Actions

Work Header

Enquête sous contraintes

Chapter Text

-J'avoue, je ne pensais pas que vos mystères seraient aussi bien fait et intéressants, bravo ! Félicita Kogoro.

-Tu peux parler papa, tu n'as pas été capable d'en résoudre un seul, c'est Hattori-kun qui a tout fait ! Lui fit remarquer Ran.

-Ah, mais c'est normal, il la connaît mieux, et puis je suis plus un consultant, en plus on est à Ôsaka, donc je lui laisse l'honneur ! Se défendit le moustachu.

-Tiens, on dirait bien que c'est vous qui vous cherchez des excuses cette fois ! Ironisa Kazuha.

-Ne vous inquiétez pas, ce n'est pas un concours, mais vous avez le droit de participer et de devancer Hattori, rajouta Chisei.

-Et toi Conan-kun, tu as réussi à en résoudre un ? Demanda Ran.

L'enfant fit la moue. Chisei avait un peu eu besoin de son aide, il avait donc eu des éléments en plus et c'était retenu de trop participer pour que ça reste équitable, mais les feuilles qu'il avait vues concernaient un autre mystère. Il avait réussit à comprendre une ou deux énigmes en même temps que Heiji mais l'avait peu fait savoir, il avait plus l'impression d'avoir servit d'assistant en l'aidant à se mettre sur la piste, et pour l'heure ça l'horripilait, surtout vu le regard que son ami lui lançait.

-C'est normal que le gamin ai du mal à suivre, pareil avec l'oncle d'ailleurs ! Ces enquêtes étaient basé sur la région et des légendes et historique du coin, donc forcément j'ai l'avantage !

Il abordait un grand sourire fier en disant ça, avec un regard particulièrement appuyé sur son ami et rival, qui en était à regretter mentalement de lui avoir filé des coups de main.

Un des mystères consistait en une sorte de chasse au trésor qui les avait conduits à Kyôto. Ils avaient donc décidé d'y manger avant de rentrer. Ils profitaient donc du repas pour faire leurs premiers retours et faire part de leurs impression à l'organisatrice de ces défis.

-Et vous, vous ne vous êtes pas trop ennuyées ? S'enquit Chisei auprès de Ran et Kazuha.

-Non, pas du tout ! J'ai beaucoup aimé, la rassura Ran. J'ai découvert des endroits très sympas grâce à toi, et j'ai appris des choses sur Kyôto, Ôsaka et la région.

-Tant mieux !

La jeune femme écrit quelque chose dans un carnet, et Kogoro se pencha par dessus son épaule.

-Qu'est-ce que vous écrivez ?

-Ah, je me sers de vos retours pour voir ce qui n'allait pas, expliqua-t-elle. C'est pour ça que j'ai tenu à vous rencontrer et à aller avec vous pendant que vous résolviez mes petites énigmes. Je voulais être au plus près pour voir comment vous vous en sortiez. Mais évitez de lire mes notes s'il vous plaît ! Normalement il n'y a rien sur les énigmes de demain mais on ne sait jamais. Je sais que c'est tentant mais j'ai besoin d'écrire les choses, et si je le fais plus tard j'ai peur d'oublier !

-Tu as entendu papa ? Le gronda Ran. Tiens, on va changer de place, comme ça se sera plus sûr !

Kazuha et Ran prirent donc les places autour de Chisei sous l’œil suspicieux des détectives.

-Vous ne voulez pas en profiter pour essayer de glaner des informations ?

-Bien sûr que non !

-Mouais, marmonna un Kogoro sceptique. J'aurais tendance à dire que vous risquez encore plus de chercher à avoir les solutions vu que les énigmes ne sont pas de votre niveau.

-Je suis d'accord, sans doute qu'elles aimeraient bien être comme Sano, à nous regarder galérer en connaissant déjà la solution, appuya Heiji.

-Mais non, arrêtez de raconter des bêtises ! Se défendit Kazuha.

