Actions

Work Header

Game of Gods II - Héritage

Chapter Text

— Tu es Alia de la constellation de la Croix du Sud si je ne me trompe pas.

— Tu vois justes Berserkeurs, mais qui es-tu ?

— Sache que tu fais face à l’un des douze Berserkeur zodiacaux ! Je suis Euryale du Serpent !

*

Le corps d’Euryale était intégralement recouvert par sa cuirasse à l’image de Gold Cloth. Celle-ci représentait effectivement un menaçant et intimidant serpent. Sa détentrice était pour sa part porteuse d’un masque étrangement similaire à celui des femmes Saints. Sa chevelure violette était tirée vers l’arrière en de son crâne et tiré vers quatre coins spécifiques qui formaient un trapèze. À ces quatre emplacements se formait une que de chevaux. Celle se formant vers le haut du crâne lui descendait jusqu’aux omoplates tandis que les deux inférieurs descendaient jusqu’à ses reins.

*

Alia déporta son regard sur le côté et put apercevoir que non seulement le bras gauche d’Euryale n’était plus recouvert a contrario de son bras droit, mais qu’en plus. Ce dernier était recouvert de sang séché. Elle en déduisit que la Berserkeur a dû mener un rude combat avant de venir ici.

— Ne compte pas sur Medusa pour te venir en aide. J’ai réglé son compte à ma sœur avant de finir ici. La loge du Tigre Blanc a surement fini le travail à l’heure qu’il est.

— Tu me répugnes ! Comment as-tu pu faire ça a ta propre sœur de sang !

— Mêle-toi de ce qui te regarde ! De toute manière, quand j’en aurais fini avec toi, tu seras aussi froide que le marbre de ce lieu.

— Essaye d’encaisser ça pour voir ! « Brutal Real » !

La Saint de la Croix du Sud bondit en l’air et puis descendit en piqué avec une jambe tendue en avant. Alia fit converger ton son cosmos vers sa jambe afin d’amplifier la puissance du choc et heurta de plein fouet la Berserkeur du Serpent. Cependant, Euryale se contenta d’encaisser la pleine puissance du coup avec la paume de sa main droite sans broncher.

— C’est impossible !

— Pauvre idiote, que croyais-tu.

D’un simple geste de la main, elle envoya Alia valsé en arrière en retournant sa propre puissance contre elle. Elle retomba tête la première avec violence contre la surface glacée du sol. Il fallut un instant à la Saint de la Croix du Sud pour retrouver une vision nette et précise et put constater qu’il était déjà trop tard toutefois. La Berserkeur se trouvait face à elle et lui asséna un coup de pied dans le visage qui l’envoya dos contre terre un peu plus loin.

— Tu penses que je vais avoir de la pitié pour toi parce que tu n’es qu’une gosse de treize ans ?

Euryale ne ferait preuve d'aucunes empathie comme elle venait de le stipuler. Elle n’en eut aucune envers sa propre sœur cadette, pourquoi en aurait-elle donc envers une Saint beaucoup plus jeune que cette dernière. Alia pour sa part se redressa sur ses coudes en premier lieu avant de se relever sur ses jambes. Elle est beaucoup plus puissante que les précédents ennemis qu’ils ont eus à affronter. La Saint de la Croix du Sud se rendait à présent compte de l’étendue de son erreur en pensant qu’elle pourrait lui faire face seule.

Parallèlement, les autres n’en menaient pas large face aux Berserkeurs déchainés qu’ils affrontaient chacun de leur côté. La Saint du Dragon parvenait à se défendre correctement à l’aide de son bouclier et contrattaquait de façon tout aussi brutale à l’aide des techniques de Rozan qui avaient l’avantage d’emporter plusieurs Berserkeurs à la fois.

Le Saint de l’Ours de son côté pulvérisait les cuirasses et les corps de ses opposants à l’aide de ses poings tandis que la Pallasite faisait usages de son épée. Non seulement pour les tenir en respect, mais également pour leur infliger d’importantes blessures. Methis n’entrait en contact physique avec eux pour leur siphonner leur cosmos pour régénérer elle-même.

Le Saint de l’Hydre ne faisait pas dans la demi-mesure de son côté en foudroyant ses adversaires sous un déluge de météores quand il n’entaillait par leur corps de ses griffes empoissonné. L’Animæ de Nova pour sa part déchainait la puissance de la nature au travers d’une tempête de feuilles aussi tranchante que le fils d’un rasoir et se défendait avec des lianes partant de sa Iorica dont elle se servait comme de fouet qui claquait avec vigueur.

