Actions

Work Header

Déni quand tu nous tiens (Trad' de NO SEX de redcharcoal)

Chapter Text

 ()()()
CHAPITRE 1 : Ce n’est certainement pas du sexe !

()()()

 

Quoi qu'il en soit, quoi qu'on en dise, ce n'était certainement pas du sexe. Ça ne compte pas, pas du tout, quand c'est ton assistant. Qui est une femme. Et puis, c'était juste comme ça, rapide et sale, contre le mur, dans ta salle de bain privée. Ce n'était pas comme si elle était allée à l'intérieur, d'ailleurs... Quelques frottements rapides sur son clitoris et Miranda avait haleté et avait jouit comme une allumette qu'on craque, les choquant toutes les deux, les laissant sans voix.

(-)

Donc, ce n'était certainement pas, définitivement pas, absolument pas du sexe.

(-)

Miranda avait rougi légèrement et était furieuse d'avoir joui comme ça et essayait de les distraire, toutes les deux, en glissant sa main sur la cuisse d'Andrea. Parce que si elle devait être humiliée comme cela, en jouissant en moins de dix secondes après avoir commencé ce… ce non-sexe, elle ne serait pas la seule. Sa main était allée aussi loin que l'élastique du sous-vêtement bleu pâle de la marque Hanes, sans doute bon marché, avant que son assistante augmenta sa contrariété et son embarras en l'y arrachant avec un « Non » étranglé.

Miranda avait regardé avec effarement dans les grands yeux bruns d'Andréa, pensant sûrement qu'elle avait mal entendu, mais elle vit une secousse ferme et négative de la tête et une lèvre inférieure mordue. De regret.

-Je ne peux pas, murmura-t-elle et Miranda fronça les sourcils. Elle écarta sa main comme si elle avait été mordue. Foutue gamine. Elle avait vu Miranda comme ça et maintenant elle ... C'est mon moment du mois, admit calmement Andrea, comme une supplique d'excuse, et Miranda comprit d'un coup. Les joues crémeuses d'Andrea rougirent.

Miranda souffla un reniflement silencieux et voulut se cogner la tête contre le mur. Rien que cela est un rappel suffisant pour montrer à quel point tout cela était ridicule, ça, le fait de la féminité de ton partenaire non-sexuel qu'on te balançait en plein visage.

Elle n'avait jamais eu ce problème avec les hommes, bien sûr. Et Miranda, quant à elle, avait cessé de s'inquiéter de la soi-disant malédiction, il y avait presque un an. Avoir une partenaire - et apparemment une femme fertile - était un charmant rappel de la raison pour laquelle elles ne le faisaient pas faire ça, ce non sexe. Et bien, plus encore alors qu'elles l'avaient déjà (pas) fait.

(-)                                                                                                                                                                                                    

Miranda sentit un mal de tête arriver.

(-)

Andrea la regardait toujours, et finalement elle murmura avec espoir :

-Mais peut-être pourriez-vous, euh, enfin tu sais, par… dessus ?

Elle fit un vague geste pour montrer à son sous-vêtement et Miranda eut une envie absurde de rire. Frotter son (agaçante et immanquablement fertile) d’assistante, chastement à travers ses sous-vêtements comme si elles étaient une paire d'adolescentes encore au lycée ?  Elle voulait lui dire à quel point cette idée était absurde pour une femme puissante, une femme comme elle. Elle voulait lui demander au nom de quoi elle devrait faire ça, étant donné que tout cela était déjà assez humiliant. Alors même qu'elle envisageait la manière la plus efficace de nier, de partir, elle sentit une main chaude remonter ses doigts sur cette cuisse douce et accueillante jusqu'à la jupe sous la jupe d'Andrea. Leurs doigts s'emmêlèrent et elle sentit Andrea frotter les doigts de Miranda contre le coton.

(-)

Bien, ce n'était pas du tout ridicule, se dit Miranda avec un soupir, alors même qu'elle frottait méthodiquement à travers le tissu et se penchait pour améliorer l'angle. Je veux dire comment diable...

(-)

Andrea poussa un étrange cri haletant et les yeux distraits de Miranda se soulevèrent et elle examina le visage de son assistante. Une expression vulnérable d'émerveillement et de joie parcourut tous les éléments du visage d’Andréa, il était comme laissé à l'abandon, puis sa tête retomba dans un bruit sourd contre le mur. Miranda pressa fort son pouce contre l'endroit où elle imaginait qu’était le clitoris d'Andrea et regarda avec une satisfaction sauvage le visage de la fille se crisper et Andréa jouit. Un orgasme dévastateur traversa visiblement son assistante. Toute l’humiliation que Miranda avait ressentie s'évapora alors qu'elle voyait le long frisson de cette orgasme parcourir Andréa, puis ses grands yeux bruns s'ouvrirent et se concentrèrent sur Miranda. Le plaisir et le désir étaient indubitables.

-Merci, murmura-t-elle. Merci, merci.

-Oui. Bien. Parfait. Miranda dit intelligemment. Elle laissa tomber sa main.

Elle aurait aimé l'avoir senti, respirée, l'odeur d'Andréa, l’odeur de ce non-sexe qu'elle venait de faire avec Andrea, mais cela aurait été aussi ridicule que tout cette scène. Son esprit dérailla alors qu'elle envisageait de la goûter. Elle se projeta dans le futur, quelques jours et elle se demanda combien de temps allait s'écouler avant qu'Andrea soit... elle s'arrêta, les lèvres serrées ... prête pour elle.

Elle faillit presque, presque demander ça avant que son cerveau ne l'arrête et ne mette sa langue traîtresse à l'arrêt. Non, non absolument pas !

Au lieu de cela, elle hocha la tête sèchement et s'éloigna, laissant Andrea se remettre dans sa salle de bain, fermant la porte derrière elle.

(-)

Non, non, c'était mieux comme ça. De cette façon, il fallait terminer ça maintenant, elles pouvaient nier tout ça. Rien ne s'était vraiment passé, d'ailleurs...

(-)

Après tout, ce n'était pas du sexe. Non, non, pas de sexe. Pas du tout. Ça n'avait certainement pas été du sexe.