Conan regardait l'échange avec un sourire mi exaspéré mi gêné. Au final c'est lui qui allait se retrouver à connaître la solution avant les autres avec Chisei, et effectivement, pour l'instant personne ne semblait s'en douter. Mais à peine avait-il pensé ça que Heiji se pencha vers lui. Conan changea aussitôt d'expression, mais son ami ne semblait pas l'avoir remarqué.

-Et toi Kudô, tu ne serais pas un peu rouillé par hasard ? Lui demanda-t-il avec le même sourire goguenard que tout à l'heure.

-Pas du tout ! D'ailleurs je te ferais remarqué que je t'ai aidé, et j'ai essayé de faire une des déductions avec toi mais tu m'as totalement ignoré !

-Ah, c'est vrai, pardon ! S'excusa-t-il, mais on entendait aucun remords dans sa voix. Mais l'oncle a raison, on est chez moi ici, donc c'est normal que j'ai la priorité !

-Quel intérêt de nous inviter si tu ne nous laisses pas participer ? Râla l'enfant. Déjà que tu étais avantagé sur ces énigmes là ! En plus on est à Kyôto là, pas Ôsaka !

-Ça reste plus proche de chez moi que Tôkyô ! Et j'ai l'impression que tu te cherches des excuses toi aussi, hein ?

Le petit détective prit un air renfrogné tout en râlant mentalement : Tu as admis toi même tout à l'heure que ça te donnait un avantage ! Heiji lui donna un coup de coude amical.

-Allez, ne boude pas, je suis sûr que tu feras mieux demain !

Conan n'arrivait pas à savoir s'il avait raison ou tord étant donné qu'il connaissait déjà une bonne partie des solutions des énigmes du lendemain. Mais il n'allait pas pouvoir participer à cause de ça, donc...

Néanmoins, il ne pouvait s'empêcher d'être intrigué. Ce serait en effet la 1ère fois qu'il connaîtrait d'avance la solution à un mystère et pas Heiji. Cela pouvait être amusant à regarder, mais cela allait aussi être un challenge pour lui, pour que son ami ne comprenne pas qu'il était dans la confidence. Cela promettait d'être intéressant !

Il fut distrait de ses pensées d'anticipation par Chisei qui interpellait un serveur tout en signant avec ses mains. Heiji sembla également s'en étonner.

-Tiens, tu connais la langue des signes japonaise ?

-Ah, pas vraiment. J'ai appris l'alphabet en langue des signes, ainsi que le syllabaire des kanas, mais le peu de signes que je connais viennent de séries américaines, donc c'est de l'ASL (American Sign Language). Mais comme un serveur ici et malentendant et connais la JSL (Japanese Sign Language), j'essaye de l'apprendre, et souvent quand je viens ici et que je lui demande quelque chose, j'essaie de le signer en même temps, mais très souvent je le signe avec l'alphabet ou le syllabaire par manque de vocabulaire.

-Ah, c'était pour ça ces formes et mouvements bizarres que tu faisais avec tes mains, compris Kazuha.

-Je ne savais pas qu'il y avait une langue des signes propre au Japon, s'étonna Ran.

-Il y en a une par pays, expliqua Conan. Les langues des signes sont plus ou moins inter-compréhensibles mais elles sont différentes d'un pays à l'autre. Il y a également des langues signées qui sont des transcriptions de la langue parlée dans le pays, mais parfois les deux ont peu de choses en commun, d'autant que les langues signées ont des contraintes qui leur son propres.

L'enfant arrêta net son exposé en sentant les regards surpris sur lui. Heiji fit cependant rapidement diversion avant que quiconque n'ai pu s'étonner une énième fois de ses connaissances ni qu'il ai pu bafouiller une excuse.

-En tout cas c'est louche, lança le détective basané à voix haute. Ce serveur est là depuis le début, mais tu ne signes que maintenant, comme si tu te retenais depuis le début et avait signé sans le faire exprès. Serait-ce parce que cette langue des signes est impliquée dans les enquêtes de demain ?

-Ce n'est pas juste parce qu'on s'adressait à un autre serveur jusqu'à maintenant ? Suggéra Ran.