La Saint de la Croix du Sud n’en démordait pas malgré l’écart de puissance qu’il y avait. Elle s’acharnait sur son opposante en la harcelant de coup physique. Toutefois, la Berserkeurs du Serpent les esquivait sans mal au point que cela en était frustrant. Cependant, Alia leur avait fait une promesse et se jura de la tenir coute que coute.

— « Scarlet Stinger » !

La Saint de la Croix du Sud fit s’agrandir l’ongle de son index qui se teinta d’un rouge écarlate. Alia se projeta sur son opposante tout en rabattant son index en avant afin de transpercer la Berserkeur du Serpent de son dard. Mais, ce fut un échec, une fois de plus. Elle ne fit qu’effleurer fébrilement le cou d’Euryale qui s’était déporté pour esquiver banalement l’offensive. Du revers de la main, elle frappa sans ménagement la jeune demi-déesse romaine dans le visage qui fut emporté la violence du coup et termina ventre à terre.

La Saint de la Croix du Sud voulut se relever tout de suite sans tarder, alors qu’elle se trouvait déjà à quatre pattes, La Berserkeur lui abattit son pied dans le dos pour la clouer au sol. Cette fois-ci, Alia hurla sous la violence du coup. Euryale exerçait toute la force de son poids sur le dos de la malheureuse.

— Cesse de hurler, tu peux déjà t’estimer heureuse que ce ne soit pas la tête que je t’écrase de la sorte !

Alia tenta bien de se libérer de cette fâcheuse condition en remuant, se débâtant et gigotant, mais Euryale accentua alors la pression de son pied qu’elle induisait sur le dos avec son cosmos. Arrachant un nouveau cri à la Saint de la Croix du Sud sous le joug de supplice lui étant infligé.

— Cesse de gigoter et écoute plutôt ce que je vais te dire. À la base, moi aussi j’étais une Saint sais-tu.

— Alors, pourquoi avoir rejoint les forces d’Arès sale traitresses !?

— Silence morveuse ! Medusa et moi-même avons suivi notre formation de Saint à la Palestre. Nous étions des sœurs inséparables. Nôtres force et nôtres savoir étaient enviés par tous et on nous prédisait déjà un avenir radieux au sein de l’armée de la déesse Athéna.

— Désolé, mais j’ai passé l’âge des contes de fées.

La Berserkeur courroucée par le sarcasme de la Saint de la Croix du Sud lui arracha à nouveau un cri avant de poursuivre là où elle en était avant cette insolente interruption.

— Puis vient ce jour : nous étions parvenus à nous hisser chacune jusqu’à la finale du Saint Fight, mais il ne pouvait y avoir qu’un seul vainqueur. Au lieu de laisser sa bien-aimée sœur ainée obtenir le prestigieux titre de Silver Saint. Elle me vainquit et le devint à ma place !

— Tu es méprisante !

— Elle m’avait humilié moi ! Sa propre sœur de sang !

Alors qu’Euryale semble être emporté par son roman, Alia en profita pour lui assène un coup de coude dans la cheville pour ôter le pied du Berserkeur de son dos et se dépêcha ensuite de prendre ses distances. Malgré que son visage soit masqué, il n’est pas difficile de comprendre au travers de son cosmos qu’elle est doucement agacée par la Saint de la Croix du Sud.

— Je vais déchainer toute ma puissance contre toi ! Subis ma plus puissante technique ! « Southern Cross Thunderbolt » !

La Saint de la Croix du Sud plaça ses bras de façon former une croix. Alia déchaina toute la puissance de son cosmos sous la forme d’une décharge cosmique cruciforme afin de foudroyer la Berserkeur du Serpent sur place. Un flash lumineux éblouissant semblable celui coup de foudre chassa l’obscurité de la pièce et s’abattit sur Euryale à la vitesse de Mach cent-quatre-vingt-un. Cependant, elle contenu la décharge de cosmos foudroyante d’une seule main sans le moindre mal.

— Pfff… pathétique.

Euryale fut interrompue dans son dialogue lorsqu’une éraflure se dessina sur sa gorge, laissant couler un fin filet de sang le long de cette dernière.

— Je suis Silver Saint comme Medusa ! Tu ne devrais pas me sous-estimer !

La Berserkeur du Serpent grinça des dents d’agacement, cette fois-ci c’était la goutte d’eau qui faisait déborder le vase de sa patience. Alors qu’elle continuait de la provoquer ouvertement, la Saint de la Croix du Sud fut subitement coupée dans sa parole. Le regard d’Alia s’exorbita sous le coup de la douleur tandis qu’elle ne parvenait plus à émettre le moindre son alors que sa bouche était grande ouverte. Elle referma ses bras autour du ventre et fit quelque pas chancelant en arrière.

— C’était le dernier.

