Actions

Work Header

Décadence

Chapter Text

Disclaimer : Ils sont à Kishimoto, mais je doute qu'il les reconnaisse là !

Pairing : Prêt ? Ita/Sasu – Naru/Saku/Hina – Ita/Sasu/Naru

Bêta: Tamaki

Note de l'auteur : UA et OOC, je préviens d'entrée de jeu, je me suis lâchée sur cette fic. J'avais envie d'écrire un bon PWP sans me prendre la tête ni sur le scénar, ni sur les recherches. Alors oui, ça se passe dans un simili décor gréco-romain et oui, il doit y avoir des incohérences et OUI je m'en fiche royalement ! Ceci étant dit, bonne lecture !


DECADENCE

Chapitre 1

Quelque part sur les hauteurs de Konoha, sur la petite terrasse intérieure de leur riche villa, les deux frères Uchiha grignotaient, allongés sur deux banquettes. Autour d'eux, leur petite cours habituelle se vautrait dans la paresse, buvant au goulot d'amphores débordant des plus fins vins du pays. Sasuke, le plus jeune des héritiers de cette célèbre famille, picorait une grappe de raisin, écoutant la mélodie de moins en moins maîtrisée d'une jeune courtisane. Les doigts de la jeune femme s'emmêlaient sur les cordes de l'instrument, accumulant les fausses notes et faisant rire l'assemblée.

Son frère aîné, Itachi, soupira. Ses yeux se posèrent sur le cadran solaire un peu plus loin. L'après-midi n'était guère avancée et ils avaient encore deux bonnes heures devant eux. La compagnie l'ennuyait et il n'avait pas besoin de regarder Sasuke pour savoir qu'il en était de même pour lui. Ils n'avaient pas prévu d'avoir toute cette clique chez eux, mais les connaissances, les relations s'invitaient, essayaient de se faire bien voir. Le savoir-vivre des Uchiha les empêchait de mettre tout ce petit monde dehors, mais Itachi était tenté de le faire. Il savait cependant qu'il fallait faire bonne figure.

Ses yeux dérivèrent sur Sasuke, observant ses longues jambes étendues sur les moelleux coussins de son lit de table, remontant le long de sa peau jusqu'à la bordure de sa tunique.

Un nouveau soupir lui échappa alors qu'il refusait d'un geste de la main qu'on lui serve un autre verre, n'ayant pas terminé sa coupe. Son frère se leva et vint s'asseoir à côté de lui, se penchant vers son oreille.

« Si on faisait jeter tout ce petit monde dehors ? »

Itachi sourit, amusé de voir que son cadet avait suivi le même cheminement de pensées que lui.

Mais avant qu'il puisse lui signifier son accord, leur père fit son entrée, accompagné de ses gardes et de son fidèle assistant. Aussitôt la nuée de courtisans se dissipa et les deux frères s'offrirent un regard amusé.

« Prière exaucée », murmura Sasuke avec philosophie.

Itachi dissimula à peine son ricanement avant de tourner son attention vers le patriarche.

« Père, que me vaut l'honneur de votre visite en mon humble demeure ? »

L'homme avait cette mine renfrognée qu'il affichait toujours lorsqu'il était mécontent du comportement de ses fils, et cette dernière, il l'avait de plus en plus souvent sur le visage.

Itachi s'appuya sur l'unique accoudoir du sofa sur lequel il se trouvait et écouta d'une oreille distraite, ne cachant pas son désintérêt pour la diatribe de leur père.

Ce n'était pas comme si c'était nouveau. A dire vrai, depuis qu'il avait quitté la demeure familiale et que Sasuke vivait, pour ainsi dire, chez lui, ils n'avaient jamais autant vu leur géniteur. Ce dernier vivait mal la "rébellion" de ses fils. Il faut dire qu'Itachi d'abord, puis Sasuke ensuite, avaient grandi en respectant à la lettre chaque attente de leur père, et elles étaient nombreuses. Ils avaient étudié pour devenir des érudits, ils avaient appris le maniement des armes et des techniques de combat, ils avaient travaillé leurs capacités tactiques et l'ensemble des arts de la guerre. Itachi avait souvent été appelé le Prodige Uchiha. Sasuke, lui, n'était que le cadet et son père ne lui avait jamais prêté particulièrement attention. Et puis, les choses s'étaient mises à changer. Itachi avait commencé à révéler sa vraie nature, à faire les choix qui lui convenaient, même s'ils n'étaient pas du goût de leur père, à ne plus assister à ces interminables réunions de clan. Fugaku Uchiha s'était enfin mis à s'intéresser à son cadet, mais il était trop tard. Sasuke avait suivi les traces de son frère, l'entraînant dans le sillage du nouvel empereur.