La discussion continua pendant un temps sur le sujet jusqu'à ce que Conan sente son téléphone vibrer. Un coup d'œil discret lui apprit que Chisei venait de lui envoyer un message. Il n'avait absolument pas remarqué qu'elle était en train d'écrire et lui lança un regard surpris avant de rapidement lire le message, puis ranger son téléphone avant que quelqu'un ne le remarque.

Tout à l'heure, ils avaient échangé leurs numéros pour pouvoir plus facilement planifier la mise en place des mystères et la participation de Conan sans attirer l'attention. Malgré tout, il devait idéalement ne pas se faire remarquer en lisant et répondant à ses messages, pour éviter d'attirer l'attention. Prétexter qu'il s'agissait des DB ou du professeur pouvait marcher les premières fois, mais pas trop souvent, Heiji finirait par être suspicieux, sans parler du risque que quelqu'un lise par dessus son épaule. Et naturellement, ils pouvaient difficilement discuter tous les deux directement vu qu'ils restaient tous ensemble la plupart du temps. Enfin, il devrait pouvoir trouver une solution !

Pour l'heure, plus de mystères, le reste de la soirée passa normalement puis ils retournèrent tous à Ôsaka.

Dans le train du retour, Conan ne put s'empêcher de remarquer que Heiji semblait concentré sur son téléphone. Un rapide coup d’œil sur l'écran lui permis de rapidement comprendre ce qu'il cherchait.

-Tu veux apprendre les kanas en langue des signes ? S'étonna l'enfant.

-Oui, ou au moins en mémoriser autant que je peux. Je suis sûr que ça a un lien avec un mystère prévu pour demain !

-Et tu n'attends pas d'être rentré chez toi pour le faire ? Si tu as raison, elle pourrait décider de changer ce point en te voyant faire, pour éviter que ça devienne trop facile.

-T'inquiètes, elle est en grande conversation avec ta neechan, Kazuha et occhan. Et au pire je doute qu'elle trouve une autre idée qu'elle puisse mettre en place d'ici demain !

-Méfie toi, les écrivains ont beaucoup d'imagination, non ? En plus elle a du prévoir plusieurs idées au cas où quelque chose tourne mal, l'averti Conan avec un petit sourire.

-C'est pas grave si c'est le cas, ça corsera les choses ! Répliqua Heiji. Peut-être aussi qu'elle a fait exprès pour me mettre sur une fausse piste. Parfois elle est un peu tête en l'air, mais elle se débrouille pas mal pour jouer la comédie quand elle veut. Enfin, pour certains des mystères elle va sans doute demander de l'aide aux gens du club de théâtre, j'ai cru entendre ça avant les vacances. Même si ça ne m'avance pas beaucoup sur ce qu'elle a prévu d'autre !

Conan ne répliqua rien, cherchant à dissimuler son sourire. Il commençait déjà à entrevoir ce que Chisei voulait dire quand elle disait que c'était sympa aussi d'être du côté de celui qui avait la solution.

Il fut néanmoins distrait de ses pensées lorsque Kazuha s'exclama :

-Allez, tout le monde dehors, on est arrivé ! Tu viens Heiji ?

-Hein ? Ah, oui.

Le détective rangea son téléphone et suivit le groupe sur le quai.

-Bon, nos routes se séparent ici pour aujourd'hui, les informa Chisei. A demain, dormez bien !

Elle fit un signe étrange de la main pour les saluer, comme si elle avait eu du mal et avait du s'y reprendre à deux fois. Elle ne leur laissa pas le temps de l'interroger sur le sujet qu'elle partait de son côté, les laissant surpris.

-Qu'est-ce que c'était que ce mouvement bizarre de la main ? Un mot en langue des signes ? Demanda Kazuha.

-Qu'est-ce que j'en sais ? Répondit Heiji.

-Mais où et à quelle heure doit-on se retrouver demain au fait ? Questionna Kogoro. Je n'ai pas souvenir qu'on en ai parlé ce soir.

-Vous croyez que ce signe était un indice à ce sujet ? Proposa Ran.

