Actions

Work Header

Trouver son foyer

Chapter Text

Installé·e·s dans les sièges passagers dans le cockpit du vieux cargo, Ambre et Porrim assistèrent au décollage en silence. Avec à peine la sensation de soulèvement d’un ascenseur un peu rapide, il ne fallut que quelques secondes pour dépasser le bâtiment le plus haut en vu, puis il n’y eu que le ciel noir se couvrant d’étoiles à mesure que le vaisseau grimpait, échappant à l’atmosphère polluée de la cité. Ce n’était pas ce qu’Ambre s’attendait à voir, mais le simple spectacle scintillant lui coupait le souffle. Sur Nar Shaddaa, la lumière ambiante était telle qu’en dehors de Nal Hutta et de ses 4 autres lunes, aucun astre céleste n’était visible. Porrim émit un soupir. Ambre ne savait pas si c’était à cause du spectacle ou du soulagement d’avoir échappé à leur ancienne vie. C’était étrange d’y penser en ces termes, alors qu’iels venaient tout juste de partir.

Falaa se retourna vers iels :

— Hé, puisque vous êtes là, ça vous dit de jeter un dernier coup d’œil en arrière ?

Ambre sursauta, brutalement rappelé dans le cockpit.

— Hein? heu oui, dit-iel, à peut-prêt en même temps que Porrim.
— Alors c’est parti.

L’espace tourna autour d’elleux, et presque immédiatement Nar Shaddaa envahie leur champ de vision, et derrière elle, la gigantesque Nal Hutta. Ambre avait déjà vu des photo des deux astres, mais les voir soit même depuis l’espace… Nar Shaddaa étaient couvertes de sources de lumières formant de motifs géométriques, particulièrement visibles sur la moitiée exposée au soleil, donnant une couleur orange à son atmosphère. Ambre avait le plus grand mal à connecté cette vision aux rues qu’iel avait connu toute sa vie. Nal Hutta quant à elle, était une sphère verte à l’atmosphère turbulente et ornée d’anneau. Pendant un moment iel n’eut plus conscience de Porrim, de Falaa, de Kai, ni du vaisseau, juste ces deux immenses planètes devant iel. Iel eu le tournis. Puis iel se rendit compte qu’iel sentait quelque chose d’autre, dans son dos. La même présence qu’iel avait senti en moment à bord du vaisseau. Elle était plus nette cette fois-ci, chaleureuse et calme… Et légèrement familière, comme quelqu’un dont on a vu le visage une seule fois, il y a longtemps.

Iel fut brutalement tiré de sa transe quand le vaisseau passa en hyperespace. Le son du cockpit recommença à l’atteindre, et iel se rendit compte qu’iel était à bout de souffle. Falaa se retourna :

— Wow ! Hé ben, ça vous a fait un sacré effet, dites moi!

Ambre se tourna vers Porrim et s'aperçut qu’elle pleurait, le visage et le corps plus détendu qu’Ambre n’avait jamais vu.

— Vous devriez vous reposer un peu dans votre cabine. De toutes façons, il ne se passera pas grand chose ici pendant les deux semaines à venir.
— C’est pas une mauvaise idée, répondit Porrim. Je pense que je vais faire la sieste du millénaire, je me sens épuisée. Tu viens Ambre?
— J’arrive.

Arrivée dans le couloir centrale du vaisseau, Porrim se retourna et Ambre faillit lui rentrer dedans. Les deux ami·e·s se dévisagèrent. Porrim n’avait pas séché ses larmes et semblait les porter comme des trophées.

— Hé, ça va? s’enquit-elle. On dirait que tu vas t’effondrer d’un moment à l’autre.
— Ça va, je tiendrais bien jusqu’à ma couchette, répondit Ambre avec un faible sourire.
— Mouai… Va donc te passer un coup d’eau sur le visage, ça te fera du bien.
— T’as pas peur que je m’évanouisse sur le chemin comme la petite chose que je suis?
— Si tu arrives à faire de l’humour comme ça, je ne me fait pas de soucis. Et si tu n’arrives pas d’ici 5 minutes, je promets d’envoyer les secours.
— Ah, tu ne viendra même pas me sauver toi-même? Je suis déçu·e.
— Là, tu vois? Aucune raison de m’inquiéter. Aller, à tout de suite.

Porrim s’engagea dans le couloir en direction de leur cabine. Ambre pris la direction opposée pour aller dans la salle de bain. Iel nota sans trop faire attention qu’une des salles d’eau était fermée et entra dans l’autre. La fraîcheur de l’eau lui fit l’effet de sortir d’un brouillard mental. Iel se sentait épuisé·e physiquement et mentalement, probablement un effet du stress qu’iel avait subi jusqu’au décollage. Falaa avait raison, dormir lui ferait le plus grand bien. Il y avait cependant autre chose qui occupait son esprit. Iel ne savait pas à quoi cela était dû, mais il lui semblait que dernièrement, iel percevait certaines choses plus… fortement ? C’était difficile de mettre des mots sur ce qu’iel ressentait. Iel n’était pas encore sûr·e que ce qu’iel avait vécu dans le cockpit était une hallucination liée à la fatigue. L’étrange présence qu’iel avait ressenti à ce moment là et en entrant dans le cockpit pouvait en revanche facilement être mis sur le compte de la paranoïa. Et il y avait Porrim. Ambre ne pourrait dire pourquoi mais elle était juste plus… présente. Iel se repassa un coup d’eau sur la tête.

En sortant, iel se disait qu’iel réfléchirait mieux à tous ça après s’être reposé·e. Iel mit quelques secondes à enregistrer la présence d’une Twi’lek à la peau bleu, portant un objet cylindrique à la ceinture, sortant de l’autre salle d’eau en même temps qu’iel.

— Ha, bonjour, dit-elle en souriant.

Ambre fonça jusqu’à la capsule de secours.