désolée. Les deux autres soeurs seront Karin et Yuzu, auxquelles je vais rajouter trois ou quatre ans pour l'occasion.

Yuzu : Pourquoi ?

Moi : Parce que je vais vous marier. N'avez-vous pas compris que nous sommes dans un conte de fées ?

Karin : J'ai vraiment peur.

Yuzu : Toi, grande soeur ?

Karin : Juste que ça soit très mauvais.

Yuzu : *hoche la tête*

Moi : *bas* Vous pouvez. *haut* Il est temps maintenant de présenter les diverses créatures surnaturelles qui peuplent cette histoire. Dans le rôle du roi des aigles, nous aurons Ishida. Chad jouera le roi des béliers, et Tatsuki la reine des dragons d'eau.

Ishida : Des aigles ?

Chad : Des béliers ?

Tatsuki : Des dragons d'eau ?

Moi : Tout cela a été décidé après mure reflexion sur vos personnalités respectives, et après moult gagatage sur les petits SD du manga où Orihime et Tatsuki sont représentées en princesse et dragon (et si j'avais suivi le conte d'origine, ça aurait été des poissons, alors...)

Tatsuki : *résignée* En effet, je ne m'en tire pas trop mal.

Moi : Keigo et Mizuiro joueront deux gnomes.

Keigo, Mizuiro : Des gnomes !

Moi : Hum, si vous voulez, je peux remplacer les rôles par ceux de deux ploucs louzeurs !

Keigo : *très satisfait à l'idée d'être un louzeur* Un peu, que je veux !

Mizuiro : *raisonnablement satisfait à l'idée de ne pas être un gnome* Je suis.

Moi : Adjugé vendu. Byakuya jouera le role d'un seigneur sans coeur.

Byakuya : "Les larmes ne sont rien d'autre que la défaite du corps contre le coeur. Elles constituent la preuve que garder un coeur ne sert à rien d'autre qu'à s'affaiblir."

Moi : Mais bien sûr ^^;; Et Rukia jouera, évidemment, sa petite soeur.

Rukia : Seigneur, délivrez-moi de ma famille !

Moi : Plus tard, plus tard. Et maintenant que j'ai fini la répartition des rôles, vous pouvez commencer !


Moi : Il était une fois une famille de pauvres paysans. La mère était morte, et le père élevait seul son fils aîné et ses trois filles. Leur situation s'aggrava encore quand le fils dut partir faire son service militaire.

Isshin : *s'accroche a sa jambe* Mon fiiiils ! Ne pars pas ! Qu'allons-nous devenir sans toi ?

Ichigo : *le repousse avec le pied sur son front* Je suis forcé d'y aller, alors occupe-toi bien de mes soeurs pendant cette année, au lieu de gémir !

Yuzu : Prends soin de toi, grand frère !

Karin : Ne te fais pas tuer !

Orihime : Tu nous raconteras tes exploits au retour !

Moi : Mais malgré les efforts du père et des filles, ce fut une mauvaise année. L'hiver fut très rude, la disette frappa. Le père revendit sa collection de sifflets, mais même ainsi, il arriva un moment ou il ne put plus nourrir ses enfants. Ils étaient en train d'observer sombrement leur repas du soir constitué d'une unique patate douce sans beurre quand on frappa à la porte.

Tatsuki : *enveloppée dans une grande cape qui lui donne un air sinistre* Bonjour, vieil homme.

Isshin : Vieil homme ! Mais je suis encore dans toute la fleur de mon jeune âge !

Tatsuki : *l'ignorant* Je suis le seigneur des dragons et j'ai l'intention de prendre une épouse. Si tu me donnes ta si jolie fille aînée, je t'offrirai une brouette de pièces de cuivre !

Isshin : *prenant la pose* Crois-tu que je donnerais la chair de ma chair contre du vil métal ? Sors d'ici !

Tatsuki : Très bien. Si tu changes d'avis, vieil homme, que ta fille vienne me retrouver demain soir, à la même heure, sous le vieux chêne près de la rivière.

Moi : Le soir, dans leur chambre, les soeurs discutèrent de ce qui était arrivé.

Karin : Il était sérieux, ce gros lourd ?

Yuzu : Je ne veux pas que tu épouses un étranger et que tu partes !

