Actions

Work Header

Game of Gods II - Héritage

Chapter Text

Les Saints s’étaient remis en route après avoir laissé le temps à Yuma qu’il lui fallait pour tenter de se remémorer ses souvenirs d’antan sans pour autant que ce dernier y parvienne cependant. Désormais, chacun était sur le qui-vive en permanence, et ce, de manière à la frontière de la paranoïa. Les agressions des Berserkeurs toujours plus violentes que les précédentes et leur prédisposition se situant sur le territoire de la peur contribuaient fortement à cette paranoïa collective.
Après plusieurs jours de marche entrecoupés par de l’autostop pour se ménager quand cela leur était possible. Alia et les autres arrivaient dans l’état d’Indiana. En ce jour, le climat n’était pas vraiment avec eux étant donné qu’il pleuvait de façon diluvienne et revêtir leur Cloth serait la meilleure façon d’attirer l’attention. Ils n’eurent de ce fait d’autre choix de se trouver un abri avant d’être percés jusqu’aux os. Celui fut sous un pont de transport ferroviaire perdu en pleine campagne.

— Si on ne chope pas un rhume avec tout ça, on peut s’estimer heureux… Quelle poisse ! Dis Alia d’une voix dépité et reposaient ses jambes en s’asseyant sur sa pandora-box.

— Ce déluge semble s’amplifier, et pour couronner le tout, il commence à faire nuit, ajouta Alec avec guère plus d’enthousiasme que sa sœur d’arme.

— Il est inutile d’espérer poursuivre dans ces conditions, nous allons devoir passer la nuit sous ce pont, en conclut Delphes, sans chercher à plomber le moral de ses amis.

Chacun réunis ce qu’il y avait à porter de main sous et autour du pont et les entassa en un tas. Ce fut ensuite à la Saint de la Croix du Sud de se charger d’allumer un feu… en vain. Malgré tous ses efforts, elle ne parvient pas à embrasser son cosmos pour mettre feux aux tas de bois. Les Saints durent procéder à l’ancienne et cela vexa on ne peut plus la demi-déesse romaine dans son amour propre. Elle était leur leadeuse et n’arrive même pas à réaliser quelque chose de simple avec son cosmos.

Après s’être repue avec le peu de victuaille qu’ils avaient encore sur eux, chacun s’emmitoufla dans son sac de couchage et s’endormit en espérant des cieux plus cléments à leurs réveils. Les ténèbres de la nuit n’en seront pas pour autant aussi calmes qu’espérées. Deux êtres nullement incommodés par ce climat tempétueux se dirigeaient dans leur direction.

— Ces enfants font de beaux rêves.

— Ceux-ci ne vont pas tarder à se changer en cauchemar !

Les deux entités se dirigèrent sans tarder en direction du pont où s’étaient assoupis les Saints. L’une d’entre elles ressentit la parenté divine présente chez la Saint de la Croix du Sud et se rapprocha d’elle pour lui extirper ses forces vitales. Cette dernière ressentit que quelque chose se tramait près d’elle et se réveilla instinctivement en collant poing dans la figure de la malotrue qui l’observait dans son sommeil.

— Damnation ! Protesta la Berserkeurs, les mains placées sur le visage suite au coup essuyé.

— Réveillez-vous ! Hurla Alia, surprise en plein sommeil. Nous sommes attaqués par les Berserkeurs !

— Tu es d’une vigilance surprenante. Tu es sorti instinctivement de ton sommeil au moment où tu as ressenti nos présences. Avant de poursuivre cette joute verbale, il serait de bon ton de nous présenter. Je suis Sylvana de Xunu et ma consœur se nomme Olivie de Niu.

