Actions

Work Header

Off The Record

Chapter Text

Quelqu’un se pencha au-dessus de lui dans les ténèbres.

Emergeant à peine de rêves indistincts, Tony ne réagit pas lorsque le lit s’affaissa sous le poids d’un autre.

« -Réveillez-vous, Stark, murmura une voix de soie. J’ai besoin de vous. »

Même à moitié endormi, Tony enregistra la voix comme familière. Il n’était pas sûr qu’elle ait sa place dans sa chambre, par contre. Elle avait quelque chose de dérangeant, un murmure de menace qui l’incitait à aller enfiler son armure. Cependant, il était tard, son lit était chaud et réfléchir était un effort bien trop important. Laissant tomber, il commença à se rendormir.

« -Stark. »

Une main fraîche se referma sur son épaule, la serrant fermement.

« -Vous avez cinq secondes avant que je…
-Non mais juste – tu m’le diras demain matin, marmonna Tony, se tournant pour mêler ses jambes à celles de la personne et l’attirer plus près. »

Un poids conséquent bascula dans ses bras avec une exclamation de surprise.

« -Dors maintenant. »

Que le Ciel le préserve des coups d’un soir bavards. Renfonçant son visage au creux d’un cou chaud, Tony soupira et glissa ses doigts sur la courbe mince de la taille. Inspirant profondément, il capta l’odeur légère du savon et la richesse de l’arôme du cuir.

Huh. Du cuir.

Pas normal.

Et n’était-il pas allé se coucher seul ?

« -JARVIS, lumières. »

Se redressant sur ses coudes, Tony cligna des yeux jusqu’à ce que la personne avec laquelle il était au lit ne devienne nette.

Eh ben, merde.

« -Comment, on passe la nuit avec l’ennemi, dit malicieusement Loki. Quel scandale. Que vont penser les Avengers ? »

Il était élégamment étalé sur les couvertures. Les couvertures de Tony. Son visage s’était retrouvé…

A sa décharge, Tony parvint à rester calme. Majoritairement calme.

« -Est-ce que t’es venu ici pour me tuer ? »

Loki s’assit d’un mouvement fluide, passant une main dans ses cheveux. Ses yeux étaient très verts et très amusés. Il le regardait comme un chat regardait la souris entre ses pattes ; en tant que dîner et source de jeu, tout en un.

« -Pas aujourd’hui. Je suis venu vous apporter un message. »

Il fit sonner la chose comme s’il faisait cadeau d’un don. Ben tiens. Tony fit la grimace.

« -Et quoi, tu pouvais pas juste m’envoyer un mail ? »

Loki fronça légèrement les sourcils.

« -Je préfère une touche plus personnelle.
-Eh ben, mission accomplie, répondit Tony, n’essayant même pas de masquer l’irritation dans sa voix. Parce que c’était une touche pas mal personnelle là. Tu peux dégager de mon lit ? »

Une pensée lui vint alors et il vérifia rapidement que ses couvertures ne contenaient ni têtes de cheval, ni serpents, ni cadavres et - voir la liste en pièce jointe. Chez Loki, l’idée d’un message pouvait signifier n’importe quoi ; le type était complètement taré. Mais il était également le plus jeune frère de Thor, sorcier de son état et un enfoiré à qui il était particulièrement chiant de botter le cul. Il y avait toutes sortes de raisons pour ne pas se frotter à Loki. De plus, sans armure et sans rien d’autre qu’un pantalon de jogging en guise de protection, Tony était plutôt désavantagé.

Tain, il avait besoin d’un verre.

Il sentit les yeux de Loki sur lui alors qu’il sortait dans le couloir, se dirigeant automatiquement vers le salon mais ayant principalement juste besoin d’arrêter de voir Loki dans son lit. Tony Stark tirait sa fierté de sa capacité à s’adapter rapidement aux situations les plus stressantes, mais celle-là était pile en-dehors de sa zone de confort.

« -JARVIS. Quelle heure est-il ?
-Trois heures cinquante-huit du matin, monsieur. Je suppose que vous êtes conscient que votre invité est dans le top dix des criminels les plus recherchés par le SHIELD ?
-Merci pour le rappel, JARVIS.
-Oh ? Quelle place j’occupe ? demanda Loki derrière lui, enfin hors de son lit. »

Il semblait poser sa question au plafond, ce qui améliora légèrement l’humeur de Tony.

« -Monsieur ?
-Dis-lui.
-Oui, monsieur. Loki Laufeyson occupe actuellement la troisième place parmi les criminels aux superpouvoirs recherchés par le SHIELD.
-Je vois. »

L’expression de Loki était pincée d’agacement, sa bouche formant une ligne mince.