Orihime : En même temps, c'est vrai que nous aurions bien besoin d'une brouette de pièces de cuivre. A quoi servira que je reste ici si c'est pour mourir de faim ?

Karin : Tu as l'intention d'y aller ? Ne me dis pas qu'il te plait !

Yuzu : Papa ne voudra jamais !

Orihime : C'est pour ca que je comptais y aller en cachette. Vous lui direz pourquoi je l'ai fait ? Et puis, il ne me déplait pas...

Yuzu : D'accord, je lui dirai.

Karin : Et moi, j'y vais avec toi, et s'il plaisante à propos des pièces ou du seigneur des dragons, il trouvera à qui parler !

Moi : Le lendemain soir, les deux soeurs aînées se rendirent sous le vieux chêne. Dans la rivière les attendait l'inconnu de la veille, perché sur un dragon majestueux.

Tatsuki : Je vous attendais.

Orihime : Oooooh ! Un vrai dragon !

Karin : *bas* Même moi je suis impressionnée mais plutôt crever que de l'avouer.

Moi : Une brouette de pièces de cuivre apparut alors devant leurs yeux. Orihime monta sur le dragon, et fit de grands signes d'adieu à sa soeur, qui resta figée d'incrédulité presque deux secondes, avant de se demander comment diable elle pourrait ramener une brouette aussi lourde. Pendant ce temps...

Isshin : Alors tu as laissé partir tes soeurs ! Comment as-tu pu *s'effondre en larmes*

Yuzu : Papa, tu aurais préféré qu'on meure toutes de faim ?

Isshin : Oui ! Plutôt la mort que la séparation !

Yuzu : *bas* Le pense-t-il vraiment ?

Moi : C'est à ce moment que Karin rentra, poussant la lourde brouette. Le père et ses deux filles restantes purent à nouveau manger à leur faim, mais le champ donna très peu à cause d'un printemps tres sec, et les réserves furent épuisées. Ils étaient en train d'observer sombrement leur repas composé d'une unique tomate, quand on frappa à la porte.

Chad : *enveloppé dans une grande cape qui, surtout avec sa grande taille, lui donne un aspect sinistre* Bonjour, vieil homme. Je suis le roi des béliers.

Isshin : Si vous êtes venu demander la main de ma fille cadette contre une brouette de pièces de cuivre, c'est non !

Chad : *embarrassé* En fait, j'avais prévu une brouette de pièces d'argent, mais...

Isshin : C'est non !

Chad : Ah. Enfin, si par hasard vous changiez d'avis, je l'attendrai demain soir sous le vieux chêne.

Moi : Le soir, les deux soeurs se retrouvèrent dans leur chambre.

Yuzu : Tu vas partir aussi ?

Karin : Il le faut bien ! Si on continue a manger un tiers de carottes par jour, on sera bientôt aussi morts que les fantômes de nos ancêtres qui viennent nous visiter !

Yuzu : je t'acompagnerai, si tu veux.

Karin : Je crois que le plus dur sera encore de prévenir papa...

Moi : Le soir même, les deux soeurs se rendirent sous le vieux chêne. L'inconnu de la veille était dans le champ voisin, perché sur un belier géant à la toison d'or.

Yuzu : Wahou !

Karin : Les brouettes sont très lourdes, alors je lui dirai de la laisser près de la maison. Prends soin de toi !

Moi : Yuzu retourna chez son père, qui pleura toutes les larmes de son corps. Mais avec l'argent laissé par le roi des béliers, ils purent a nouveau reprendre une vie normale, du moins jusqu'à l'été qui fut tres sec. Un incendie se déclara et brûla leur récolte.

Isshin : Ce n'est pas juste ! L'auteur nous en veut ! Il n'y a pas d'autre possibilité !

Moi : Comme la dernière fois, leur fortune s'épuisa vite, et ils en étaient réduits à se partager un unique petit pois, quand on frappa à la porte.

Ishida : *enveloppé dans une grande cape cousue main* Bonjour, monsieur.

Isshin : Tu ne m'amadoueras pas avec ta politesse ! Je ne donnerai pas la seule fille qui me reste au roi des... lapins, ou quoi que ce soit.

Ishida : *légèrement déstabilisé* Lapins ? Je suis le roi des aigles, et je comptais venir vous proposer une brouette de pieces d'or contre votre fille !