Sylvana avait le teint de la peau assez blafard et une chevelure argentée couplée à des iris rouge sang donnant l’impression qui lui permettait de voir dans l’obscurité. La cuirasse recouvrant son corps représentait une élégante banshee, expliquant par ailleurs la grande beauté de la Berserkeur. Concernant Olivie, elle se trouvait être également une femme d’une très grande beauté. Sa chevelure blonde couplée à ses grands yeux bleus ont de quoi faire tourner les yeux et de susciter l’envie de plus d’un. La cuirasse recouvrant son corps semblait être le juste équilibre entre un Incube et une Succube.

— Je te laisse les autres Olivie, mais je prends cette ravissante demi-déesse pour moi, s’exprima-t-elle d’une voix vide d’émotion et d’humanité.

— Comme tu le souhaites, répondit l’intéressé, n’ayant guère plus envie de subir un second coup dans le visage.

Alia se saisit de la poignée de sa pandora-box et tira d’un coup ferme dessus en assénant un coup de pied dans l’urne sacrée pour l’envoyer dans les jambes de la Berserkeur de Xunu. La Cloth de la Croix du Sud fit son apparition et se fragmenta pour recouvrir sans tarder le corps de la demi-déesse.

— Ça ne se passera pas ainsi jeune demoiselle.

Une gerbe de lumière surgit de sous le pont et déchira l’obscurité ambiante de la nuit. Cela fut accompagné de très peu par le cri de la Saint de la Croix du Sud qui termina étendue sur le dos dans la boue. Olivie pour sa part allait prendre son temps s’occuper de ses trois victimes, mais tout ce raffut les avaient malheureusement sortie de leur sommeil. D’un autre côté, elle allait pouvoir s’amuser un tant soit peu avec eux.

Delphes fut la plus prompte à réagir et fondit à l’attaque, mais eu la déconvenue de se faire maitriser et corriger par la Berserkeur de Niu. La Saint du Dragon finit à son tour sous une pluie battante et face contre terre dans la boue. Elle se releva à genou comme elle put et ressentit que ses frères d’armes étaient d’elle. Par contre, elle ne s’attendait pas à ce qui suivit, Delphes fut la victime d’un déchainement de violence de la part d’Alec et Yuma. Une fois de plus, elle se retrouva à terre, avec la bouche en sang, qui plus est.

— Qu’est-ce qu’il leur prend tout à coup ! Delphes se focalisa sur son don d’hyperempathie à ce moment pour tenter de comprendre et ressentit quelque chose n’allant pas chez eux. Tu les charmé !

— Ce n’est pas pour rien que je possède les attraits d’un Incube et d’une Succube. Cela me permet de faire tomber, qui je souhaite sous mon charme ravageur. Dès lors, les victimes de mon charme réalisent toutes ce que leur ordonne de leur plein gré.

De son côté, Alia n’en menait pas large non plus et encaissait coup sur coup sans pour autant pouvoir rendre la pareille à son opposante. Elle était à présente recouverte de boue et sa chevelure en dégoulinait.

— « Brutal Real » !

La Saint de la Croix du Sud abattit avec force et violence son pied contre le sol. La puissance déployée à ce moment par Alia fractura le sol qui s’étoila de fracture. Cette première réplique se solda néanmoins par un échec. La demi-déesse romaine changea dès lors immédiatement d’approche.

— « Southern Cross Thunderbolt » !

La Saint de la Croix du Sud plaça ses bras de sorte à former une croix. Alia se nimba de son cosmos et se projeta à la vitesse de Mach cent quatre-vingt-un, soit la vitesse de la foudre, contre la Berserkeur de Xunu qui ne fit rien pour essayer de l’esquiver. À la grande surprise de la demi-déesse, celle-ci traversa le corps de Sylvana comme s’il s’agissait d’un fantôme.

— Comment se fait-il que…

— Je suis une banshee, de ce fait mon corps est éthéré, tu ne le savais pas ? Aucune offensive de nature physique ne peut m’atteindre.

— Je ne m’avouerai pas vaincu pour si peu !

— De toute façon, jeune déesse en devenir, tu ne pourras plus rien dans un instant… « Banshee Howling ».