— On ferait mieux d’aller rejoindre les…

Methis dérapa sur ce sol glissant et fini dos à terre, et ce, de façon un peu ridicule. Alors que Yuma s’approchait d’elle pour lui proposer sa main avant de se relever. Celui-ci dérapa également et s’étala sur la demi-déesse. L’espace d’un instant, le Saint de l’Ours et la Pallasite eurent les lèvres en contact avec celle de l’autre. Quand ils s’en rendirent comptes, ils se relevèrent prestement et s’écartèrent l’un de l’autre. Malgré le teint de leur peau respectif, l’un comme l’autre rougit tout à coup. Sous le coup de la gêne, mais pas que.

— On ne peut pas abandonner les autres ! Suis-moi !

— Attends Alec, il faut que tu saches que….

— Que je sache quoi ?

— Rien… ce n’est pas important.

Terra avait eu l’envie de tout lui avouer tout, en cet instant, en cet endroit. Mais le contexte n’y était pas approprié et craignait que cette révélation ne le perturbe. L’Animæ dut se résoudre une fois de plus à garder sa révélation pour elle. Mais elle savait qu’une fois tout cela finit, elle pourrait en faire part enfin au Saint de l’Hydre comme elle le désirait depuis longtemps. Comme elle aurait dû le faire la première fois qu’ils s’étaient rencontrés à la Palestre pour la première fois six ans plutôt.

— Alia !

Delphes venait de rebrousser chemin pour venir en aide à son amie de toujours et découvrit que celle-ci était à genoux avec une main posée à terre et la seconde posée sur le ventre. La douleur qu’elle endurait semblait grande au vu des grimaces qu’exprimait son visage. La Croix du Sud mordit sur sa chique et se releva comme elle put avec cette douleur qui courbaturait ses tripes. Ils furent rejoints très peu de temps après par les autres. À présent, la Berserkeur du Serpent n’était plus seul face à la Saint de la Croix du Sud qui était désormais épaulée par la Saint du Dragon ainsi que le Saint de l’Hydre, le Saint de l’Ours, la Pallasite et l’Animæ.

— Oh… on dirait que tes amis sont revenus pour t’aider on dirait, dit Euryale avec mépris.

— Contrairement à vous, nous sommes solidaires ! C’est à présent à nous six que tu vas avoir à faire face ! s’exprima Alia d’une voix déterminée.

— On va te régler ton compte comme pour la piétaille qui t’accompagnait ! Surenchérit Methis avec violence.

— J’ai hâte de voir cela.

Les quatre Saints ainsi que la Pallasite et l’Animæ firent gronder leurs cosmos en même temps qu’ils chargeaient tous ensemble sur la Berserkeurs du Serpent afin de la neutraliser comme il faut. La seule réaction de cette dernière fut cependant, un ricanement. Euryale porta une main à son visage et ôta son masque.

— Moi aussi j’ai quelque à vous montrer… regarder bien surtout !

Une étrange lueur jaillit soudainement des yeux d’Euryale libérée de toutes entraves imposées par le masque qu’elle portait. Tous autant qu’ils sont : Alia, Methis, Terra ou encore Alec et Yuma. Cette lueur provoqua chez eux une fascination, ils étaient comme charmés et hypnotisés par la Berserkeur qui les empêchait de détourner leurs regards du sien. Après un instant Euryale replaça son masque sur son visage et reprit la parole avec sarcasmes.

— Voilà une bonne chose de faite, on m’a toujours dit que mon regard laissait de marbre.

— Delphes qu’est-ce qui t'a pris de faire ça !?

— Je l’ai fait pour te sauver ! Sinon tu aurais été changé en pierre !

— N’importe quoi !

— Tiens… il y a deux survivantes on dirait, fit Euryale d’une voix faussement surprise.

— Il est un peu trop tôt pour parler de survivante, on n’a même pas encore commencé, répondit Alia, ayant toujours envie d’en découdre avec elle.

— Regarde plutôt derrière toi.

La Saint de la Croix du Sud se retourna dès lors pour voir ce qu’il pouvait bien se trouver derrière elle selon la Berserkeur du Serpent. Quand elle en découvrit la raison. Le visage d’Alia se liquéfia sous le coup d’une surprise accompagnée d’une horreur infinie et d’une peur indescriptible.

— Methis ! Terra ! Alec ! Yuma !

— C’est pour éviter qu’il t’arrive la même chose que je me suis interposé devant toi de la sorte. Afin de te protéger de son regard maudit avec mon bouclier.

— Ils ont été… changés en pierre… Euryale les changé en statue de pierre.

— Ils sont à présent froids comme le marbre et le resteront à jamais !