Isshin : SORS D'ICI ! *lui claque la porte au nez*

Moi : Mais Yuzu avait repéré une certaine régularité les dernières fois, et même si le roi des aigles n'avait pas pris le temps de lui donner un rendez-vous, elle sortit par la fenêtre (parce que son père montait la garde devant la porte) le lendemain à la même heure, et se rendit sous le vieux chêne. Elle y trouva son promis sur un aigle gigantesque perché sur le chêne, et y embarqua, non sans avoir précisé au roi des aigles de lacher la brouette d'or près de la maison.

Isshin : NOOOOOOOOOONNNNNNNN !

Moi : Mais il put, avec cet argent, racheter des semences et vivre correctement. A l'automne, son fils revint à la maison.

Ichigo : Salut ! Tout s'est bien passé pendant mon absence ? Où sont mes soeurs ?

Isshin : OOOUUUUIIIIIIINNNNNNNN! Tes soeurs sont allées se marier pour des brouettes de pièces !

Ichigo : *attaque a coups de pieds* Père indigne, tu as vendu mes soeurs ?

Isshin : OOOOOUUUUUUIIIIIIIIINNNNNNNN NN !

Moi : Ichigo réussit a comprendre vaguement quelque chose au récit entrecoupé de sanglots de son père.

Ichigo : Je vais aller les retrouver !

Isshin : Mais je ne sais même pas où ils les ont emmenées ! Elles doivent être prisonnières ! Ou traitées comme des esclaves ! Menacées par ces monstres ! Dans des antres dont un ours ne voudrait pas !

Ichigo : Il faut d'autant plus que j'aille les sauver, même si je ne sais pas où chercher ! *bas* Et si au lieu d'etre surprotecteur, tu essayais de discuter un peu avec tes filles sur ce qu'elles veulent faire, tu aurais les adresses de tes gendres et on n'en serait pas là !

Moi : Ichigo se mit en route, sans savoir où aller. Il demandait souvent des nouvelles du seigneur des dragons, du roi des béliers et du roi des aigles, mais personne ne put le renseigner. Il arriva un jour dans une prairie au milieu de laquelle il croisa deux ploucs louzeurs en train de se battre.

Ichigo : Que se passe-t-il ?

Keigo : C'est horrible ! Avec mon frère de coeur et meilleur ami à qui je tiens plus que tout au monde, nous avons trouvé trois objets magiques, et il menace de briser notre amitié en refusant de m'offrir ce merveilleux casque qui rend invisible pour aller espionner les filles au bain !

Mizuiro : Mais moi aussi, je le veux !

Keigo : Il préfère me laisser ces sandales qui permettent de se rendre à l'endroit qu'on souhaite, et je n'en ai pas l'utilité !

Ichigo : Pourquoi ne pas vous départager par un concours ?

Keigo et Mizuiro : Un concours ?

Ichigo : Faites une course. Celui qui, le premier, arrive jusqu'à la pierre qui est là-bas et revient en courant choisit son objet !

Mizuiro : *commence à courir*

Keigo : *démarre après, un peu long à la détente*

Moi : Ichigo embarqua alors les trois objets magiques, et...

Ichigo : Tu rêves ?

Moi : Euh...

Ichigo : L'honneur ne signifie rien pour toi ?

Moi : Ben, c'est-à-dire que...

Ichigo : On a dit qu'ils se partageraient les objets comme ça.

Moi : Si tu veux... Celui qui revint en premier fut le plus petit des garçons.

Mizuiro : Je prends le casque.

Keigo : Snif... Moi, je prends cette nappe qui permet de faire apparaître tous les repas qu'on veut. Mais comment fait-on pour le dernier ?

Ichigo : Je le prends, bien sûr.

Mizuiro, Keigo : Hein ?

Ichigo : C'est mon prix pour avoir arbitré. De toute facon, vous n'en vouliez pas, ça ne serait qu'un prétexte de plus pour vous disputer.

Keigo : Snif... Dis, tu me prêteras le casque de temps en temps ?

Mizuiro : Si tu ne t'enfuis pas avec !

Keigo : Promis !

Moi : Ichigo enfila les sandales magiques, puis il pensa "Je veux être auprès de ma soeur aînée". Il se retrouva immediatement dans un grand palais aux murs bleus, et tomba sur Orihime, penchée sur un canal qui traversait la pièce, en train de parler à des poissons.