« -Un méchant plus aussi super qu’avant ? s’enquit vaguement Tony. Y’a des traitements pour ça. »

Cela lui valut un sale regard, mais étonnamment Loki ne prit pas la peine de le menacer de mort. Cela le fit se demander ce qui se passait exactement bordel. Il ne semblait pas être là pour se battre, ce qui ne rassurait pas exactement Tony. Les dernières années n’avaient été rien que complots et batailles lorsque Loki était concerné. Mais une visite de nuit ? C’était nouveau.

« -Donc c’est quoi ce message exactement ? demanda-t-il en arrivant dans le salon, se hâtant vers le canapé. »

Que sa tablette se trouve sous un coussin n’était juste qu’une heureuse coïncidence. Peut-être qu’il aurait le temps de contacter les autres si cette petite visite tournait au vinaigre. En-dehors de ça, elle pourrait faire une arme improvisée décente.

Au lieu de répondre immédiatement, Loki étudia la pièce avec un intérêt voilé, notant le plafond haut et les vastes fenêtres couvrantes avant de jeter un œil au décor. Ses lèvres tressaillirent bizarrement, mais il ne fit aucun commentaire.

Pour Tony, Loki avait l’air de sortir droit de l’Antiquité ou d’un film. Peut-être que c’était tout ce cuir noir et vert, ou les touches d’or étincelant sur sa gorge et ses poignets. Au moins s’était-il montré sans son casque. La mode asgardienne était flashy, mais ces cornes lui avaient donné des cauchemars à propos de chèvres durant une semaine entière après sa première apparition.

Loki ne s’assit pas, se dirigeant à la place vers les fenêtres sombres. L’aube ne serait pas avant plusieurs heures, mais il sembla trouver quelque chose valant la peine d’être regardé dehors.

« -Cela ne vient pas de moi, Stark. Laissez-moi rendre cela parfaitement clair pour vous. »

Loki ne parla pas avec une inflexion ou menace particulières dans la voix. Cependant, pensa Tony, il n’en avait pas vraiment besoin lorsqu’il se tenait dans son salon et qu’il l’avait probablement regardé dormir. C’était plus qu’un peu flippant.

« -D’accord.
-Les Avengers remplissent une fonction de récolte de fonds ce soir, n’est-ce pas ? Thor sera là. Une femme va l’approcher. »

Son expression se ferma et se refroidit.

« -Elle est blonde, avec des yeux verts. Elle favorise la même couleur pour ses vêtements. Vous la connaissez sous le nom d’Amora l’Enchanteresse. Ne la laissez pas l’approcher, de même que sa nourriture ou sa boisson. Je suggèrerais que vous l’empêchiez de venir tout court, mais je connais mon – je connais Thor. Donc je vous le dis. »

Tony fixa Loki durant un long moment.

« -Tu fais une faveur à ton frère ? dit-il, incrédule. Ecoute, désolé si je crois pas que tu…
-Que vous me croyiez ou pas ne change rien, répondit vivement Loki. Vous le ferez. Echouez, et j’arracherai ce dispositif lumineux de votre poitrine pour vous le faire manger. Est-ce clair ? »

Tony savait que s’il disait exactement à Loki où il pouvait foutre son petit message, il mettrait probablement sa menace à exécution. Donc refuser n’était pas une option. Quand même, obéir à un criminel reconnu comme un gentil petit laquais obéissant ? Foutre non.

« -Si je fais ça, qu’est-ce que tu vas me donner en retour ? »

Loki cligna des yeux, juste une fois.

« -Eh bien, la prolongation de votre existence, bien sûr.
-Ouais, désolé mais c’est pas… »

Mais bien sûr il avait disparu. Même pas un nuage de fumée ou un ricanement maniaque. Juste, parti. Tony se renfrogna.

« -Je déteste la magie. »

Attrapant sa tablette, il composa un email rapide pour Pepper.

Hey Pep,

Ai reçu un tuyau anonyme pour le gala de charité de ce soir…

Cela ne demanda pas beaucoup d’élaboration pour faire passer le message. Pepper ferait les arrangements. Envoyant le mail, il posa la tablette et se rassit, frottant une main sur son visage.

Attention aux blondes en vert.

Eh bien en tout cas, songea-t-il, assister au gala venait juste de devenir un peu plus attrayant.


Seize heures, une armure d’Iron Man et un maniaque à la hache plus tard, Tony décida qu’il allait trucider Loki et faire passer la chose pour un accident.


