Actions

Work Header

Marian Gibbs

Chapter Text

G. Callen n'avait pas beaucoup d'amis, un fait qui venait autant de son passé dans les familles d'accueil, que de sa vie d'agent sous couverture, il avait du mal à se lier aux gens et peu de possibilité pour le faire. Pas sans leur mentir en tout cas, ça ne lui donnait pas beaucoup d'option, et puis de toute façon il était un solitaire. Néanmoins dans le nombre il y avait Jethro Gibbs, un ami proche, un homme qu'il considérait comme un membre de sa famille, un ami sur qui il pouvait compter si il en avait besoin, toujours, un homme de confiance. Ils se parlaient régulièrement, il était donc plutôt surpris d'être appelé par Eric parce que Gibbs était sur l'écran, ce n'était pas le style de Gibbs et donc c'était inquiétant, et il ne perdit pas de temps à aller à l'étage, son inquiétude ne diminua pas en le voyant, au contraire même, il avait l'air très inquiet.

"Gibbs, qu'est ce qui se passe ?" il demanda de suite, sentant que Sam était monté avec lui, mais n'y accordant pas grande importance, pas plus au fait que Hetti était aussi là et que Kenzi et Nate étaient également montés.

 

Jethro Gibbs n'était pas un homme qui regrettait beaucoup de choses, une qui était au top de la liste ça avait été son absence lorsque sa famille avait été en danger, il avait perdu deux de ses trésors et ça avait manqué de le détruire. Son seul réconfort avait été que Marian ait survécu l'"accident de voiture", mais là il était inquiet, il avait toujours su que son métier d'agent fédéral pouvait mettre en danger sa fille, il s'était fait des ennemis après tout mais comme il l'avait souvent dit, si il n'avait pas d'ennemi c'était qu'il ne faisait pas bien son travail. Pour assurer sa sécurité il l'avait inscrite dans de nombreux cours pour qu'elle sache se défendre et il lui avait appris à tirer avec une arme à feu, que ce soit une arme de poing ou une arme de sniper d'ailleurs. Il avait vraiment été paranoïaque avec la sécurité de sa fille, ce qu'elle avait accepté, comprenant la situation, et là il était fou d'inquiétude, la fille de Pedro Hernandez voulait se venger, et pas simplement en le tuant lui non. Elle voulait s'en prendre à sa famille d'abord, que son père soit en danger l'inquiétait mais ça le mettait surtout en colère, en revanche que sa fille le soit, c'était insupportable, il se connaissait bien, il avait ses règles et il les suivait toujours, il avait aussi conscience de ses défauts. Il avait pu surmonter la mort de Shannon et de Kelly que de justesse, parce qu'il s'était noyé dans le travail en s'engageant au NIS, mais aussi parce que Marian avait été là et qu'elle avait eu besoin de lui. Il ne supporterait pas sa mort, il ne se remettrait pas de la mort d'une de ses filles à nouveau, il n'en avait pas la force il en avait conscience.  Une part de lui brûlait de se hâter pour aller à LA, s'assurer de ses propres yeux que son trésor allait bien, et faire en sorte qu'elle aille bien ensuite, qu'elle soit saine et sauve, mais il devait rester là pour commencer à réfléchir à comment faire pour arrêter Paloma et par la même occasion son frère Alejandro... Il faisait donc la seule chose qui lui était possible pour le moment, à savoir attendre et compter sur son vieil ami pour assurer la sécurité de sa fille. Il avait beau avoir confiance en Callen, ça ne voulait pas dire que la situation lui plaisait pour autant, loin de là même. En plus lorsque Paloma l'avait menacé elle avait parlé de son père uniquement, pas de sa fille, il se doutait qu'elle savait que Marian avait survécu mais il y avait une chance que ce ne soit pas le cas et il refusait de la mener jusqu'à sa fille. 

"J'ai besoin d'un service Callen."  répondit donc Gibbs un air sérieux et inquiet, bien loin de son visage sérieux habituel. 

"Qu'est ce que c'est ?" demanda sans hésiter Callen, il devait énormément à Gibbs et si il ne pouvait pas garantir qu'il accepterait, il savait aussi que les chances qu'il ne le fasse pas étaient minimes. 

"Ma fille Marian, elle vit à Los Angeles depuis plusieurs années." commença Gibbs. "Elle est en danger."