Ichigo : Orihime !

Orihime : Bonjour, grand frère! Comment vas-tu ?

Ichigo : Je suis venu te chercher pour te ramener à la maison !

Orihime : Oh non, ce n'est pas la peine ! Mon épouse est le seigneur des dragons, nous nous entendons très bien !

Ichigo : Ta quoi ? C'est une femme !

Orihime : Il y a un probleme à ça ?

Ichigo : C'est-à-dire que...

Orihime : J'adore ça chez toi, grand frère, ta façon de toujours trouver bizarre les choses normales !

Ichigo : *bas* C'est plutot moi qui devrais dire le contraire !

Orihime : *gesticulant* Et tu vois, tous les poissons du monde passent dans cette pièce, et ils me donnent des nouvelles de ce qui se passe dans le monde !

Ichigo : Ca ne parle pas, un poisson !

Orihime : Si, en se concentrant très fort ! Il y a des dragons aussi, mais pour ça, je dois aller dans la grande rivière dans la jardin.

Moi : Ichigo discuta un peu avec sa soeur pour s'assurer qu'elle vivait agréablement, quand soudain...

Orihime : Oh, cache-toi vite derriere le fauteuil, Tatsuki va bientôt rentrer !

Ichigo : Mais pourquoi ?...

Orihime : Elle a l'habitude de défier au combat tous les humains qui passent par ici, je ne veux pas qu'elle te casse une jambe !

Ichigo : Je suis tout à fait capable d'affronter une fille !

Orihime : Mais pas elle ! Cache-toi, vite !

Moi : Orihime traina Ichigo sous le canapé, et Tatsuki rentra par une grande fenêtre dans le mur du haut. Elle avait pris l'apparence d'un dragon, mais en atterrissant, elle reprit forme humaine.

Orihime : Bonjour !

Tatsuki : Bonjour ! Il y a une odeur bizarre. Je crois qu'un humain est rentré ici. *se frottant les mains* Il faut que je le fasse profiter de ma nouvelle technique. Je viens justement d'apprendre une prise...

Orihime : Je t'en prie, ne lui fais pas de mal ! C'est mon frère, qui est venu me rendre visite !

Tatsuki : Ah, il fallait le dire tout de suite ! Sors d'ici, mon beau-frère, il ne te sera fait aucun mal !

Moi : Ichigo sortit de sa cachette, et Tatsuki le reçut à coups d'affectueuses tapes dans le dos qui manquèrent de lui démettre l'épaule. Au bout de quelques jours, il décida de repartir pour trouver ses autres soeurs.

Tatsuki : Je n'ai pas d'argent ici. Mais prends cette ceinture noire de karaté. Si jamais tu as besoin de moi, mets-la en appelant "Seigneur des dragons, viens à mon secours !" Je serai toujours là pour porter assistance au frère d'Orihime.

Orihime : Tu diras bonjour à papa, Karin et Yuzu de ma part !

Moi : Ichigo remercia beaucoup. A peine sorti du palais, il pensa très fort "Je veux être auprès de ma soeur cadette." et se retrouva dans un grand palais aux murs jaunes. Karin y était, en train de lire un livre.

Ichigo : Karin !

Karin : Grand frère ! Qu'est-ce que tu viens faire ici ?

Ichigo : Je venais pour savoir comment tu allais, et pour te ramener à la maison si tu voulais rentrer.

Karin : Ce n'est pas la peine. C'est sympa, ici.

Ichigo : Mais tu as été mariée de force !

Karin : Oui, avec le roi des béliers. Mais finalement, il est plutôt cool.

Ichigo : *jetant un coup d'oeil circulaire* Pourquoi y a-t-il tant de petits animaux en peluche ici ?

Karin : Ah, c'est mon mari qui les aime bien.

Moi : Ils discutèrent quelque peu, quand...

Karin : Tu ferais mieux de te cacher derriere le fauteuil, Chad va bientôt rentrer.

Ichigo : Mais pourquoi je me cacherais ? Je peux bien me battre contre lui, non ?

Karin : Comme tu veux, mais sache que son pouvoir lui permet de transformer ses adversaires en petits animaux mignons.

Ichigo : *commence à blêmir*

Karin : *toujours très calme* Le dernier qui a essayé de m'enlever a toujours son âme coincée dans un ours en peluche.