Leur père était de ceux qui pensaient que ce jeune arrogant ne durerait pas longtemps à la tête de l'empire, ses fils ne partageaient pas son point de vue. Quoi qu'il en soit, lorsque les fêtes s'étaient transformées en orgies, il avait mis le holà, exhortant son aîné à se ranger et à se marier. Itachi s'était exécuté, tout du moins sur le second point. Et maintenant, les deux jeunes hommes étaient libres de faire ce qu'ils voulaient, de coucher avec ceux qu'ils désiraient et de voir ou de ne pas voir qui ils voulaient. Et leur père ne supportait pas d'avoir à ce point perdu le contrôle sur sa progéniture.

Et en effet, ce dernier fulminait de trouver ses fils à paresser de la sorte en pleine après-midi. Ils étaient intelligents, habiles de leurs corps et de leurs têtes, alors quoi ? Ce n'était pas parce qu'ils avaient les faveurs de l'empereur qu'ils devaient penser que les choses ne changeraient jamais. L'ancienne génération de consuls y travaillait d'arrache-pied. Mais, il voyait bien que les deux jeunes hommes ne l'écoutaient que par pure politesse.

Il soupira, se demandant quand ses fils avaient pris cette tournure, à quel moment, ils avaient cessé d'être ces jeunes hommes obéissants qui cherchaient la reconnaissance de leurs parents. En son temps, jamais il ne se serait permis d'agir de la sorte avec son propre père, mais les mœurs avaient évolué et pas dans le bon sens d'après lui. Tout en continuant à parler, il observait son aîné. Il avait longtemps cru que Sasuke s'était contenté de suivre son frère, mais rapidement, il avait dû se rendre à l'évidence, son plus jeune fils était celui des deux sur lequel il avait le moins d'autorité.

Il se rappelait encore à quel point son premier né avait été parfait, prodigieux et les espoirs qu'il avait nourris pour le second. Mais tout cela appartenait au passé. La décadence de l'empire était passée par là, entraînant avec elle l'obéissance, la dignité et les valeurs des sages. Il observa la façon dont la main d'Itachi était posée sur la cuisse de son frère et le sourire que ce dernier arbora lorsqu'il vit que leur père y avait les yeux rivés. Cela le mit hors de lui.

« Quant à toi, Sasuke, essaie donc de te trouver une épouse comme ton frère au lieu de…de… perdre ton temps et de nous déshonorer ! » cracha-t-il.

Sur cette dernière phrase, il sortit, la colère faisant trembler son corps en remarquant l'air impassible du jeune homme. Il quitta la villa, voyant fuir les servantes devant ses pas et remonta dans son char pour regagner le chemin de l'agora.

Sasuke s'allongea sur son frère.

« A-t-il conscience que tu m'honores bien plus souvent que ta chère épouse ? »

Itachi éclata de rire.

« Je crois qu'il ne voit et ne comprend que ce qu'il veut, même si je le suspecte de très bien savoir à quoi s'en tenir nous concernant.

— Où est-elle d'ailleurs, ta chère et tendre ?

— Comme si cela t'importait.

— Oh mais si, je suis curieux, rétorqua-t-il en attrapant la coupe que son frère n'avait pas vidée un peu plus tôt.

— Elle est au cirque », répondit ce dernier.

Sasuke sourit et leva son verre avant de dire :

« Puisse-t-elle finir entre les dents d'un lion ! »

Itachi renversa son cadet, faisant voler la coupe dont le liquide se répandit sur les riches dalles.

« Comme tu y vas, tu parles de mon épouse quand même. »

Il déposa ses lèvres dans le cou de son frère.

« Elle n'est pas particulièrement dérangeante, non ?

— Huhummm, murmura Sasuke alors qu'il rejetait la tête en arrière.

— Par ailleurs, si je me débrouille bien, elle devrait bientôt attendre notre premier enfant et tu la verras encore moins.

— Et cela devrait calmer notre père.

— Sans aucun doute, un nouvel Uchiha à façonner, il va adorer cela.

— Mais que fais-tu donc ailleurs qu'entre les cuisses de ta femme ? » plaisanta-t-il en repoussant son frère.