"Qui ?" demanda Callen encore plus attentif, il n'avait jamais rencontré la fille de Gibbs, pas plus qu'il avait vu la moindre photo d'elle, Gibbs et lui avaient passé du temps ensemble oui, mais lors de missions sous couverture en général et avoir une photo de sa fille n'avait pas été une bonne idée. Et ensuite l'occasion ne s'était pas présenté, Callen n'y avait pas vraiment pensé non plus pour être honnête, il savait que son ami avait une fille, il savait qu'elle comptait pour lui mais il n'avait pas ressenti le besoin d'en savoir d'avantage, encore moins le besoin de savoir où elle vivait, mais là c'était visiblement important. Surtout vu qu'elle était en danger.

"Paloma Reynosa, elle est la chef du cartel et elle veut me faire souffrir en s'en prenant à ma famille. Elle n'a parlé que de mon père mais je ne veux pas prendre de risque." expliqua brièvement Gibbs. "Marian sait qu'elle est en danger, elle est capable de se défendre, mais je serai plus tranquille si vous pouviez garder un œil sur Marian et si Paloma arrive en ville..."

"On gardera un œil sur elles deux." affirma Hetty avant même que Callen ne puisse répondre, quoiqu'il aurait dit la même chose donc ça ne le dérangeait pas trop.

"C'est quoi le plan ?" demanda Callen qui connaissait assez Gibbs pour savoir qu'il ne se contenterait pas de ça très longtemps. Il voudrait assurer lui même la sécurité de sa fille et honnêtement Callen ne pouvait pas le lui reprocher. Il savait à quel point elle était importante pour lui, à sa place il ferait tout pour la protéger, enfin il en était sûr.

"Marian doit organiser quelques affaires avant de venir à Washington, elle sait pour Paloma mas elle refuse de fuir et de tout laisser en plan à cause d'elle. Elle a des responsabilités et si elle accepte de prendre un congé elle veut faire ça dans les règles." soupira Gibbs, cachant mal son agitation. 

"Tu n'as pas pu la faire changer d'avis ? Tu pouvais pas lui lancer un de tes regards noirs ? Elle est en danger." pointa Callen, surpris par ce qu'il venait d'entendre, surtout parce que Gibbs l'avait laissé faire, ce n'était pas le genre de son ami, loin de là même. 

"Marian est ma fille, elle me connait et elle n'a jamais eu peur de mes regards noirs. En plus elle est têtue." dit Gibbs avec agacement mais Callen voyait aussi la fierté dans l'attitude de l'ancien marine. "Elle m'a dit qu'elle serait prudente et je la connais, elle va prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer sa sécurité à elle ainsi qu'à son fils."

"Donc on garde un œil sur deux personnes en plus de la chef du cartel Reynosa ?" demanda Callen.

"Je te suis redevable." répondit Gibbs.


 

Callen avait été pris par d'autres affaires mais il demandait tout les jours des nouvelles à Eric, il se serait bien rendu à l'adresse de Marian Gibbs mais il avait eu un peu trop de boulot en plus il avait confiance en Eric qui avait plusieurs caméra ouvertes en permanence vers elle. Lui et Sam venaient d'escorter un flic ripou aux locaux de la police, un flic payé par Ortega et qui avait mis Deeks, leur agent de liaison, en danger, lorsqu'il reçut un appel d'Erik.

"Paloma a été vu à Los Angeles, Callen. Elle est avec trois hommes de mains et est pas loin de la maison de Marian Gibbs." dit Eric, il n'avait pas fini sa phrase que Sam appuyait sur l'accélérateur, le téléphone de Callen avait été sur haut-parleur, et tournait la voiture dans la bonne direction, il n'y avait pas une minute à perdre. 

"Tu l'as prévenu ?" demanda Callen.

"Oui, elle est au courant." confirma Eric.

"On sera là dans dix minutes." assura Sam, il avait le pied sur l'accélérateur, il était quelqu'un qui était très protecteur naturellement, il avait aussi du respect pour l'agent Gibbs qu'il n'avait rencontré qu'une fois certes mais il en avait entendu parler via son coéquipier. En plus l'idée qu'une femme et son enfant soit en danger le pressait plus qu'un peu.