Un des inconvénients à garder jalousement secrète la technologie d’Iron Man était que lorsque son armure était endommagée au-delà de toute réparation, il dépendait seul de Tony d’en fabriquer une nouvelle.

D’une part, il pouvait installer quelques nouvelles améliorations auxquelles il avait pensé.

D’autre part, au diable Loki.

Il pouvait utiliser les autres armures en attendant, mais le cœur de l’affaire était que son armure favorite avait été bousillée par un type avec une hache. Une putain de hache. C’était plus qu’insultant. Au moins Clint et Steve s’étaient bien fait défoncer la gueule aussi, ce qui n’aurait pas dû le réconforter autant. Ils étaient tous les deux rentrés au QG des Avengers, quelque part où Tony savait qu’il devrait probablement être. Il avait pratiquement vécu ici les premiers mois, mais avec l’installation de l’équipe et les dispositifs de communication complètement opérationnels, rester proche n’était juste plus aussi impératif que ça l’avait été.

Alors quand il pouvait, il faisait ses réparations à la maison dans son atelier. Il y faisait sombre et frais, l’entourant de l’odeur familière de l’huile de moteur, de câbles lourds et de cuir de voiture. Parfois il y allait juste pour boire.

D’autres fois, il y allait pour s’échapper. Tony serait le premier à admettre que passer de loup solitaire à membre du groupe le plus bruyant et le plus coloré de super-héros, d’assassins et de scientifiques avait été difficile. Non pas qu’il échangerait le fait d’être Avenger pour quoi que ce soit ; il adorait son boulot et ils étaient une putain de bonne équipe. Meilleure qu’il aurait jamais pensé qu’ils deviendraient, s’il était honnête.

Il triait méthodiquement les parties de son armure détruite qu’il avait récupérées, se souvenant de ses côtes douloureuses en se penchant au-dessus des deux piles, lorsque les petits cheveux sur sa nuque se dressèrent. L’adrénaline envahit ses veines et il fit volte-face violemment, une poignée de composants saillant d’entre ses doigts à l’instar d’un poing américain grossièrement improvisé.

« -Et t’as le culot de revenir ici – putain de merde. »

Loki fit de son mieux pour présenter son habituel dédain intouchable, mais c’était ruiné par le sang peignant un rideau rouge sur une moitié de son visage. L’autre était d’une pâleur d’os, et ses yeux étaient vitreux. Une épaule était affaissée en un angle pas naturel, de toute évidence disloquée.

« -Soyez aimable et remettez-moi cela en place, voulez-vous ? »

Tony le fixa.

« -T’as vraiment l’air merdique. »

Il lâcha sa poignée de composants sur la table de travail dans une pluie de cliquetis et s’approcha prudemment de Loki, se demandant toujours à moitié si c’était une sorte de piège élaboré. Mais plus il étudiait Loki, plus il en doutait ; son expression était tendue de douleur à peine réprimée et il avait l’air d’être sur le point de s’effondrer à chaque seconde. Le connard arrogant que Tony connaissait et combattait semi-régulièrement au côté de Thor ne tomberait jamais aussi bas.

« -Merci de votre pertinente observation, aussi crue puisse-t-elle être cependant, parvint à répondre Loki d’une voix grinçante, baissant la tête. »

Du sang coulait de son menton, les gouttes brillantes s’écrasant sur le ciment lisse.

« -Vraiment Stark, bien qu’il me répugne de l’admettre, je requiers assistance. »

Tony n’en doutait pas.

« -J’ai pas vraiment – pourquoi t’as – non ok, t’as raison, ça peut attendre. »

Il se reprit.

« -Dis-moi quoi faire. »

Loki lui dit.

Le faire sortir de son cuir pour avoir correctement accès à son épaule fut la partie la plus délicate. Avec les plaques d’armure et les attaches peu familières, Tony abandonna rapidement et s’empara de son cutter laser de poche, ignorant les protestations de Loki. Comme s’il n’avait pas une armoire entière de l’exacte même tenue quelque part. Il fit Loki se pencher contre la table de travail et se mit au travail, se demandant ce qu’il foutait au juste. Et dire qu’il planifiait de se venger. Après, ce n’était jamais une mauvaise chose d’avoir un sorcier vous étant redevable.

Tony jura lorsqu’il enleva enfin l’armure, révélant le renflement pas naturel de l’os sous la peau, méchamment déplacé. Loki y jeta un œil et haussa un sourcil face à l’expression pincée de Tony.