Alia fit quelque en arrière, complètement pétrifié par la peur et terrifié par les expressions que chacun renvoyait à présent. Methis ainsi qu’Alec et Yuma affichent une expression de stupéfaction tandis que le visage de Terra exprime clairement de la peur. C’est comme si l’Animæ s’était rendu compte qu’elle était en train de se changer en pierre sans rien pouvoir faire pour échapper à sa propre pétrification. La Saint de la Croix du Sud se retourna prestement, la peur avait laissé place à présent à la colère dans tous ses états.

— À présent que ces idiots sont tous devenus leur propre statue de pierre je ne crains qu’il ne reste plus que toi.

— Tu sembles m’oubl…

La Berserkeur se déplaça à la vitesse de la lumière et éjecta la Saint du dragon de sa trajectoire d’un coup de pied dans la figure. Delphes fut envoyé sans ménagement en arrière et glissa sur le sol, elle ne se releva pas pour la bonne raison qu’elle avait perdu connaissance.

— Tu vas me le payer !!!

— Le plus amusant dans l’histoire fut la réaction de Terra. Elle s’est tout de suite rendu compte que son corps commença à se rigidifier alors que la chair se faisait marbre. Elle s’est vaillamment débattue pour tenter quelque chose, mais en vain. Elle put à peine plier les genoux et bouger ses bras dans un crissement de pierre infernal que c’était déjà finit. Son cosmos se disparut en même temps que l’espoir dans ses yeux.

— Euryale !!! Je vais te tuer !!!

La Saint de la Croix du Sud referma son poing et le serra nerveusement à s’en faire blanchir toutes les phalanges sous le coup de la colère. Elle fit gronder son cosmos de manière très intimidante. Alia se jeta à une vitesse sublimée sur Euryale pour lui écraser son poing nimbé de cosmos dans la figure afin de la faire terre. La Berserkeur intercepta son coup avec sa main gauche, cependant il se passa quelque chose d’imprévu. Le poing de la jeune demi-déesse était certes auréolé de cosmos sauf que ce dernier était entré inexplicablement en combustion.

Le cosmos lui-même d’Alia était désormais incandescent à l’image de celui de sa mère. Il n’y avait désormais plus une seule once de peur dans le regard de la Saint de la Croix du Sud qui osait la fixer droit dans les yeux avec déviance au travers de son masque. Son regard vert émeraude exprimait une volonté claire et nette de sauver ceux qu’elle considérait comme ses amis.

— Quel est donc encore que cette diablerie !?

— Tu vas payer pour ce que tu leur as fait !!!

Soudainement, Euryale se mit à hurler pour une raison inconnue et assena un coup de pied tonitruant dans l’estomac d’Alia pour l’écarter d’elle au plus vite. Une odeur répugnante remplit à présent le couloir pour ceux encore capables de la sentir. Elle ne lui avait pas que brule la paume de la main, elle était intégralement brulée au-delà du troisième degré et cette odeur qui se répandît, c’était celle de la chair carbonisée. Alors que toute l’attention de leur ennemi était dirigée sur sa douleur, la Saint de la Croix du Sud en profita pour aider la Saint du Dragon à se remettre debout.

— Espèce… de sale petite… Tu vas le regretter !!!

— Et encore ce n’est qu’un début !

— Dis-moi, as-tu confiance en celle qui vient de te sauver la vie un peu plutôt ?

— Delphes est mon amie d’enfance, je lui accorde toute ma confiance ! Je mettrais ma vie entre ses mains !

— Dans ce cas, je te prends au mot !

Une fois de plus, la Berserkeur du Serpent se déplaça à la vitesse de la lumière pour se retrouver face à la Saint de la Croix du Sud et apposa les doigts de sa seule main encore valide au centre de la croix ornant son plastron et y insuffla son cosmos afin de l’en imprégner. Elle reçut dans la manœuvre un coup de la part d’Alia, mais ça n’avait guère d’importance.

— Tu vas voir ! Ce n’est pas fini !

La Saint de la Croix du Sud voulut se déplacer, mais à présent, elle se sentait étrangement lourde et lente dans ses mouvements. Alia se sentait comme presque saccadé dans ses agissements et ses pensées. En y regardant de plus près, elle constata que la croix présente sur son plastron s’était changée en pierre.

— Mais… qu’est-ce que…. qu’est-ce qui m’arrive…

— Alia ! Non !

— Delphes !... Je suis en train de me changer en pierre !

— Le pouvoir contenu dans mes yeux n’est pas que visuel, il peut aussi être physique si je le désire. A la différence prête que cela ne sera pas aussi rapide que pour tes frères et sœurs d’armes. Dix minutes ! Delphes, tu as dix minutes pour me vaincre avant qu’Alia ne soit intégralement changé en statue de pierre pour l’éternité !