La Berserkeur de Xunu plongea dans une profonde concentration en inspirant profondément. L’instant qui suivit, Sylvana poussa un tonitruant et terrifiant cri d’outre-tombe. La Saint de la Croix du Sud fit en sorte de se boucher les oreilles pour ne pas être affectée par l’horrible hurlement et ensuite fit s’agrandir l’ongle de son index, mais… rien ne se produisit, aucune aiguille ne jaillit de son ongle.

— Que se passe-t-il ?

— La particularité du cri de la banshee est de réduire ceux qui l’entourent au silence. Autrement dit, ton cosmos a été annihilé par mon cri. Tu n’as de Saint que ta Cloth désormais, qui doit te paraitre bien lourde par ailleurs.

La Saint de la Croix du Sud du se rendre à l’évidence que tout cela était bien vrai. Elle ne ressentait plus la moindre parcelle de cosmos parcourir son corps et sa Cloth ne lui avait jamais paru aussi lourde et encombrante qu’en ce moment même. Alia finit par tomber à genoux et se retrouvait immobilisée par sa propre Cloth.

— Tu es à présent à ma merci, jeune déesse placée sous la bénédiction de la constellation de la Croix du Sud.

— Je n’ai pas encore dit mon dernier mot !

— Que comptes-tu faire ? Combattre sans armures ?

— C’est une possibilité !

La Saint de la Croix du Sud se départit des pièces constituant sa Cloth une à une qu’elle jetait par la suite à la figure de la Berserkeur de Xunu. Alia enchaîna immédiatement avec un coup de poing qui fut d’une faiblesse affligeante et ne réussit qu’à se faire mal lors de l’impact avec la cuirasse portée par Sylvana qui l’envoya valser en l’air une fois de plus. La Saint du Dragon n’en démordait pas pour sa part et dut se résoudre à porter la main sur ses amis, mais la Berserkeur de Niu ne l’emporterait au paradis pour cet acte de vilénie.

— « Rozan Ryu Hi Sho » !

La Saint du Dragon se nimba de son propre cosmos et se projeta avec son poing brandi en avant. Delphes balaya ses frères d’armes avec sa charge cosmique et heurta la Berserkeur de Niu, du moins, c’est ce qu’elle pensait. Celle qui avait atteint de plein fouet par son attaque fut Alia, utilisé très lâchement comme bouclier humain par Olivie.

 

— Alia !

Elle eut beau remuer le corps de la demi-déesse romaine¸ elle ne réagit à aucune de ses interpellations après le traitement que lui avait infligé Sylvana. Et ce qu’elle venait de lui infliger bien malgré elle n’avait pas épargné Alia.

— Vous n’êtes que des lâches ! S’indigna Delphes.

— Lors d’un affrontement à mort, tous les coups sont autorisés pour survivre. La seule chose que vous apporte la doctrine d’Athéna est une mort douloureuse parce que vous vous attendez à ce que celui en face de vous fasse de même.

— Ce sont des guerriers sans honneur comme vous qui salissent la conception d’affrontement !!! Vociféra Delphes, en colère et dégouté par la lâcheté des Berserkeurs lui faisant face.

— Tu l’as mise en colère, on dirait, interjeta Sylvana avec son calme habituel qui se trouve être du détachement en réalité.

— Vous allez d’ailleurs avoir un aperçu d’ailleurs !!! « Rozan Sho Ryu Ha » !

La Saint du Dragon concentra tout son cosmos dans son poing qu’elle plaça en retrait. Delphes rabattit son poing en avant en déchainant la fureur de son cosmos. Toutefois, le poing comme la charge de cosmos ne firent que traverser le corps d’Olivie sans l’atteindre. Son corps était également éthéré.

— « Scourge of Démon » !