 

Marian appelait son père tous les jours et était au courant chaque fois qu'il était sur une affaire risquée ou si il était en danger, si ce n'était pas via lui c'était via un autre membre de son équipe, ou via Abby, une scientifique de génie avec qui elle était très proche ou encore Ducky, le médecin légiste et un homme qu'elle connaissait depuis plus de dix ans. Elle avait donc su de suite lorsqu'Abby avait commencé à enquêter, sans s'en rendre compte au début, sur la mort de Pedro Hernandez, elle avait aussi su lorsque son père était allé au Mexique, un fait sur lequel ils s'étaient disputés ensuite, elle savait pourquoi il y était allé, pour Mike mais il avait été en danger et foncer comme ça avait été stupide. Surtout vu qu'il avait été seul. Elle avait été mise au courant bien sûr du fait que Paloma Reynosa voulait se venger et qu'elle avait un frère, Alejandro Rivera, elle ne s'attendait néanmoins pas à ce que cette femme vienne comme ça dans sa maison, qu'elle attaque de suite oui, surtout vu qu'elle avait été prévenu par un agent du NCIS qu'elle n'était pas loin, mais qu'elle entre ainsi pour discuter, à certainement pas. Mais dans tous les cas, elle était prête. 

Marian Gibbs était rousse comme sa mère et avait les yeux bleus glacials de son père, elle portait les cheveux longs et sa peau était tannée par le soleil, elle allait à la plage souvent et passait le plus clair de son temps dehors. Elle avait aussi de nombreux tatouages, chacun avec une signification particulière pour elle, son visage portait en général un sourire mais en observant la femme devant elle, il n'y en avait pas la moindre trace. Marian avait été élevé par une mère aimante qui lui avait pris à voir le bon chez les gens, à agir de manière juste et si elle ne l'avait pas toujours fait elle n'avait rien fait qu'elle regrettait vraiment. Son père était un homme juste et droit qui obéissait à ses propres règles et qui était déterminé à faire respecter la loi, à protéger les gens et si il lui avait appris à être prudente et à être méfiante, il n'avait pas renié les paroles prononcées par Shannon. Respectant sa mère elle n'avait pas haï grand monde au cours de sa vie, certains l'avaient mis en colère bien sûr, mais si il y avait eu un homme qu'elle avait haï autant qu'elle l'avait craint ça avait été Pedro Hernandez. Maintenant, après leurs actions et les menaces prononcées contre sa famille, Paloma Reynosa et son frère n'étaient pas non plus dans son cœur, loin de là même.

"Miss Gibbs, pardonnez mon entrée ici mais je tenais à vous parler." dit d'ailleurs Paloma avec un accent dans la voix.

"Je ne pensais pas que vous vouliez vraiment me parler, j'avais au contraire été informé que c'était ma mort que vous vouliez, pour faire payer mon père. Pour le faire souffrir." dit Marian sans perdre son calme, profitant du fait qu'elle était en partie cacher par la table de la cuisine pour sortir son arme, prête à tirer si nécessaire. 

"Vous pouvez comprendre non ? A moins que vous ne soyez pas au courant ?" suggéra Paloma. 

"Du fait que mon père a tué le votre, je le sais. Je l'ai toujours su. Et je ne lui en jamais voulu pour ça." répondit Marian.

"Je vois, c'était mon père, et ça ne vous fait rien." répondit Paloma, bien plus en colère qu'auparavant.

"Si vous venez chercher de la compassion, vous êtes à la mauvaise adresse. Ce que mon père a fait c'était pour me protéger et pour venger ma mère et ma petite sœur, ce que le votre a fait c'était uniquement pour détruire des vies et sauver sa peau. Le sergent Tanner avait une famille, de même que l'agent Mitchell. Mon père a passé le reste de sa vie a protéger des gens et à en aider le plus possible, le votre aurait juste continuer à tuer des gens et à vendre de la drogue détruisant encore plus de vie." répondit Marian.

"Je vois." dit Paloma en mettant ses mains sur ses hanches, Marian n'attendit pas qu'elle sorte son arme de derrière son dos, ayant appris ce genre de chose grâce à son père, elle leva sa propre arme, visant la poitrine de la femme devant elle. 

"Je vous l'ai dit, on n'a rien à se dire mais si vous ne sortez pas immédiatement de chez moi je vous descends. Vous voulez faire souffrir mon père, il a souffert tous les jours depuis la mort de ma mère et de ma sœur provoqué par votre père. Je ne vous laisserez pas me faire du mal pour l'atteindre, encore moins toucher à un cheveu de la tête de mon fils." dit Marian sans que sa main tremble. 

