Actions

Work Header

Game of Gods II - Héritage

Chapter Text

Après une longue traversée de l’océan qui s’était déroulé plus ou moins correctement. Les Saints arrivèrent enfin à bon port sur le sol américain. Autant Delphes, Alec et Yuma ne furent pas importunés par les remous faisant remuer le navire, autant Alia fut malade comme pas deux, sans oublier qu’elle l’était déjà à la base. Tous ensembles débarquèrent dès lors pour se rentre en ville et pas n’importe laquelle puisqu’il s’agissait de la grande ville de Los Angeles.

— Plus jamais ça ! S’énonça Alia, ayant encore des nausées et l’estomac secoué par cette traversé océanique. Et… je sens que je vais encore être malade…

— Calme-toi et respire profondément Alia, dit Delphes en se tenant au chevet de son amie qui était en train de rendre son dernier repas. Il va falloir nous trouver un logement pour la nuit, combien nous reste-t-il d’argent ?

— Il nous reste une centaine d’euros et très peu de yuan après avoir payé pour la traversée.

— Ce qui est sûr c’est qu’il va falloir encore trouver une solution pour se faire de la thune locale. On ne peut pas laisser Alia dégobiller partout où elle passe. Répondit Alec.

— Je vais tacher avec Alec de trouver un moyen ou un autre de se faire de l’argent et de se trouver un logement pour ce soir. Delphes, de ton coté rend toi dans un parc public avec Alia, c’est ce qui a de mieux à faire le temps que son malaise passe.

— On se retrouve ce soir les gars, et désolé encore pour ce spectacle répugnant, s’énonça Alia quelque peu gênée par la situation dans la quel elle se trouve.

Alec et Yuma partirent de leurs côtés pour faire ce qu’ils avaient dit pendant que Delphes restait au côté d’Alia qui reprenait son souffle à son aise. Elle voulait attendre que son malaise son derrière elle pour de bon avant de se diriger vers un espace public. La Saint du Dragon savait qu’il arrivait parfois à la Saint de la Croix du Sud de simuler pour ne pas aller en cours ou faire certaines tâches. Grâce à son don d’hyperempathie, elle ressentait qu’en l’occurrence, son amie était réellement mal.

***

— As-tu fait de beau rêve ma jolie ?

Celle à qui s’adressait Arès était encore somnolente et avait bien du mal à retrouver sa lucidité après la torpeur accablante dont elle s’était vue affliger. Lentement, mais surement, elle rouvrit les yeux pour constater avec déplaisir qu’elle était face à son ennemie.

— Mais… où suis-je ? se demanda Sonia, l’esprit encore embrumé par son réveil.

— Tu te trouves dans ma salle du trône, ainsi que dans une très mauvaise posture.

L’Olympien ne croyait pas si bien dire, la demi-déesse romaine se trouvait à genoux entre deux colonnes. Deux chaines à l’aspect peu conventionnelles partaient de ces dernières pour venir s’enrouler tels des serpents autour de ses poignets. Sonia se rendit enfin compte de la situation dans laquelle elle était empêtrée. Elle fit gronder son cosmos pour briser ses liens, mais n’y arriva pas cependant, les chaines aspiraient son cosmos comme une sangsue suçait le sang.

— Ce n’est pas la peine de te débattre saleté de romaine, tu as été enchainée avec un artefact dont la propriété est : d’enchaîner les dieux. Étant donné que tu es une demi-déesse, tu n’y échappes pas.

— Et qu’espères-tu de moi en me conservant enchainé ici ?

— Ce que j’espère, c’est que tu auras la sagesse de ta déesse pour répondre à mes questions. Autrement… cela pourrait vite devenir… sanglant !

— Et que veux-tu savoir, sans paraitre indiscret ?

— Je sais que le Sanctuaire de ma sœur possède des portes d’entrée et de sortie dérobées. Elle me nargue jour après jour en se tenant debout malgré toute l’adversité et la rigueur que je lui impose. Alors, tu vas me dire où sont ces chemins de traverse ! Afin que je puisse briser ma sœur et sa putain d’arrogance !!!