Sasuke détestait l'épouse d'Itachi, et cela depuis la première fois où il l'avait vue. Il avait pour principe de ne jamais utiliser son prénom, comme si elle n'était pas une personne à part entière, qu'elle était… remplaçable ? Sasuke n'était pourtant pas jaloux des conquêtes masculines ou féminines de son frère, il aimait même à les partager avec lui de temps en temps, c'était juste qu'elle, elle lui sortait par les yeux. Il ne comprenait pas comment Itachi faisait pour la supporter, même s'il ne crachait pas sur la fortune qu'elle avait apportée avec elle.

Ce dernier, justement, saisit ses poignets et les bloqua un instant autour de sa tête.

« Il se trouve que c'est entre les tiennes que j'ai envie d'être pour le moment.

— Ah oui ? »

Les mains d'Itachi répondirent pour lui, remontant le long des cuisses de son frère, écartant facilement les pans de sa tunique. Ce dernier l'aida en l'ôtant alors qu'impatient, Itachi défaisait la ceinture qui retenait son subligaculum (1), laissant son frère nu sur le lit de table. Il se leva et se dévêtit rapidement, observant, les yeux brûlants, les doigts de son cadet qui commençaient à caresser sa verge. Sans plus attendre, il s'allongea sur lui, dirigeant sa bouche vers la sienne. Sasuke l'attendait déjà lèvres ouvertes. Ces dernières glissèrent sur celles d'Itachi, prenant leur place alors que déjà leurs langues se rencontraient. Leurs corps ondulèrent rapidement pour se mouler l'un à l'autre, pendant que le plus jeune écartait largement ses jambes. Il ne perdit pas plus de temps, et tandis qu'il offrait sa bouche aux avances de son frère, le laissant diriger le baiser, ses mains, après être hâtivement passées dans les cheveux de ce dernier, y mêlant ses doigts, descendirent le long de son dos, pour venir se poser sur ses fesses, les malaxant, donnant des coups de reins qui firent frotter leurs deux sexes. Ils seraient sans doute toujours aussi surpris l'un que l'autre par la puissance et la rapidité avec lesquelles le désir qu'ils avaient l'un de l'autre montait. Ils n'avaient pourtant échangé qu'une longue série de baisers, des caresses qu'ils pouvaient presque qualifier de sages mais déjà ils n'en pouvaient plus. Les doigts de Sasuke se glissèrent entre les fesses de son frère, venant caresser son intimité, avant de la titiller délicatement.

« Mmm, Sasuke », murmura Itachi, s'arrangeant pour que l'index de ce dernier le pénètre.

Il profita de devoir tendre un peu les jambes pour ce faire, relevant ses fesses, pour accéder de sa main droite à leurs verges et se maintenant en équilibre comme il le pouvait, il commença à les masturber, ne retenant pas un gémissement de plaisir à cette double stimulation. Bientôt, Sasuke ajouta un autre doigt, s'amusant à tourner juste à l'entrée de son corps, pour en détendre l'ouverture.

« Sas… Sasuke, grogna Itachi.

— Oui ? » demanda ce dernier, amusé.

Son ton légèrement moqueur n'échappa pas à Itachi.

« Tu devrais savoir qu'il ne faut pas… ahh ! »

Le plus jeune ricana alors que d'un mouvement sûr, il venait de frapper de plein fouet la prostate de son frère.

« Tu disais ? »

Itachi ne retint pas son sourire. D'un geste habile, il attrapa la main de son frère, ne grimaçant même pas quand ses doigts ressortirent sans ménagement de son corps. Il essaya de prendre la direction de leurs ébats, mais son cadet ne se laissa pas faire et les caresses devinrent tendre lutte, les baisers, gentilles morsures et cela jusqu'à ce qu'ils ne chutent dans un entremêlement de jambes et de bras. Itachi laissa un petit rire l'agiter alors qu'il posait la tête sur la dalle en partie chauffée par le soleil.

Sasuke se releva, prenant position à cheval sur ses reins.

« Alors ? » demanda l'aîné.

Sasuke prit un instant pour réfléchir à ce qu'il voulait, observant son aîné étendu lascivement sous lui, savourant son torse musclé sur lequel ses tétons bruns ressortaient. Ses yeux descendirent plus bas, jusqu'à la fine ligne de poils sombres que sa propre verge tendue cachait partiellement. Ils remontèrent ensuite vers son visage expectatif, ses longs cheveux bruns, en partie étalés autour de ce dernier. Il se lécha les lèvres avec envie avant de se pencher vers lui.

« Prends-moi », susurra-t-il.