« -S’il vous plaît, faites-moi la courtoisie de défaillir après m’avoir remis l’épaule en place, dit sèchement Loki.
-S’il te plaît, fais-moi la courtoisie de la fermer, répliqua Tony, s’emparant du poignet de Loki et le pliant vers le haut, commençant le processus pour remettre son épaule en place. »

Cela prit plus longtemps que prévu, et ce ne fut pas joli. A sa décharge cependant, Loki demeura silencieux tout le temps, mais de la sueur perlait sur son front et sa mâchoire était serrée suffisamment fort pour manquer de casser une dent. Deux cycles de rotation de bras plus tard, Tony entendit un pop répugnant alors que l’articulation se réalignait, et Loki libéra un long souffle de soulagement douloureux.

« -C’était désagréable, murmura-t-il, et Tony eut un reniflement ironique en réponse. »

Loki se redressa et palpa avec précaution l’épaule nouvellement remise en place, seulement pour commencer à tanguer dangereusement d’un côté. Il se reprit rapidement, clignant des yeux, confus.

« -Blessure à la tête, tu t’souviens ? rappela Tony, serviable. Et une vraiment pas jolie à mon avis.
-C’est une petite coupure, rien de plus.
-Vraiment ? Parce que tu viens juste de te téléporter dans la maison d’un Avenger pour demander de l’aide. »

La bouche de Loki se comprima en une ligne pâle.

« -Si vous vous étiez simplement occupés de Skurge et d’Amora comme je vous l’avais dit, je n’aurais pas été dans cette situation, d’accord ?
-Cette salope blonde et son garde du corps à la hache ? demanda Tony, décontenancé. C’est eux qui t’ont mis une raclée ?
-Mis une-vous devriez savoir que je suis ressorti vainqueur de cette petite échauffourée. »

La lueur verte de la magie enveloppa la main de Loki, et il toucha de ses doigts le haut de sa tête. Donc il pouvait guérir les blessures mais ne pouvait pas remettre en place un os désarticulé sans aide. Intéressant.

« -Juste pour rappel, tu m’as dit de pas laisser une femme approcher Thor, pas de neutraliser un rocher avec des jambes pendant qu’elle se fait la malle. J’ai fait ma part. »

Loki le gratifia d’un regard bizarre.

« -Je suppose en effet. »

Un silence gênant s’installa alors que Tony attendait qu’il fasse son petit tour de disparition. Mais rien ne se passa. Loki se tint juste là nonchalamment, essuyant le sang de son visage.

Le type était plutôt dans un sale état. Dénudé jusqu’à la taille, sa peau pâle était striée de sang du visage jusqu’au cou, son épaule gonflée. En-dessous de ça, eh ben… Tony n’était pas un parangon suffisamment digne de ce nom pour ne pas laisser ses yeux vagabonder un peu. Le petit frère de Thor n’était en rien repoussant dans le département physique, bien qu’il n’ait jamais vraiment eu la chance de s’arrêter pour regarder avant. C’était habituellement menaces de mort et sales tours de magie.

Maintenant qu’il n’y avait aucune menace de mort et qu’il semblait, de manière sous-entendue, que les visites de Loki passent sous le radar, Tony décida que la vue ne le dérangeait pas.

« -Tu vas pas y aller ? finit-il par demander. Ou je devrais sortir l’argenterie ? »

Loki fit une moue écœurée.

« -Vos tentatives de répartie ne vous font aucune faveur, Stark. »

Mais son expression changea.

« -Je suis reconnaissant de votre assistance. »

Le mot gratta sur sa langue.

Tony haussa les épaules.

« -Si t’étais vraiment reconnaissant tu me filerais les schémas de la dernière amélioration des Fatalibots de Docteur Fatalis, mais hey. De rien. Fais juste en sorte que j’me fasse pas tuer la prochaine fois qu’tu nous tombes dessus et on sera quittes. »

La bouche de Loki s’étira méchamment.

« -Mieux vaut ne pas faire de promesses que je ne peux tenir. Adieu. »

Cette fois il y eut un flux d’énergie verte lorsqu’il disparut, un lambeau déchiré de feu dimensionnel l’avalant.

Tony balança une clé anglaise dessus.


Trois semaines plus tard, Loki ouvrit une boîte de glace avec un nom pompeux et devint aussi bleu qu’un schtroumpf.

Les Avengers luttèrent pour la refermer avant que New York ne traverse un âge de glace local, et finirent par réussir. Loki fut frappé d’un éclair si féroce que le SHIELD fut en mesure de l’appréhender véritablement pour la toute première fois.

C’est là que Thor fut rappelé à Asgard.


Pour un type venant juste de battre un joueur majeur dans le jeu du terrorisme magique global, Nick Fury avait l’air foutrement en rogne.