Ichigo : *se jette derrière le fauteuil*

Moi : A cet instant, Chad rentra sous la forme d'un bélier noir, puis il reprit sa forme humaine.

Karin : Bonjour.

Chad : Bonjour, chérie ! Il y a une odeur bizarre. Un humain a dû entrer ici pendant que je n'étais pas là...

Karin : C'est juste mon frère, venu me rendre visite.

Chad : Voilà une bonne nouvelle. Où es-tu, beau-frère ? Tu peux venir, il ne te sera fait aucun mal !

Ichigo : *encore méfiant* Même pas me faire transformer en ours en peluche ?

Karin : *le tire par les cheveux de derrière le fauteuil* On t'a dit que tu pouvais venir, crétin de frère.

Moi : Chad le reçut très aimablement en le serrant dans ses bras, ce qui manqua de l'étouffer, et ils parlèrent encore un peu. Mais Ichigo décida, au bout de quelques jours avec eux, de partir pour prendre des nouvelles de sa troisième soeur.

Chad : Je n'ai pas d'argent à te donner ici. Mais prends cette chemise rouge et bleue à large col. Si jamais tu as besoin de moi, mets-là en appelant "Roi des béliers, viens à mon secours !" Je serai toujours là pour porter assistance au frère de Karin.

Karin : Tu diras à tout le monde que je suis encore vivante.

Moi : Ichigo remercia beaucoup. A peine sorti du palais, il pensa très fort "Je veux être auprès de ma plus jeune soeur." et se retrouva dans un grand palais très propre aux murs d'un blanc immaculé. Yuzu y était, en train de faire la cuisine.

Ichigo : Yuzu !

Yuzu : Grand frère ! Bonjour ! Comment es-tu venu jusqu'ici ?

Ichigo : J'ai trouvé des chaussures magiques. Et toi, comment vas-tu ? Tu veux que je te ramène à la maison ?

Yuzu : Ce n'est pas la peine, je me plais beaucoup ici ! Comment va papa ? Et tu es allé voir Orihime et Karin ?

Moi : Ils discutèrent quelque peu, quand...

Yuzu : Mon mari va bientôt rentrer, cache-toi le temps que je lui explique ta présence !

Moi : Ichigo, qui commençait à être habitué, se cacha sous le lit. Le roi des aigles entra par la fenêtre sous la forme d'un aigle majestueux, puis il reprit sa forme humaine.

Yuzu : Bonjour !

Ishida : Bonjour, comment vas-tu ? Un humain est venu ici, il y a des traces de poussière sur le sol. Je me demande...

Yuzu : Ne lui fais pas de mal, c'est mon frère, venu me rendre visite !

Ishida : Ah, il n'y a donc pas de problèmes ! Sors de ta cachette, beau-frère, il ne te sera fait aucun mal.

Ichigo : Salut.

Moi : Son troisième beau-frère le reçut aussi aimablement que les autres. Au bout de quelques jours, Yuzu et le roi des aigles l'emmenèrent dans la plus haute tour de leur palais, là où le roi venait entendre des messages de tous les oiseaux du monde, qui les informait sur ce qui était en train de se passer en tout lieu. Orihime et Karin lui avaient déjà fait faire une pareille visite, mais il ne connaissait ni le langage des animaux marins ne celui des animaux à fourrure, aussi cela n'avait pas été très intéressant... Ce jour là, Yuzu et son époux étaient encore en train de tenir des conversations auxquelles il ne pigeait que dalle, quand il entendit une voix humaine. Il tourna la tête.

Perroquet : Bonjour, je m'appelle Yuichi Shibata.

Ichigo : Et qu'es-tu venu dire ?

Perroquet : La soeur de Byakuya le seigneur sans coeur se languit toujours d'être tenue prisonnière par son frère. Tchirp tchirp.

Moi : Ichigo redescendit avec sa soeur et son beau-frère. Il devait normalement rentrer chez son père pour lui dire que ses filles allaient bien, mais une pensée le tenaillait.

Ichigo : C'est quoi cette histoire de seigneur sans coeur qui retient sa soeur prisonnière ?

Ishida : Oui, on m'en a parlé aussi. Cela fait longtemps que son frère l'a enfermée et lui interdit de parler à qui que ce soit. Mais comme il n'a pas son coeur avec lui, il est impossible de le tuer.