Ils continuèrent leur route avec diverses théories, et Kazuha les quitta à son tour pour rentrer chez elle, tandis que Heiji se chargeait d'accueillir leurs invités. Avant de se quitter, la jeune femme les informa qu'elle avait envoyé un message à Chisei au sujet de l'heure et du lieu de rendez-vous du lendemain, au cas où elle ai tout simplement oublié de le leur dire. Cependant, ils étaient plusieurs à douter qu'il s'agisse d'un oubli et les réflexions et hypothèses continuaient d'aller bon train lorsqu'ils arrivèrent chez le détective lycéen de l'ouest.

-Allez, n'y pensons plus pour l'instant, allons nous coucher !

-Mais à quel heure devons nous mettre le réveil si on a pas résolu cette énigme ? Fit remarquer Ran.

-Levons nous tôt dans le doute, on pourra ainsi y réfléchir, à moins que Kazuha reçoive une réponse et nous la transmette avant qu'on aille se coucher.

Mais aucune réponse ne venait. Chacun se réparti dans le futon qui lui avait été attribué. Ran semblait un peu déçue que Kazuha n'ai pas aussi été invitée à dormir pour l'occasion, mais elle n'en fit pas mention, et ils ne croisèrent pas les parents de Heiji, qui étaient semble-t-il tous deux occupés malgré l'heure tardive.

 


 

Tout le monde semblait enfin endormit. Ils avaient continué à discuter, même au lit, de la signification du signe de la main de la jeune femme, et leur hypothèse la plus probable était qu'elle avait voulu donner l'heure du rendez-vous en symbolisant deux fois le chiffre cinq en les saluant. Néanmoins, ils ne voyaient pas ce qui pouvait désigner le lieu, malgré quelques recherches sur la langue des signes japonaise.

Cela intriguait le petit détective, qui n'était pas encore au courant du lieu du prochain mystère, même s'il avait quelques psites, mais maintenant que tout le monde dormait, autre chose le préoccupait. Il s'était réfugié sous sa couette et avait mit son téléphone en silencieux. Ainsi, assuré que personne ne puisse le voir ni l'entendre, il avait commencé à correspondre avec Chisei au sujet des mystères du lendemain. Il risquait de veiller assez tard à cause de ça, mais l'excitation l'avait gagné et il n'y pensait guère, surtout que ce ne serait pas la première fois qu'il veille une partie de la nuit à cause de mystères !

Les bruits environnants, particulièrement les ronflements de l'oncle, formaient une sorte de bruit de fond constant, si bien qu'il prêtait très peu attention à ce qui l'entourait, d'autant que s'il était caché à la vue des autres par la couette, cela marchait également dans l'autre sens.

Un cri à côté de lui le tira néanmoins de sa correspondance téléphonique. Il éteint l'écran de son téléphone et passa doucement la tête hors de la couette.

Il avait cru reconnaître la voix de Heiji, mais il ne pouvait s'empêcher d'être surpris de constater que son ami était vraiment celui qui avait crié. Il c'était redressé dans son lit, essoufflé. Comme Conan avait les yeux rivés sur un écran juste avant, ses yeux n'étaient pas bien habitués à l'obscurité et il ne pouvait donc pas discerner l'expression de son voisin, mais il avait l'air secoué. Il s'assura d'abord que personne d'autre n'était réveillé, puis il chuchota :

-Hé bien Hattori, tu as fais un cauchemar ?

L'intéressé sembla sursauter en l'entendant.

-Ah, Kudô... Pardon, je t'ai réveillé ?

-Un peu oui, à crier ainsi ! Qu'est-ce qu'il t'arrive ? Tu rêvais que quelque chose arrive à Kazuha-neechan ?

Il avait prit un ton un peu moqueur sur la fin. Il n'avait pas pu s'en empêcher, vu le comportement que son ami avait eu avec lui pendant la soirée ! Mais ce dernier ne releva même pas.

-Te fiches pas de moi, je suis sûr que ça t'arrive avec ta neechan aussi !

Conan resta silencieux pendant quelques secondes avant de reprendre :

-C'est vrai, mais je rêve souvent qu'elle se fasse tuer à cause de moi, parce que l'Organisation m'a trouvé et cherche à éliminer les gens autour de moi. Toi, tu n'as pas cette crainte je suppose.