Cela était un petit jeu vicieux de la part de la Berserkeur du Serpent pour mettre à l’épreuve l’amitié et la confiance qui liaient la Saint du Dragon à la Saint de la Croix du Sud. Cependant, Delphes ne devait pas trainer, parce qu’une tache de pierre venait de se répandre autour de la croix et commençait d'ores et déjà grignoter le corps d’Alia qui pouvait encore ce mouvoir… pour l’instant, mais guère à sa guise et à la vitesse qu’elle désirait.

— Ça ne se passera pas ainsi Euryale !

La Saint du Dragon bondit sur la Berserkeur du Serpent et engagea l’affrontement au corps à corps. Elle portait chaque coup avec un mélange de colère et d’angoisse. Tandis que le nombre de coups portés se multipliait, elle faisait en sorte de faire le vide dans son esprit, ne pas penser au temps qui passait. Cette course contre la montre qui lui était imposée la dégouttait autant qu’elle la terrifiait, elle n’avait pas le droit à l’erreur, pas le droit de perdre la moindre seconde. Delphes jetait toutes ses forces dans la bataille, mais Euryale anticipait chacun de ses coups, mais réussissait plus ou moins à parer les siens à l’aide de son bouclier.

Une minute venait de s’écouler et le plastron recouvrant le corps de la Saint de la Croix du Sud était à présent intégralement pétrifié et se répandait à présent sur la chair de ses bras et le bas de son torse. Étrangement, cela ne se répandit pas à sa gorge, pas encore du moins. Tant qu’elle le pouvait encore et avec énormément de difficulté, Alia réussit à plier ses bras, qui étaient déjà d’une grande rigidité, afin de pouvoir voir ses avant-bras qui étaient encore de chair et de sang.

— « Dragon Tail » !

La Saint du Dragon activa la partie représentant la queue du dragon qui est enroulé autour de son avant-bras droit. La queue ornée d’un diamant s’anima et fendit les airs comme la chaine nébulaire pour traquer sa cible. Celle-ci referma son étreinte autour du poignet du poignet gauche du Berserkeur du Serpent qui était désormais à la merci de Delphes.

— Je te tiens à présent ! Tu ne pourras plus esquiver mes coups !

— C’est ce que tu crois sombre idiote !

La Berserkeur du Serpent se saisit de la chaine refermée autour de son poignet à deux mains et induisit un coutre coup en tirant fermement vers elle. La Saint du Dragon fut arrachée du sol et attirée vers Euryale qui l’attendait. Celle-ci accueillit Delphes avec une sphère de cosmos qu’elle lui explosa dans l’abdomen. La décharge cosmique traversa son corps, lui arrachant un hurlement accompagné d’une gerbe de sang qui jaillit de sa bouche. Elle fut renvoyée en arrière jusqu’à ce que la chaine se tende et mette fin prématurément à sa course.

— Delphes !

— Et ce n’est pas encore fini !

Euryale réitéra l’opération encore une fois et cette fois-ci c’est un coup de poing en plein visage qui accueillit Delphes qui cette fois-ci s’effondra au sol. La douleur était implacable et l’empêchait de se relever, pourtant, elle le devait sans tarder. Alia pour sa part était réduit à admirer ce spectacle en toute impuissance. Elle voudrait lui venir en aide, mais le corps de la Saint de la Croix du Sud était à présent pétrifié jusqu’aux hanches. Alia assistait à présent à la macabre vision de la pierre rognant petit à petit ses avant-bras.

Faisant preuve de détermination, Delphes se releva en dépit des coups que lui assénait Euryale pour la renvoyer à sa place, à savoir par terre. Elle s’obstinait éperdument à s’attaquer à la Berserkeur du Serpent par tous les moyens possible pour sauver la Saint de la Croix du Sud dont la pétrification s’était répandue jusqu’au bout de ses ongles et terminait de rogner ses chevilles et commençait à s’attaque à ses pieds.

Alia n’allait pas se mentir à elle-même, elle était complètement envahie par la panique, mais en aucun moment ne montra cette dernière que ce soit à Delphes ou à Euryale. Elle avait une entière confiance en son amie et savait qu’elle parviendrait à ses fins. Elle déporta sa vision de ses mains de pierre et fit l’effort éreintant toutefois de redresser la tête alors que la pierre grimpait à présent le long de sa gorge.

— Delphes… j’ai… confi…. ance…

La Saint du Dragon se retourna et put admirer toute l’horreur de la scène et se rendit sans tarder auprès de son amie. Mais tout ce qu’elle put contempler, c’est la pierre se répandant sur le visage de la Saint de la Croix du Sud qui avait commencé par lui couper la parole en premier lieu. Alia adressa un dernier regard plein de confiance à Delphes avant que la pétrification ne fige ses yeux. La pierre finit son œuvre en recouvrant le serre-tête porté par la semi-déesse romaine.

