Actions

Work Header

Sorciers en sécurité

Chapter Text

"Le mouvement Sorciers en sécurité gagne en popularité. Ils ont prévu de présenter leurs revendications demain devant le Mangemagot. Peut-être en saurons-nous plus à ce moment-là sur les intentions de ce tout nouveau parti."

Harry reposa le journal sur la table et regarda Hermione. Il était certain que son amie avait déjà fait des dizaines de recherches sur ce parti.

"Je n'ai pas trouvé grand chose. Le parti est principalement composé de sang-purs qui ne suivaient pas Voldemort ou ont pu prouver leur innocence. J'ai trouvé aussi beaucoup de personnes ayant eu un proche tué ou sévèrement blessé pendant la guerre comme les parents de Lavande, répondit-elle en chuchotant."

Comme beaucoup de personnes, Hermione avait prit l'habitude depuis la fin de la guerre d'utiliser le nom de Voldemort pour le désigner, ce qui faisait trembler Ron systématiquement. McGonagall avait ouvert une année spéciale pour les élèves qui n'avaient pas pu terminé leur septième année et les avait rassemblés, toutes maisons confondues, dans une tour réhabilitée pour l'occasion. La classe du trio d'or était un petit peu disparate puisqu'elle les avait réunis avec certains de leurs anciens ennemis comme Drago Malefoy ou Blaize Zabini, mais de manière très surprenante, aucune tension n'était apparue entre eux. Ils se tenaient simplement éloignés les uns des autres. Drago avait été le dernier à intégrer leur classe, deux mois après la rentrée, lorsque son procès s'était terminé. Si le jeune homme et sa mère n'avaient pas été envoyés à Askaban, ils le devaient à Harry qui avait témoigné pour eux. La parole du Survivant avait suffit à faire pencher la balance en leur faveur. Suite à ce procès la tour des huitièmes années, comme ils aimaient s'appeler, avait été inondée de beuglantes une première fois. Puis une seconde lors de l'arrivée de Drago. Les étudiants s'étaient simplement réfugiés dans leurs chambres et avaient attendu que les elfes les débarrassent des lettres. Cette vingtaine d'élèves avaient des privilèges que les autres, mineurs, n'avaient pas. Ils pouvaient quitter le château le soir après les cours jusqu'à minuit et pour tout le week-end s'ils le souhaitaient. Harry profitait de cette opportunité pour aller systématiquement voir son filleul Teddy Lupin chez sa grand-mère Andromeda.

"Vous faites quoi ce week-end ? demanda le brun en se levant pour quitter le petit-déjeuner.

- On va chez mes parents, Bill et Fleur sont là pour une semaine, répondit Ron avec enthousiasme.

Hermione confirma sa phrase par un hochement de tête et un beau sourire.

- Tu veux nous rejoindre ? proposa le rouquin.

- Je dois passer à Gringotts et voir Teddy, mais je peux surement vous rejoindre ce soir.

- Brillant ! On se voit tout à l'heure alors, ma mère va être ravie !"

Harry salua ses amis, prit son sac et quitta le château. Il avait rendez-vous avec les gobelins à dix heures très précises en ce samedi cinq novembre et il savait qu'il valait mieux être ponctuel avec eux.

"Monsieur Potter, l'accueillit un gobelin que Harry n'avait encore jamais rencontré alors qu'il arrivait tout juste à la banque. Veuillez me suivre dans mon bureau.

Harry s'exécuta en silence, ne cherchant pas immédiatement à connaître l'identité de ce gobelin qu'il ne connaissait pas. Il avait compris que celui-ci serait certainement son interlocuteur privilégié dans la banque et attendait donc qu'il se présente. Ce qu'il fit dès qu'ils furent tous les deux installés de part et d'autre de son bureau.

- Monsieur Potter, je suis Borgak, votre conseiller.

- Ravi de vous rencontrer Borgak. Est-ce que tous les sorciers ont un conseiller attitré ou suis-je un cas à part ? demanda le brun sur un ton léger.

- Tous les sorciers n'ont pas un conseiller attitré, monsieur Potter, mais étant donné votre situation, il nous a semblé nécessaire que ce soit votre cas.

- Ma situation ? s'étonna Harry.

- Monsieur Potter, depuis votre majorité, vous êtes le sorcier le plus riche du Royaume-Uni.

- Pardon ? s'exclama le brun, ne s'étant à aucun moment attendu à cela.

- Vous avez hérité de la fortune des Potter via vos parents, mais aussi de celle des Black via votre parrain. Remus Lupin vous a aussi nommé gestionnaire du compte de Teddy fortune liquide s'élève à soixante mille gallions. A celle-ci nous devons ajouter les différentes propriétés à travers le monde qui vous reviennent, le total s'élève à plusieurs millions de gallions.

Harry resta coi devant le gobelin. Il regarda les papiers que celui-ci lui présentait, mais n'intégrait pas les informations.

- Monsieur Potter, ces chiffres ne seront jamais divulgués par la banque et vous n'avez aucune obligation d'en parler, ni d'utiliser cet argent. Cependant, je pense qu'il serait sage pour vous de faire restaurer certaines de vos propriétés. Le Square Grimmaurd, le manoir Potter dans les Cornouailles ou les chalets Black en Alaska et à Forks, Washington, Etats-Unis.

- Pourquoi ces propriétés ont-elles besoin d'être restaurées ? Enfin pas pour le square, ça je vois très bien.

- Les ancêtres de la maison Black étaient très versés dans la magie noire, ces lieux pourraient être dangereux. De plus, tout comme le manoir Potter, ils n'ont pas été utilisés depuis de nombreuses années.

