Actions

Work Header

Zoku Touken Ranbu Hanamaru: Les Jours Fleuris du Saniwa

Chapter Text

« Soupirant une dernière fois après la disparition de son partenaire, Kiyomitsu continua d'observer longuement l'horloge temporelle devant lui. Puis, apercevant du coin de l'œil le Saniwa marchait lentement vers lui, il s'écria faussement désappointer :

« Oh non, on dirait qu'il vous déteste maintenant... Mais ne vous inquiétez pas, je ferais en sorte de vous aimer deux fois plus. »

Offrant un regard dubitatif à sa première lame en arrivant près de lui, le Sage haussa légèrement les sourcils avant de se tourner face à la machine, souriant malicieusement tout en répondant :

« Je vois. Mais s'il me déteste, il risque bien de ne jamais revenir. C'est vraiment dommage pour toi... »

« Hé ! C'est pas juste, vous ne faites même pas attention ce que je vous dis ! »

Gloussant, le garçon tourna sa tête sur le côté et déclara d'une voix amusée :

« Aaah, oui, m'aimer deux fois plus, c'est ça ? Mais... ce n'est pas déjà le cas ? »

Kashuu écarquilla une seconde les yeux à cette remarque avant de souffler, se mettant à se plaindre avec exagération.

« Aaah, je n'arrive pas à croire que je vais devoir encore l'attendre. Qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire maintenant ? »

« Jusqu'à ce que la tristesse ne soit plus qu'un mauvais rêve et que toutes les larmes de ton corps aient terminées de couler, tu n'as qu'à te plonger entièrement dans le travail qui t'attends. » annonça le Saniwa d'une voix calme, faisant face à son Toudan.

« Hein ? Quel travail ? » hoqueta Kiyomitsu, l'incompréhension se lisant facilement dans ses pupilles.

« Hmm, j'avais dans l'idée de te confier une tâche importante pendant quelque temps. » dévoila le garçon en rebroussant chemin, suivit de près par l'Uchigatana vêtu de rouge.

« Hé, c'est moi ou je dois toujours en faire deux fois plus que les autres ! » s'écria ce dernier avec une moue contrariée, se faisant immédiatement réprimander par le Sage qui déclara :

« Si tu veux mon avis, tu en fais plutôt deux fois moins… »

« N'importe quoi ! Si je ne travaille pas aux champs, c'est uniquement pour ne pas me salir. Et si je ne fais pas la lessive, c'est pour ne pas abîmer mes ongles avec les produits ménagers. Et je ne sais vraiment pas cuisiner, alors à quoi bon me confier cette tâche, je ne ferais que constamment déranger Shokudaikiri. » énonça longuement Kashuu d'air assuré, comptant sur ses doigts à chaque complainte.

« Tu as toujours une bonne excuse, pas vrai ? » relata le Saniwa en relevant un sourcil, s'arrêtant sur le seuil de la porte de son bureau sous le silence obstinée de son épée.

Plongeant son regard d'or dans celui carmin de son Touken Danshi, le Sage soupira lentement avant d'affirmer de manière confiante, un doux sourire étirant ses lèvres :

« Tu ne devrais pas trop t'inquiéter pour Yasusada. Il reviendra, j'en suis sûr. »

« Comment ? » demanda l'Uchigatana en détournant le regard, le doute s'emparant déjà de lui.

Posant une main réconfortante sur le sommet du crâne de son épée, le garçon sourit un peu plus et prononça doucement :

« N'oublie jamais, Kiyomitsu, que l'ombre qui se tient derrière toi, est celle de ton maître te brandissant fermement contre lui. Ce même maître qui ne te laissera jamais te briser tant qu'il aura un souffle de vie en lui. »

« Aruji... » murmura Kashuu, un fin sourire apparaissant au coin de sa bouche.

« Et même si je devais attendre une centaine d'années, et que le monde autour de moi se serait effondré, je continuerai de me tenir ici, attendant votre retour avec espoir. Parce que c'est ce qu'un maître est censé faire, non ? » »

Xxxxxxxxxx

Plusieurs jours plus tard…

31 décembre.

C'était une nouvelle année qui allait commencer. Avec ses joies, ses déceptions, ses dangers également, mais aussi et surtout, ses journées pleines de surprises et de rebondissements.

Laissant un petit rire s'échapper d'entre ses lèvres, le Saniwa se retourna vers Yūsuke somnolant sur son chabudai, par-dessus tous ses papiers de travail.

Cette année aussi, faisons de notre mieux.

Les portes coulissantes s'ouvrirent après quelques coups frappés contre le chambranle et il se tourna d'un coup vers ces dernières, s'attendant à voir l'un des frères Toushirou qui faisait le ménage juste à l'entrée, avant de réaliser qu'il s'agissait en réalité d'un certain Uchigatana portant une cape à moitié déchirée et dont la blancheur laisser à désirer.