Ils échangèrent un nouveau baiser, doux et tendre. Une des mains de Sasuke descendit caresser le torse de son frère, titillant un de ses tétons avant de revenir sur lui-même. Il se redressa un peu, les yeux plongés dans ceux de son amant, puis il dirigea sa main sur sa propre verge. Il se caressa rapidement, imprégnant ses doigts d'un peu de liquide séminal avant de prendre la direction de son intimité. Itachi déglutit bruyamment. Rien ne l'excitait autant que de voir Sasuke se donner son propre plaisir et il ne perdit pas une miette du spectacle, observant son cadet se pénétrer de deux doigts, les enfonçant profondément en lui, ses reins accentuant les mouvements qu'ils y faisaient.

« Hummm », laissa échapper Sasuke, conscient de l'effet qu'il faisait à son frère.

Ce dernier sourit, lui murmurant de continuer.

« Tu aimes ça ? chuchota gentiment son cadet.

— Comme si tu ne le savais pas ? »

Le sourire de Sasuke prit une courbure amusée.

« Tu vois suffisamment bien ? »

Un instant, Itachi fut tenté de répondre non et de demander à Sasuke de se retourner. L'idée même de le voir à quatre pattes, se préparant de deux doigts le fit grogner et son frère laissa échapper un petit rire, imaginant très bien ce qu'il se passait dans l'esprit de son aîné à ce moment-là.

« Alors ? demanda-t-il tandis qu'il amenait ses doigts à sa bouche, se goûtant et les humidifiant, son regard se faisant plus concupiscent que jamais.

— Vil petit frère, dit Itachi devant une telle provocation. Tu mériterais que je te retourne et que je te prenne sans autre forme de procès.

— Peut-être est-ce ce que je cherche, provoqua Sasuke en introduisant de nouveau son index et son majeur dans son corps.

— Et peut-être que ce n'est pas ce que je veux.

— C'est toi qui vois, dit-il au milieu de son gémissement.

— Continue comme ça, ça me plaît », répondit finalement Itachi et disant cela, il attrapa la verge de son frère et commença à le masturber, se procurant cette même caresse de son autre main.

« Oh oui », gémit Sasuke en accélérant les mouvements de ses doigts à l'intérieur de son corps.

Itachi le laissa jouer de la sorte pendant un petit moment, savourant ses gémissements de plaisir, le voyant perdre de plus en plus pied. Finalement, il décida que les préliminaires avaient bien assez duré et qu'il ne voulait pas le voir jouir sans être bien profondément enfoui en lui pour en profiter.

Il se redressa, enlaçant son frère. Ce dernier mit fin à ses jeux auto-érotiques pour enrouler ses bras autour de son cou et ses jambes autour de ses hanches. L'aîné se redressa et le souleva, ses mains agrippant les fesses rebondies de Sasuke.

Il n'eut pas beaucoup à faire pour allonger ce dernier sur le lit de table et sans perdre de temps, il dirigea son sexe vers l'intimité de son cadet, s'y engouffrant doucement. Il aimait toujours prendre son temps pour cette première pénétration, savourant la sensation du corps chaud et étroit de Sasuke autour de sa verge, la façon dont il s'ouvrait pour lui tout en l'enveloppant fermement.

Il commença à se mouvoir lentement, après tout, ils avaient du temps devant eux. Il sentit les bras de son cadet relâcher son cou pour venir caresser de nouveau son dos. Il roula légèrement des hanches, prenant son temps. Sous lui, Sasuke souriait et Itachi se gorgeait de son beau visage. De ses mains, il repoussa les cheveux qui s'accrochaient à son front pour le dégager complètement.

« Tu es beau », dit-il.

Sasuke laissa un petit rire lui échapper.

« Tu deviens sentimental ?

— Pas vraiment, je trouve juste que… », il se pencha pour embrasser rapidement ses lèvres « tu es le plus bel amant que je puisse posséder. »

Et il le pensait. De nombreux hommes et femmes étaient passés entre ses bras et sous son corps, mais aucun ne lui correspondait autant que son frère, aucun n'avait ni cette grâce ni ses yeux-là, qui le dévoraient et le possédaient. Il se perdit encore un peu dans la contemplation de ce visage qu'il connaissait pourtant par cœur, admirant le nez fin, les lèvres humides et entrouvertes, son corps maintenant une lente cadence. Cela semblait convenir à son amant qui ne se plaignait pas et le suivait dans ce langoureux corps-à-corps.

Finalement, Sasuke tendit le cou et commença à déposer des baisers sur la figure de son frère, avant de se relever légèrement pour venir mordiller son oreille. Itachi gémit de plaisir, se penchant pour faciliter le travail de son amant.

« Plus vite », susurra ce dernier.

