Actions

Work Header

Trouver son foyer

Chapter Text

Ambre se réveilla seul·e dans sa cabine, une sensation de froid dans le dos. Iel frissonna et se leva, s’arrêtant devant la porte. Qu’allait-iel faire maintenant? Iel n’avait pas vraiment envie d’interagir avec quiconque à part Porrim. D’un autre côté, rester enfermé·e dans cette pièce sans rien à faire lui disait encore moins. Iel ouvrit la porte et sortie. Iel entendait Porrim et le capitaine Falaa discuter en direction du cockpit, mais iel ne pouvait discerner ce qu’elles se disaient. Sur sa gauche, iel entendit le bruit d’une tasse qu’on pose sur une table. Iel se retint de sursauter, ce qui lui procuration un bref instant de satisfaction et se retourna pour découvrir Kita, assise derrière la table de la salle commune, qui lae regardait.

— Bonjour, dit-elle.

Ambre ne voyait aucune agressivité, méfiance ou gène dans le visage de la Jedi. Elle semblait parfaitement sereine et prête à rencontrer pour la première fois une personne inconnue. D’après l’expérience d’Ambre, ça ne voulait pas dire que la personne n’était pas prête à vous enfoncer un couteau dans le dos, mais en général, pas immédiatement, et pas sans renfort. Et maintenant qu’iel était reposé·e, iel n’allait pas céder à la panique une seconde fois.

— Bonjour. Vous ne vous cachez plus dans votre cabine?
— Je ne vois plus vraiment l’intérêt de me dissimuler, maintenant que tout le monde à bords sait qui je suis.
— En surface, peut-être…

Kita prit une gorgée de thé, fermant les yeux, cachant partiellement son expression, mais Ambre nota tout de même le léger gonflement d’une joue indiquant un sourire. S’iel s’en sentait le courage plus tard, peut être qu’iel lui proposerait une partie de Sabacc. En attendant, ce n’était pas pour parler à la Jedi qu’iel était sorti de sa chambre.

— Je… heu… repasserais plus tard.
— Quand tu veux. N’hésite pas à frapper à ma porte si je ne suis pas ici.

Ambre se maudit intérieurement pour son hésitation. La Jedi la rendait plus nerveuse qu’iel ne le pensait. Iel allait peut être attendre un jour ou deux pour le Sabacc, finalement. Iel se demanda combien de signaux corporelles iel avaient envoyé sans s’en rendre compte. Iel chassa ces pensées en tournant dans le couloir du cockpit. Iel pouvait à présent discerner les mots que Falaa et Porrim s’échangeaient. Quand à comprendre ce qu’elles se racontaient, c’étaient une autre affaire.

— … un SSP05? Ou mieux, un T-14? Il parait qu’ils sont difficile à trouver, mais qu’il valent le coût, disait Porrim.
— Ils sont tellement difficiles à trouver qu’il vaut mieux les revendre immédiatement si on met la main dessus. C’est presque de la contrebande de nos jours. Je pourrais me payer un YT-1300 flambant neuf à la place! Je veux dire, j’adore mon vieux Pélican, mais avoir un vaisseau qui sort des usines, ça serait cool. Et ça ferait tellement moins de maintenance! Pendant un temps au moins, mais ce serait déjà ça. Non, j’ai simplement installé un Avatar-10.
— Oh… celui de CEC?

Le ton de Porrim semblait déçu.

— Il est efficace, et je m’évite tout plein d’ennuis de compatibilités.
— Je me souviens qu’ils travaillaient dessus quand… Oh! Salut Ambre! Ça va mieux?

Le visage de Porrim s’était éclairé tandis qu’elle se tournait vers lae nouvel·le arrivant·e. Falaa suivit son regard et salua Ambre à son tour.

— Ça va. Je ne voulais pas vous interrompre, vous parliez de quoi ?
— Falaa m’explique toutes les modifications qu’elle a fait sur son Pélican! répondit Porrim, sautillant presque d'excitation sur son fauteuil.
— Un Pélican?
— C’est le nom de mon vaisseau, expliqua Falaa. Le “Pélican Trapu”. Et avant que tu poses la question, non je ne sais pas ce qu’est un pélican. Je ne suis même pas sûre que son précédent propriétaire le savais. C’est un autre truc qui serait cool si un jour je peux acheter un vaisseau neuf : je pourrais le baptiser moi-même!
— Oh oui! Le rêve! enchérit Porrim.

Ambre souris en voyant son amie aussi enthousiaste. En même temps, iel eu un petit pincement au cœur. Iel savait que Porrim avait un grand intérêt pour tout ce qui se pilotait, au delà des considérations pratique comme “indispensable pour semer des poursuivants dans la jungle urbaine de Nar Shaddaa” et “partir de ce foutu caillou et sa planète verte moche trop présente dans son ciel”. Ambre n’était en revanche pas la bonne personne avec qui explorer cette passion, et iel sentit une pointe de ressentiment, et s’en voulu pour ça. Porrim méritait amplement son moment de bonheur, et Ambre espérait pouvoir être à l’origine d’autre moments comme celui-ci, mais en attendant, iel se sentait en dehors du coup.

— Ça serait très cool, dit-iel avec un grand sourire. Bon, je ne voulais pas vous interrompre, je suis venu m’excuser encore pour hier soir… Je… crois que j’étais à bout de nerfs. Ça n’arrivera plus.
— T’inquiète pas. Il n’y a pas eu de blessés ni de casse. Franchement, ça a mis un peu d’animation, c’est tout.