— ALIIIIIIIIIIIIIIA !!!

Delphes se laissa chuter à terre, elle avait échoué, elle n’avait pas pu tenir la promesse qu’elle avait faite à Alia. Comme pour les autres, le cosmos de la Saint de la Croix du Sud s’estompa et disparut. La Saint du Dragon était en pleure et ressentait à présent un énorme vide en elle. Depuis son plus jeune âge, elle était habituée à ressentir tout ce que ressentait Alia grâce à son don d’hyperempathie. Ne plus rien ressentir d’une seconde à l’autre lui provoquait une souffrance morale et psychologique indicible. Euryale pour sa part n’en avait cure et abattit son pied sur le crâne de Delphes pour lui briser contre le sol sans pitié.

— Tu vois ? Toute demi-déesse romaine était-elle, cela ne lui a pas empêché d’être pétrifié.

La Saint du Dragon ne répondit rien contre cette désobligeante pique et appuya sur mains contre le sol pour se redresser. N’aimant pas cette obstination puérile, la Berserkeur du Serpent amplifia son cosmos pour écraser de force la tête de Delphes dans le sol.

— Cela fait dix minutes et malheureusement tu n'es pas parvenue à sauver Alia qui désormais une statue de pierre. Mais avec toutes ces agitations, il se peut que j'aie omis de préciser un détaille... dans cinq minutes les corps de tes amis s'effriteront pour devenir poussière.

— Ce n'est pas vrai ! Tu mens ! Ils sont pétrifiés certes ! Mais tu mens !

— Oserais-tu prendre le risque d'attendre cinq minutes pour vérifier la véracité de mes dires ?

Suites aux dires proférés par Euryale, soudain regain de cosmos anima le corps de Delphes. Celui-ci eut pour effet de balayer la Berserkeur du Serpent en arrière, celle-ci chuta à la renverse et heurta le sol avec fracas. La Saint du Dragon se releva, observant un instant le regard figé, mais confiant de la Saint de la Croix du Sud et se retourna prestement par la suite.

— Jamais ! Jamais je ne te le pardonnerais s’il leur arrivait quoi que ce soit !!!

— Tu n’es pas en position de me menacer sale petite pisseuse !

— « Rozan Sho Ryu Ha » !

La Saint du Dragon plaça son poing droit en retrait et y fit converger son cosmos. Delphes rabattit son poing et déchaina la fureur de son cosmos la forme d’une décharge cosmique qui prit l’apparence d’un dragon verdoyant. Elle asséna un tonitruant uppercut dans la direction de la Berserkeur du Serpent, cependant, celle-ci intercepta son coup en refermant sa main sur son poing.

— Minable… Minable ! Minable !!!

Euryale augmenta la pression de sa main sur le poing de Delphes et étouffa le cosmos de cette dernière tout en la forçant à se mettre à genoux. La Berserkeur du Serpent se contenta par la suite de lui asséner un coup de pied dans la mâchoire pour la renvoyer auprès de ses amis de marbre. La Saint du Dragon essuya le filet de sang coulant des commissures de sa bouche du revers de la main et se releva comme elle put, bien que son équilibre fût précaire.

— « Rozan Ryū Hi Shō » !

La Saint du Dragon plaça son poing droit en retrait et y fit converger son cosmos. Delphes s’auréola de son cosmos et se projeta poing en avant sur la Berserkeur du Serpent. Une fois de plus, Euryale bloqua l’offensive avec sa main et le cosmos de Delphes se déchaina vainement de part et d’autre de son opposante sans la toucher. Elle ne réussit même pas à la refaire reculer d’un pas.

— Puisque tu es du genre obstiné, je vais utiliser la manière forte ! « Venomous Snake Bite » !

La Berserkeur du Serpent fit jaillir ses ongles qui s’agrandirent de telles sortes à faire penser à la mâchoire d’un serpent. Euryale enfonça ceux-ci dans le ventre de la Saint du Dragon qui fut immédiatement empoissonné par un poison foudroyant. La charge de cosmos la propulsa en l’air et Delphes finit sa chute tête la première à nouveau contre le sol dur et froid du temple. Dos à terre et aussi sévèrement fatigué qu’empoissonné, Delphes n’avait plus ni la force, ni la volonté de combattre.

La Berserkeur du Serpent était bien l’égale des Golds Saints, comment pouvait-elle espérer l’emporter face à un adversaire la surpassant sur tous les plans. Elle n’était qu’une simple Bronze Saints parmi d'autres et cela était utopique quand bien même elle était fille de Gold Saint.

— Enfin, tu te résignes à abandonner, ce n’est pas trop tôt.