-C'est vrai, mais ce rêve-ci était particulier.

-Particulier ? Pourquoi ?

Il y eu un nouveau silence. Le regard de l'enfant avait commencé à s'adapter à la luminosité et il put ainsi distinguer l'air pensif de son ami.

-Bah, ce n'est pas très important ! Allez, rendormons nous !

Le détective rajeunit fit la moue et attendit un moment avant de reprendre ses messages. Il ne tarda pas à se retrouver sans correspondante, Chisei étant finalement partie se coucher, leurs préparatifs étant terminés.

Conan resta un moment, dans le noir, à songer à demain, et eu un sourire d'excitation et d'anticipation. Cela promettait d'être intéressant et assez amusant, surtout concernant les réactions de Heiji !

Conan finit par s'endormir à son tour, mais il se réveilla brusquement et se redressa dans son futon, haletant avec un sentiment de panique, avec l'impression de s'être endormit il y a 10 minutes.

-Tiens, je t'ai contaminé ? Fit la voix goguenarde de Heiji.

-Oh, ça va ! Tu ne dors pas d'ailleurs ?

-Si, jusqu'à il y a quelques secondes, ton cri m'a réveillé.

-Ah, pardon, je n'avais même pas remarqué que j'avais crié.

Conan retrouva une respiration normale et se laissa tomber sur son futon. Son ami ne chercha pas à poursuivre la discussion et l'enfant s'employa alors à essayer de se souvenir de son cauchemar, car ça devait forcément en être un vu son état à son réveil.

Sauf que voilà : pas moyen de s'en rappeler. Il insista encore un peu avant de laisser tomber. Cela n'avait sans doute pas d'importance de toute façon. Heureusement qu'aucun d'eux n'avait réveillé les autres avec leurs histoires ceci dit !

 


 

Conan bâilla à s'en décrocher la mâchoire, imité par Heiji.

-Hé bien, qu'est-ce que vous avez tous les deux ? Les interrogea Kazuha qui les avait déjà rejoint alors qu'ils prenaient leur petit déjeuné. Ne me dites pas que vous vous êtes levés et êtes allés discuter dans notre dos pour essayer de prévoir les énigmes de Chisei-chan !

-Bien sûr que non, idiote ! Répliqua le détective basané du tac au tac. Il n'y a aucun intérêt à faire ça, et on a pas assez d'éléments de toute façon ! Le gamin et moi avons simplement passés une mauvaise nuit, c'est tout !

-C'est vrai Conan-kun, tu as mal dormi ? S'enquit Ran.

L'enfant hocha la tête tandis qu'un sourire taquin se dessinait sur le visage de Heiji.

-Oui, le pauvre petit a l'air de faire des cauchemars. Je ne savais pas que ma maison était si terrifiante !

Le dit petit le fusilla du regard avant de prendre un ton enfantin pour contre attaquer :

-Oui, ça doit être Heiji-niichan qui a de mauvaises ondes, il a fait un cauchemar aussi et son cri m'a réveillé et j'en ai fais un juste après, ça doit être à cause de ça !

-Qu'est-ce que c'est que ces histoires de cauchemar ? Grommela Kogoro.

-Tiens, tu as aussi fait un cauchemar, Heiji ?

-Oui, mais c'est rien, ça m'arrive parfois !

Le détective lycéen se tut et fixa Conan pendant quelques secondes. Ce dernier ne manqua pas de s'en apercevoir et lui opposa un « Quoi ? » ennuyé.

-Oh, rien !

-Conan-kun était dans ton rêve ? Devina aussitôt Ran.

-Oui, mais ce n'est qu'un rêve, arrêtons de parler de ça !

-Et toi Conan-kun, Heiji était dans le tiens ? Demanda Kazuha.

-Ah, je ne sais pas, je ne me souviens pas du tout du miens.

-Menteur ! Tu n'as juste pas envie de le raconter avoue ! Le taquina Ran.

