Actions

Work Header

Trouver son foyer

Chapter Text

Kita Tefri, chevalier Jedi et son Padawan Dofee Magg, un jeune rodien, était en mission d’infiltration sur Ord Mantell. Une quelconque histoire de soutiens présumés aux séparatistes qui perdit très vite de son importance, au moment ou l’ordre 66 fut donné. Kita senti les morts de chacun des Jedi exécutés ce jour là, aux quatres coins de la galaxie. Elle avait faillit s’évanouir. Elle avait prétexté une migraine spontanée et les gens avec qui elle se trouvait à ce moment là se satisfirent de cette explication. Dofee ne lui avait jamais raconté comment il avait vécu ce jour là. Elle ne lui avait jamais demandé non plus. Avant que l’un ou l’autre ait eu l’occasion d’essayer de communiquer avec leur temple, la nouvelle de la “trahison des Jedi” leur était tombé dessus. Leur couverture était sécurisée, iels avaient de bons contacts, et les seules personnes au courant de leurs véritables identités étaient selon toutes vraisemblances déjà mortes, iels gardèrent donc leurs rôles le temps de décider ce qu’iels allaient bien pouvoir faire maintenant.

Iels ne pouvaient pas rester sur Ord Mantell. Les Black Sun finiraient par avoir des doutes. L’ambiance dans le syndicat du crime était de toutes façons morose, et des rumeurs circulaient déjà que l’empire viendrait bientôt les chasser de là… Une solution évidente eu été de simplement abandonner leur sabres laser et d’aller se cacher dans la bordure extérieur, oubliant les Jedi, l’Empire, et la Force. Kita et Dofee décidèrent que cette stratégie était marginalement plus satisfaisante que d’attendre d’être démasqué·e·s et d’être sommairement exécuté·e·s. Iels démontèrent donc leurs armes, n’en gardant que le cristal, et voyagèrent jusqu’à Jakku, un monde désertiques sans gouvernement centrale, pleins de petites communautés où iels pourraient facilement s’intégrer sans qu’on leur pose trop de question sur leur passé.

Évidemment, tout ne s’était pas vraiment passer aussi simplement, mais malgré tout et grâce à l’aide de la force, iels finirent par s’intégrer dans une petite communauté. Et bientôt iels leur apparut le premier problème dans leur plan : Une petite communauté isolée est une proie intéressante pour tout un tas de personne peut recommandable, et les communautés ont le choix de se défendre par elle-mêmes si elles en ont les moyens, se soumettre aux pillages réguliers ou au racket de mercenaires imposant leur protection, ou mourir. Kita et Dofee avait beau avoir résolu de cacher et d’oublier leur passé de Jedi, il leur fut impossible de ne pas intervenir.

La première communauté qu’iel joignirent était du type qui préfère accepter le racket d’un groupe armée connu. Leur tentative de faire bouger le status quo leur valu d’être rapidement banni·e·s. Dofee avait très mal vécu cet épisode et en avait conçu une certaine rancœur malgré les efforts de Kita pour l'apaiser. Iels essayèrent ensuite de trouver une place dans un genre de village fortifié. Au moins, se disaient-iels, iels n’auraient pas à regarder les gens subir sans réagir sous peine de bannissement. Et les choses se passèrent plus où moins comme ça pendant environ deux ans. C’était une communauté soudée et malgré une vie difficile avec des pénuries régulières d’un peu tout, Kita et Dofee commencèrent à y envisager une vie relativement paisible. Les pillards se tenaient à l’écart, estimant probablement que le rapport bénéfice risque n'était pas à leur avantage. Malheureusement, le destin en avait décidé autrement.

Ils arrivèrent de nuit. Exceptionnellement, les rumeurs arrivant de plusieurs villages rasés de plus en plus prêt, Kita, Dofee et toutes les personnes valides disponibles étaient réquisitionnées pour monter la garde et, le cas échéant, participer à la défense. Malgré la vigilance accru, il était difficile à dire ce qu’il se serait passé si les deux ex-Jedi n’avait pas été là. Ce n’étaient pas des pillards ordinaires. Kita et Dofee les repérèrent de très loin, longtemps avant tout le monde, avant que le moindre son de moteur ne leur parvienne. Lorsque qu’un·e utilisateurice du côté obscure de la force est expérimenté·e, iel est capable de dissimuler sa présence et sa corruption. Lae pillard qui fonçait sur eux avec sa bande ne connaissait pas cette capacité où bien iel s’en fichait complètement. Les villageois autour de Kita sentirent peut-être aussi l'agressivité et la soif de meurtre à un niveau primale, en tous cas elle senti leur confiance et leur résolution s'effriter. Certains être vivant, même bien entraînés ne sentirons jamais plus que de vague pressentiment, mais tous, à un niveau inconscient, y sont sensibles. Kita brisa la première son serment de ne plus utiliser la force pour rendre leur moral à ses compagnons. Aucun d’eux ne sauraient jamais ce qu’elle avait fait bien sûr… À part Dofee.

