Actions

Work Header

Trouver son foyer

Chapter Text

Kronus Loz était un homme occupé, mais pour cette affaire, il fit une exception. Bien entendu, il avait à cœur de récupérer le casque, mais Ambre se serait attendu·e à devoir attendre au moins jusqu’au soir pour finaliser la transaction. Kronus avait demandé un rendez-vous dans l’heure. C’était étrange et peu rassurant. Il avait même accepté qu’Ambre choisisse le lieu de rencontre et l’avait accepté sans même les négociations d’usages. C’était une vieille court dans un quartier fantôme. Quatre ans plus tôt, une épidémie de Rakghoul avait éclaté ici. La population avait été enfermée puis épurée, et même les squatteurs évitait de venir depuis. Enfin c’était ce que la rumeur disait. La peste Rakghoul était censé être un conte qu’on se raconte pour se faire peur. Ambre n’avait en tout cas rien vu qui puisse authentifier son existence. Quoi qu’il en soit, c’était un endroit parfait une rencontre privée.

— Vous avez fait parler de vous, vous savez ? lança Kronus en guise de bonjour en apparaissant entre deux immeubles.

Ambre émit un grognement de frustration, probablement trop bas pour que son interlocuteur l’entende. Ça n’avait pas d’importance de toutes façons. N’importe quelle personne sensée mal à l’aise de faire parler de sois dans ses circonstances. Le fait qu’il donne ce genre d’information était plutôt une bonne chose. S’il y avait une prime sur la tête d’Ambre et/ou Porrim, Kronus ne ce serait pas annoncé ainsi. Pas son style. Bien sûr, ça ne voulait pas dire qu’il ne pouvait pas se servir de ce qu’il savait sur l’incident pour leur nuire et se faire de l’argent sur leur dos. Mais c’était un jeu dangereux pour lui, et il n’était pas du genre à aimer les risques inutiles. Les mandaloriens sont souvent bravaches, mais ceux qui veulent vieillir sont du genre pragmatiques.

— C’est pour ça que vous êtes aussi pressé de conclure l’affaire? répondit-elle tendit qu’il s’approchait.
— Si vous n’êtes pas idiote, vous l’êtes également.

Il s’arrêta à une demi douzaine de mètres d’Ambre. Iel ne répondit pas et soutient son regard.

— OK venons en au fait. Vous avez le casque sur vous?
— Évidemment.

Ambre retira son sac à dos de ses épaules et l’ouvrit pour découvrir l’objet de l’échange.

— Et vous avez les crédits?

Ce fut au tour de Kronus de montrer sa part du marché.

— Parfait, dit Ambre, s’avançant pour procéder à l’échange.

Il lae rejoignit à mi chemin et tout se déroula sans accroc. Alors qu’Iel revenait pour récupérer son sac, Kronus dit :

— Si vous voulez faire quelques affaires supplémentaires, je peux vous faire une offre supplémentaire.

Ambre se retourna et le scruta du regard. Ça, ce n’était pas au programme.

— J’ai peut-être une ou deux bricoles à vendre oui, mais je ne suis pas pressé.e…
— Je me dis juste que ça vous intéresserait probablement de vous débarrasser de l’arme du crime au plus vite.

La voix nerveuse de Porrim s’indigna :

— Ambre? Tu n’as pas…
— Je ne pensais pas que tu parlais par sous-entendu, répondu Ambre à Kronus, coupant la parole à son amie.
— Étant donné la nature de l’arme et comme je ne suis pas en terrain connu, je pensais que vous apprécierez ma discrétion.
— Ne vous en faites pas pour les murs. Les rakghouls ne raconte pas grands choses.

Kronus souris.

— Tu ne manques pas de crans, je te reconnais ça. Très bien, parlons franchement. Je veux acheter le sabre laser qui se trouve dans ton sac.

Ambre jura intérieurement. Elle entendit Porrim s’étrangler dans son oreille.

— Pourquoi il t'intéresse?
— Qu’est-ce que ça peut te foutre? répliqua Kronus, laissant percer la colère dans sa voix.

