Actions

Work Header

Trouver son foyer

Chapter Text

Kita se tut un moment, et considéra sa tasse vide puis la théière. Elle se leva pour aller faire chauffer de l’eau. Ambre se sentait mal à l’aise dans cette pause et le silence qui l’accompagnait. Et les rires lointains de Porrim et Falaa, probablement en train de se raconter des blagues de pilote dans le cockpit ou quelque chose dans ce goût là, lui donnaient une forte envie d’être avec elles, même s’iel ne comprendrait certainement rien à leur conversation. Iel se sentit obligé·e de remplir le vide :

— Je suis désolé·e pour… enfin… vos proches et tout ce qu’il vous est arrivé.

Kita se tourna vers iel :

— Ce n’est pas vraiment la peine, tu sais. C’est arrivé il y a bien longtemps.

Elle soupira.

— Et voilà, je parle comme si j’avais l’âge de Maître Yoda…
— Qui était-iel ?
— Il était le doyen de l’ordre. Je doute qu’il est survécu. La Force était très puissante en lui, et d’après la rumeur il était également un bretteur hors pair. Mais fasse à une armée, même les meilleurs Jedi meurent. La bataille de Géonosis nous a enseigné ça à grand frais.

Le silence se fit à nouveau, tandis que Kita faisait infuser son thé qu’elle sortit d’une petite poche décorées. Ambre se demandait bien ce que pouvait être Géonosis et ce que cette bataille pouvait signifier. L’histoire de la galaxie et des Jedi n’était jamais apparu comme essentiel à sa survie. Iel aurait bien posé une question, mais iel sentait que ça éloignerait de ses préoccupations initiales :

— Pardonnez-moi, mais… Quel rapport entre tout ceci et le sabre que j’ai trouvé?
— Le sabre… Est une étape dans ma quête. Ce que je t’ai raconté est important pour que tu comprennes dans quelles conditions je l’ai entrepris et pourquoi elle est importante pour moi. Et également pourquoi tu n’a rien n’a craindre de moi, au contraire.
— Au contraire? Que voulez-vous dire?
— Toi et ton amie avez accomplis votre but de vous enfuir de la vie que vous meniez sur Nar Shadaa. Mais ensuite, que comptez vous faire?
— Porrim est une excellente mécanicienne, elle n’aura aucun mal à s’installer à son compte. Et je serais là pour lui filer un coup de main!
— Oh? Et comment comptez-vous vous y prendre une fois sur Bakura? Vous connaissez des gens là-bas? Vous avez une idée de comment les choses fonctionnent? C’est plutôt différent de Nar Shadaa, ce qui est une bonne chose, mais il vous faudra du temps pour vous adapter.

Ambre se renfrogna. Iel n’aimait pas le ton de Kita. Iel aimait encore moins le fond de vérité dans ce qu’elle disait. Ses principales compétences comprenaient la fuite, trouvé les points faibles de ses adversaires et les faire exploser figurativement ou littéralement le cas échéant. Iel doutait que Porrim veuille replonger dans le monde du crime sur une nouvelle planète. Iel, Ambre, était bien décidé·e à ne pas remettre les pieds dans ce milieu. Mais alors quoi? Il faudrait qu’iel en parle avec Porrim. Peut-être Falaa pourrait les aider, maintenant qu’elle et Porrim s’entendait aussi bien. Iel ignora la pointe d’amertume qui s’imposa à cette pensée. Est-ce que Kita était en train d’offrir son aide? Iel n’étaient pas sûr d’avoir envie d’accepter pour le moment. S'asseoir à côté d’elle et avoir une discussion aimable était une chose. Une chose qu’elle avait même fait avec un jeune Huth. De là à accepter de lui être redevable, il y avait un fossé.

— Ne t’inquiète pas, repris Kita, il vous reste une bonne dizaine de jour pour vous organiser, et il y a peu de distraction à bord de ce vaisseau.

Pas de proposition d’aide? Est-ce qu’elle lisait dans ses pensées? Impossible! Encore que… Iel même avait ressenti quelque chose la vieille. Iel s’était senti lié à Porrim et avait eu l’impression de savoir ce qu’elle ressentait. Une Jedi entraînée pouvait sans doute faire Si la Jedi lisait effectivement dans ses pensés, c’était légitime pour elle d’essayer lui rendre la pareille.