— Bien entendu, rapproche-toi un peu, je vais te le dire.

Arès se rapprocha de sa prisonnière et se mit à sa hauteur, Sonia avança également sa tête du visage de l’Olympien et… lui asséna un tonitruant coup de tête dans la figure. Le dieu de la guerre ne s’y attendant pas fut surpris par ce retournement de situation. Ce dernier fit quelque pas en arrière et puis toisa d’un regard haineux la demi-déesse romaine dans les yeux. Comme sa sœur, elle osait lui tenir tête avec arrogance et en l’observant avec tout autant de mépris et de dédains.

— Qu’à cela ne tienne ! Je te ferais parler de force sous la torture !

L’Olympien se retira de la salle animée par une profonde colère, tel qu’il pourrait tuer le premier venu qui lui adresserait la parole. Un peu plus tard, ce fut au tour du dieu de la terreur de faire son apparition accompagné par deux Berserkeurs qui transportaient un très lourd bloc de marbre taillé en rectangle.

— Vous pouvez le déposer ici, messieurs, et disposer après cela.

Les deux Berserkeurs se retirent de la salle après avoir salué respectueusement leur supérieur hiérarchique. Deimos pour sa part se posta devant le bloc de pierre qui allait lui servir de table et déposa un étrange bagage enroulé dans un drap dont l’existence, si on en juge par : la couleur, l’état et l’odeur, remonte au temps de la mythologie. Il déballa avec minutie ce dernier et laissa le drap se répandre aux quatre coins de sa table improvisée, dévoilant ainsi enfin son contenu.

— Elles sont merveilleuses n’est-il pas ? demanda-t-il à l’adresse de Sonia. Il s’agit d’antique artefact servant à la torture pour faire parler le téméraire de ton genre. On va bien s’amuser à présent tous les deux.

***

Alec et Yuma déambulèrent dans les rues de Los Angeles avec pour objectif d’avoir le premier travail à leur portée afin qu’ils puissent se loger à l’hôtel ce soir. Cependant, il ne semblait n’y avait guère besoin de main-d'œuvre partout là où ils se rendaient.

— Je pense qu’on est bon pour dormir à la belle étoile, s’exprima Yuma.

— Ce n’est tout de même pas possible de ne pas trouver de travail dans une ville de cette taille !

— Cela est le cadet de vos soucis à présent, tonna une voix semblant venir de partout et de nulle part à la fois.

— Qu’est-ce que tu veux toi !? Répondirent-ils en chœur en tentant de localiser la position de celui les ayant interpellés avec autant de familiarité.

— C’est ce que je veux ? Votre sang pour commencer et puis votre vie ensuite.

Celui qui venait de tenir ces effrayants propos n’était d’autre qu’un Berserkeur dont l‘allure était tout ce qu’il y avait de plus morbide et effrayant. Entre le teint de sa peau qui laissait clairement présumer qu’il était en décomposition bien que ce ne soit pas le cas ou encore son haleine empestant la putréfaction. Même sa chevelure était répugnante et grasse. Cette ignoble apparence devait s’appliquer le fait que sa cuirasse représentait une hideuse Goule.

— Merde ! Un Berserkeur ! S’écria Alec.

— Vous voyez juste, je me nomme Iblis de Yingshi.

— Ils se manifestent en plein jour et en public à présent ? S’en étonna Yuma.

— Si la loge de l’oiseau vermillon et la loge du tigre blanc ont pour coutume d’agir avec discrétion et subtilité. Il n’en va pas de même pour nous, les berserkeurs de la loge de la tortue noire.

— On va s’occuper de votre cas comme ce fut le cas pour les deux précédentes loges ! Annoncèrent-ils à l’unisson.

