Actions

Work Header

Trouver sa place

Chapter Text

Silver se mit à hennir, la faisant sursauter alors qu'elle était sur le point de s'endormir. La route vers Musutafu était plus longue que ce qu'elle avait cru et le chemin à travers les arbres paraissait ne plus en finir. Silver aussi devait en avoir marre de trimballer non seulement sa propriétaire mais également le chariot sur lequel elle tenait ses rênes.

Pourtant, ni Silver ni Natsuko n'avaient le choix. Il leur fallait arriver à Musutafu avant la nuit, qu'ils puissent y rester indéfiniment ou pas. La petite ville était trop proche du château pour être attaquée par des barbares mais rien ni personne ne pouvait confirmer à Natsuko qu'une femme seule sur un chariot pouvait être en sécurité. Elle avait une ou deux épées qu'elle avait appris à manier mais son apprentissage était extrêmement réduit.

Ce n'était pas le moment de s'endormir et, heureusement pour Natsuko, elle put bientôt apercevoir un toit pointu à travers le feuillage des arbres, signifiant que la ville était toute proche.

Musutafu était la cinquième ville qu'elle visitait depuis qu'elle avait quitté son village natal. Elle n'avait passé qu'une nuit ou deux dans chacune, ce qu'elle cherchait ne s'y trouvant pas. Sur les conseils de certains habitants, elle se rendait toujours dans une autre ville, espérant cette fois-ci trouver un point d'attache pour elle et Silver. Elle se sentait mal pour son cheval de devoir marcher autant alors qu'il devrait se reposer plusieurs jours d'affilés. Mais encore une fois, ils n'avaient pas le choix. L'argent allait commencé à manquer et Natsuko ne savait pas combien de temps ils pouvaient continuer sans qu'elle trouve du travail.

L'entrée de la ville était libre, contrairement à la dernière qu'elle avait pu visité. Quelqu'un d'autre aurait pu préféré cette entrée sans gardes, mais pour elle qui recherchait un endroit précis de la ville, c'était lui retirer la possibilité de demander son chemin à un vigile. Faisant avancer Silver au pas, elle roula sur le chemin principal jusqu'à trouver quelqu'un pour demander des renseignements.

Il ne se passa pas beaucoup de temps avant qu'elle ne croise deux jeunes hommes, l'un grand en armure, l'autre plus petit et portant un panier en osier rempli de conserves en tout genre. Elle fit arrêter Silver pour attirer leur attention.

« Excusez-moi ! Bonjour ! »

Les deux hommes tournèrent la tête vers elle avant de s'arrêter à sa hauteur. Natsuko hésitait à descendre de son chariot, certaines personnes n'ayant pas aimé qu'elle les prenne de haut du haut de son véhicule. Mais ces deux-là n'en paraissaient pas gêné.

« Oh, bonjour ! » répondit l'homme en armure. « Vous êtes nouvelle en ville ?

_Oui, je viens d'arriver à l'instant. Je... J'ai entendu dire qu'il y avait une forge abandonnée dans votre ville ?

_C'est le cas, effectivement. Est-ce que vous connaissez quelqu'un qui voudrait la reprendre ? »

Natsuko essaya de cacher sa grimace. Elle en venait une fois de plus au point qui fâchait le plus, la raison pour laquelle elle avait dû faire étape dans une poignée de villes avant d'arriver ici. Le même scénario avait une chance sur deux de se reproduire et elle ne passerait certainement pas plus d'une nuit à Musutafu.

Elle lâcha ses rênes d'une main, avant de se pointer du doigt.

« Euh, moi ? Enfin, si ça ne dérange personne... »

La plupart des gens s'indignaient en apprenant qu'une femme cherchait à être forgeron. Forgeron, forgeronne. Elle n'était pas spécialement attachée à un terme précis et, si cela gênait autant de gens, elle pouvait tout aussi bien le garder au masculin. Le fait qu'un métier en particulier soit implicitement réservé à une partie de la population lui était incompréhensible. Son père et son grand-père avaient été forgerons, alors elle avait pratiquement été élevée dans la forge de son grand-père. Maintenant qu'il ne restait plus que sa mère et sa sœur, ils avaient dû vendre la forge pour des problèmes financiers mais cela ne voulait pas dire qu'elle ne pouvait pas exercer le métier qu'elle voulait dans une autre ville.

« Oh, veuillez m'excuser pour ma méprise ! » s'exclama l'homme en armure. « Bien sûr, vous pouvez reprendre la forge si vous le souhaitez !

_Ca fait tellement longtemps qu'elle est abandonnée que c'est même arrangeant que quelqu'un la reprenne ! » intervint alors l'autre homme avec un grand sourire. « C'est juste qu'elle n'est plus en très bon état et il faudra la remettre à neuf...

_Ca ne me dérange pas. J'étais préparée à faire certains travaux de toute manière ! »

Maintenant qu'elle trouvait finalement quelqu'un pour l'autoriser à récupérer une forge, elle serait même capable d'en construire une de toute pièce.