— Intéressant, continua Kita. Tes émotions sont fortes, mais je ne sens pas de colère en toi. C’est une bonne chose si tu comptes apprendre à utiliser la Force.
— Ah! Vous lisiez bien dans mes pensés!
— Certainement pas! Sonder les pensés d’une personne est une violation. Je ne faisais que ressentir les émotions à la surface de ton esprit. C’est un peu comme une bonne lecture du langage corporel, mais en plus directe.
— Je crois que j’ai fait quelque chose de ce genre hier soir, mais je ne sais pas comment j’ai fait.
— Tu étais submergé·e par les émotions, ton esprit a agi par instinct. Ce n’est généralement pas le meilleur état d’esprit pour s’ouvrir à la force. Heureusement il n’y avait aucune agressivité en toi, sinon les choses auraient pu mal tourner.
— Pour vous ou pour moi?
— Pour tout le monde dans ce vaisseau.

Ambre pris le temps de digérer l’information.

— Donc, j’ai un pouvoir qui peut se manifester dans des moment de crise, et qui peut amener au désastre si je suis mal luné·e ?

Kita hocha la tête.

— Je comprends maintenant pourquoi l’Empire déteste les Jedi, continua Ambre.

Kita avala son thé de travers.

— Non! fit-elle après une bonne quinte de toux. Les Jedi apprennent à contrôler la Force et à ne pas se laisser contrôler par elle. Les Jedi utilisent la Force pour le bien de la galaxie!
— Maîtresse Tefri! Je crois bien que c’est la première fois que je vous vois manifester plus d’émotion qu’une faible irritation! Vous pourriez être une mortelle après tout!

La Jedi soupira et se repris.

— Excuse-moi, mais tu dois comprendre que ceci est sérieux. Ta vie et celle de tes proches en dépends. Et encore plus si tu apprends à te servir de tes pouvoirs.
— Pourquoi voudrais-je prendre le risque d’apprendre alors? Jusqu’à hier, j’aurais dis que je n’avais personne de proche, mais maintenant… Je sais que je ne veux pas faire de mal à Porrim, et je sais aussi que je ne peux pas la quitter maintenant.
— Je viens de te le dire : Tu peux apprendre à contrôler la Force pour ne pas courir le risque qu’elle puisse te contrôler un jour. Elle t’aidera aussi si tu apprends à la comprendre.

Ambre attendit qu’elle fasse enfin sa proposition, mais Kita se tut.

— Donc, si je comprends bien, vous me dites que j’ai tout intérêt à apprendre à maîtriser mes pouvoirs, et la seule personne que je connaisse est vous, et vous le savez. Pourquoi ne me demandez-vous pas directement d’être votre élève?
— Parce que cette décision t’appartient. En plus, si je t’avais fait cette proposition, tu l’aurais rejeté. Si tu me demandes de t’enseigner, je ne demande qu’une chose en échange : que tu ailles au bout de ta formation. Ça peut vouloir dire être séparé·e de Porrim pendant certain temps. Ça peut aussi vouloir dire que tu ne pourra pas l’aider quand tu le voudra le plus. De plus, si tu es identifié·e comme utilisateurice de la Force, l’Empire te traquera. Mais si tu contrôle la Force, tu ne risquera plus que l’utiliser sans le vouloir, et tu pourra d’autant mieux te cacher et protéger tes proches.

Ambre regarda à nouveau Kita droit dans les yeux. Ce n’était pas ce qu’Ambre voulait entendre, mais le visage de Kita était on ne peut plus sérieux, sans aucune trace de la figure énigmatique et illisible qu’elle arborait au début de la conversation. Elle était sincère et honnête et elle laissait tomber son masque pour qu’Ambre le voit. Elle avait également l’air d’avoir prit vingt ans. Vingt ans de souffrances, de regrets, mais également de sagesse et de résolution. Pendant un instant, hypnotisé par cette image, Ambre cru ressentir du calme et de la certitude émanant de la Jedi.

— Je… J’ai besoin d’y réfléchir, déclara-t’iel finalement.

Le masque sur le visage de Kita réapparu comme s’il n’avait jamais glissé.

— Bien entendu, Ambre. Comme je disais, il nous reste plein de temps avant Bakura.