« Qu'est-ce que je peux faire pour toi ? » demanda-t-il en souriant gaiement. Le dernier de l'an avait vraiment un drôle d'effet sur lui.

« Hier, vous avez dit que je serais le nouveau secrétaire à partir d'aujourd'hui… » informa Yamanbagiri d'une voix monotone.

« Oui, c'est vrai. J'ai, d'ailleurs, deux, trois tâches à te confier là maintenant. »

Traversant la pièce de bout en bout, le Sage vint s'installer à son bureau, veillant à ne pas réveiller le petit kitsune blanc, et attrapa une feuille dont il se mit à réciter le contenu.

« Outre ce qu'Hasebe à bien pu vous ordonner de faire, il faudrait aussi s'occuper de la grange, nourrir les chevaux et trier un peu ce qu'il y a dans la réserve. »

« Ce sera fait. »

Souriant tendrement au hochement de tête affirmatif de son épée, le garçon tapota de manière distraite sa joue, comme cherchant à se rappeler d'une chose importante, avant de finalement s'exclamer d'un coup :

« Oh ! Et j'aimerais que tu demandes à Kiyomitsu de s'occuper d'un travail un peu particulier. »

« De quoi s'agit-il ? » interrogea l'Uchigatana, curieux.

« De nouveaux Touken Danshi vont bientôt faire leurs apparitions dans la citadelle et j'ai bien peur qu'ils doivent s'accommoder à cette vie un peu plus rapidement que vous autres. Pour cela, j'ai besoin de quelqu'un de confiance qui puisse les guider au mieux. »

« Kashuu est le premier invoqué dans la citadelle, il n'y a pas meilleur que lui. »

« Exactement ! »

Se relevant prestement, le Sage attrapa délicatement l'animal à la fourrure blanche entres ses bras et, se dirigeant vers la sortie, son Toudan à ses côtés, ouvra les shōji tout en offrant un clin d'œil complice à celui-ci.

« Tu viens saluer les nouveaux venus avec moi ?! »

Xxxxxxxxxx

Refermant avec lenteur la fenêtre de papier de riz, il souffla de fatigue en s'adossant contre l'un des canapés de son bureau, observant autour de lui d'un air satisfait. Cela lui avait pris presque trois jours entiers pour tout ranger du sol au plafond, mais il ne le regrettait pas. Plus en ordre que jamais, la bibliothèque derrière lui ne ressemblait enfin plus à un énorme fourre-tout qui lui aurait donné bien du mal s'il avait dû continuer à travailler de la sorte.

Fermant les yeux une seconde pour tenter de faire le vide dans son esprit, il sursauta soudain en entendant l'alarme résonnait autour de lui avec force, une carte affublée d'un point rouge s'affichant brusquement sur le mur d'en face. Fronçant les sourcils, le Saniwa s'avança vers son bureau, parcourant des yeux les données alors qu'un kitsune installé sur son fauteuil venait le rejoindre.

« Encore Sunomata… » divulgua ce dernier en tapotant l'écran de sa patte pour effectuer un zoom.

« Et pourtant, chaque fois qu'ils y retournent, ils sont de plus en plus puissants. » précisa le Sage en s'asseyant sur sa chaise, saisissant une feuille de papier pour commencer à y inscrire les membres de l'équipe qui partirait en excursion.

« Si la Force Rétrograde décide encore de s'attaquer à Houjou Yoshitoki, alors nous connaissons déjà leur plan d'action. » révéla le l'animal, pensif. « Mais il vaut tout de même mieux être prudent et envoyer des épées ayant une forte expérience. »

S'arrêtant subitement d'écrire, le garçon laissa son regard parcourir à nouveau la carte, semblant réfléchir un instant, avant de le reporter sur l'animal concentré sur sa tâche, demandant en toute innocence :

« Konnosuke, tu ne crois pas qu'on devrait donner leur chance aux nouveaux également ? »

« Hein ? Vous voulez envoyer les deux frères ? » s'écria le kitsune, surprit. « C'est sûr qu'ils ont un fort potentiel, mais de là à les envoyés dès le premier jour… ».

« Je n'avais pas déjà fait ça avec Mikazuki ? » énonça le Sage, penchant la tête sur le côté.

« Et comment ça s'est terminé, rappelez-le-moi… ? » débita Konnosuke en levant une patte en l'air, perplexe.

« N'abuse pas non plus, il n'est pas rentré si blesser que cela… » rétorqua le garçon en secouant une main devant lui tout en regardant fixement sa feuille de papier, clairement embarrassé.

« Je vous aurais prévenu… » se contenta de répondre le renard en soupirant, préférant laisser courir.