Itachi prit sa bouche alors même qu'il donnait un coup de reins plus vif. Il entendit le gémissement étouffé de Sasuke tandis que leurs langues se caressaient et accéléra sa cadence.

« Humm, comme ça, oui », murmura le plus jeune dès qu'il put de nouveau parler.

Encouragé par les paroles de son cadet, Itachi continua, alternant les allers-retours courts avec les longs, ses mains agrippant les cuisses de ce dernier pour le plier un peu plus. Il savait que Sasuke aimait cette position, cette soumission. Les bruits de plaisir de ce dernier excitaient Itachi comme jamais, lui faisant perdre son calme et lui donnant envie de plus. Il se retira et attrapant son frère par les cheveux, le força à se redresser avant de prendre violemment sa bouche.

Sasuke frémit puis repoussa Itachi dont la tête se cogna un peu sur l'accoudoir du lit de table.

« Hé », se plaignit-il.

Mais déjà le corps de son cadet se positionnait et son sexe s'engouffrait de nouveau en lui. Ce n'était pas ce qu'il avait prévu mais qui était-il pour faire une réclamation ? Il posa ses pieds sur le fin matelas afin de pouvoir donner des poussées vers le haut quand Sasuke s'affaissait sur lui. Ils adoptèrent immédiatement un rythme rapide, faisant bouger le lit dont les pieds grincèrent sur le marbre et s'en fichant royalement.

« Itachi, je vais venir », prévint Sasuke alors qu'il sentait la jouissance monter de plus en plus.

Son frère grogna une vague réponse avant de le précéder dans l'orgasme. Ce dernier avait encore les yeux fermés quand il sentit le sperme de son cadet gicler sur son torse, les gouttelettes chaudes se rejoignant pour former une petite flaque.

Sasuke s'assit sur son frère, le sexe de ce dernier encore en lui, essoufflé, en sueur, mais le corps rassasié. Il s'amusa de sentir les muscles de ses jambes trembler un peu, son corps rendu fébrile par le plaisir. Sous lui, Itachi poussa un long soupir de bien-être, avant de s'étirer légèrement.

« Que dirais-tu d'un bain ? demanda-t-il.

— Cela aurait été avec plaisir, mais je doute que nous ayons le temps. Par ailleurs » ajouta-t-il alors qu'il trempait son doigt dans son propre sperme avant de le porter à sa bouche « je doute de pouvoir y rester bien sage.

— Insatiable petit frère.

— Comme si tu allais te plaindre ! »

Son aîné sourit et se redressa pour venir l'embrasser de nouveau. Non, il ne se plaindrait jamais de l'appétit sexuel de son petit frère. Il aimait avoir un partenaire aussi gourmand et d'une telle endurance.

Un peu plus tard ce jour-là, après qu'ils se soient rafraîchis et aient enfilé des vêtements plus luxueux, une palmata blanche pour Sasuke et écrue pour Itachi, toutes deux décorées de palmes d'or, les deux frères rejoignirent l'empereur Utakata. Ce dernier les avait invités à assister avec lui au triomphe du général Kakashi, de retour après plus de trois ans d'absence, victorieux du siège d'Otogakure. Leur père avait beau désavouer le jeune empereur, les deux frères avaient su voir plus loin. Derrière son air alangui, se cachait une intelligence tout à fait prodigieuse. L'homme n'était peut-être pas le meilleur combattant du monde, mais il avait le talent des meilleurs stratèges et ses qualités de politicien n'étaient plus à faire. Le patriarche des Uchiha comme beaucoup d'autres, membres du sénat ou non, seraient bientôt forcés d'accepter que les décisions qu'ils qualifiaient d'inconsidérées et de risquées porteraient prochainement leurs fruits.

Pour Sasuke, le jeune homme régnerait bien plus longtemps que ses multiples prédécesseurs que des traitrises, des coups d'état et des poisons avaient renversé avant qu'ils n'aient le temps de s'installer dans leur fauteuil. Utakata n'était pas de cette trempe. Il donnait l'impression d'un homme qu'on pouvait facilement abattre, mais rien ne lui échappait.