Dofee avait comprit. Il l’avait regardé et Kita avait lu dans ses yeux la compréhension et la résolution. Il allait lui aussi recourir à la force et ferait ce qu’il faut pour repousser l’ennemi. Plus tard, Kita se dit qu’elle aurait dû lui dire de rester discret malgré le danger, qu’iels auraient pu se battre sans se dévoiler. Lui dire de rester prudent… Mais en vérité ça aurait probablement signifié plus de victimes et iels s’en seraient voulu·e·s le reste de leur vie. Si par miracle il l'avait écouté, du moins.

Quand les pillards furent à portée, les villageois ouvrirent le feu, semant momentanément le trouble parmi les assaillants qui ne s’attendaient peut-être pas à une résistance déterminé. Mais ils se reprirent rapidement et commencèrent à tourner autour des fortifications, cherchant une faille… L’un deux se mit soudain à foncer droit sur le mur. Kita était de l’autre côté du village mais elle lae senti. Les gardes qui lui tirait dessus n’avait aucune chance contre ellui, alors elle bondit, trahissant instantanément ses pouvoirs. Dofee aussi avait sauté. Il s’était jeté à l’extérieur en tirant sur le speeder de l’ennemis, touchant le réservoir et le déstabilisant. Le pillards avait sauté de sa mouture avant que celle-ci n’explose en rencontrant le sol, et engagea le combat, maniant un genre de lance courte. Avant que Kita ne puissent lui porter secours, Dofee avait pris un coup dans le torse et s'effondrait sur le sol aride. La colère passa sur Kita comme une vague et ne laissa qu’une farouche détermination. Le combat fut bref. Elle déséquilibra le pillard d’une poussé de force, et le plaqua violemment au sol de la même manière. Elle attira à elle sa lance avant qu’il ne reprenne ses esprits. Elle sentit la haine et la colère du pillard, mais aussi sa peur, tandis qu’elle s’approchait d’un pas lent et délibéré. Il aurait probablement pu s’enfuir et elle l’aurait laissé partir. Au contraire, il se jeta sur elle, comptant probablement sur sa capacité à intimider, et tenta de reprendre son arme des mains de Kita. Elle le tua d’un coup entre les omoplates.

Les autres pillards n’avaient pas attendu l’issue du combats et avaient donné l’assaut. Ils avaient même ouvert une brèche, et avaient fait quelques blessés et beaucoup de dégâts matériels. La mort de l’utilisateurice du côté obscure les avaient cependant plongé dans la confusion, et ils avaient entrepris de fuir. Tous n’y parvinrent pas. Kira s’était dépêchée de vérifier l’état de Dofee : il était grièvement blessé à la poitrine, mais il vivait encore. D’un bond, elle le transporta de l’autre côté du mur et elle l’amena le plus vite possible à l’infirmerie. Quand elle ressortie pour aider à repousser le reste des pillards, le combat était déjà fini, alors elle aida les autres blessés.

Kita n’était pas une bonne guérisseuse, mais elle utilisa néanmoins ses pouvoirs sur les blessés avec leur accord. Le mot Jedi ne fut jamais prononcé, mais elle sentie un certain malaise désormais entre elle et les villageois. Dofee mourut quelques jours plus tard, faute de soins appropriés. Il n’y avait pas vraiment de combustible disponible pour faire un bûcher, alors il fut enterré dans le désert comme n’importe quel autre membre de la communauté. Les amis qu’il s’était fait pendant ses deux années de paix était venu lui dire adieux aussi. Kita pleura en pensant que ça lui aurait fait plaisir de voir qu'il avait compté pour eux. Un jedi n’est pas censé pleurer. Un Jedi n’est pas censé ressentir de l’attachement. Ce n’était pas la première fois qu’elle assistait à l’enterrement d’une personne proche, mais ce jour là, elle n’était plus une Jedi. Alors elle pleura sans retenu. Elle pleura Dofee, qu’elle avait commencé à considérer comme... un petit frère, peut-être… Elle n’avait pas vraiment de notion de ce que pouvait être des liens familiaux normaux. Elle pleura aussi pour les Jedi, pour la première fois depuis ce jour terrible. Pour ceux qu’elle connaissait, pour ceux qu’elle n’avais que brièvement rencontré, pour les maîtres et les enfants… pour l’ordre qui avait été sa vie, et pour les citoyens de la république qui avaient été trahis et que les Jedi n’avaient pas pu sauver.

Quand elle eu fini de pleurer, elle se sentait plus en paix qu’elle ne l’avait été depuis le début de la guerre de clones. Alors une intuition lui venu. Un but, ou du moins une direction. Au crépuscule, elle avait fait ses bagages et était prête à partir. Les villageois étaient venu·e·s lui dire au revoir et que la force soit avec elle. Elle sentait qu’iels étaient tristes, et également un peu honteux d’être soulagés par son départ. Kita comprenait et ne leur en voulait nullement. Elle espérait de tout cœur que tout irait bien pour elleux.