Ichigo : Et vous ne faites rien ?

Ishida : De telles choses arrivent tous les jours, on ne peut pas aider tout le monde, surtout quand on ne sait même pas comment faire.

Ichigo : C'est peut-être vrai, mais moi c'est de cette histoire-là dont j'ai entendu parler! J'irai délivrer la soeur du seigneur sans coeur !

Yuzu : Prends bien soin de toi !

Ishida : Cela risque d'être dangereux. Prends cette cape cousue main. Si jamais tu as besoin de moi, mets-là en appelant "Roi des aigles, viens à mon secours !" Je serai toujours là pour porter assistance au frère de Yuzu.

Moi : Ichigo remercia beaucoup. Il jeta un dernier coup d'oeil nostalgique sur la maison de sa soeur. Ishida était en train de passer l'aspirateur au plafond pour débarasser la maison des dernières traces de poussière. Il se dit "Je veux être devant le palais du seigneur sans coeur." Il se retrouva aussitôt devant la porte d'un immense palais de pierre. Les quelques fenêtres en étaient particulièrement hautes et difficiles d'accès.

Ichigo : "Je veux être perché sur la corniche d'en haut pour pouvoir jeter un oeil."

Moi : Il se retrouva perché sur la mince corniche. Il lui était difficile de s'accrocher, mais il put regarder par la fenêtre. Par malchance, c'était un salon entièrement vide.

Ichigo : "Je veux passer sur l'autre fenêtre."

Moi : Ichigo, sautant et sautant, et s'accrochant où il pouvait, finit par arriver devant la fenêtre d'une grande salle à manger dans laquelle un jeune homme et une jeune fille étaient en train de manger, chacun à un bout d'une grande table. Il se plaqua alors contre le mur, jetant juste de brefs coups d'oeil. La jeune fille était très petite, très brune, avec un air de grande tristesse sur le regard. Notre héros pensa que ce devait être la soeur du seigneur sans coeur, et que même si ce n'était pas elle, il mourait d'envie de lui parler. Jetant des coups d'oeil furtifs de temps à autre, il finit par la voir partir dans une direction opposée à celle de son frère. Il attendit quelques minutes, puis...

Ichigo : "Je veux être auprès de cette jeune fille."

Moi : Il apparut alors juste devant elle.

Rukia : Aaaaaaaah !

Ichigo : Calme-toi, je...

Moi : Mais il n'eut pas le temps de s'expliquer, on entendit des pas dans le couloir.

Ichigo : *très vite* "Je veux être n'importe où ailleurs."

Byakuya : *entrant dans la pièce* Que se passe-t-il ?

Rukia : Je viens de voir, dans cette chambre même, un étranger aux cheveux oranges.

Moi : Byakuya se mit à chercher partout.

Byakuya : Il n'y a personne ici ! Il n'aurait pu ni entrer ni sortir ! Ne me dérange pas une fois de plus pour de simples hallucinations !

Moi : Pendant ce temps, Ichigo...

Ichigo : *trempé jusqu'au ventre dans un marais boueux* Je ferais peut-être mieux de réfléchir, la prochaine fois...

Moi : Au bout d'un certain temps, il estima qu'il avait suffisamment pataugé dans l'eau sale, et il se dit :

Ichigo : "Je veux être à nouveau auprès de cette jeune fille, mais derrière elle, pour qu'elle ne crie pas tout de suite."

Moi : Les sandales marchèrent impeccablement, mais à peine Ichigo fut-il arrivé dans la chambre, que la jeune fille cria à nouveau, avant même de se retourner.

Ichigo : He bien, c'est malin, ça !

Rukia : Tu as senti ton odeur, paysan ? Je pensais que c'était un monstre des marécages !

Moi : A ce moment, les pas rententirent encore dans le couloir.

Ichigo : "Je veux être dans un bain chaud."

Byakuya : *entrant dans la pièce* Que se passe-t-il ?

Rukia : *essayant de dissimuler les taches de boue* Ce n'est rien, grand frère, j'ai juste eu peur d'une ombre.

Byakuya : Ca suffit ! Arrête de me déranger ! Si tu cries une fois de plus, je te tuerai !

Moi : Il partit en claquant la porte. Pendant ce temps, Ichigo...

Ichigo : *fuyant le bain chaud d'une femme qui s'obstine à lui lancer des objets* Je suis maudit...