Il se repris rapidement.

— OK, écoute. Reprit-il de façon plus posé. Ce sabre m’intéresse, c’est tout. Après tout, un sabre laser, ça court pas les rues. Et tu ferais mieux de t’en débarrasser au plus vite si tu veux mon avis. Même sans le meurtre d’un lieutenant du soleil noir, c’est une marchandise difficile à écouler, et qui peut attirer beaucoup d’ennuis. Surtout si tu comptes voyager dans l’espace impérial. Avec ce que je t’ai donné, tu pourra te payer une place pour n’importe où dans la galaxie, te payer une nouvelle identité et je sais pas… te refaire une vie tranquille. Du moins tant que les impériaux ne ruinent pas tout. En échange de ce sabre laser, je te donne un vaisseau. Il paye pas de mine, mais tu sera aussi libre que possible. Qu’est-ce que tu en dis?

Ambre hésitait. Iel ne savait vraiment pas pourquoi. Aussi surprenante que soit l’offre de Kronus, Iel éprouvait un réel malaise à l’idée de se séparer de l’arme. Elle lui appartenait, maintenant. D’une certaine façon, c’était comme si elle lui avait toujours appartenu.

— Ambre, qu’est-ce que tu fais? Donne lui ce foutu sabre! Cette offre est trop belle pour passer à côté!
— Je… commença-t’iel.

Iel s’arrêta de parler. Derrière Kronus, une silhouette encapuchonnée.

— Tu as été suivi, déclara-t’iel calmement.

Kronus regarda derrière lui, puis se tourna complètement.

— Je n’ai pas été suivi. Ton lieux de rencontre est moins désert que tu ne le pensais. A moins que ce soit un rakghoul?

Il ne croyait audiblement pas du tout à cette dernière hypothèse. La silhouette s’avança vers eux, et Ambre ressenti… Quelque chose, diffus, comme un souvenir inaccessible. Iel frissonna et s’empressa de rassembler fermer son sac et de le remettre sur son dos.

— Qu’est-ce qu’il se passe? s’enquit Porrim. C’est quoi ce type?

Evidemment, Ambre ne pouvait lui répondre sans dévoiler qu’elle avait un allié en embuscade. De toutes façon, iel n’en savait pas plus que Porrim. Le type s’arrêta à une demi douzaine de mètres de Kronus et enleva sa capuche. C’était une twi’lek à la peau cyan.

— Je voudrais m'entretenir avec la personne derrière vous, dit-elle à Kronus.
— Je suis désolé, répondit celui-ci, mais nous sommes en pleine négociation.

La Twi’lek fit un geste de la main devant elle et répondit :

— Vos affaires sont conclus, mandalorien, vous pouvez partir.

Quand le manteau de l’inconnue s’ouvrit légèrement pour laisser passer son bras, Ambre vis un objet cylindrique à sa ceinture. Son sang se glaça et iel paniqua. Iel couru dans la direction opposée, aussi vite qu’iel ne l’avait jamais fait. Derrière iel, Kronus répondait :

— Si j’étais vous je me mêlerais de mes aff… he!

Il s’était retourné en entendant Ambre s’enfuir. La twi’lek sauta par dessus lui pour courir après Ambre.

— Porrim! C’est un Jedi! cria-t’iel.

Un rayon étourdissant traversa la cour pour atterrir là où aurait dû se situer la poursuivante, mais celle-ci avait esquivé le tir d’un bon sur le côté, sans même ralentir. Kronus s’interposa en un coup de jetpack.

— Ce n’est vraiment pas nécessaire, dit la twi’lek, visiblement contrariée, brandissant un sabre laser à la lame jaune.
— C’est entre nous deux Jedi. J’ai encore des comptes à rendre.
— Oh super, des vieilles histoires mandaloriennes. Qui a le temps pour ça?

Ambre n’entendit que des tirs de blaster après ça, mais iel ne risqua pas un oeil en arrière.