Actions

Work Header

Légendaire

Chapter Text

Junior et Bigleux constatèrent avec étonnement qu'ils se trouvaient désormais devant le bâtiment de l'intendance. Sans y avoir marché. Darina les lâcha sans prévenir et entra en les laissant à quatre pattes.

- Dépêchez-vous, on a pas de temps à perdre. Allez chercher des provisions, de l'eau et de quoi se protéger du sable. Et aussi des tenues chaudes.
- Heu... heu...
- O... oui Darina. Magne, ça a l'air sérieux !

Les deux garçons s'engouffrèrent dans le bâtiment et s'adressèrent aux gardes qui leur fournirent de l'équipement adapté ainsi que des sacs préparés contenant des rations d'aliments secs et de nombreuses gourdes d'eau. Alors qu'ils s'efforçaient de tout faire rentrer dans lesdits sacs sous l'œil consterné des gardes, des pièces d'armure tombèrent bruyamment devant eux. Ils les regardèrent avec perplexité avant d'interroger leur maître du regard.

- C'est des armures ?
- Non. Enfin... disons que ça vous protégera mieux que les protections que vous aviez pendant vos entrainements. Mettez-les ! ... Pas par-dessus celles que vous avez déjà, hooo !

Les gardes semblaient mal à l'aise et l'un d'entre eux toussa légèrement pour attirer l'attention de Darina.

- Hem... si je peux me permettre... Vous êtes sûre que c'est une bonne idée ?
- De quoi je me mêle ?
- Ben... C'est les seules que le Sanctuaire a encore en sa possession, non ?
- Eh ben justement, ça va être l'occasion de s'en servir.
- Oui mais...
- Quoi encore ?
- Si elles sont abîmées... on va en entendre parler... vu qu'on est pas censé les donner à qui que ce soit...
- Ah ! ... Rien à foutre. Bon ça y est vous êtes prêts ? Mettez vos casques aussi. Bien, maintenant chacun prend un sac puis se couvre d'une cape contre le sable.

Une fois ses apprentis solidement équipés, Darina les souleva une nouvelle fois et disparut du Sanctuaire, laissant les gardes contrariés.

- Tout le monde sait qu'il ne faut pas les prendre. Ça va énerver Gigas.
- Je dirais que c'est le but de la manœuvre.
- Mmm. J'ai jamais osé les essayer, moi.
- Moi oui mais j'ai pas pu les mettre. Trop lourdes. Et puis j'ai écopé d'une sacrée punition parce que je me suis fait prendre.
- Ça avait pas l'air de les déranger, en tous cas.
- Darina y a rien qui la dérange...
- Si, Gigas.

Junior observait le nouveau décor qui se trouvait devant lui. L'intendance avait cédé la place à une succession de paysages pendant une poignée de secondes, et ils se trouvaient désormais en plein désert. D'innombrables dunes les entouraient et la chaleur était étouffante.

- On est où ?
- Ne parlez pas, vous devez économiser votre salive. Nous allons nous rapprocher discrètement de notre objectif et nous parlerons après la tombée de la nuit. Maintenez votre cosmos au plus bas niveau. Nous allons attendre le soir ici.
- Ici ?

Se retournant, Bigleux s'aperçut qu'ils se trouvaient maintenant devant ce qui semblait être des ruines. Darina entra dans un étroit renfoncement d'un petit bâtiment rond et fit signe à ses apprentis de la suivre à l'ombre. Celle-ci était bienvenue. Ils attendirent donc plusieurs heures que le soir tombe, somnolant tant bien que mal, et une fois le soleil couché, se préparèrent un repas alors que la température baissait vite.

- C'est quoi cet endroit ?
- Si je me souviens bien, c'est l'ancien fort de Miran. J'étais déjà venue là avec mon maître, quand j'étais jeune.
- Y a personne, on dirait.
- Non, il a été abandonné il y a des siècles. La région a longtemps été disputée par tous les pouvoirs voisins. Chinois, Tibétains, Arabes, Mongols, et encore d'autres... Ils ont été nombreux à se battre pour conquérir le coin.
- Mais y a rien ici !
- Il n'y a plus rien aujourd'hui, mais avant c'était un carrefour commercial. La route de la soie, comme on l'appelait. Les exportations chinoises passaient par là pour atteindre le monde musulman et l'Europe, et inversement. Et il y a des milliers d'années le climat était bien plus humide, il y avait des forêts, plus de rivières, des oasis peuplées... Ça valait le coup, quoi.
- Et maintenant ?
- Maintenant y a plus de commerce parce que les Chinois et les Russes ont fermé leurs frontières, et le désert s'étend parce que les Chinois pompent toute l'eau.
- Brrr, il fait froid.
- C'est un désert, quand le soleil se couche, y a rien pour retenir la chaleur. D'où l'importance de nos capes. De toute façon on va y aller. Marchez discrètement.
- Qu'est-ce qu'on fait des affaires ?
- On les garde. Si on doit rentrer dans le temple on est pas sûr de trouver de quoi se nourrir.

