Actions

Work Header

Trouver son foyer

Chapter Text

— Non, certainement pas!

Ambre n’avait pas besoin de la Force pour savoir que Maître Kita était absolument furieuse de ce qu’iel lui avait demandé, mais iel ne comprenait pas pourquoi. Heureusement il n’y avait personne à plusieurs kilomètres à la ronde. Kita les avait ramené au même endroit que la veille pour une nouvelle journée d’apprentissage, prenant soin de prendre un autre chemin pour décourager d'éventuels suiveurs. À ce stade c’était peu probable que quelqu’un s’intéresse à elleux, mais ça payait d’être prudent avant d’avoir un problème.

— Contre un cartel comme Crimson Down, on ne peut pas se permettre de faire les choses à moitié. Et si on ne fait rien, ils vont pourrir cette planète, briser le gouvernement juste pour qu’il leur foute la paix, et je ne leur fait pas confiance pour garder l’Empire à l’écart.
— Tu parles de faire exploser un bâtiment entier!

Ambre haussa les épaules.

— Je suis sûr que les Jedi ont fait exploser plein de bâtiments pendant la guerre des clones. Et pas que des bâtiments vides ou remplis seulement de droids.
— Et ça nous a mené où exactement ?! hurla Kita.

Elle était livide. Ambre ne s’était pas attendue à cette réaction de la part de son maître. Elle irradiait dans la Force la honte, la colère, les regrets, l’indignation… et d’autres nuances qu’Ambre avait encore du mal à reconnaître. C’était la seconde fois qu’iel voyait Kita perdre son sang-froid, mais cette fois-ci était sans commune mesure avec la première. À vrai dire, Ambre eut peur, mais c’était une peur avec laquelle elle avait vécu des années à vivre aux contacts de gens avec le pouvoir de sérieusement réduire son espérance de vie. Le genre de peur qu’elle ne pouvait pas laisser lae paralyser. Et iel était sûr que Kita n’allait pas soudain la couper en deux. Probablement. Pas immédiatement en tout cas. Et s’enfuir ne semblait pas une option.

Ambre était sûr⋅e que sa “poker-face” était parfaite, mais Kita dû sentir sa peur en retour. La colère laissa la place à plus de honte, mais elle prit un temps pour se recentrer et ses émotions s’effacèrent rapidement pour faire place à une sérénité retrouvée.

— Ambre, tu dois comprendre que les Jedi se sont fait piéger à mener une guerre à laquelle ils n’auraient jamais dû participer. Les Sith se sont servis de nous autant que des séparatistes. Et par ailleurs les séparatistes auraient dû pouvoir quitter la république sans avoir à se battre pour ça.

Ambre fronça ses sourcils inexistants.

— Mais si la République laissait partir tous les mondes qui ne veulent plus en faire partie, elle finirait par disparaître.
— Pas si suffisamment de monde choisissent de continuer d’en faire partie, soupira Kita. De toute façon, forcer les gens à coopérer, c’est contraire aux principes de la démocratie. Trop peu de gens, au Sénat et ailleurs, ont compris ça avant que Palpatine ne déclare l’Empire. Je n’avais pas compris ça.

Ambre senti à nouveau une pointe de regret venant de son maître, mais elle disparut presque immédiatement.

— Qu’est-ce que les Jedi auraient dû faire, alors?

Kita prit un air pensif et réfléchit.

— C’est une question difficile, d’autant qu’avec le recul il y a beaucoup de choses qui semblent évidentes et qui ne l’étaient pas à l’époque. La première des choses que nous aurions dû faire je pense aurait été de garder un contact diplomatique avec les séparatistes. Surtout dans les tous premiers temps de la guerre, quand Palpatine n’avait pas encore le pouvoir de se couronner Empereur. Nous concentrer sur trouver et neutraliser les Siths, plutôt que de mener une guerre aurait certainement été plus fructueux. Je ne parle même pas de l’armée de clones mise à disposition par, soit-disant, un maître Jedi disparu… Et bien sûr le Purrgil sous le dôme du Sénat, s’inquiéter un peu plus de tous les pouvoirs accumulés par cette enflure de chancelier. Nous étions censés être les garants de la démocratie, mais Palpatine à agité Dooku comme un chiffon rouge devant nos yeux et nous n’avons pas été capable de voir autre chose.
C’est le principe d’une diversion, dit Ambre, qui était assez familière avec le concept. C’était une arnaque à l’échelle galactique, montée par une personne qui savait exactement quel levier utiliser pour vous piéger. Je ne dirais pas que vous n’aviez aucune chance, parce que clairement vous avez merdé, mais même les meilleurs arnaqueurs de Nar Shaddaa se font avoir de temps à autre.
Je crois savoir où tu veux en venir, et je te remercie, mais tu oublies que je faisais de l’espionnage pendant la guerre. Je ne suis pas démunie quand il s’agit d’arnaque. Et d’autres personnes parmi le conseil ont une certaine expérience de l’exercice. Je ne nous cherche pas d’excuses, d’autant plus que l’arnaque n’a fonctionné qu’à cause de nos failles. Il y avait très peu de Jedi pour élever une voix contre la machine de guerre. Il aurait dû y en avoir plus. Au minimum, padawan Offee aurait eu quelqu’un à qui parler avant…

Kita n’avait pas vraiment connu Barriss Offee, mais elle avait évidemment suivi l’affaire depuis Canto Bight. Elle avait eu un jugement très sévère vis à vis de la padawan. Maintenant, elle espérait juste qu’Offee avait trouvé la paix.