Moi : *à Ichigo* Si tu avais pris le casque qui rend invisible, on n'en serait pas là.

Ichigo : Grmbl.

Moi : Il finit par réussir à s'enfuir, presque propre. Il attendit que ses vêtements sèchent, avant de retenter une troisième fois :

Ichigo : "Je veux être dans la chambre de cette jeune fille, à l'autre bout de la pièce."

Moi : Il apparut alors près d'un placard. la jeune fille se retourna vers lui, mais cette fois, elle ne cria pas.

Rukia : Qui es-tu, paysan ?

Ichigo : Hela, pourquoi "paysan". Je sais bien que c'est vrai, mais la paysannerie n'a rien à voir là-dedans !

Rukia : *très calme* Il n'y a qu'un paysan pour apparaître sans le moindre avertissement, crotté comme un cochon.

Ichigo : Comment tu veux que j'avertisse, banane ? Je viens ici avec des sandales de téléportation !

Rukia : Arriver devant la porte, puis frapper, ça te dépasse, imbécile ?

Ichigo : Euh...

Rukia : Mais dis-moi plutôt ce que tu viens faire ici. Qu'est-ce que tu cherches.

Ichigo : Je viens te délivrer de ton frère !

Rukia : Quoi !

Ichigo : Ce n'est pas ton frère ? Tu es contente d'être là ?

Rukia : *avec un début de sourire* Non, c'est vrai que je voudrais bien partir. Mais ce n'est pas possible. Tu es meilleur homme que je ne le pensais, mais tu es un sot tout de même. Je suis enchaînée ici par un sortilège : je ne pourrai pas sortir avant la mort de mon cruel frère. Et je pense qu'il me tuera avant.

Ichigo : Alors je tuerai ton frère !

Rukia : Personne ne le peut.

Ichigo : Qu'est-ce que tu en sais ? Il est si fort que ça ?

Rukia : Ce n'est pas seulement une question de force. Mon frère est immortel. Il vit depuis des milliers d'années. Par magie, il a enfermé son coeur dans un oeuf, qui est dans une rapide colombe, qui est dans un lourd et solide rocher, qui est au centre de la mer la plus profonde. Et pour tuer mon frère, il faudrait récupérer l'oeuf sans tuer la colombe, et lui écraser sur le front ; mais ce n'est pas possible.

Ichigo : Eh bien, moi je le ferai ! Et je t'emmènerai avec moi. Enfin, si tu es d'accord pour que je tue ton frère ?

Rukia : *hoche tristement la tête* Depuis qu'il a enferme son coeur, il n'a plus de sentiments, et est d'une grande cruauté. Je préfèrerais qu'il le retrouve, mais je sais que ce n'est pas possible.

Ichigo : C'est parti! Au fait, comment t'appelles-tu ?

Rukia : Rukia.

Ichigo : Rukia... Je reviendrai. "Je veux être sur les rives de la mer la plus profonde."

Moi : Il se retrouva en train de dégringoler le long d'une falaise à pic.

Ichigo : "Je suis maudiiiiiiit !"

Moi : Mais il réussit à se raccrocher à un rebord, et descendit la falaise jusqu'à avoir les pieds dans l'eau. Il considéra un instant la mer, puis passa la ceinture noire à sa taille.

Ichigo : Seigneur des dragons, viens à mon secours !

Tatsuki : *sortant de l'eau sous forme de dragon, et retrouvant sa forme humaine* Yoh, beau-frère ! Tu as des ennuis ?

Ichigo : Bonjour ! En fait, il y a une grosse pierre au plus profond de cet océan, et pour tuer le seigneur sans coeur, il faudrait que je récupère quelque chose qui est à l'intérieur...

Tatsuki : Je vais te chercher ça !

Moi : Elle se transforma à nouveau en dragon, et disparut dans l'océan. Ichigo attendit plusieurs heures, les pieds dans l'eau, jusqu'à ce qu'elle revienne, poussant un gigantesque rocher.

Tatsuki : *reprenant sa forme humaine* Il était vraiment très lourd ! Ca m'a fait de l'exercice ! Et il est vraiment solide aussi. Désolée, beau-frère, je ne crois pas que j'arriverai à le casser.

Ichigo : C'est déjà beaucoup ! Comment tu as fait pour bouger ce truc ?