Darina et ses deux apprentis coururent dans les dunes puis dans une plaine rocailleuse sur plusieurs kilomètres, avant de rejoindre quelques dunes derrière lesquelles ils s'arrêtèrent et posèrent leurs sacs.

- Vous les sentez ?
- Oui. C'est bizarre, ça a l'air fort mais c'est très calme.

Jetant un coup d'œil par-dessus la dune, Darina aperçut de la lumière émanant d'un trou dans le sol. Au moins ils n'auraient pas à chercher l'entrée du temple. Restait à trouver les créatures qui en étaient sorties. Elle n'eut pas à chercher puisqu'une masse obscure passa devant la lumière. Il était difficile d'évaluer sa taille, mais la créature semblait plus grande et plus massive qu'un humain. Elle marchait lentement, et Darina la vit s'éloigner progressivement avant de revenir au bout d'une demi-heure.

- Je n'en vois qu'une. Elle a l'air de tourner autour du trou. Peut-être qu'elle monte la garde. On attend qu'elle s'éloigne et on lui règle son compte. Je l'attaque par derrière, vous surveillerez les alentours et intercepterez ses copines si elles viennent à son secours.

Darina bondit dès que la chose fut suffisamment éloignée et la rattrapa immédiatement. Elle ne semblait pas avoir remarqué son arrivée, pensa-t-elle... Jusqu'à ce que la chose se retourne à une vitesse surhumaine.

- Bonne nuit, ma pupuce !

Darina asséna un puissant coup de pied à la base de ce qui semblait être la tête de la créature... qui ne sembla pas perturbée le moins du monde et attrapa Darina en plein vol.

- Résistante...
- Gruuu ?
- ... Bon, sois mignonne, repose-m...

Darina ne put finir sa phrase car son adversaire l'enfonça dans le sol jusqu'à la taille. Junior et Bigleux sentirent la créature enflammer un cosmos terrifiant et la virent lever des bras énormes qu'elle abattit violemment sur son adversaire, avant de pousser un hurlement qui leur fit mal aux oreilles. Deux autres cris lui répondirent, et des créatures invisibles car allongées par terre se levèrent et accoururent vers leur comparse.

- Quand je vous dis de me couvrir, c'est pas une façon de parler, les débiles !

Darina s'extrayait du sol et s'efforçait d'évacuer discrètement le sable qui s'était glissé dans son justaucorps, ignorant les deux monstres qui couraient vers elle et celui qui levait une fois de plus les bras.

- Bon, donc il faut y aller au maximum d'emblée...

Alors que les deux monstres arrivaient derrière elle et s'apprêtaient à l'attraper, deux éclairs lumineux éclairèrent les environs et les firent voler à plusieurs mètres de hauteur. Junior et Bigleux bondirent et les éloignèrent avec une nouvelle attaque pour laisser à leur maître de l'espace pour se battre. Le premier monstre sembla étonné et gardait les bras levés.

- Gruu... haaa... geee...
- T'essaies de parler, toi ? Bon allez, ne trainons pas.

Un éclair jaune illumina le désert et fut suivi d'une explosion qui laissa la place à un nouveau trou dans le sol bien plus grand que le passage vers le temple. Au fond de celui-ci, le monstre se relevait péniblement.

- Ah oui... Très résistante, cette bestiole. Bon ben tu l'auras cherch...