Le Saint de l’Hydre et le Saint de l’Ours ordonnèrent à leur Cloth respective de venir recouvrir leur corps. Chose qui se fit sans tarder dans une éblouissante lumière. Désormais parés de leur Cloth, Alec et Yuma passèrent à l’attaque sans tarder. Ils n’allaient pas tarder à comprendre à leurs dépens que les Berserkeurs constituant cette loge ne sont pas comme leur précédent adversaire.

Alia et Delphes pour leur part était aussi en mauvaise position. Un Berserkeur surgit de nulle part et déroba leur pandora-box avant de les agresser avec autant de brutalité que de violence sauvage à l’état pur. L’une comme l’autre terminèrent tête la première dans le lac tandis que leur adversaire prenait beaucoup de plaisir à les rallier.

— C’est par ça que deux loges ont été exterminées ? C’est vraiment pitoyable pour eux.

— Ne t’inquiète pas ! Ce n’est pas encore fini ! Tout ne fait que commencer !

La Berserkeur qui leur faisait face était une femme aux cheveux noirs et au teint blanchâtre, ses yeux étaient en particulier très soulignés par un noir très profond qui laissait présumer qu’elle était gothique. La cuirasse recouvrant son corps semblait représenter un oiseau, mais également une femme possédant tous les attributs d’une stryge.

— Il en faut du courage pour s’adresser de la sorte aux émissaires du dieu de la peur. Polyphonte de Xu va vous plonger dans le désespoir. « Stryges Howling » !

La Berserkeur de Xu inspira profondément et puis poussa un cri assourdissant. Le hurlement poussé par Polyphonte était d’une telle ampleur que les ondes soniques brisèrent toutes les vitres des environs en plus de briser toute chose de faible constitution dans les environs. Alia et Delphes n’eurent d’autre solution que se boucher les oreilles ou du moins, essayer de ce faire.

Le carrefour où se trouvaient les Saints se changea très vite en un champ de bataille, dès lors, la panique générale se répandit très vite chez les passants qui fuirent à toutes jambes. Alec et Yuma n’étaient guère en position plus favorable face au Berserkeur de Yingshi. Celui-ci avait déjoué leurs attaques et puis profita de leurs positions de faiblesse pour les frapper comme un damné. Iblis ne s’arrêta pas à cette simple offensive et plongea sur le Saint de l’Ours pour tenter de le mordre tel un cannibale en recherche d’une victime à dévorer.

— Lâche-le ! Hurla Alec en lui assénant un coup de poing dans le visage, éjectant le Berserkeur au loin.

Le Berserkeur se réceptionna sans mal à terre et se redressa, sa façon de se tenir debout et de se déplacer évoquait plus un zombie qu’autre chose, rien d’étonnant étant donné que sa cuirasse représentait une goule.

— Je déteste être dérangé lorsque je mange ! Tu vas payer pour cet outrage !

— C’est mon poing que tu vas te manger à présent ! « Hydra Ryusei Ken » !

Le Saint de l’Hydre dessina rapidement sa constellation et puis plaça son poing en retrait. Alec rabattit son poing en avant et déchaina un déluge de coup sur le Berserkeur de Yingshi. Loin de se laisser impressionner pour si peu, il s’avança vers le Saint en parant chacun de ses coups. Une fois face à lui, il lui asséna un puissant coup de genou dans le ventre. Tout cela s’était produit si vite qu’Alec n’avait rien vu venir.

— Que croyais-tu petit ? Qu’une attaque aussi lente pourrait m’atteindre ?

— Je n’ai pas encore dit mon dernier mot !

Le Saint de l’Hydre effectua un jeu de jambes pour faucher celle du Berserkeur qui chuta à la renverse et profita de cet instant de répit pour reprendre ses distances avant de passer à sa prochaine offensive.

— Et ça, c‘est lent !? « Herakles Mō Shū Ken » !