Paloma sortit sans faire d'histoire et sans lui tourner le dos, et dès qu'elle fut dehors, Marian ne perdit pas de temps à se diriger vers une fenêtre tout en se mettant  à couvert. Cette femme n'allait pas partir bien gentiment de ça elle en était certaine. Son pressentiment était d'ailleurs justifié vu qu'une fois dehors elle avait pris une arme bien plus dangereuse qu'un revolver et que ses trois hommes de mains en avaient des similaires. Elle ne s'était jamais intéressée particulièrement aux armes à feu, mais elle savait qu'elle allait devoir tirer vite et bien, ainsi que prier pour avoir des renforts rapidement si elle voulait s'en tirer. Un peu de chance serait également apprécié, dans tous les cas elle allait tout faire pour ne pas les laisser passer, il y avait beaucoup trop en jeu. Son père lui avait appris à observer une situation et ce très rapidement, ayant été un sniper il avait enseigné beaucoup à sa fille, y compris à tirer juste et ce de manière rapide. C'est d'ailleurs ce qu'elle fit, attendant le bon moment pour tirer, réussissant à toucher deux de ses adversaires, un mortellement et l'autre d'une blessure légère. Elle dut ensuite bouger pour ne pas se faire tuer, elle était en train de se rapprocher d'une autre fenêtre, sa position ayant été compromise, lorsque un bruit de sirène se fit entendre. Elle entendit une voiture démarrer rapidement et se permit de souffler un instant avant de bouger, elle avait foi dans son gouvernement et dans la police, néanmoins le métier de son père lui avait appris à être prudente. Elle ne pensait pas être en danger mortel mais elle avait trop à perdre si elle avait tort, c'était un risque qu'elle ne prendrait pas.


 

Callen ne perdit pas de temps à descendre de la voiture, une arme à la main, le faisant même lorsque la voiture était toujours en marche. Il s'attarda brièvement près du corps devant la maison, mais ne le fit pas longtemps, continuant la route pour entrer dans la maison. Il avait envie de jurer, Gibbs lui avait fait confiance pour protéger sa fille et il avait échoué, il n'avait pas pu stopper Paloma Reynosa, il espérait vraiment que Marian allait bien ou il ne pourrait jamais se le pardonner.

"Il est mort." confirma Sam en le rejoignant à la porte.

"NCIS." hurla Callen en entrant dans la maison, ouvrant la porte normalement plutôt que d'un coup de pied, heureusement elle n'était pas fermée à clé.

"Prouvez-le."demanda une voix même si il ne savait pas d'où elle venait, pas exactement en tout cas.

"Je suis l'agent Callen et voici l'agent Hanna." répondit Callen. "Votre père nous a demandé de vous aider quand à la situation avec le cartel Reynosa."

"La première opération que vous avez faite avec mon père était où ?" demanda Marian en allemand. Le nom de Callen ne lui était pas inconnu mais elle ne l'avait pas rencontré, en revanche elle avait quelques idées pour vérifier son identité, l'autre en revanche elle n'en avait entendu que brièvement, Timmy, ou de son vrai nom Timothée McGee lui avait beaucoup parlé des joujoux technologiques à la disposition du NCIS de Los Angeles et il avait aussi fait mention d'un Sam Hannah, de Kenzy Blye et de l'agent Macy, mais après cela il avait été bien plus préoccupé par la situation concernant Ziva et Tony. Néanmoins elle supposait que si ce Callen était bien le bon, il reconnaîtrait son partenaire.

"C'était en Serbie, il m'a sauvé la vie." répondit Callen en serbe, agissant sur une intuition.

"Règle numéro 9 ?" continua Marian, ayant compris ce qu'il venait de dire.

"Toujours avoir un couteau sur soi." répondit sans hésiter Callen, il l'avait souvent entendu celle là, en tout cas jusqu'à ce qu'il finisse par prendre l'habitude d'en avoir un.

"Règle numéro 7 ?" poursuivit Marian, elle était convaincue que c'était bien la personne qu'il disait être, mais elle avait appris à toujours poser trois questions pour le vérifier.

"Quand on ment, être précis." répondit à nouveau Callen.

"Désolée pour ça, je voulais êtres sûre." s'excusa Marian en sortant de derrière le mur, rangeant son arme au passage. "Merci pour votre intervention, deux minutes de plus et je suis pas sûre que j'aurais pu vous accueillir. Merci aussi à celui qui m'a prévenu d'ailleurs."

"Vous aviez l'air d'avoir la situation sous contrôle pourtant. Ça va ?" demanda Sam.

"J'ai pas été touché." assura Marian. "La situation est sous contrôle ? J'aimerai pouvoir rassurer mon fils."

"Oui allez y." confirma Callen. "On va devoir partir par contre, vous n'êtes plus en sécurité ici."

"Je sais, je pourrais partir dans dix minutes maximum." acquiesça Marian, elle s'était préparée à cette possibilité, néanmoins ça l'ennuyait quand même. Il y avait eu de la casse dans ses affaires à cause des tirs, elle espérait que rien de trop important ait été abîmé.