Tatsuki : *hochant la tête* Oui, je suis plutôt forte. Allez, au revoir, beau-frère, et à la prochaine !

Moi : Ichigo contempla le très lourd et très gros rocher en réfléchissant. Il enfila alors - après avoir vérifié que personne ne pourrait le voir - la chemise rouge et bleue à large col que lui avait laissée Chad.

Ichigo : Roi des béliers, viens à mon secours !

Moi : Chad dévala la falaise sous forme d'un bélier géant, avant de s'arrêter près d'Ichigo en reprenant sa forme humaine.

Chad : Salut, beau-frère ! Tu as des ennuis ?

Ichigo : Tu vois ce rocher ? Pour tuer le seigneur sans coeur, j'ai besoin de récupérer une colombe qui est à l'intérieur...

Chad : Pas de lézard, beau-frère, je peux le casser.

Ichigo : *bas* Il a dit : pas de lézard... La honte.

Moi : Ichigo s'attendait à le voir prendre la forme d'un bélier, mais Chad se contenta de lancer un grand coup de poing dans le rocher, qui se fendit immédiatement.

Chad : *repartant* Voilà ! Au revoir, beau-frère, à la prochaine.

Moi : Mais au moment où Ichigo s'approchait du rocher, une colombe en sortit, très rapidement, et il ne put l'attraper. Alors, à toute vitesse, il mit sur ses épaules une cape qui jurait avec sa chemise...

Ichigo : Roi des aigles, viens à mon secours !

Moi : Ishida arriva sous la forme d'un gigantesque aigle, puis il reprit sa forme humaine.

Ishida : Salutations, beau-frère. As-tu des...

Ichigo : Il faut absolument que je rattrape cette colombe qui est là-bas, sans la tuer !

Ishida : Ca doit être possible.

Moi : Ishida prit alors la forme d'un aigle, et partir à la poursuite de la colombe. Elle était rapide, et elle avait beaucoup d'avance, mais l'aigle l'était encore plus. Il la prit doucement entre ses serres sans lui faire de mal et la ramena à Ichigo, qui lui extrait l'oeuf du ventre.

Ishida : Au revoir, mon beau-frère. J'espère que nous nous reverrons !

Moi : Et il s'envola dans le ciel. Ichigo, tout excité, contemplait l'oeuf qui contenait le coeur de Byakuya.

Ichigo : "Je veux être dans la chambre de Rukia."

Moi : Il n'y avait personne, mais il l'attendit. Quand il lui dit qu'il avait trouvé l'oeuf, elle devint très grave.

Rukia : Maintenant, il faut que tu t'approches de lui suffisamment por pouvoir lui écraser l'oeuf sur le front. Ce soir, je mettrai un somnifère dans le vin. Je t'appellerai à la fenêtre quand il sera endormi.

Moi : Ichigo attendit sur le toit du château, et il entendit la voix de Rukia l'appeler. Elle regarda tristement Byakuya endormi.

Rukia : Adieu, grand frère.

Moi : Et Ichigo lui écrasa l'oeuf sur le front. Il mourut aussitôt. Rukia s'inclina, triste et grave, et Ichigo craignait un instant d'avoir fait quelque chose de stupide, puis elle se retourna vers lui.

Rukia : Merci.

Moi : Elle mit sa main dans la main d'Ichigo, et quitta le château avec lui. Puis ils organisèrent une grande fête à laquelle on convia toutes les soeurs d'Ichigo, leurs maris, et leur père qui put enfin revoir ses filles.

Isshin : Mes chéries ! Venez embrasser votre papa !

Karin, Yuzu, Orihime : Oui ! Oui ! Embrassons notre papa !

Ichigo : ;; Qui a soulé mes soeurs en mettant de l'alcool dans le jus de fruits ?

Ishida : A la reflexion, il m'a semblé voir passer deux ploucs louzeurs.

Orihime : On danse, maintenant ! Tatsuki, tu danses ?

Ichigo : Rukia, tu danserais avec moi ?

Rukia : S... Bien sûr que oui.

Moi : Peu de temps après, ils se marièrent et retournèrent vivre dans le château de Byakuya, mais grâce aux sandales magiques, ils rendirent beaucoup plus souvent visite à leur famille. Ils vécurent tous très heureux, et eurent beaucoup d'enfants.

FIN