Gêné, Conan essaya de leur faire entendre raison mais rien à faire, même Heiji ne semblait pas y croire. Il essaya donc de dévier le sujet sur le cauchemar de ce dernier, mais ils terminèrent leur petit déjeuné à ce moment là et arrêtèrent leur discussion pour se mettre en route.

Ils n'étaient toujours sûrs de rien, que se soit concernant l'heure ou le lieu du rendez-vous, aussi Heiji leur proposa-t-il d'aller au lycée rendre visite au club de théâtre, qui avait apparemment le droit d'utiliser les lieux pendant les vacances.

-Dis Heiji, ce n'est pas un peu de la triche d'aller demander directement à ses partenaires ? Fit remarquer Kazuha, visiblement gênée.

-Mais non ! Elle n'a pas cherché à cacher qu'ils allaient l'aider puisque j'en ai entendu parler, elle s'attend donc peut-être à ce que j'aille les trouver, et leur a donné des instructions pour la suite des énigmes !

-Sauf qu'on est pas sûr pour l'heure. Si c'est bien dix heures comme on le disait hier, alors on arrive trop tôt, rappela Ran.

-On verra bien !

-Mais ce n'est pas un peu bizarre ? Commença Kogoro. Hier, elle disait qu'elle préférait rester avec nous pour observer nos réactions et notre façon d'appréhender ses énigmes, mais elle ne peut plus le faire maintenant, et ne peut certainement pas nous surveiller vu qu'on se déplace dans des lieux privés et publiques.

-Peut-être que hier lui a suffit ? Suggéra Ran. Je suppose qu'elle n'a pas prévu de mystères pour toutes les vacances, et peut-être qu'elle avait juste besoin de calibrer deux trois choses ?

-Mais on va la rejoindre bientôt non ? Fit remarquer Conan. Comme ça elle pourra nous observer pour le reste de la journée, et comme on lui a fait des retours hier, elle doit penser que faire un autre bilan ce soir suffira et qu'elle n'a pas besoin d'être là.

-Si c'est le cas, alors le mystère d'aujourd'hui pourrait consister à la retrouver dans la ville non ? S'enquit Kazuha.

-Encore ? On a déjà eu une chasse au trésor hier, on ne va quand même pas recommencer à courir partout ? Se lamenta Kogoro. Je croyais qu'il y aurait des enquêtes criminelles aussi, un peu comme dans le Cluedo mais en vrai.

-Peut-être que c'est le cas et qu'elle va mettre en scène sa disparition ! S'exclama Ran. Et qu'elle a fait exprès que Hattori-kun sache qu'elle a demandé de l'aide aux gens de théâtre pour qu'il aille les voir, ainsi ils pourront peut-être lui donner les premières indications, voir le coupable se cache parmi eux !

Conan bâilla, suivant vaguement les propositions des autres, avant de les interrompre :

-Le mieux est encore d'aller vérifier non ?

Profitant que tout le monde était prêt, ils se mirent en effet en route vers la destination proposée par Heiji. Ce dernier avait l'air aussi fatigué que Conan, aussi ce dernier ne chercha pas à masquer sa propre fatigue. Après tout, son ami lui avait donné une excellente excuse à ce sujet avec ces histoires de cauchemar, même lui ne serait pas suspicieux même s'il montrait plus de signes de fatigue que lui avec un peu de chance. Surtout qu'il pouvait aussi prétexter manquer de sommeil car il c'était déjà couché tard le soir d'avant. Kogoro ne risquait pas de le contredire, il s'était endormit avant lui pendant que Conan terminait un roman policier, même si au final il l'avait fini peu de temps après que son voisin se soit endormit.

 


 

Pendant le trajet, les discussions avaient basculé sur autre chose que ce que leur préparait Chisei. Peu intéressé par la conversation en cours, Heiji repensa à son cauchemar de la nuit, son regard dérivant sur les différents membres de son groupe en marquant un arrêt sur Kazuha.

Oui, il avait rêvé cette nuit, qu'ils étaient agressés. Son rêve n'était pas très clair, mais c'était comme s'ils étaient agressés un par un. Heureusement, dans son rêve, chacun s'en sortait assez bien.