Ils se tenaient assis sur des larges sièges, côte à côte, juste derrière le souverain, et savouraient un des vins fins des caves de l'empire. Ils étaient un certain nombre à avoir eu le privilège d'être invités par l'empereur à assister à ses côtés, sur la terrasse du palais impérial, au spectacle, mais les deux Uchiha étaient ceux qui avaient été installés les plus près de lui, créant quelques jalousies qu'ils avaient pris l'habitude de gérer. De larges tentures de tissus soyeux avaient été tendues au-dessus de leurs têtes, leur offrant une ombre bienvenue. Une petite brise, amplifiée par l'air que de nombreux esclaves munis de feuilles d'arbres gigantesques agitaient doucement autour d'eux, finissait de créer un cadre des plus confortables. La conversation était légère. Utakata savourait la présence des deux esclaves féminines, leurs charmes généreux mis en valeur, à ses pieds. La couronne de laurier sur sa tête, dans une toge picte, pourpre bordée d'or comme cela était de coutume lors de ce genre de cérémonie, tirant sur une longue pipe un mélange d'herbes qui aiguisait ses sens, il avait la prestance des plus grands.

Les murmures de la foule en contrebas grossirent et attirèrent leur attention. Même si la clameur n'était pas encore à leurs pieds, elle grandissait et s'approchait d'eux bien plus vite que l'armée triomphale. On pouvait déjà entendre les sonneries des trompettes qui résonnaient et égayaient toute la ville.

« Il semblerait qu'ils soient en bonne voie pour arriver devant vous, empereur, remarqua Sasuke.

— En effet », répondit ce dernier alors qu'il acceptait la coupe que la brune à la peau mate à ses pieds lui tendait.

La foule s'agita un peu plus et on put discerner un mouvement se former, rapprochant les membres du peuple de la route sur laquelle le général passerait bientôt. Les hommes, les femmes se serraient les uns aux autres pour avoir une chance d'avoir une meilleure vue. On pouvait presque sentir leur excitation croître au fur et à mesure que l'attente se faisait torture.

Enfin, on vit apparaître les premiers chars, croulant sous le butin ramené de la guerre. Les deux premiers présentaient les enseignes du Son, des peintures du pays mis à genoux devant la grandeur de l'empereur, des sculptures aussi. Elles n'étaient là que pour montrer à la foule ces contrées lointaines qu'elle ne verrait jamais. Cette dernière suivait tout cela mais déjà ses yeux se dirigeaient sur les chars suivants dont le contenu étincelait au soleil.

« Voilà de quoi renflouer les caisses de l'empire », murmura Sasuke à l'oreille d'Utakata.

Ce dernier sourit, contemplant les richesses, or, argent, objets précieux, vases, sculptures, gemmes diverses et variées, soigneusement posées sur les quatre chars suivants. C'était effectivement exactement ce dont il avait besoin, notamment pour payer quelques mercenaires qui lui seraient fort utiles. Il échangea un regard de compréhension avec les deux Uchiha. Ces derniers étaient parfaitement au courant de ses plans et lui avaient même conseillé de faire appel à une armée monnayable pour certaines missions difficile à confier à des soldats classiques.

Le bruit de la foule s'amplifia alors que s'avançaient les prisonniers de marque. Ils n'étaient guère nombreux, le général Kakashi ayant eu pour consigne de ne laisser que peu de survivants. Il fallait marquer les esprits. Cependant, certains guerriers dont la réputation n'était plus à faire se tenaient tête basse, pieds et mains enchaînées. La foule s'excitait mais était maintenue en ordre par les centurions de l'empire. Vinrent les membres du Sénat et les deux Uchiha s'amusèrent à voir leur père marchant fièrement parmi les siens. Ils saluèrent l'empereur et on sentait à la posture de nombre d'entre eux à quel point cela leur coûtait de devoir le faire.

« Votre père semble toujours avoir des griefs contre moi », remarqua Utakata.

Le jeune empereur n'était pas naïf à ce sujet, il savait simplement qu'il ne pouvait se débarrasser de ses détracteurs par la force, au risque de déstabiliser l'empire. Il avait bien d'autres moyens de parvenir à ses fins.

« Il changera d'avis, comme les autres », se contenta de répondre Itachi alors qu'il attrapait une grappe de raisin.

Le souverain l'imita, un sourire satisfait sur les lèvres tandis qu'un nouveau char venait se présenter à lui.

« Ino Yamanaka », murmura-t-il.

Les deux Uchiha se redressèrent un peu pour voir la jeune femme, plus radieuse que jamais. Malgré ses cinq dernières années de captivité dans le palais d'Otogakure, elle n'avait rien perdu de sa splendeur, bien au contraire, elle était devenue plus belle que jamais, son corps ayant mûri pour devenir celui d'une femme. On lui avait fait revêtir de nobles étoffes, d'une blancheur presque aveuglante. Ses longs cheveux blonds nattés dans son dos, lui donnaient un air divin et la foule se fit silencieuse devant cette apparition. La jeune femme était une des raisons pour lesquelles l'empereur avait lancé le siège de la capitale du Son. Le père de cette dernière était le plus proche et plus fidèle conseiller du roi des terres du Nord. Celui-ci considérait Ino comme sa propre fille. Il craignait trop pour sa vie pour avoir laissé ses hordes de barbares dévaster les terres d'Orochimaru et un accord avait été trouvé entre les deux contrées, un accord qui n'était pas fait pour arranger les affaires de l'empereur.