Un énorme jet de flamme fondit sur Darina, dont le cosmos vacilla, poussant ses apprentis à se retourner pour observer le brasier qui était apparu non loin. Celui-ci se dissipa progressivement pour laisser apparaitre leur maître en position de défense. Ils ne purent en regarder d'avantage car leurs propres adversaires ne leur laissaient pas non plus de répit. Le monstre au fond du trou semblait observer Darina qui leva lentement la tête dissimulée par ses bras croisés. Elle se toucha les cheveux et constata qu'ils avaient brûlé à plusieurs endroits. Si la créature l'avait connue, elle aurait su qu'elle était en très mauvaise posture car s'il était aisé de mettre Darina en colère, il n'y avait que deux choses qui la rendaient réellement violente. S'en prendre à Dionys, et abimer ses cheveux. Darina observa une mèche de cheveux roussi pendant quelques secondes puis, toujours silencieuse, leva le doigt vers le ciel. Un nouvel éclat lumineux apparut, mais il était différent des précédents. Junior et Bigleux eurent la chair d poule et sentirent le cosmos de Darina s'amplifier considérablement. Junior se mit à courir pour distancer son adversaire, mais la course de ce dernier fut brutalement interrompue par un comparse très brutalement projeté. Voyant les deux monstres rouler sur plusieurs mètres, il s'arrêta et se retourna en direction du trou. Face à lui s'avançait Darina, dont l'armure étincelait grâce à la lumière venant du temple. Ce n'était plus son maître qu'il accompagnait, mais un vrai chevalier portant son armure. Il était d'autant plus heureux d'être du même coté qu'elle que son cosmos déferlait dans tout le désert, étant comme amplifié par l'armure. Darina dégageait une aura majestueuse qui lui coupait l'envie de parler et même l'effrayait assez. Telle était donc la puissance d'une armure d'Athéna ? Deux hurlements lui rappelèrent qu'ils n'étaient pas seuls. Les créatures venaient de se relever, et leur cosmos augmentaient pour égaler celui de son maître, si ce n'est plus. Elles levèrent toutes deux les bras pour lancer une attaque énorme, le poussant à se mettre en garde. Mais un éclair l'aveugla et il sentit la terre trembler. Quand il rouvrit les yeux, ce fut pour voir les monstres démembrés et partiellement calcinés. Leur troisième comparse cessa immédiatement d'affronter Bigleux et se précipita vers eux. Au grand étonnement de Junior, le monstre s'empara de ce qui restait des siens et se dirigea vers l'entrée du temple. Il était sur le point d'y entrer quand Darina apparut au bord du trou y menant, l'obligeant à stopper net. Les apprentis eurent du mal à voir ce qui se passa, mais il leur sembla qu'une multitude de boules lumineuses pulvérisa la créature et feues ses amies. Darina revint lentement vers ses apprentis, qui l'observaient d'un air légèrement craintif.

- Vous êtes blessés ?
- Heu... non. Enfin je crois pas.
- Non. Ils cognaient dur mais ça allait.
- On détruit l'entrée. Tout de suite. Vous vous joignez à moi.

La sentence était sans appel. Le trio se positionna devant l'entrée qui dégageait une lumière éblouissante, et chacun porta son cosmos à son paroxysme.

- Chacun vise un des bords de la porte. Vous lancez votre attaque en même temps que moi.

Darina et ses apprentis déchainèrent leur cosmos et lancèrent simultanément leurs techniques, suscitant une énorme explosion dont ils ne sentirent pourtant pas le souffle. Il leur fallut plusieurs secondes pour que leurs yeux s'adaptent à l'éclat.

- On... on a réussi ?
- ... Je crois qu'on s'est fait avoir.

Bigleux fut le premier à s'en rendre compte. Le désert avait désormais cédé la place à une immense salle parfaitement éclairée et richement décorée.

- Merde.
- On est où ?
- Dans le temple. Enfin dans la dimension qui abrite le temple.
- Quoi ?
- Vous avez vu la taille de ce truc ? Ça ne tiendrait pas sous terre, d'autant plus que nous avons en face de nous des escaliers qui montent. Nous sommes donc dans une autre dimension.

Bigleux se retourna et vit l'entrée du temple derrière eux, toujours intacte, mais par laquelle on ne voyait pas la nuit à l'extérieur. Lorsqu'il tenta de passer la main au travers, il se heurta à un mur invisible

- Fait chier. Bon, on est donc obligé d'explorer le temple.
- Pourquoi ?
- Regardez autour de vous.

Junior remarqua la présence de cadavres humains en piteux état. D'après leurs tenues, il devait s'agir de l'équipe chinoise qui avait découvert le temple.

- Je comprend ce qui a dû se passer. Ces monstres étaient enfermés ici et ne pouvaient en sortir. Les Chinois ont dû activer l'ouverture de la porte, entrer pour explorer et se sont probablement fait massacrer immédiatement. J'ai vu un morceau de cadavre dehors, derrière une dune. Soit leurs collègues ont réussi à refermer la porte, non sans que nos trois petits réussissent à sortir, soit c'est les bombardements qui ont activé une fermeture automatique. En tous cas, il va falloir explorer tout ça et trouver un moyen de se débarrasser de l'ensemble. Allez !