Leur adressant un signe de tête, Marian monta à l'étage, prenant l'escalier colimaçon pour cela, tapant quatre fois fort sur la dernière marche, le tout sous les regards confus des deux agents fédéraux, les ignorant elle continua sa route, ouvrant et fermant deux fois la porte de sa chambre avant de toquer deux fois sur la porte de la salle de bain. 

"C'est moi, tout va bien, vous pouvez sortir." elle appela ensuite, elle attendit un peu mais elle entendit rapidement des bruits à l'intérieur de la pièce, avant que le verrou ne soit ouvert et que la porte suive. Laissant voir un petit garçon de quatre ans, blond aux yeux marrons ainsi qu'un chien, un berger allemand.

"C'est bon maman ? Les méchants sont partis ?" il demanda en regardant sa mère.

"Oui Sergei, les méchants sont partis." confirma Marian, souriant doucement à son fils. "Tu peux sortir, il y a deux agents du NCIS qui sont en bas et qui vont nous protéger. On doit partir quelques temps comme je t'avais dit, alors il faut que tu ailles chercher le sac qu'on a préparé. Et ce que tu veux prendre avec toi, on va aller chez papi d'accord ?" 

Sergei accepta volontiers, il était toujours heureux d'aller voir son grand-père, Marian décida de le laisser faire seul quelques minutes, elle devait prendre ses propres affaires. Heureusement elle s'était préparée à cette possibilité et ça ne lui demanda pas beaucoup de temps, surtout vu qu'elle avait aussi des affaires chez son père, elle avait aussi été élevé par un marine qui lui avait appris à être prête à partir rapidement et avec juste le minimum. Elle s'assura ensuite que son fils avait bien ce qui était indispensable selon elle, avant de descendre, Sergei et le chien avec elle. 

"Vous êtes prête rapidement." commenta Callen qui s'était attendu à devoir attendre un moment, après tout Kenzi n'était pas vraiment rapide pour se préparer.

"Je savais les risques et j'étais prête à partir rapidement si nécessaire. Sergei voici les agents Callen et Hanna." elle dit ensuite, répondant à la question silencieuse de son fils. "Messieurs, voici mon fils Sergei."

"Salut bonhomme, prêt à partir ?" demanda Sam avec un sourire.

"Oui." confirma Sergei avec un sourire. "Vous avez aidé maman à faire fuir les méchants ?"

"Oui, ils m'ont bien aidé, tu ne m'avais pas dit que tu avais des choses à montrer à papi ? Et pépé sera aussi là." lui dit Marian.

"Oh, je vais chercher mes dessins et mon puzzle." dit Sergei en se précipitant. 

"Votre chien vient avec vous ?" demanda Callen. 

"Oui, Jethro est de la famille, je ne vais pas le laisser ici, encore moins vu que je ne sais pas dans combien de temps on va revenir." confirma Marian. "Je présume que je ne peux pas prendre ma voiture ?" elle demanda et après avoir reçu un signe affirmatif, elle soupira et se dirigea vers la cuisine pour prendre à manger pour le chien. "Je peux prendre une couverture si vous ne voulez pas de poil dans votre voiture."

"Non ça ira." refusa Sam avec un sourire, heureux qu'elle propose au moins.

"Vous avez appelé votre chien Jethro ?" releva Callen, un sourire amusé aux lèvres ainsi qu'un sourcil haussé. 

"Abby l'a nommé Jethro avant de me le confier, il y répond et ça m'amuse." répondit Marian avec un sourire amusé en retour.

"Je crois qu'il me manque quelque chose." pointa Sam. 

"Mon père s'appelle Jethro Gibbs." dit Marian, passant le premier prénom de son père sous silence, il n'aimait pas l'utiliser en général. Elle rangea la boite où elle avait mis les croquettes du chien dans son sac de voyage et attrapa également un cadre photo qu'elle prenait toujours avec elle, une photo de quand ils étaient encore une famille heureuse, d'avant Pedro Hernandez. Elle ferma ensuite les volets et les fenêtres de la maison avant de suivre les deux agents dans la voiture, son fils collé contre elle et Jethro près d'elle également. La voiture démarra et Marian regarda derrière elle, inquiète, elle reviendrait ici, elle refusait que la famille Reynosa lui prenne encore quelque chose. Etre dans une voiture alors que des gens étaient après elle n'était pas vraiment quelque chose qui la rassurait mais elle n'avait pas le choix, pour le moment en tout cas elle devait suivre leurs ordres, elle devait parler à son père pour le rassurer et discuter  de la suite des opérations.