Et elle était maintenant à Konoha, se faisant révérer comme son rang, sa beauté et sa grâce le méritaient et cet accord s'en trouvait nul et non avenu. Elle leva la tête vers l'empereur qui s'inclina devant elle avant de se rasseoir.

« Je lève mon verre à la future impératrice si les Dieux le veulent bien », murmura Sasuke à l'oreille de son souverain qui posa un instant sa tête contre celle du jeune homme.

Il avait cependant volontairement été suffisamment peu discret pour que les deux esclaves et quelques courtisans puissent l'entendre. Cela n'échappa pas à Utakata.

« Tu cherches à te faire des ennemis, mon ami, lui dit ce dernier.

— Il faut bien que les rumeurs partent de quelque part, non ? Et quel meilleur moyen d'occuper l'esprit de la plèbe qu'avec un potentiel futur mariage. »

L'empereur éclata de rire. Peu de personnes étaient au courant, jusque-là, de ses projets. Non, il ne rendrait jamais Ino à son père, la jeune femme était un otage bien trop précieux. Cependant, il ne comptait pas la traiter comme n'importe quelle autre prisonnière. Celle-ci aurait la possibilité d'être élevée au rang de Déesse, de l'accompagner dans son règne. Elle était parfaite pour siéger à ses côtés et ses courbes généreuses à la manière des amazones laissaient présager des héritiers robustes et vaillants. Du reste, Sasuke avait parfaitement raison, tant que l'attention de la ville serait centrée sur cette possible union, elle ne se porterait pas sur les décisions qu'il prenait par ailleurs.

Mais le défilé continuait et la voix tonitruante des soldats, simple murmure jusque-là, se mit à résonner plus fort. Elle précédait le général, le louant bien sûr, mais le raillant aussi et les satires, que reprenaient en cœur ses hommes, parlaient toutes de son penchant pour les jolies femmes et les histoires libidineuses, lui rappelant ainsi que malgré son triomphe, il n'était qu'un homme. Et puis enfin, on put entendre les exclamations s'élever alors que le char triomphal, tiré par quatre chevaux blancs, généreusement offerts par l'empereur, et sur lequel le général Kakashi trônait, empruntait l'avenue. L'homme portait lui aussi la toge picte, d'une facture presque aussi belle que celle de l'empereur. Il tenait un sceptre d'ivoire surmonté d'un aigle et une branche de laurier. La foule clamait son nom et tous se poussaient pour pouvoir le voir.

Les deux frères le connaissaient bien pour l'avoir eu comme maître d'armes des années auparavant et le moins qu'on pouvait dire, c'est que cette campagne l'avait marqué. La chose la plus notable était le bandeau qui cachait un de ses yeux. La guerre contre les armées du Son n'avait pas été des plus tendres. Elles ne l'étaient jamais.

« Il paraît qu'il a reçu une violente blessure et qu'il aurait perdu son œil », chuchota un des notables à côté d'eux.

Les femmes présentes murmurèrent d'effroi. Cela fit sourire Sasuke, la plupart d'entre elles feignaient, elles n'auraient pas hésité à assassiner un rival ou une rivale, et elles avaient bien souvent les mains tachées de bien plus de sang que les soldats qui suivaient leur chef, leurs chants continuant à parcourir la capitale.

« Cela ne l'a pas empêché de revenir victorieux, remarqua Itachi, amusé.

— Certains hommes sont durs à abattre.

— Je crois que l'on peut en dire autant d'Orochimaru », rétorqua Sasuke à l'empereur.

Ce dernier sourit avant de tirer une nouvelle fois sur sa pipe.

« Heureusement pour nous, il a fini par être abattu.

— La meilleure chose qu'il ait faite depuis bien des années», s'amusa Itachi.

Cela fit rire l'empereur qui se redressa, ses invités l'imitèrent. La foule se mit à crier plus fort et les soldats suivirent leur exemple. Kakashi resta impassible. Il n'était pas de ces hommes qui recherchent ce genre d'attention, mais il n'ignorait pas que l'empire avait besoin de ce type d'évènement.