« -Il ne parlera pas, dit Fury d’un ton plat. Avec les drogues qu’on lui administre pour supprimer sa magie, on ne peut même pas le faire parler par la manière forte, ou il se videra de son sang partout sur le sol. »

Tony fixa son scotch de manière désintéressée.

« -C’est pas c’que vous vouliez ?
-Ce que je veux, Stark, sont des informations. Loki est un enfoiré de p’tit malin, et il en sait plus sur les autres soi-disant ‘super-méchants’ que le SHIELD puisse espérer apprendre en toute une vie. »

Fury eut l’air sinistre.

« -Nous avons besoin de ce qu’il y a dans sa tête, pas dans son corps. Nous n’avons pas besoin que Thor revienne d’Asgard en tant qu’ennemi s’il découvre que Loki est mort en détention. »

Steve se pencha par-dessus la table, tendant la main vers un des dossiers de Loki. Sans son masque, Tony pouvait voir à quel point il avait l’air fatigué. Steve Rogers, ressentant la pression. C’était nouveau ça. Mais ils manquaient de gens et cela avait été de dures journées.

Banner était parti pour intervenir en tant qu’expert en radiation gamma, invité à une conférence quelconque à Prague – citant quelque chose à propos de renforcer les liens avec les nations étrangères, l’éducation et l’apprentissage et ainsi de suite. Tony espérait juste que personne ne le mettrait en rogne pendant qu’il serait là-bas. La Veuve était partie avec lui, heureusement, mais du coup il ne restait qu’Œil de Faucon, Cap et lui-même pour constituer les Avengers durant quelques jours.

« -Je ne sais pas pourquoi vous avez pensé que nous pourrions le faire parler, dit Steve, réprobateur. Nous n’avons rien de ce qu’il veut. Son seul but a été de créer des ennuis à Thor, et Thor n’est même pas là. Et nous ne pouvons pas donner à Loki son frère, ou le marteau, ou la couronne d’Odin ou peu importe ce que c’est qu’il veut. On se tape la tête contre les murs avec ce type. »

Il soupira.

« -Si nous ne pouvons pas le relâcher… »

Les yeux de Tony se plissèrent.

« -Je pensais pas que les Avengers étaient à propos d’exécuter de sang-froid, Steve. »

Steve tourna brusquement la tête et ouvrit la bouche pour parler, mais rien n’en sortit. Que pouvait-il dire ? Leurs mains étaient liées.

L’unique œil de Fury était froid.

« -Que proposez-vous que nous fassions, Stark ? Le faire promis-juré d’être gentil ? Ce type est le chaos incarné. Je ne veux pas risquer une guerre interstellaire en le tuant, mais l’unique autre alternative est de le garder ici, imbibé de drogues et retenu dans une chambre capitonnée pour le restant de sa vie. Et je pense que nous savons tous les deux combien de temps les gens de sa race vivent. »

Tony se retrouva à serrer la mâchoire plus fort qu’il ne le voulait, et prit une gorgée rapide de scotch pour le masquer. Cela le brûla tout du long jusqu’à l’estomac. Merde.

Le verre heurta la table avec un bruit sourd et il se leva, s’emparant du dossier sur la table et le mettant dans sa veste de costume.

« -Eh bien nous sommes à court d’options. Je vais lui parler. »

Steve le regarda, incrédule, mais Fury se contenta de hausser les épaules.

« -Faites juste gaffe à vos miches d’imbécile, conseilla-t-il à Tony. Il semble dopé à mort, mais il nous a déjà entubés avant. »

Résigné comme il l’était, il semblait que Fury soit ouvert aux suggestions. Il devait, pensa Tony, s’il allait le laisser entrer dans une cellule avec Loki Laufeyson, le troisième criminel à superpouvoirs le plus dangereux du SHIELD. Sur quoi ils basaient ça déjà, de toute façon ?

Tony se dirigeait déjà vers la porte lorsque Steve se manifesta.

« -Tu veux que je vienne avec toi ?
-Nah. S’il joue la comédie, avec mon historique de foutre en rogne les gens j’aurai besoin de quelqu’un pour m’écrire un éloge d’enfer. »

Steve commença à se lever de la table.

« -Tu sais, je pense que je vais venir quand même. »

Tony roula des yeux.