Le Saint de l’Hydre réunit ses poings devant lui en y concentrant son cosmos. Alec rabattit ses poings en avant et projeta deux gigantesques météores sur la position du Berserkeur de Yingshi. L’impact provoqua un raffut indescriptible ne laissant que très peu de doute à ce qui est advenu d’Iblis, cependant, ce n’est pas aussi simple que ça. Il était parvenu sans mal assimiler les deux météores et à présent retournais cette puissance contre leur expéditeur.

— Ce n’est pas possible !

— Ce hors d’œuvre ma mit en appétit, passons au plat de résistance

Iblis ouvrit sa bouche et recracha tout le cosmos absorbé sous la forme d’une immense projection qui frappa Alec de plein fouet. Le Saint de l’Hydre fut emporté par le sillage de cette dernière et il termina sa course en s’encastrant dans une façade avant de s’écrouler face contre terre. Le Berserkeur de Yingshi s’avança comme un damné vers un cadavre dont il allait se repaitre, mais avant cela il lui faut ôter la vie du jeune Saint. Dans un ultime sursaut de combativité, Alec se releva et fondit sur son adversaire.

— « Hydre Venom » !

Le Saint de l’Hydre referma son poing et fit jaillir ses griffes. Alec asséna un coup de poing à hauteur de la gorge pour égorger le Berserkeur de Yingshi, cependant, Iblis le saisit au poignet juste avant qu’il ne l’atteigne et lui tordit aussi bien le poignet que l’avant-bras.

— C’est douloureux n’est-ce pas ? S’énonça Iblis d’une voix dénuée d’empathie. Ce que tu ne sembles pas comprendre, c’est que notre loge est la plus puissante des quatre. C’est d’ailleurs pour ça que nous sommes celles représentant la peur, parce que c’est la seule chose qu’il reste après notre passage.

Le Berserkeur lui tordait à présent le bras dans le dos et lui asséna un coup de genou à la base de la colonne pour le faire chuter à genoux. Il ne lui restait à présent plus qu’une seule chose à faire avant de lui ôter la vie… le saigner à blanc !

— « Ghoul Bite » !

Le Berserkeur de Yingshi fit s’allonger ses dents. Iblis mordit le Saint de l’Hydre à la gorge comme un damné. Alec tenta tant bien que mal de se dépêtrer de l’emprise de son opposant, mais en vain, et c’était sans compter qu’il risquait de s’égorger lui-même en cas de faux mouvement.

Alia et Delphes n’étaient pas en meilleure position face à Polyphonte qui dominait les deux Saints sans le moindre mal. Subtiliser leurs Cloths avant de s’attaquer à ces dernières relevait de la lâcheté, mais ce n’était pas une notion dont s’encombraient les Berserkeur de la loge de la tortue noire. La Berserkeur de Xu prenait à présent tout le temps qu’il lui serait nécessaire pour stranguler la Saint de la Croix du Sud.

— Tu ferais mieux de me lâcher.

— Et sous quel prétexte ?

— Celui-ci… Atchoum !

— Ah ! Elle m’a contaminé avec ces miasmes ! La garce !

— Delphes ! Maintenant ! « Brutal Real» !

La Saint de la Croix du Sud asséna un coup de genou dans le ventre de Polyphonte. La puissance déployée par Alia fut tel qu’elle fractura le plastron de la Berserkeur de Xu. Cette dernière fut consternée par ce que venait de réaliser la demi-déesse romaine et relâcha son emprise. De son côté, la Saint du Dragon en avait profité pour se placer d’ores et déjà dans le dos de la Berserkeur et passa à l’attaque.

— « Rozan Sho Ryu Ha » !

La Saint du Dragon concentra son cosmos dans son poing qu’elle plaça en retrait. Delphes rabattit son poing en avant et déchaina la fureur de son cosmos. L’ampleur du coup de poing couplé à la violence de la charge cosmique transperça le corps de la Berserkeur de Xu. Polyphonte poussa un cri perçant et termina sa course dans le fleuve du parc.