« La clé doit être à l'hôtel de ville. » reprit l'homme au panier, avant de se tourner vers son camarade. « Tu crois que Sorahiko se souvient où il l'a mise ?

_Il a un emplacement pour toutes les clés alors elle doit se trouver avec les autres s'il n'y a pas touché... »

L'homme en armure n'avait pas l'air convaincu et Natsuko se prit à penser qu'avoir la clé de la forge allait s'avérer plus compliqué que ce qu'ils lui avaient laissé croire.

« Tu pourrais livrer ces conserves pour moi ? Je vais l'accompagner jusqu'à l'hôtel de ville, ce sera plus simple ! »

L'homme en armure accepta avec un sourire, avant de prendre le panier en osier des mains de son ami. Il salua vaguement Natsuko avant de partir, lui souhaitant de bien s'installer en ville.

« Où se trouve l'hôtel de ville ? » demanda-t-elle alors. « Montez avec moi, ce sera plus pratique.

_Merci ! C'est juste en continuant sur cette route. Il vous faudra tourner sur la gauche à un croisement ! Oh, et je m'appelle Midoriya Izuku ! Enchanté ! »

Elle aurait pu se frapper le front avec la paume de sa main pour ne pas avoir pensé à se présenter plus tôt. Elle avait appris que c'était la première chose à faire pour s'attirer la confiance d'étrangers mais c'était à croire que la fatigue commençait à avoir raison d'elle. Le soleil serait couché dans quelques heures et elle avait déjà hâte du moment où elle pourrait se coucher, que ce soit sur un vrai lit ou à l'arrière de son chariot.

« Désolée, j'aurais dû me présenter en premier... Je m'appelle Shinosaki. Shinosaki Natsuko. Enchantée, Midoriya !

_Ne vous en faites pas, même Tenya n'a pas relevé ! Oh, je parle de mon ami, il s'appelle Iida Tenya ! »

Natsuko hocha la tête en se permettant un sourire. Au moins, les habitants de Musutafu paraissaient plus aimables que ceux de Tattoin et elle n'allait pas s'en plaindre. Elle avait eu si peu de choix jusqu'à présent, qu'elle imaginait déjà que le seul lieu où elle trouverait une forge serait dans un endroit perdu où les habitants étaient repliés sur eux-mêmes. Rien n'était encore réglé, pourtant elle avait bon espoir concernant cette petite ville.

Récupérer la clé de la forge fut finalement bien plus facile qu'attendu. Le chef de la ville ne se présenta qu'avec son prénom, Sorahiko, et il manqua de frapper Natsuko avec sa canne lorsqu'elle lui demanda son nom de famille. Midoriya lui souffla à voix basse qu'il s'agissait d'un sujet délicat mais lui-même n'en connaissait pas la cause. Elle ne chercha pas à en savoir plus, d'autant qu'il lui laissa la clé sans poser la moindre question.

Cette fois-ci, Midoriya la guida jusqu'à la forge. Et, si elle devait être honnête, elle s'attendait à un état bien plus délabré que ce qu'elle eut en face des yeux. La porte d'entrée était en bonne état et la serrure ne grinça pas lorsqu'elle y inséra la clé. A l'intérieur, il y avait une énorme couche de poussière et des toiles d'araignées dans chaque coin de mur mais il ne s'agissait de rien qui ne résiste à un grand ménage. Le foyer allait cependant avoir besoin d'un peu de rénovation mais Natsuko avait les outils nécessaires dans son chariot.

« Il y a toutes les pièces de vie à l'étage. » l'informa Midoriya. « L'ancien forgeron vivait là-haut mais je pense que tout est tellement vieux qu'il va falloir rénover aussi...

_Vous savez s'il y a une place pour que j'installe mon cheval ? »

Comme s'il savait qu'elle parlait de lui, elle entendit Silver se mettre à hennir, toujours accroché au chariot juste en face de la forge.

« Je ne pense pas, non... Mais la famille Jirou s'occupe de chevaux alors vous pouvez leur demander de garder le votre le temps qu'il faudra. Ils n'y verront aucun inconvénient ! »

Elle avait du mal à croire que les gens d'ici puissent être aussi arrangeant, pourtant elle ne dit rien, repérant une porte à l'opposé de la pièce pour tenter d'accéder à l'étage supérieur.

Il y avait en tout trois pièces à l'étage. Un espace de vie assez grand avec une cuisine accolée, une petite chambre où se trouvait encore un matelas en piteux état, ainsi qu'une petite salle d'eau où l'eau courante avait été autrefois installée. Elle avait certainement été coupée depuis que la forge avait été abandonnée et il s'agissait d'une autre chose que Natsuko allait devoir régler avant de pouvoir s'installer confortablement dans ces lieux. Mais ce n'était rien qui paraissait insurmontable. Le conduit du foyer de la forge donnait sur l'un des murs de l'espace de vie, aussi n'aurait-elle pas à s'inquiéter d'avoir froid pendant l'hiver. Dans la chambre, elle pourrait toujours se fournir en couvertures et fourrures lorsqu'elle en aurait les moyens.