« -Je plaisante, détends-toi. Tu commences à ressembler à Rhodey. Je serai de retour dans une demi-heure, chrono en main. »

Il s’éclipsa et se retrouva en bas du couloir avant que Steve ne puisse faire son truc inquiet avec ses sourcils, le laissant avec Fury en séance de remue-méninges pour trouver quoi faire avec leur captif. Tout le monde savait que le SHIELD n’était pas équipé pour loger quelqu’un du calibre de Loki ; le droguer avec le mélange expérimental quelconque qu’ils avaient concocté n’était vraiment que leur tentative de contenir une grenade dégoupillée à mains nues. Lorsque Loki s’échapperait –et ce serait le cas- il détruirait la moitié de la base du SHIELD avant d’en avoir fini.

Mais ils ne pouvaient pas le tuer, non plus. Thor avait beaucoup de problèmes avec son frère, et il n’aimait certainement pas les tentatives de Loki contre sa vie, mais même Tony Stark, enfant unique et connard égoïste, pouvait voir que Thor fendrait le monde en deux s’il revenait et trouvait un cadavre à la place de son frère. Asgard pourrait même sanctionner la chose, qui savait. Odin considérait toujours Loki comme son fils, de ce qu’on disait.

Aussi étrange que cela puisse paraître, avoir capturé Loki était plus un problème que de le laisser semer le chaos. Les jours où les voitures explosaient et où il neigeait en été manquaient probablement à Fury.

Le trajet était long jusqu’à la cellule d’interrogation, avec beaucoup de barrages de sécurité sur le chemin. La plupart des agents du SHIELD le reconnurent en le voyant et le laissèrent passer, quoique sans quelques regards interrogateurs. Pas de Kevlar, pas d’arme, pas de…Steve, pensaient-ils probablement. D’aucun n’entrait pas seulement pour rendre visite à Loki, pensa-t-il ironiquement.

L’Agent Coulson sortit juste au moment où Tony arrivait à la porte. Le type était d’une impassibilité de malade, mais il souriait juste un peu, ce qui, Tony était plutôt sûr, devait être un très mauvais signe. Les légers sourires de Coulson précédaient habituellement d’horribles menaces envers sa personne.

« -Vous avez obtenu quelque chose ?
-Pas encore. Mais je peux être patient. Pas de nouvelles d’Asgard ? »

Tony secoua la tête.

« -Toujours rien. Je suppose qu’Odin n’est pas vraiment du genre à tirer la vie de son fils à pile ou face.
-Nous l’avons depuis deux semaines. Odin doit travailler plus vite, dit Coulson, remettant en place le bouton de manchette d’une de ses manches. »

Il fit un signe de tête vers la porte.

« -Vous entrez ?
-Me suis dit que je tenterais ma chance. Peut-être que je peux le foutre suffisamment en rogne pour qu’il crache quelque chose. »

Coulson acquiesça.

« -Si quelqu’un peut le faire, c’est vous. »

Tony haussa les sourcils.

« -Je vois ce que vous avez fait là, Coulson. Pensez pas que c’est pas le cas.
-Bon après-midi, Mr. Stark. »

Il tourna les talons et s’en alla par où Tony était arrivé.

« -Bon polissage de taser ! lança Tony après lui, souriant largement. »

La porte du checkpoint se referma avant qu’il ne puisse entendre la moindre réplique. Emmerder ce type était trop amusant. Probablement qu’il allait finir par se faire tuer un jour, mais c’était fun.

Les deux agents devant la porte de la cellule de Loki étaient armés et avaient incontestablement l’air mécontents d’être là. Après, si quoi que ce soit tournait au vinaigre, ils seraient probablement les premiers à mourir. Ils étaient les chemises rouges du SHIELD, les pauvres diables.

« -Vous gênez pas pour verrouiller la porte derrière moi, dit Tony alors qu’ils le faisaient entrer.
-Nous avions des ordres pour le faire de toute façon, monsieur, dit celui de gauche d’un ton plat. De même, si lors de votre sortie vous paraissez être mentalement ou physiquement compromis de quelque façon, condition ou forme que ce soit, nous sommes autorisés à user de force létale sur vous, par ordre du Directeur Fury. »

Eh bien, rien de surprenant.

« -Vous savez de quoi vous avez besoin les gars ? La foi, leur dit Tony. La foi et un ou deux valium. Sérieusement les mecs, votre tension artérielle m’inquiète. Accueillez la mort comme une vieille amie et tout ça. »

Ils pâlirent tous les deux. Tony ricanait toujours pour lui-même en entrant dans la cellule, refermant la porte derrière lui. Ses visites aux quartiers généraux du SHIELD étaient ennuyeuses habituellement. Il devait tirer le meilleur de ces instants.