Il baissa la tête pour observer le détective rajeunit avec eux. Il n'avait pas menti en disant que son ami était également présent. Mais dans son rêve, il ne se faisait pas agresser comme les autres. Non, il lui arrivait autre chose, de pire.

Cela lui arrivait rarement de faire des cauchemars, et celui-ci lui rappelait beaucoup trop celui où lui et son collègue de l'est finissaient poignardés. Si, suite à cela, il n'avait pas donné son amulette à Conan, ce dernier serait sans doute mort. Il n'était pas du genre superstitieux pourtant, raison pour laquelle il n'osait pas trop en parler, mais il ne pouvait s'empêcher d'être troublé. Il avait un mauvais pressentiment, comme si quelque chose de mal allait se passer. Tout se passait trop bien pour l'instant, c'était sans doute trop beau pour durer.

 


 

-C'est quand même étonnant qu'elle ai laissé de tels indices derrière elle. Vous êtes sûr qu'elle ne l'a pas fait exprès pour nous mettre sur une fausse piste ? S'enquit Ran.

-Peut-être pas, répondit Kogoro. Après tout c'est la 1ère fois qu'elle fait ça, elle n'a sans doute pas l'habitude de proposer des mystères, surtout qu'en proposer sur plusieurs jours à la suite nécessite plus de préparation, de gens impliqués, et donc potentiellement plus de personnes pouvant nous en apprendre sur ce qu'elle projette. Et elle ne pensait sans doute pas qu'on irait se renseigner directement auprès de ses complices.

En disant cela, il lança un regard évocateur à Heiji, qui se défendit aussitôt :

-Hé, vous êtes tous venu avec moi sans vraiment vous offusquer, alors ne venez pas me reprocher mes méthodes ! Neechan elle-même a dit qu'elle l'avait peut-être fait exprès pour mettre en scène sa disparition ou quelque chose comme ça.

-Oui mais visiblement ce n'est pas le cas, répliqua Kazuha. Mais ça m'étonne quand même que les gens du club de théâtre aient été aussi bavard, elle a bien du leur dire que c'était pour des mystères, et même sans ça ils doivent se douter que c'est un secret non ?

-C'est ce que je dis, peut-être qu'on a l'impression qu'elle a fait des erreurs alors qu'en réalité, elle nous mène en bateau ! Sourit la karatéka.

-N'exagérons rien, pour l'instant on nous a indiqué d'aller voir une de ses amies à l'université, on est pas beaucoup plus avancé que ça, nota Heiji.

Conan avait été assez discret pendant le trajet et était en train de se dire que ça risquait de se remarquer et de paraître étrange. Il cherchait quelque chose à dire qui ne trahisse rien de ce qui allait venir mais n'en eu pas le temps que la discussion reprenait au dessus de sa tête alors qu'ils arrivaient au niveau des premiers bâtiments de la fac.

-C'est quand même troublant, on sait que les mystères sont pour de faux, qu'ils sont mit en scène, donc parfois on ne sait pas ce qui fait parti de la mise en scène ou non, reprit Kazuha.

-Justement, c'est fait exprès ! Fit une voix derrière eux.

Ils se retournèrent, surpris.

-Ah, Sano, enfin ! On commençait à se demander si on allait te voir aujourd'hui, la salua Heiji.

-Bien sûr, je veux toujours observer vos réactions après tout. Même si je sais que mes capacités pour jouer la comédie sont perfectibles et qu'ainsi je pourrais involontairement vous donner des indices, je veux voir ça de moi même. Mais même si j'apprécie de voir vos réactions en direct, je crois que je préfère écrire, on maîtrise mieux les choses.

-Sans doute parce que tu as plus l'habitude d'écrire, non ? Fit remarquer judicieusement Ran. Mais si tu aimes faire ce type de mystères, rien ne t'empêche de continuer et de t'améliorer ! Il n'y a pas des endroits qui proposent de type de mystère à résoudre dans un temps imparti dans d'autres pays ? Ah, comment ça s'appelle déjà ?