La réponse de Falaa rassura un peu Ambre, mais c’est l’approbation dans le regard de Porrim qui lui fit le plus de bien.

— Merci. Je vous laisse discuter, à plus tard.

Iel posa une bise sur la joue de Porrim qui ne s’y attendait visiblement pas, et sortie de la cabine avant qu’elle puisse réagir… Ou voir son embarras. Iel avait eu besoin d’affirmer d’une manière ou d’une autre son affection pour son amie. C’était un peu stupide, mais innocent. Alors pourquoi avait-iel l’impression d’avoir couru un kilomètre? Iel fit un effort pour se calmer avant de retourner dans la salle commune. La Jedi était toujours assise et buvait toujours son thé. Ambre avait maintenant le choix entre retourner dans sa chambre, trouver Kai pour un frustrant dialogue de sourds, ou essayer d’en apprendre plus sur sa poursuivante. Kita prit les devants :

— Venez vous asseoir, je ne vous mangerais pas.

Ambre obtempéra. Peut importe comment iel envisageait la situation, ça restait la meilleure option, aussi inconfortable soit-elle.

— Vous voulez un thé? Il vient de ma réserve personnelle.
— Pourquoi pas, fit Ambre en haussant les épaules. Je n’en ai jamais bu.
— Je trouve cette boisson très relaxante, elle m’aide à me concentrer.

Elle se leva pour préparer la boisson. Ambre décida de prendre l'initiative.

— Je voulais m’excuser pour ma réaction d’hier. Et pour ne pas être venu écouter vos explications. Ce n’était pas que je ne voulais pas les entendre.
— Nul besoin d’excuses de votre part. En fait, c’est moi qui tient à présenter mes excuses. Il n’était nullement dans mes intentions de vous terroriser. J’ai pensé un peu stupidement que dévoiler mon appartenance aux Jedis pourrait jouer en mon avantage et je me suis lourdement trompée. Mais peut-être devrais-je vous raconter toute cette histoire depuis le début. Attention c’est chaud.

Kita remplit une tasse d’un liquide violet translucide et fumant et la posa devant Ambre, qui tenta de la prendre et décida finalement d’attendre un peu tandis qu’iel secouait ses doigts endolories.

— À vrai dire oui, j’aimerais y voir plus clair. Qu’est-ce que ce sabre faisait là, pourquoi mon ancien boss avait des pouvoirs de Jedi, et pourquoi vous nous avez poursuivi jusqu’à ce vaisseau.

Kita s’était également resservit et elle prit une gorgée de thé comme s’il était vaguement tiède. Ambre se demanda si ça aussi c’était un tour de Jedi.

— Mon histoire répondra à la plupart de ces questions. Mais pour ce qui est de votre ex-employeur, tout ce que je peux vous dire c’est qu’il n’était pas un Jedi. Le plus probable est qu’il s’était découvert une affinité avec la force et qu’il s’en ai servit pour gravir les échelons de la pègre. C’est aussi probablement la raison pour laquelle il gardait deux reliques Jedi dans son coffre personnel.
— Deux ? Je n’ai vu qu’un sabre là-bas.
— Vous avez également trouvé un genre de boîte, si je ne me trompe. Un objet qui vous fascinait sans que vous ne sachiez vraiment pourquoi.
— La seule raison pour laquelle j’ai remarqué cette boîte est parce qu’elle était seule sur…

Ambre s'interrompit, se rendant compte qu’iel était en train d’admettre qu’iel savait de quel objet parlait Kita. Celle-ci poursuivit comme si de rien.

— Quoi qu’il en soit, cette personne en savait probablement aussi peu sur les Jedi que vous. Il existe de nombreuses personnes dans la galaxie capable d’utiliser la Force sans le savoir. Parfois certains découvrent comment utiliser certains pouvoirs. La plupart ont simplement une intuition hors du commun. La Force n’a jamais appartenu aux Jedi. Ni aux Sith…
— Les Sith?
— Des utilisateurs du côté sombre de la Force, qui ont réussi à se faire oublier pendant des millénaires. Mais c’est une longue histoire et je suis déjà sur le point de vous en raconter une autre. Si vous voulez, nous aurons l’occasion d’en reparler.
— Je comprends que c’étaient des utilisateur de la force comme les Jedi, mais que vous n’étiez pas d’accord sur la façon d’utiliser la force.

Kita fit une grimace.

— Ce n’était pas qu’une simple divergence d’opinion. Mais ça ne servirait pas à grand chose que je résume ça par “eux ce sont les méchants et nous les gentils”, n’est-ce pas?

Ambre haussa les épaules.

— Bref, continua Kita, mon histoire commence tout juste à la fin de la guerre des clones. Je venais tout juste d’être fait chevalier quand Vador à attaquer le temple Jedi.
— Je n’ai jamais compris ce qui s’était passé, interrompit Ambre. L’Empire prétend que les Jedi c’étaient retournés contre la république, mais si c’était le cas, ils ont vraiment ratés leur coup. Certains disent qu’ils ont en fait réussi mais ça n’a pas beaucoup plus de sens.

Kita fixait Ambre, cachant une nouvelle fois son expression en buvant son thé.

— Heu, pardon… Je ne voulais pas vous couper, dit Ambre.
— Je disais donc…