« -Bienvenue dans mon humble demeure, fit une voix faible. Je vous offrirais bien du thé, mais je suis un peu retenu. »

Si Loki avait eu l’air merdique la dernière fois que Tony l’avait vu, il devait être à l’article de la mort à présent. Sanglé sur une table d’examen inclinée vers le haut, il était attaché à huit endroits différents avec d’épaisses courroies de Kevlar renforcé d’aluminium. Cheville, mollet, cuisse, taille, poignet, partie supérieure du bras, cou, et front. Une perfusion de chaque côté lui administrait par intraveineuse une dose continue d’un liquide noir qui devait être la drogue neutralisant sa magie. De grosses aiguilles étaient plantées dans les veines au creux de chaque coude, de légères toiles d’araignée noires s’étendant en éventail depuis les points de ponction.

Loki lui-même était de la nuance maladive de la crème fraîche, ses yeux complètement dilatés paraissant aussi noirs que la drogue se déversant dans son corps. Une large brûlure sinueuse suivait la courbe de son dos à l’instar de lianes tordues ; un souvenir de l’éclair de Thor. Ils l’avaient complètement déshabillé, à l’exception d’un pantalon d’hôpital parcheminé, le genre qu’ils vous faisaient porter avant une opération.

Derrière son expression prudemment mesurée, Tony était consterné. Il ne savait pas à quoi il s’était attendu, mais ce n’était pas ça. Si Thor pouvait le voir maintenant…

« -Eh bien c’est ce que j’appelle un sacré changement de donne, murmura Tony, marchant jusqu’à la table. J’ai vu des animaux écrasés dans un meilleur état que toi. Mais d’un côté plus positif, ton épaule semble péter la forme. »

Les yeux de Loki glissèrent lentement, jusqu’à être en mesure de le fixer. De façon impossible, il parvint à quelque chose s’approchant d’un rictus.

« -Oui, eh bien, fit-il d’une voix rauque. Heureusement pour moi, leur petite concoction me fait saigner comme un cochon égorgé si je suis blessé. Je saignerais d’un effleurement de doigt en ce moment.
-Vraiment ? »

Tony palpa le torse nu de Loki. En effet, un bleu de la taille d’un poing s’épanouit instantanément sous son contact, pulpeux et noir de sang.

« -Uh. Whoops. »

Loki feula mais ne prit pas la peine de hurler. Tony fut surpris de découvrir que dans les faits il se sentait plutôt mal.

« -Êtes-vous là pour me faire parler aussi ? Ils veulent tous que je parle. »

Tony secoua la tête.

« -Non, non, en fait tu as ce genre de voix très snob, irritante, tu sais ? »

Il sortit le dossier de sa veste et l’ouvrit.

« -Je préfère largement le son de ma propre voix.
-Bien sûr que vous préférez. »

Les yeux de Loki glissèrent vers le haut puis se fermèrent.

« -Qu’avez-vous là ?
-Ton dossier. C’est plus petit que je le pensais. »

Les yeux de Loki se fendirent d’une ouverture pour le foudroyer du regard. Heh. Cette blague ne s’essoufflerait jamais.

« -Donc pourquoi t’es devenu bleu lorsque t’as ouvert cette boîte de glace magique ?
-Ce n’est pas dans le dossier ?
-Nope.
-Et vous n’avez pas demandé à Thor. »

Tony eut un reniflement sarcastique.

« -Nous avons tous décidé que c’était dans nos meilleurs intérêts de ne pas demander à Thor quoi que ce soit à ton propos. Il devient un peu grincheux.
-Bien sûr. Il a honte, dit Loki avec une certaine distance. »

Tony fronça les sourcils.

« -Thor n’a pas honte de toi. Il veut récupérer son frère et il ne peut pas. Pourquoi ? Parce que tu l’as renié verbalement et que tu continues d’essayer de le tuer. C’est suffisant pour mettre la pression à n’importe quel type. On a tous certaines choses qu’on garde pour nous. »

N’était-ce pas là la vérité. Pour Tony, c’était son père, ou Obadiah. Pour Steve, c’était Bucky. Et Thor avait Loki. Pauvre bougre. Tony arrivait à avoir pitié de lui parfois.

« -Peut-être que mon changement de couleur de peau est quelque chose que je souhaite garder pour moi. »

Loki le regardait intensément à présent, guettant attentivement sa réaction.

« -Peut-être que ce ne sont pas vos affaires.
-Peut-être que t’as trop les chocottes pour en parler, le défia Tony. »

Puis il haussa les épaules.