Le Saint de l’Hydre gisait à présent au sol où il se vidait de son sang tandis que le Berserkeur de Yingshi s’évertuait à s’acharner désormais sur le Saint de l’Ours qui tentait tant bien que mal de protéger les civiles un peu trop curieux et téméraires des agressions brutales du Berserkeur. Toutefois, Yuma n’était pas plus en état qu’Alec pour faire face à Iblis.

— Merde…je ne peux tout de même pas y rester ainsi…

Le Saint de l’Hydre finit par s’évanouir à cause de la perte sévère de sang et durant ce moment, il revécut une scène de son passé alors qu’il n’était qu’un apprenti Saint en devenir avec la Saint d’Ophiucus ayant été désigné pour être son maitre.

— Comme Seiya et Koga l’ont démontré plus d’une fois, ce n’est pas parce que tu fais face à un adversaire plus fort que toi qu’il ne peut être vaincu. Si un jour tu tombes sur plus fort que toi, ne recule pas devant l’adversité, mais obstine-toi contre cette dernière, c’est ce qui fait notre force.

— C’est sûr que cela me sera d’une grande aide si je suis grièvement blessé.

Shaina asséna une vigoureuse claque derrière le crâne de son insolent disciple qui montrait déjà les mêmes points communs que Seiya et son père pour le respect de l’autorité et de la hiérarchie.

— Si un jour, il arrive que tu sois grièvement blessé au cours d’un combat, tu ne dois savoir qu’une seule chose : même si nos corps sont brisés, le cosmos lui est immortel. Qu’importe la gravité de tes blessures en somme, tant que tu auras la combativité pour réaliser ce qui est juste, ton cosmos te permettra de te relever et se décuplera exponentiellement par rapport à ta condition physique pour équilibrer la balance.

Une fois cette scène revécut, elle s’effaça peu à peu tandis que le corps du Saint de l’Hydre s’anima à nouveau. Il comprenait aujourd’hui toute l’étendue des paroles de son maitre et allait les mettre en application pour faire ce qui est juste. Au vu de son état et de la gravité de sa blessure à la gorge, il ne pourrait se permettre d’une seule et unique offensive. Petit à petit, Alec entreprit de se relever en étant soutenu par son seul cosmos qui ne cessait de croitre.

— Iblis ! Ce n’est pas encore terminé entre nous !

— Il n’est pas mort celui-là !?

— Par contre, toi, tu le seras dans un instant !

— Présomptueux ! Tu vas regretter ses paroles !

Le Berserkeur de Yingshi se laissa emporter par la colère et se jeta sur le Saint de l’Hydre. Cette fois-ci, Alec ferma les yeux et décida de se reposer uniquement sur ses autres perceptions, c’est ce qui lui permit ainsi d’esquiver au dernier instant le coup porter par Iblis. Désormais qu’il se tenait dans son dos, il saisit sa chance et l’attrapa aux épaules sans tarder.

— Qu’est-ce tu mijotes !?

— Tu ne vas pas tardera le savoir ! « Hydra Rolling Crash » !

Le Saint de l’Hydre fit tournoyer son cosmos autour d’eux, engendrant ainsi colonne cosmique. Alec se propulsa vers les cieux avec Iblis à une vitesse vertigineuse jusqu’à atteindre le plus haut des grattes de la ville. Au sommet de son envol, il redescendit en piqué vers le sol, tête la première, en tournoyant sur lui-même. L’impact avec le sol fut d’une ampleur inouïe et provoqua un immense vacarme. Iblis eut le crâne fracassé sur le coup, causant la mort instantané de ce dernier.

— Visiblement… Shaina avait raison…

Le Saint de l’Hydre s’écroula à son tour après cette dernière parole. Il était parvenu à vaincre le Berserkeur de Yingshi avant qu’il ne fasse d’innocente victime, mais lui non plus n’en était pas sorti indemne. Il avait perdu une quantité importante de sang dans son geste.