Ils traversèrent la salle en regardant avec étonnement le raffinement du mobilier et de la décoration. On sentait bien que la personne qui avait créé tout ceci était puissante et aimait les belles choses. La salle suivante, en haut des escaliers, était plus étroite et n'avait aucune porte. Tout ce qui s'y trouvait était une statue chryséléphantine d'une divinité tenant un brasier dans une main et ce qui semblait être une famille humaine dans l'autre. Sous ses pieds se trouvait un aigle. De nombreuses fresques ornaient les murs et des mosaïques le sol.

- C'est Prométhée ?
- Oui. D'après les récits de l'ère mythologique, il fut le créateur de l'humanité, et son premier protecteur avant que Zeus ne confie le monde des humains à Athéna. Zeus l'a puni par la suite pour avoir donné le feu aux hommes, puis Heraklès l'a libéré de son supplice.

Junior et Bigleux longèrent les murs pour chercher une porte dérobée, et les frappèrent pour en vérifier la solidité, en vain. Darina finit par rejoindre Junior qui arrivait en sens inverse.

- On dirait qu'il n'y a aucun moyen de sortir de là.
- Il y en a forcément un, continuez à chercher.
- C'est quoi sur les murs ?
- Des fresques, Junior.
- Non, en-dessous.
- Ah. C'est une écriture antique. Je crois qu'elle était utilisée il y a très longtemps en Crète et à Mycènes. Du linéaire, il me semble. Je ne la lis pas.
- Dommage. Tu trouves rien, Bigleux ?

L'absence de réponse les fit se retourner, et ils ne purent que constater qu'ils n'étaient plus que deux dans la salle.

- D'a... ccord... Bigleux ? T'es là ?
- ... Apparemment pas. Je sens toujours son cosmos, pourtant.
- Qu'est-ce qu'on fait ?
- D'abord tu me tiens par le bras pour qu'on ne soit pas séparés. Ensuite, est-ce que tu te souviens où il était ?
- Heu... je crois qu'il était dans le coin à droite de l'escalier.
- Bon, allons-y, il a peut-être activé un méca... nisme...
- ... On est plus dans la même salle, là, non ?

En effet, le décor avait changé dès qu'ils s'étaient avancés en direction de l'endroit où Junior se tenait. Darina baissa les yeux et retrouva un motif identique à celui des mosaïques au sol.

- Bien entendu... Regarde par terre.
- Quoi ?
- Le sol de la salle montrait plusieurs portes au milieu desquelles il y avait des lettres. Ça devait servir à se téléporter dans d'autres salles. Il a marché vers une salle et nous vers une autre... Là c'est vraiment mauvais.
- Mais... y avait pleins de portes, sur le sol ! Comment on peut savoir sur laquelle il a marché ?
- On peut pas. Il devait y avoir trois rangées de portes. Pourvu qu'il ne fasse pas de bêtise.

Malheureusement pour lui, Bigleux n'avait absolument pas remarqué les motifs du sol et se retrouvait désormais dans une salle où une immense table d'or faisait face à un trône. Il fit le tour de la salle et jeta un coup d'œil à deux escaliers qui en partaient. Il se trouvait seul... dans un temple oublié... rempli de monstres que son maître n'avait battu qu'avec une armure sacrée... Tout se présentait bien, en fait... Bigleux s'assit sur le trône et posa la tête sur la table, désespéré. Pour ne rien arranger, son combat lui avait donné faim... Une vibration le fit sursauter et relever la tête pour découvrir ses plats préférés servis dans de la vaisselle précieuse. Bigleux fit le tour de la pièce d'un œil suspicieux mais ne vit rien, pas plus qu'au plafond. D'où cette nourriture était-elle sortie ? N'étant pas de nature à se poser des questions, il se contenta d'enlever son casque et de se mettre à manger. Après tout, si c'était offert... Il regretta toutefois de ne pas avoir gardé les sacs de provision car il aurait pu faire le plein de nourriture délicieuse, pensa-t-il en finissant une glace chocolat-fraise-vanille. Si ça se trouvait, les autres aussi avaient trouvé de quoi manger. Une fois son copieux repas terminé, Bigleux dut choisir quel escalier suivre. S'ils étaient arrivés tout en bas, il serait logique de suivre celui qui descendait, aussi remit-il son casque et s'avança-t-il avec prudence.