- Très bien, mais je souhaite n'envoyer que des personnes en qui j'ai toute confiance. Il me semble que Bill Weasley travaille pour vous en tant que briseur de sorts. Seriez-vous d'accord pour que je lui demande de se charger de ces missions ? demanda Harry qui se sentait toujours un petit peu dépassé par tout ça.

- Aucun soucis, monsieur Weasley est le plus qualifié pour faire cela.

- Merci, répondit Harry soulagé. Je souhaiterais aussi voir les plans des propriétés dont nous venons de parler, et les visiter si possible avant d'engager le moindre travaux.

- Très bien. Monsieur Potter, sachez que Gringotts fera tout ce qui est en son pouvoir pour vous assister, quel que soit le domaine concerné.

- Je vous remercie, que l'or coule à flot dans votre banque Borgak.

- Que votre fortune ne tarisse jamais monsieur Potter. Je vous tiendrai régulièrement au courant de l'avancée des modifications dans vos propriétés."

Sur ces dernières paroles, Harry prit congé de son conseiller et quitta la banque, se rendant directement chez Andromeda Tonks.

Teddy était déjà couché pour sa sieste lorsque Harry arriva. Andromeda lui proposa de déjeuner avec elle. Une fois le repas servi, elle tendit une lettre à Harry.

"Madame Tonks,

Nous savons à quel point votre famille a été touchée par la bataille de Poudlard. Nous souhaitons vous inviter à rejoindre notre parti, vous y trouverez un support sans faille.

Les objectifs de notre parti sont :

- Le soutien aux familles sorcières,

- Faire reculer la menace des créatures de l'ombre,

- S'assurer de la bonne organisation de notre société.

- En espérant vous accueillir bientôt parmi nous.

Le parti des Sorciers en sécurité."

L'expression "créatures de l'ombre" dérangea fortement Harry durant sa lecture de la lettre. Il était vrai que les loups-garous et les vampires, entre autres, avaient très mauvaise presse depuis la bataille de Poudlard, mais tous ne s'étaient pas battus du côté de Voldemort, loin de là. La population avait déjà tendance à condamner d'avance toute personne suspectée d'avoir suivi Voldemort ou d'être une soi-disant créature de l'ombre. Plusieurs personnes avaient même été agressées dans la rue comme Narcissa Malefoy. La blonde avait reçu un sort une semaine après son procès alors qu'elle sortait de Gringotts. Heureusement, elle n'avait pas été grièvement blessée et les gobelins avaient immédiatement appelé les Aurors. Après quelques heures à St-Mangouste, Narcissa avait pu rentrer chez elle, secouée. Malheureusement, elle n'avait pas été la seule à subir ce genre d'assauts et tous n'avaient pas eu la même chance qu'elle. Plusieurs loups-garous étaient décédés.

"Tu en penses quoi ? demanda Andromeda.

- Je ne leur ferais pas confiance, je n'aime pas ce qu'ils sous-entendent dans ce courrier, répondit Harry, pensif.

- Je suis tout à fait d'accord avec toi. Je crains que ce parti ne provoque une autre guerre. Si jamais ils venaient à diriger le Ministère, je pense qu'on aurait de bonnes raisons de craindre pour la sécurité de Teddy.

Harry resta pensif un moment. En effet, si ce parti se décidait à discriminer ceux qu'il considérait comme des créatures de l'ombre, son filleul pourrait être menacé même s'il n'avait pour l'instant manifesté aucun signe de lycanthropie.

- J'étais à Gringotts juste avant. Ils m'ont parlé de mes héritages et notamment de deux maisons de la famille Black aux Etats-Unis, une en Alaska et l'autre...

Il se tut quelques instants, essayant de se souvenir du nom donné par le gobelin.

- A Forks, Washington ? demanda finalement Andromeda.

- C'est ça ! s'exclama Harry. Ils vont s'occuper de les réhabiliter. Peut-être pourrions-nous leur demander de s'occuper d'une en priorité pour qu'on puisse s'y rendre si jamais les choses se passaient mal ici.

- C'est une bonne idée Harry. Ma grand-mère nous avait amené à Forks, mes sœurs et moi lorsque nous étions toutes jeunes, c'est un endroit très agréable, dit la sorcière, plongée dans ses souvenirs. C'était il y a quarante ans peut-être. Un de mes ancêtres s'y était installé il y a plusieurs siècles. Il y a épousé une moldue et notre famille l'a fait expulser de sa propre maison, lui lançant un sort pour le priver de sa magie. Ma famille n'a jamais été d'une grande gentillesse.

- A part toi, visiblement ! lui répondit chaleureusement Harry."

Il aimait réellement Andromeda. Cette femme avait presque tout perdu l'année précédente : son mari, sa fille et son gendre, en l'espace de trois mois. Tous étaient morts aux mains des larbins de Voldemort. Cependant, elle ne s'était pas apitoyée sur son malheur. A presque cinquante ans, elle avait pris la charge temporaire de son petit-fils, Harry ne pouvant le faire alors qu'il était toujours à Poudlard, et avait accueilli le Survivant dans sa famille à bras ouverts. Moins démonstrative que Molly Weasley, elle lui montrait tout de même qu'elle le voyait comme un fils ou un neveu.

Ils changèrent de sujet pour des choses plus légères jusqu'au réveil de Teddy. Le bébé d'environ six mois fit un grand sourire à son parrain lorsqu'il le découvrit au-dessus de son berceau et lui tendit les bras. Harry s'empressa de le prendre et passa toute sa fin d'après-midi à jouer avec lui. Quand il l'eut finalement nourrit, baigné et recouché, Harry s'excusa auprès d'Andromeda et promit de repasser le lendemain. Il transplana ensuite directement au Terrier.