La Berserkeur de Niu ramena ses mains l’une devant l’autre face à elle et engendra une sphère entre ces dernières. La sphère se nourrit de toutes formes d’énergie de vital présent autour d’elle, le cosmos n’y faisant pas exception. Olivie leva ses mains vers les cieux et provoqua l’explosion de la sphère qui engendra une odieuse déflagration. Tout ce qui se trouva autour d’eux dès lors anéanti.
La Saint du Dragon s’était interposée avec son bouclier devant les corps de ses amis dès qu’elle perçut ce qui allait se produire à court terme grâce à sa prescience. Cependant, Delphes n’en ressortit pas indemne malgré le rempart que lui octroyait son bouclier. Elle chuta alors sur un genou et posa une main à terre.

— Cette jeune femme possède plus de ressource que nous le pensions en dépit de sa cécité.

— Elle ne pourra plus grande chose dans son état actuel désormais.

— Elle peut-être, mais ce n’est pas mon cas ! S’exclama Alia haut et fort en s’interposant entre son amie blessée et amoindrie et les Berserkeurs qui n’en furent pas moins estomaqués.

— C’est la première fois que je vois une telle force caractère et de détermination, s’exprima la Berserkeur de Xunu..

La Saint de la Croix du Sud était peut-être démunie de sa Cloth et dépourvue de son cosmos, mais ce n’est pas pour autant qu’elle escomptait abandonner pour autant face à cette adversité. Admiratif de la ferme résolution de la demi-déesse, la Saint du Dragon trouva également en elle la force de volonté pour se redresser sur ses deux jambes.

— Je sais de quelle manière recourir pour les vaincre, et ce, de manière irrémédiable, mais je vais avoir besoin de temps, je ne suis même pas sûr de pouvoir arriver.

— J’ai confiance en toi Delphes, tout comme j’ai eu raison d’avoir eu confiance en toi lors de notre affrontement face à Euryale. Ce jour-là, tu as accompli un magnifique tour de force afin de la vaincre. Tu es capable de réitérer cet exploit et je leur tiendrais tête autant de temps que tu auras besoin pour se faire.

— Tu as raison Alia, lorsque nos cosmos résonnent à l’unisson, rien ne nous est impossible.

La Saint du Dragon se plongea dans une transe profonde afin de se concentrer pour réaliser ce qu’elle avait en tête, mais cela lui demanderait énormément de maitrise et d’utilisation de cosmos. La Saint de la Croix du Sud pour sa part poussa un cri vindicatif et se jeta sur les Berserkeurs pour les affronter à la seule force de ses poings et de ses pieds. Démontrant que sa force physique est aussi puissante que sa force cosmique.

Certes, chaque coup traversait les corps éthérés d’Olivie et Sylvana qui lui rendait la pareille à Alia avec tout autant de violence. Plus d’une fois, elle finit allongé dans la boue, mais plus d’une fois, elle contraria leurs patiences en se relevant avec toute la peine du monde. C’était dans ce genre de situation que la demi-déesse comprenait toute l’étendue des récits de ses parents et au combien tant sa mère que son père on dut souffrir au cours des combats qu’ils ont dû mener. Si aujourd'hui elle vivait dans ce monde, c’est parce qu’en aucun instant, ils n’avaient renoncé à combattre. Il était de son devoir aujourd’hui de leur faire honneur en montrant tout autant de hargne et de combativité qu’eux sur le champ de bataille.

— Tu perds ton temps Olivie, cette jeune déesse en devenir, en dépit de son jeune âge, témoigne déjà d’une redoutable combativité et bravoure. Ses convictions sont inébranlables, tu ne pourras jamais la faire plier comme tu le souhaites.

— Dans ce cas… je vais là pulvériser corps et bien ! « Scourge of Démon » !

La Berserkeur de Niu ramena ses mains l’une devant l’autre face à elle et engendra une sphère entre ces dernières. La sphère se nourrit de toutes formes d’énergie autour d’elle. Olivie leva ses mains vers les cieux et provoqua l’explosion de la sphère qui engendra une odieuse déflagration. Cependant, la Saint de la Croix du Sud n’essuya par le moindre dommage suite à la déflagration, ce fut comme si elle n’avait jamais été atteinte par cette dernière. Au bord de la crise de nerf, la Berserkeur de Niu se rua sur la Saint de la Croix du Sud, mais ne parvient jamais à l’atteindre, elle avait comme l’impression de faire du sur place alors que ce n’était pas le cas.

