Actions

Work Header

Une avalanche dans le cœur

Chapter Text

Titre : Adolescence
Auteur : ylg/malurette
Base : Belle et Sébastien (livres)
Personnages/Couples : Angelina, Jean, Guillaume ; mention d'Angelina/Guillaume et de Jean/Norbert
Genre : rites de passage
Gradation : PG / K+
Disclaimer : propriété de Cécile Aubry, je ne cherche pas à me faire de sous avec. Mais j'ai cherché longtemps dans les bouquineries d'occasion pour mettre la main sur un vieil exemplaire du Refuge du Grand Baou !

Continuité/Spoil éventuel : deuxième livre (Le document secret) ou bien série télé live jusqu'au bout pour faire large ; je doute fortement que ça ait existé dans l'anime. Faites comme moi, oubliez l'anime. (Non pas que je trouve qu'il soit mauvais en soi... je n'en ai juste plus aucun souvenir.)
Nombre de mots : 200 et des poussières

"Pas évident, de grandir dans ce trou perdu, entre sa soeur et son grand père…"

Le jour où Angelina découvrit son premier sang de femme, maculant ses draps au réveil, elle n’avait déjà plus de mère depuis longtemps pour lui expliquer ce qui arrivait. Sans rien dire au vieux César, elle finit par aller trouver le docteur Guillaume, le beau, le gentil docteur Guillaume, qui la rassura et lui expliqua tout ce qu’elle avait besoin de savoir sur son corps et sa vie de femme.

Le jour où Angelina découvrit les premières traces de sa vie d’homme en changeant les draps de son frère, elle envoya naturellement Jean voir son cher docteur Guillaume, qui expliqua au garçon tout ce qu’il avait besoin de savoir sur son corps d’homme et ses désirs.

Cependant, Guillaume ne parla que de filles –il ne lui serait pas venu à l’esprit d’évoquer ces hommes-là devant le petit Jean.

Aussi, quand Jean rencontra Norbert, il ne comprit pas tout de suite ses sentiments pour le bel étranger. L’admiration béate devant ses traits attirants, sa personnalité rayonnante, le désir fou de lui plaire, de rester constamment à ses côtés, il n’en savait pas la cause. Il décida que Norbert serait son ami, et ne sut pas, ce jour-là, qu’il venait de rencontrer son premier coup de foudre ; il ne sut bien sûr pas non plus qu’il allait au-devant de sa première trahison, de son premier chagrin d’amour.