— Qui était Offee?

Kita cligna des yeux plusieurs fois.

— Oh! Bien sûr, tu n’as pas forcément entendu parler d’elle. Offee était une apprentie Jedi qui a participé à la guerre et l’a très mal vécu. Je ne connais pas les détails. Elle a commis un attentat à la bombe dans le temple Jedi, tuant plusieurs personnes, dans un effort pour stopper l’implication des Jedi dans la guerre.
— Je ne savais pas que le temple avait été directement touché par la guerre.
— À l’époque, l'événement à fait parler de lui dans toute la galaxie connue, mais suivit par l’enlèvement de Palpatine sur Coruscant et par… L’extermination des Jedi… Ce n’est pas si étonnant qu’il soit passé au second plan.
— Est-ce que ça a fonctionné? Même un peu?
— Pardon?
— Est-ce que ça a fait reconsidérer aux Jedi leur engagement dans la guerre?
— J’en doute fortement. Son discours à son procès aura peut être eu un impact individuel sur des membres du temple, mais ce n’est que mon sentiment. Le temple était lui bien trop impliqué pour se retirer à ce moment-là, surtout quand nous pensions la fin de la guerre de plus en plus proche. À vrai dire, à ce stade, faire machine arrière aurait probablement été la pire décision possible.

Kita se tut, et elle et Ambre écoutèrent le bruit de la cascade en méditant sur ce qui venait d’être dit.

— Bon, reprit Ambre, mais si on ne fait pas exploser leurs entrepôts, concrètement, on fait quoi?
— Est-ce que tu as seulement envisagé de prévenir les autorités et de les laisser s’en charger?

Ambre regarda son maître comme si elle avait parlé en binaire. Kita soupira.

— Bakura a un système de justice qui fonctionne tu sais. Ce n’est pas Nar Shaddaa.
— Évidemment, sinon il aurait suffi de trouver un plus gros cartel et de leur trouver une raison de se fâcher avec les premiers.
— Je suppose que c’est ce qui est arrivé aux mynocks?

Ambre offrit un sourire gêné de circonstance, mais elle ne pouvait cacher la fierté qu’iel éprouvait pour ce qu’iel avait fait. Ok, peut-être un peu moins sur la partie où iel et sa bande de l’époque avait fait exploser un entrepôt. Mais ils ne pouvaient pas se permettre de prendre de risque.

— Quoi qu’il en soit, dit Kita, notre meilleure chance de nous débarrasser de Crimson Dawn, c’est d'employer une tactique similaire : faire intervenir un plus gros poisson qu’eux… Ou à minimum un poisson capable de leur tenir tête.
— Et les autorités de Bakura pourraient être ce poisson? dit-Ambre, d’un ton qui ne laissait pas de doute sur le fait qu’iel n’y croyait pas une seconde.
— Tu ne penses pas que la planète appartiendrait déjà aux Pykes ou aux Hutts s’ils n’étaient pas capables de se défendre?
— Ça ne veut pas dire qu’ils ne peuvent pas trouver un terrain d’entente.
— Peut-être, mais si on connaît les termes de cette entente…
— On peut la faire voler en éclat !

Kita sourit en voyant l'enthousiasme de son élève. Il n’y avait pas que à propos de la Force qu’iel avait des choses à apprendre.

— Donc ce qu’il faut faire pour le moment c’est de la reconnaissance. Trouver quelques preuves de leurs agissements ne devrait pas poser trop de problème. Le faire discrètement est une autre paire de manches.
— Je sais être aussi discret⋅e qu’un courant d’air.
— D’accord, mais est-ce que tu pourras te retenir d’intervenir?

Ambre détourna le regard.

— Oui, sans soucis. Sauf s’ils s’en prennent à Porrim.
— Alors fais attention à ne pas mettre une cible sur vos têtes.
— Je ne suis pas stupide! protesta Ambre. J’ai déjà des plans pour faire diversion et faire face à tout un tas de situations. Mais je ne peux pas les utiliser trop souvent ou pour aider trop de gens.

Kita leva un sourcil.

— J’ai eu pas mal de temps libre dans le vaisseau et depuis notre arrivée. J’espère juste ne pas avoir à les mettre en pratique, parce que je n’ai jamais vraiment tenté ce genre de chose…
— Peut-être pourrais-tu m’en parler? Je pourrais t’aider à arrondir les angles? Et peut-être que ça pourrait me servir aussi.

Le visage d’Ambre devint bleu marine. Iel avait peur de se ridiculiser devant son maître, mais ça valait toujours mieux que de foirer dans un moment important… Et puis imaginer Maître Kita dans ces situations valait bien un peu d'embarras.

— D’accord.
— Mais d’abord, un petit exercice de lévitation.

Ambre grogna. Iel arrivait à faire bouger des objets, mais les faire tenir stable dans l’air était un sujet de vexation. Iel avait espéré que son maître ignore cette exercice cette fois-ci.