La douleur et la fatigue commençaient à faire perdre pied à Delphes qui se laissait emporter dans l’inconscience. Elle ne ressentait plus rien que ce soit le froid ou même la douleur et c’est à peine si elle entendait encore hormis les ricanements jubilatoires d’Euryale ressemblant à ceux d’un serpent qui sifflait.

— Dans très peu de temps, ils ne seront plus que poussière.

La Saint du Dragon entendu par contre cette phrase aussi distinctement que si elle se tenait face à la Berserkeur du Serpent. Cette phrase la transperçait de part en part comme un millier d’aiguilles et l’empêchait de se laisser à l’inconscience. Dans cet état entre deux états de conscience. Delphes cru percevoir des cosmos, leur cosmos alors que cela était impossible et elle le savait que trop bien et pourtant. Elle crut en reconnaitre un mieux que les autres, un cosmos qui l’avait accompagné dans toutes les étapes de sa vie ainsi que les neuf mois auparavant.

— Maman…

Delphes se laissa emporté et revigoré par ces cosmos et retrouva peu à peu ses esprits ainsi que la douleur parcourant son corps. Mais au lieu de s’en plaindre et de trouver un moyen de l’atténuer, elle laissa cette souffrance envahir pleinement son être afin d’en faire une force pour renforcer sa volonté. Peu à peu la Saint du Dragon trouva la force en elle de se mettre à genoux puis de se redresser complètement.

— On vous a pas appris à crever !?

— Alia, Methis, Terra, Alec, Yuma, en cet instant, je formule le vœu solennel de vous sauver quoique cela m’en coute ! Jaillis ! JAILLIT MON COSMOS !!!

Delphes poussa à cet instant un profond cri guerrier semblant venir de plus profond de son cœur et de ses entrailles. Le cosmos de la Saint du Dragon qui était à l’agonie se raviva avec vigueur et ne cessait de s’intensifier au fil des secondes. Cela contraignit d’ailleurs la Berserkeur du Serpent à croiser ses bras devant son visage pour se protéger du souffle cosmique qui s’en dégageait. Euryale était complètement abasourdie par ce qui était en train de se produire sous ses yeux.

— C’est impossible ! Cette puissance de ne pas venir d’elle !

Le cosmos de Delphes ne cessait de croitre de seconde en seconde au point d’en devenir réellement inquiétant et pourtant… il s’agissait là de sa véritable puissance. Delphes était comme sa mère, elle avait hérité d’elle, un cosmos d’une grande pureté. Ce qui effraya pour de bonnes raisons Euryale fut de découvrir que le cosmos la Saint du Dragon venait de changer de teinte. Passant du verdâtre / turquoise a un doré très chatoyant.

— Que les Astres soient avec moi ! « Galaxian Explosion » !!!

La Saint du Dragon frappa ses mains l’une contre l’autre et les place ensuite en retrait et concentra tout son potentiel cosmique. Delphes rabattit ses mains en avant en les joignant et exprima toute la puissance de son cosmos au travers d’une titanesque explosion cosmique comparable à celle d’une galaxie entière qui explose.

La pléiade d’astres s’abattit sur la Berserkeur du Serpent qui fut prise au piège en son sein. Euryale se retrouva dès lors au cœur d’une phénoménale explosion d’astres en chaine. Sa cuirasse et son masque volèrent en éclat tandis qu’elle subissait cette puissance déchaine sous tous les angles. En faisant appel aux forces enfouies au plus profond d’elle, Delphes avait atteint l’espace d’un instant l’illumination ultime : le septième sens.

Cependant, elle n’avait, ni le savoir, ni la maitrise suffisante pour manier une arcane de cette puissance. Cette dernière lui explosa entre les mains, la blessant sévèrement au passage. Quoi qu'il en soit, Euryale était bel et bien vaincue et gisait à présent contre le sol. Elle se savait condamnée, mais il n’était pas question qu’elle y reste seule. Rampant comme une damnée jusqu’au corps de la Saint du Dragon, elle s’apprêtait à lui trancher la gorge avec la force qu’il lui restait. Néanmoins, un tiers intervenant l’en empêchât et la força a se relevé en lui tordant le bras dans le dos. Il n’aurait aucun état d’âme à lui briser s’il le fallait.

— Profite bien des derniers instants qu’il te reste ! Parce que je vais te faire flamber sous peux !

— Kazuma ! Rappelle-toi de notre dernière discussion.

Le Saint du Phoenix porta son attention sur la Saint de Persée, sans rechigner, il relâcha le bras de la Berserkeur du Serpent qui s’écroula à terre étant donné son état actuel. Tant bien que mal, Euryale observait sa sœur qui se tenait devant elle, épée à la main.