— Qu’est-ce cette diablerie en cet instant ? Se demanda Olivie, plus qu’agacé

— Il semblerait qu’il y ait une déformation spatiale autour de nous, avança dès lors Sylvana comme seule explication probable au phénomène.

— Tu vois juste Sylvana, malgré nos distances visiblement proches les unes des autres. J’ai courbé le cours du temps et de l’espace autour de vous afin d’instaurer la distance d’une année-lumière entre nous.

— Vous êtes pris au piège comme des rats ! Leur rétorqua Alia avec fierté, en réalisant un grand sourire de satisfaction, quand bien même son sang mêlé d’ichor dégoulinait des commissures de sa bouche.

— Cette situation ne s’éternisera pas, Delphes ne pour pas maintenir cet état de concentration éternellement, surtout que ça lui demande une grande quantité de cosmos.

— Effectivement Sylvana, mais là, je n’ai fait qu’une manipulation très simple en fait. Voici la véritable offensive ! « Another Dimension » !

La Saint du Dragon déchira le temps et l’espace à l’aide de son cosmos ce qui eut pour conséquence d’ouvrir une faille spatiodimensionnelle sous les pieds des deux Berserkeurs qui chutèrent dans cette dernière sans rien pouvoir y faire pour en rechaper. La faille se referma directement après avoir englouti Sylvana et Olivie. La Saint n’ayant pas encore la puissance et l’expertise suffisante pour faire usage de ce genre de technique sur le long terme. Delphes était autant en mauvais état que sa sœur d’arme, mais force était de reconnaitre qu’Alia savait trouver les mots justes pour galvaniser et inspiré ceux l’entourant. A présent les deux que les Berserkeurs avaient disparu de ce plan d’existence, leurs charmes et autres sorts furent rompus.

***

De l’autre côté du globe, en ce moment même, Métis et Terra se tenaient assisse l’une en face de l’autre dans une cabine de voyage d’un train en direction de l’Europe de l’Est. L’une comme l’autre était, cependant, plongée dans leurs réflexions respectives.

La Pallasite observait le décor défilé par la fenêtre d’un air absent, elle se demandait pourquoi ses pensées étaient dirigées vers le Saint de l’Ours depuis leur séparation de ce soir-là. La demi-déesse grecque était loin de se douter que l’amérindien l’avait également vu lorsqu’il fut abusé par le charme de la Berserkeur de Niu.

L’Animæ, pour sa part, regardait ses mains posées sur ses cuisses sans les regarder vraiment à vrai dire. Elle ne cessait de ressasser tout ce qui s’était produit jusqu’à leur séparation au point de s’en rendre malade. Terra s’en voulait de ne lui avoir toujours rien dit à propos de ce qu’elle sait et que forcement lui ignorait.

— Arrête de te torturer tu veux bien ?

— Plait-il Métis ?

— Arrête de te torturer vis-à-vis de ça. Tu ne sais pas ce qu’aurais été sa réaction et peut-être aurait-elle été celle a la quel tu ne t’attendais pas.

— Oui… tu as raison

— Profite de ce voyage pour te reposer, tu en as autant besoin que moi suite notre fuite précipitée de Moscou en pleine nuit. Encore heureux que notre condition physique nous ait permis de monter dans ce train en marche.

La Pallasite et l’Animae en restèrent la pour le moment et tentèrent, autant que faire ce peut, de faire une sieste pour récupérer de leur fatigue. Ce, sans se douter que le danger qu’elles avaient fui en quittant précipitamment la capitale russe n’avait pas cessé de les épier depuis lors, il avait juste dissimulé sa présence à leurs yeux et perceptions.