Utakata savait que le général venait de lui offrir bien plus qu'une victoire. Avec les armées du Son soumises et le pays à ses ordres, il asseyait définitivement son pouvoir sur les rizières et s'ouvrait une voix d'accès vers Kumo. Le projet qu'il mûrissait depuis son plus jeune âge commençait à prendre tournure.

Les deux Uchiha s'avancèrent, contemplant la masse de soldats et, à cheval juste derrière le général victorieux, ses légats et tribuns. Ces derniers se découvrirent de leur casque devant l'empereur et les yeux de Sasuke furent aussitôt attirés par une chevelure blonde et il détailla avec envie le corps puissant du guerrier, la peau tannée par le soleil, son armure étincelante, ses avant-bras cachés par des protections en cuir. Son casque sous un bras, il avait une allure un peu sauvage, malgré la rigueur de sa posture, sa cape bien en place dans son dos. Il sentit une violente envie parcourir sa chair.

« Qui est-ce ? » demanda-t-il.

Itachi sourit, reconnaissant ce timbre de voix particulier.

« Il te plaît, petit frère ? chuchota-t-il à son oreille.

— Regarde-le et ose me dire que tu ne le voudrais pas dans notre couche. »

Un rire rauque lui répondit alors que l'aîné des Uchiha détaillait le soldat qui venait d'éveiller ainsi l'intérêt de son cadet. Et il est vrai que l'homme était tout à fait délectable, une large carrure, des cuisses solides autour des flancs d'un pur-sang brun, des jambes musclées et qu'il verrait avec plaisir entourer ses hanches pour une autre sorte de chevauchée.

« Je te trouverai cette information, assura-t-il.

— Uzumaki Naruto, en grande partie responsable de la réussite du général Hatake et son légat le plus proche. Je compte l'élever au rang de général », répondit Utakata qui n'avait pas perdu une miette de cet échange.

Il aimait le libertinage dont faisaient preuve les deux Uchiha, libertinage qui lui avait permis de partager la couche des deux frères à quelques reprises, il n'avait pas eu à s'en plaindre. Il devait cependant reconnaître qu'il n'avait jamais provoqué une telle réaction chez Sasuke, il aurait pu en être jaloux si ses préférences ne l'entraînaient pas vers des créatures aux courbes plus rondes.

« C'est une plaisanterie ! lâcha Sasuke.

— Tu le connais ?

— Ce gringalet, incapable de tenir un sabre sans se blesser ? Ça ne peut pas être lui. J'ai fait une partie de mes classes avec lui et il n'était que catastrophes et échecs. J'aurais parié qu'il ne serait jamais capable de lire et d'écrire, de là à diriger des légions, c'était tout bonnement inconcevable.

— Maintenant que tu en parles, je me souviens bien de ce gamin blond, reprit Itachi. Il était en tout point incapable de se battre correctement.

— Il semble qu'il est fait de nets progrès alors. Il parait que c'est un très fin stratège », dit l'empereur.

Sasuke n'en revenait pas, ses yeux ne pouvant se détacher de cet Uzumaki qu'il avait toujours regardé de haut. Comment avait-il pu se transformer en cette délectable créature que son corps réclamait comme cela ne lui était jamais arrivé auparavant.

« N'est-il pas marié ? demanda Itachi.

— Hum, je crois que Haruno Sakura est son épouse. Mais, ce n'est pas elle qui m'empêchera d'avoir son mari. »

Et comme il disait cela, il ne put s'empêcher de se lécher les lèvres avec envie alors que ses mains se crispaient sur la rambarde de la terrasse.

« Eh bien, il me semble qu'un banquet en l'honneur du général et de ses principaux légats et tribuns est de rigueur. Qu'en dis-tu, Sasuke ? »

Le jeune homme adressa un regard à son frère, ses yeux brûlaient de désir et Itachi savait qu'avant la fin de la journée, son cadet le coincerait dans un coin pour assouvir en partie ses besoins. Il aimait quand Sasuke perdait la tête de cette façon. Et lorsque ce Naruto Uzumaki aurait accepté leur invitation, car son frère n'était pas de ceux qui abandonnaient quand il voulait quelque chose ou quelqu'un, cela promettait une nuit des plus mémorables.


(1) Internet ou le dico sont tes amis, cher lecteur ! (mais si tu es paresseux dis toi qu'il s'agit du slip de l'époque).

Et voilà pour ce premier chapitre, suite dans quinze jours pour le chapitre qui plaira sans doute le moins aux yaoistes mais que ne suis-je pas prête à vous faire lire!