Pliant les ordres d'excursion en trois, le Saniwa eut tout juste le temps d'y apposer sa marque que des coups à la porte de son bureau retentirent, celle-ci s'ouvrant nonchalamment alors qu'il se remettait debout et que deux de ses Touken Danshi entraient dans la pièce.

« Yamanbagiri, Shokudaikiri… Vous tombez pile au bon moment. » annonça-t-il en tendant la feuille de papier accompagné de deux petits sacs bleus.

« Les Rétrogrades viennent d'apparaître ? » s'enquit l'Uchigatana aux cheveux blond en se tournant vers la carte affichée sur le mur.

« Oui, est-ce que tu peux aller prévenir Kiyomitsu ? Shokudaikiri, toi et Hasebe vous pouvez vous occuper du transfert ? »

« J'y vais. »

« Bien sûr ! » s'exclama Mitsutada avec un léger sourire, attrapant les ordres tandis que Yamanbagiri s'éloignait déjà en direction de la sortie.

« J'espère que tout se passera bien… » débita Konnosuke en grimpant sur les épaules de son maître, une moue dubitative accrochée au visage.

« Comment ça ? » interrogea l'ancienne épée de Date Masamune.

« Nos nouveaux pensionnaires vont dès aujourd'hui faire leurs preuves. » déclara le garçon en marchant également vers la porte.

« Je vois. Je suis sûr qu'ils ne nous décevront pas. Ils se sont déjà beaucoup impliqués au sein de la citadelle en nous aidant avec les préparatifs du nouvel an. »

« Vraiment ? » s'étonna le Sage, ravi. « Dans ce cas, je ne m'en fais pas, tout ira bien ! »

Xxxxxxxxxx

Blanc. Juste du blanc. À perte de vue. Recouvrant le ciel, les arbres, et le sol de sa blancheur éclatante, la neige qui n'avait cessé de tomber ce mois-ci, avait envahi toute la citadelle en seulement quelques nuits, apportant avec elle une brise glacée qui le fit frissonner de la tête au pied comme le vent s'était d'un coup mit à souffler entre les branches et que les shōji de la grande salle étaient restés ouverts. Du travail à en perdre la raison s'était subitement entassé ici et là, poussant le Saniwa à retrousser d'autant plus ses manches.

Avec la nouvelle idée, pas si saugrenue, qu'avait proposé Tsurumaru de fêter le réveillon et les différents allers-venus due au ménage, une agitation sans pareille s'était emparée du domaine. Et due à l'équipe récemment partie en excursion, il manquait largement de main-d'œuvre.

« Dire que ces imbéciles commencent à boire avant même qu'on ait fêté quoique ce soit ! »

« Eh bien, ils sont fidèles à eux-mêmes. »

Reposant un carton sur une pile, le garçon aux cheveux cerisier posa les mains sur ses hanches en se retournant vers son serviteur, un sourire moqueur étirant les coins de sa bouche.

« Tu peux au moins leur accorder ça. »

Grommelant des paroles incompréhensibles, Hasebe retourna à sa tâche, non sans se plaindre haut et fort, pour bien faire entendre sa pensée. Riant avec discrétion pour ne pas plus agacer l'Uchigatana, le Sage se baissa pour attraper un second carton, ne se rendant compte de son erreur que trop tard comme un son de déchirement atteignait ses oreilles et que le contenu de ce dernier se répandait soudainement sur le sol sous ses yeux écarquillés.

« Aruji, vous ne vous êtes pas fait mal ?! » s'écria Heshikiri avec un air inquiet tout en commençant déjà à ramasser autour de lui.

« Non, non… » soupira le garçon en s'accroupissant, les souvenirs des jours passés en compagnie de ses Toudan cette année lui revenant en tête comme les objets qui l'entourait les lui rappeler.

Les papiers aux rectos roses pour faire fleurir le cerisier, les trèfles à quatre-feuilles, les énormes bouteilles de sake pur, le poisson empaillé, les lunettes de soleil aux formes plus qu'original, le récipient qui avait servi à récolter le sanshuu pour sa guérison, les nombreux coquillages trouvés lors de la sortie à la plage…

Ils avaient déjà vécu tant et tant de choses, qu'il était étrange de penser qu'une seule année venait de s'écouler. Et en même temps, avoir vécus autant de choses en une seule année et y avoir survécu sans dommages relevait littéralement du miracle.

Pourtant, j'ai comme l'impression que cette année va être encore pire…

« Ah ! Hasebe, comment tu me trouves ? »

Tournant un regard surprit vers le couloir, le Saniwa se mit à sourire avec bienveillance comme Nikkari et Ishikirimaru faisaient leur entrée dans la pièce, tous deux tenant un ōnusa dans les mains.

« Nikkari… Est-ce que toi et Ishikirimaru allaient prier ensemble ? » questionna-t-il, amusé.

« Oui, tout le monde à insister pour que je le fasse… » indiqua Aoe avec un sourire timide, le visage à moitié caché par sa frange.