— Euryale… il n’y qu’a seul moyen de briser la malédiction… et tu sais de quelle manière.

— Fais-le donc ! Que ce soit rapide au moins !

La Saint de Persée brandit la lame de son épée en l’air et puis… la rengaina dans son dos à la grande surprise de la Berserkeur du Serpent qui n’y comprenait plus rien. Elle devait lui prendre la vie pour rendre leur aspect véritable à ceux ayant été pétrifiés, alors pourquoi ne lui coupe-t-elle pas la tête ? Medusa posa un genou à terre et pris sa sœur ainée contre elle.

— Pourquoi ne me tues donc pas !? Je suis sûre que c’est ce que tu attends depuis le début !

— Euryale, ne l’entends-tu donc pas ? La malédiction a été brisée avant même mon arrivée en ce lieu. Ce bruit de pierre qui crise de manière insupportable, cela signifie que les pétrifiés retrouve leur état normal.

Effectivement, la pierre disparaissait çà et là à différent endroit des corps des Saint ainsi que de celui de la Pallasite et de l’Animæ. Celait prendrait du temps, mais peu à peu chacun retrouvait son aspect normal au fur et à mesure que la pierre s’estompait de leur corps. Kazuma pour sa part s’approcha d’Alia et caressa le visage de marbre de cette dernière.

— Alia, ma sœur, encore un peu de patience et tu retrouvera ton état normal.

Le Saint du Phoenix déporta ensuite son attention sur la Saint du Dragon entendu au sol dont les traits du visage étaient défigurés par la douleur. Il fit ce qu’il peut afin de l’examiner pour comprendre la source de ses souffrances. Dans le même temps, les deux sœurs continuaient un dialogue lourd de sens entre elles.

— Pourquoi donc suis-je à présent recouvert de cette Cloth ?

— Ta Cloth a toujours veillé sur toi Euryale, même quand tu t’es égaré, elle n’a jamais souhaité ta mort.

— Pourquoi !?

— Parce que tu es une Saint de la déesse Athéna. Même quand tu as décidé de passer à l’ennemi. Elle a prié nuit et jour pour toi afin que tu ne sois pas blessé. La seule chose que nous pouvions faire était d’implorer les cieux de te préserver. C’est à cet unique espoir que je me suis accroché dès lors, parce que tu es ma sœur et parce que je t’aime.

La Berserkeur du Serpent fut abasourdie par cette révélation, elle ne savait plus s’exprimer tellement sa surprise fut grande. Sa seule réaction fut de pleurer en se rendant compte de l’immensité que fut son erreur. Plusieurs minutes plus tard, chacun d’entre eux avait retrouvé ses esprits et le retour à la réalité fut plus brutal qu’il n’avait imaginé.

— Que nous est-il arrivé ? demanda Methis quelque peu déboussolé.

— J’aimerais bien le savoir, répondit Alec

— Nous avons regardé Euryale dans les yeux quand elle a ôté son masque, déclara Terra

— Tu ne vas pas me dire que… fit Yuma, n’ayant guère envie de finir sa pensée.

— Effectivement, cela eut pour conséquence de nous changer statue de pierre. Répondit l’Animæ. J’ai bien tenté d’utiliser une de mes techniques pour nous tirer de ce faux pas, mais je fus changé en pierre avant d’avoir pu y avoir recourt. Conclut-elle sur une voix beaucoup plus honteuse.

— Mais… je ne suis plus changé en statue de pierre ? s’interrogea Alia en inspectant ses mains. C’est que Delphes est parvenu à vaincre Euryale ! s’exclama-t-elle alors avec joie. Où se trouve-t-elle d’ailleurs ?

La Saint de la Croix du Sud balaya la salle du regard à la recherche de la Saint du Dragon, mais ne la voyait pas. C’est en remarquant la présence de Kazuma, qu’elle découvrit que ce dernier le tenait avec attention dans ses bras. Delphes n’allait pas bien et Alia se jeta limite par terre pour s’enquît de l’état de son amie de toujours.

— Delphes ! Qu’est-ce qu’elle a !?

— Je ne sais pas, elle était déjà dans cet état quand je suis arrivé.

— Alia…j’ai réussi…

Delphes perdit conscience suite à ces derniers mots. Malgré toutes les sollicitudes des autres. Elle ne rouvrit plus les yeux. C’est en l’examinant que la Saint de la Croix du Sud comprit son état qui était plus que critique.

— Delphes fait de l’insuffisance respiratoire et de la tachycardie ! Il faut la faire soigner au plus vite !

Tel était les effets pervers et dévastateurs du poison lui ayant été inoculé par Euryale. La vie de Delphes ne tenait désormais plus que par un fil dont il ne sied qu’aux moires de le sectionner.