L'escalier en colimaçon l'amena à ce qui semblait être un jardin intérieur. Un jardin dépourvu de fenêtre mais étonnamment lumineux. Des bassins créaient de la fraicheur et des fleurs dégageaient leurs nombreux parfums, tantôt subtils, tantôt lourds, attirant de nombreux insectes. Bigleux reconnut diverses sortes de raisins sur une treille, et de nombreuses variété de fruits et légumes, dont plusieurs manquaient beaucoup au Sanctuaire. Les fresques murales montraient des nymphes batifolant dans un verger, entourées d'oiseaux et d'animaux. Entendant un bruit mouillé, Bigleux se rendit compte qu'il avait marché sur un fruit et secoua son pied pour essayer d'en dégager ce qui restait collé. C'est à ce moment là qu'il aperçut la créature dont la bouche dégoulinait de jus de fruit. Figés, ils se regardèrent l'un-l'autre. La nuit l'avait empêché de distinguer les traits de son adversaire, mais la lumière crue qui éclairait la salle lui permettait de voir une créature humanoïde à la peau bleu nuit, assise entre deux arbustes. Elle était plus grande et plus forte que lui, et son cou très court supportait une grosse tête qui avait un peu la forme d'un ballon de rugby vu de coté. La chose avait une large bouche dotée de petites dents pointues et s'il ne voyait pas d'oreilles, il ne pouvait pas ignorer les yeux en quantité anormale et à l'emplacement parfois fantaisiste. Elle avait un peu de poitrine, mais rien entre les jambes, constata-t-il en se demandant ce qui avait bien pu le pousser à regarder. Il avait apparemment surpris la chose en train de se gaver comme lui même venait de le faire et elle semblait trop surprise pour réagir.

- Heu... salut !
- ... Haa... huuu...
- Mmm, je cherche la sortie. Vous savez où elle se trouve ?
- Hooohiii... Houuubroufff !

En la regardant parler, Bigleux remarqua que la créature n'avait pas de langue. Ce ne serait donc pas la candidate idéale pour une discussion avec Darina... Posant la main sur sa poitrine, il s'inclina poliment.

- Bonjour, on m'appelle Bigleux.
- Biiiheuuu.
- Voilà.

La créature imita son geste et déforma une nouvelle fois son nom.

- Non non. Moi, je suis Bigleux. C'est mon nom. Vous, vous êtes ?

Bigleux tendit la main vers la créature pour lui faire comprendre le sens de ses paroles. Son ou ses regards allaient et venaient de sa main à son visage. Il n'avait pas vraiment pensé à la portée de son geste, et comme il le pensa longtemps après, n'aurait peut-être pas dû faire ça. Quoi qu'il en soit, il eut la surprise de voir la créature lui prendre la main et lui adresser un... sourire. Enfin ce qui devait passer pour un sourire chez les créatures cauchemardesques de l'ère mythologique.

- Aaahiii.
- Ahi. Ahi ? C'est votre nom ?
- Aaahiii. Aaahiii !
- Non ? C'est pas votre nom ?
- Aaahiii...

La créature semblait perplexe et réfléchissait visiblement à une manière de mieux communiquer. Après un instant d'hésitation, elle tira brutalement Bigleux à elle et l'enlaça dans ses bras puissants.

- Aaahiii !

Coincé contre les seins de la créature et sentant sa bave couler sur son casque, Bigleux comprit. Luttant tant pour s'écarter de la poitrine chaude que pour continuer à respirer, il s'efforça de desserrer l'étreinte.

- Ah ! Ami ! C'est ça ? Vous voulez être mon amie ?
- Ahi ! Ahi ! Ahi Biiiheuu !
- D'accord ! C'est super ! On est amis, c'est génial ! ... Quelle merde.

Réussissant à se défaire des bras de l'Amie, Bigleux enleva et secoua son casque pour en faire tomber les morceaux de pulpe.

- Bien. Hem... Vous voulez bien m'emmener vers la sortie ? J'avais deux amis avec moi, mais on s'est retrouvés séparés.
- Aaahiii ? Hoohiii ?
- Oui, mes amis, vers la sortie. C'est possible ? Vous me comprenez ?

La créature se leva, forçant Bigleux à lever la tête, puis lui prit la main et l'entraina vers un nouvel escalier qui s'enfonçait encore un peu plus dans le temple. Bigleux espéra qu'il n'aurait pas à affronter toute la famille d'Amie.