« Pourquoi pas ? Ce n'est pas plus mal quand il y a plus d'une personne. » relata le Sage en écartant les bras, ce quoi l'Ootachi ajouta sans hésiter :

« C'est exactement ce que je disais à l'instant. »

« Hein ? Ce n'est pas le kimono de Yamatonokami ? » énonça subitement Hasebe en se rapprochant pour examiner le vêtement d'un peu plus près.

« Kashuu-san a dit que l'on pouvait l'emprunter. »

« Il te va très bien. » déclara le garçon en souriant d'autant plus tandis que l'Uchigatana aux cheveux bruns relevait un pouce en l'air vers les deux autres épées, lançant en signe d'encouragement :

« Donner votre maximum pour cette nouvelle année ! »

« Oui ! »

Xxxxxxxxxx

« Dis, combien est-ce que ça nous a encore coûté tout ça ? »

« Ahahaha ! Le plus important, c'est qu'on pourra se créer pleins d'autres souvenir avec ! »

« Si tu le dis… Mais tu sais, les vidéos prennent autant de place que les photos… En termes de praticité, ça revient au même. »

« Les images en mouvement, c'est encore plus amusant à regarder ! »

« Oui, j'imagine… »

Soupirant doucement, le garçon secoua la tête avec dépit, observant Mutsunokami une seconde avant de glousser avec embarras, sachant très bien que la discussion tournerait en rond qu'importe ce qu'il pourrait dire. Et puis de toute manière, l'appareil était acheté à présent, il ne pouvait plus y faire grand-chose maintenant…

Attrapant un cerf-volant disposé à sa droite, il saisit une bobine de fil et en découpa une longueur qu'il relia à ce dernier d'une main experte, la fixant à l'aide d'un nœud bien serré.

« Qu'est-ce qu'il reste à faire ? »

« Hmm… Tsurumaru a dit que Kasen et les autres s'occupaient du repas… »

« Et Iwatooshi et Imanotsurugi sont en train de préparer les mochi. »

« Donc, je suppose que tout est prêt ! »

Plissant les yeux en un sourire réjoui, le Sage se leva de l'engawa sur lequel il était assis et, voyant Izuminokami et Horikawa approchaient lentement, il prit les cerfs-volants entre ses bras, marchant à leur rencontre tout énonçant à l'Uchigatana de Tosa d'une voix malicieuse :

« Je te conseille de ne pas être là quand Hasebe découvrira ce que tu as fait ! »

« Ahahaha ! Comptez sur moi ! »

Xxxxxxxxxx

Pianotant avec agilité sur l'écran de contrôle devant lui, le Saniwa releva un regard dubitatif vers ses Toudan, et ferma les yeux en sermonnant quoique d'une voix inquiète :

« Dire que vous venez à peine d'arriver… »

« Désolé… »

« Ce n'est pas un reproche, vraiment. Tâcher juste d'être plus prudent à l'avenir. Je n'ai aucun plaisir à vous voir revenir blesser à chaque mission. »

« Ou à donner raison à Konnosuke. »

« Kiyomitsu ! »

Lançant un regard noir à sa première épée, le Sage soupira avec exaspération, et se re-concentra sur les soins qu'il prodiguait à ses deux Touken Danshi, continuant à fixer l'écran avec attention.

« Il faut dire qu'ils n'y sont pas allés de main morte ! » relata Higekiri en observant autour de lui avec curiosité, cherchant certainement à comprendre le fonctionnement de la machine qui l'examinait.

« Ce n'est pas toujours le cas, heureusement. » précisa Kashuu en haussant les épaules, prenant place sur le siège juste à côté pour vérifier que ses vêtements n'avaient subi aucun dégât.

« Mais cela devient de plus en plus rare. » ajouta le garçon aux yeux dorés, éteignant finalement le dispositif de soin. « Ils sont de plus en plus audacieux, aussi. »

« Bah, et si on se contentait juste de profiter de la fête ! » déclara la Tachi aux cheveux blond platine, désinvolte, ne semblant pas voir l'urgence d'une telle situation.

« Anija ! » s'écria dépité Hizamaru.

« Non, il a raison… » intervint le Saniwa avec un doux sourire. « Ce serait dommage de gâcher le réveillon alors que tout le monde a travaillé si dur pour qu'il soit réussi. »

« Alors, qu'est-ce qu'on attend ? » s'exclama Kiyomitsu en se levant précipitamment pour se diriger vers la porte.

« En avant ! »

« Anija ! »

C'était une nouvelle année qui allait commencer et il n'était pas sûr qu'elle allait se dérouler de la meilleure des manières. Mais du moment que toutes ses épées continuaient de l'entourait, alors il se fichait bien de ce qui pouvait arriver.

Ensembles, ils pouvaient tout affronter…