« Il me faudra faire réparer la cuisine aussi. Est-ce qu'il y a un endroit où je peux me restaurer d'ici là ?

_Il a l'auberge tenue par les Asui. Si vous ne tenez pas à dormir ici cette nuit, je suis certain qu'ils doivent même avoir des chambres de libre !

_Ca ira, merci. » répondit-elle en secouant la tête. « J'ai un matelas dans mon chariot alors je vais juste me débarrasser de celui qui est toujours ici. Je pense avoir le temps de nettoyer un minimum de poussière avant de me coucher de toute façon.

_Alors je vous conduis chez les Jirou ? »

Elle avait presque oublier qu'elle devait leur confier Silver, à défaut d'avoir une étable accolée à la forge. Natsuko hocha la tête avant de se pincer l'arrête du nez. Son cerveau se transformait en compote. Si cela continuait, elle allait passer par la case sommeil avant de ne serait-ce qu'essayer faire le ménage.

La famille Jirou était bien plus arrangeant que ce qu'elle avait imaginé. Natsuko s'attendait à devoir vider le reste de sa bourse rien que pour les frais de pension, pourtant il s'avéra que la dernière de la famille, Jirou Kyoka, une amie de Midoriya, ne lui en demandait pas autant.

« Un cheval de plus ou de moins ça ne nous fait pas vraiment de différence. » souffla-t-elle. « Alors je veux juste assez pour pouvoir couvrir sa nourriture. »

Elle en fut bouche bée et ne chercha même pas à protester. Alors même qu'elle laissait quelques pièces à la jeune femme, elle commençait déjà à penser qu'elle devait être en train de dormir à l'arrière de son chariot et qu'elle rêvait tout ce qui était en train de se passer. Il n'y avait aucun moyen pour qu'elle soit acceptée aussi facilement dans cette ville et que tout le monde soit aussi arrangeant avec une inconnue. La séparation avec son cheval fut tout de même trop réelle pour qu'il s'agisse d'un rêve et elle eut la vague impression d'abandonner injustement son compagnon de route.

« Comment est-ce que vous pouvez faire aussi facilement confiance à une inconnue ? »

Elle avait finalement décidé de poser la question, alors que Midoriya insistait pour la raccompagner à la forge, au cas où elle ne se souviendrait pas du chemin. Honnêtement, elle en était reconnaissante, puisque avec la nuit qui tombait, elle était incapable de discerner le chemin qu'ils avaient fait en sens inverse.

« Vous n'avez clairement aucune mauvaises intentions. » sourit Midoriya après un instant d'hésitation. « Et ça nous arrange que quelqu'un puisse récupérer la forge. Surtout Tenya et les Jirou. Pour des réparations d'armures ou de fers à cheval, ils sont obligés de se rendre dans la ville la plus proche, qui est à une journée de route d'ici. »

Natsuko décida qu'elle était trop fatiguée pour chercher à comprendre s'il s'agissait d'une raison valable pour lui faire confiance ou non. Et ce dut être la fatigue qui lui souffla ses prochains mots.

« Je pense qu'on a à peu près le même âge, non ? Autant se tutoyer si je dois vivre ici.

_Oh, je vais te prendre aux mots alors ! »

L'espace d'un instant, elle pensa comprendre ce qu'il voulait dire quand il exposait que Natsuko n'avait clairement pas de mauvaises intentions à leur égard. Parce qu'en voyant le jeune homme sourire, ses cheveux verts ondulés tombant sur son visage, elle était quasi certaine qu'il était digne de confiance.

Elle ne sut pas où elle trouva le courage et la force nécessaire, pourtant elle réussit à traîner son matelas jusqu'à l'étage pour l'installer à la place de celui abandonné sur place. Elle ouvrit la fenêtre avant de chasser le maximum de poussière, un bandeau sur le bas du visage, une lampe à huile en tant que simple éclairage. Elle ne pensa même pas à se mettre quelque chose sous la dent et ce n'était pas faute de ne pas avoir de réserves dans son chariot. Elle ne sut pas combien de temps elle passa à essayer de s'installer un minimum sur les lieux mais elle finit par s'écrouler sur son matelas, sa couverture habituelle sur le dos. Avant de sombrer dans le sommeil, elle eut malheureusement le temps pour penser à tout ce qui l'attendait le lendemain.

Sa priorité devrait être la remise en état de la forge afin de pouvoir être prête si jamais un habitant de Musutafu venait la solliciter pour une tâche concernant le métal. Elle se doutait que les nouvelles iraient vite et elle devait se préparer à toute éventualité. Elle devrait rétablir l'eau courante mais la décoration de ses quartiers n'était pas sa priorité. Cela viendrait même en dernier. Elle devait faire passer Silver avant elle, puisqu'elle devait tout de même payer quelqu'un d'autre pour la nourriture de son compagnon. Ce ne serait qu'une fois qu'elle pourrait être indépendante qu'elle s'occuperait de la pièce de vie et de sa chambre.