« -Mais hey, peu importe. C’est pas comme si me le dire te libèrerait ou quelque chose du genre. Pour être honnête je pense pas qu’il y ait quoi que ce soit que tu puisses dire qui ferait le SHIELD te relâcher. »

Il put presque entendre les dents de Fury grincer depuis la salle de surveillance après avoir dit ça. Mais Loki était trop intelligent pour que la cajolerie marche. La dure vérité était ce qu’elle était ; le SHIELD ne le laisserait jamais partir. Pas à moins que cela ne soit pour Asgard, pour se faire exécuter. Ils ne pouvaient juste pas prendre le risque.

Loki ne répondit pas à ça, regardant à la place Tony de haut en bas, de la tête aux pieds, des pieds à la tête. Ils tombèrent finalement sur sa poitrine, s’y attardant.

« -Je pourrais vous parler du Coffret des Hivers Anciens, par contre. Si vous me parlez de votre…
-Piercing ? coupa Tony avec un sourire. Bien sûr, je peux te parler de ça. »

Mais alors que sa voix était légère, ses yeux traversèrent Loki comme des lasers. Ne mentionne pas le réacteur Ark, disaient-ils.

« -Mais pas aujourd’hui. Aujourd’hui, j’ai envie de te lire l’histoire fragmentée de Loki Laufeyson, prétendu Dieu de la Malice et troisième criminel aux superpouvoirs le plus dangereux du SHIELD. »

Loki fit une pause, son sourcil se haussant de manière interrogatrice.

« -J’ai tendance à penser que contre toute attente, je me connais. Mais parlez, si cela vous fait plaisir. »

Tony se rapprocha, appuyant sa hanche contre le bord métallique de la table à laquelle Loki était attaché. Retirant le trombone en haut d’une liasse d’un système de photocopies filigranées TOP SECRET, Tony s’empara de la télécommande de table dans son socle magnétisé et enfonça le bouton pour la faire s’aplatir de nouveau, plaçant Loki sur le dos.

« -Mieux ? »

Se penchant pour replacer la télécommande sous la table et hors de la minuscule portée de Loki, Tony plaça habilement le trombone dans sa main autour d’un des tubes souples de plastique, coupant son flux. Il se redressa aisément et sourit à Loki par au-dessus, lequel le regardait bizarrement. Il faisait beaucoup ça, vraiment.

« -Oui, c’est…mieux, répondit-il, hésitant. »

Il sembla se reprendre alors, et se renfrogna.

« -Je peux de nouveau sentir mes pieds, au moins.
-Alors je vais commencer, répondit Tony, feuilletant le dossier. D’après le SHIELD, la première apparition de Loki sur Terre fut en avril 2012, bien que des rapports l’impliquent dans l’apparition de technologies d’armement non enregistrées au Nouveau Mexique plus d’un an avant son apparition physique sur Terre. Voir : Odinson, Thor. Voir : Destruc- Oh attends, désolé, désolé. Oh hey, trouvons la partie où on s’est rencontrés la première fois toi et moi. Un jour très venteux, si je me souviens bien. »

Son regard pointu rencontra un fin sourire. Connard.

Tony était des plus sûr que son temps alla bien au-delà de la demi-heure qu’il avait promise à Steve, mais personne ne vint le chercher. Probablement qu’ils étaient tous rassemblés dans la salle de surveillance à l’écouter lire de l’information classée secret défense à voix haute, mais ce n’était rien que Loki ne sache pas déjà. Comme il l’avait dit, il se connaissait. Alors il continua, et si le bleu sur la poitrine de Loki commença à devenir de plus en plus petit, eh bien, il ne le commenta pas.

Tony commençait juste à lire la partie sur le sort du Tesseract lorsque Loki disparut. Lâchant le dossier de surprise, il fit volte-face pour appeler les messieurs muscle devant la porte. Ce fut là que Loki réapparut, à un cheveu de lui. Il se pencha vers Tony.

« -Merci pour l’histoire, murmura Loki contre son oreille, avant d’enfoncer une dague dans l’estomac de Tony. »

Le temps sembla s’arrêter durant un long moment, bien que seules une seconde ou deux soient probablement passées. Les lèvres de Loki étaient glaciales contre sa peau. Puis Tony sentit la chaleur mouvante de son propre sang se déverser hors de lui, et ses mains n’arrivaient pas à le contenir complètement.

Loki avait…ce fils de pute avait…

Eh bien, pensa-t-il quand Loki retira la dague et disparut dans un rugissement de feu vert, il aurait probablement dû s’attendre à ça. Tony vacilla en arrière contre le mur et glissa jusqu’au sol, agrippant son ventre alors que la porte s’ouvrait à la volée.

« -Que personne ne panique, mais je pense que j’ai été poignardé, s’entendit-il dire avant que le monde ne se mette à tourner et que tout ne devienne noir. »