-Ah, tu veux parler des Escape Games ? Comprit Heiji. Il y en a au Japon aussi, je crois même qu'il y en a un à Osaka ! C'est vrai que ça y ressemble un peu, mais souvent le temps imparti est d'une heure.

-Justement, pour commencer je vous prépare un semblant d'Escape Game, les informa Chisei. Mais je dois vous avouer que je n'ai pas terminé les préparatifs. Je vous avais demandé de venir à dix heures après tout, pas à neuf !

-Donc c'était bien ça ces signes étranges de la main ? Demanda Kogoro.

-Oui, c'était bien ça.

-Mais et pour le lieu ? Il n'y avait pas d'indication non ?

-Ah, ça... Sourit Chisei. Allez, je vous laisse ! Je repasserais quand tout sera prêt !

-Attends ! S'exclama Heiji. On voulait passer voir Umeka-san, une de tes amies dont on nous a dit qu'elle allait t'aider, on peut ?

-Oui, vous pouvez. Merci d'avoir demandé !

Et sur ce, elle s'éclipsa. Conan les coupa avant qu'ils ne repartent dans des commentaires et théories.

-On y va ?

-Mais on ne sait pas où c'est, et on a oublié de lui demander avant qu'elle ne parte, grommela Kogoro.

-Elle étudie la biologie non ? Alors ça doit être dans ce bâtiment, leur indiqua l'enfant en le pointant du doigt.

Ils se tournèrent vers le bâtiment en question et affichèrent divers degrés de surprise.

-Où tu vois marqué que c'est un bâtiment de biologie ? S'étonna Ran.

-Pourtant ça doit être la première fois que tu viens ici, non ? Questionna Heiji, l'air suspicieux.

-En effet, c'est tout simplement marqué sur le plan juste ici.

Et en effet, non loin de là où ils étaient se trouvait un plan du campus. Passé le moment de gêne, ils se dirigèrent tous vers le bâtiment en question, eurent encore un peu de mal à trouver la bonne salle, puis ils finirent enfin par toquer à la bonne porte.

-Excusez-nous, Umeka-san ? C'est Heiji Hattori, nous sommes venus discuter avec vous, les gens du club de théâtre nous ont parlé de vous. Sano est au courant.

Aucune réponse. Le détective lycéen attendit quelques instants avant de frapper à nouveau.

-Excusez-moi, il y a quelqu'un ?

-Ne me dites pas qu'elle n'est pas là, se lamenta Kazuha. Je n'ai pas envie de chercher dans toutes les salles, et il n'y a presque personne à qui demander.

-Il y a un moyen simple de le savoir, affirma Heiji.

La porte était munie d'une fenêtre, actuellement couverte par un petit store mais qu'on pouvait soulever de l'extérieur. Le kendoka ne s'en priva donc pas et se figea.

-Alors ?

-On dirait qu'il y a quelqu'un d'allongé au sol, avec du sang.

-On dirait ? Releva Kogoro.

-La vitre est un peu opaque, se justifia Heiji.

-Qu'est-ce qu'on fait ? Questionna Ran. Est-ce que ça fait parti du mystère ?

-Je ne pense pas, la contredit Conan avec un ton très sérieux. Elle a dit qu'elle n'avait pas terminé les préparatifs, et pour quelque chose comme la découverte du corps, elle voudrait sans doute être avec nous pour voir notre réaction et, aussi réaliste que ça soit, nous rassurer sur le fait que ce n'est pas un vrai corps mais bien lié à ses énigmes.

Heiji avait des pensées similaire et chercha aussitôt à ouvrir la porte, avant de râler.

-Bon sang, c'est fermé ! Occhan, aidez moi à défoncer la porte !

-Attends, Heiji ! Le freina Kazuha. On ne peut pas demander les clés au gardien plutôt ?

-Non, il nous a dit les avoir données à Umeka-san, c'est justement pour ça qu'il nous a suggéré de la chercher dans cette pièce. De plus si il lui a donné la clé il n'en a peut-être pas de double. On a pas le temps pour ça. Occhan, vous êtes prêt ?

Kogoro hocha la tête et ils s'élancèrent ensemble contre la porte qui céda sous l'assaut des deux hommes.

Aussitôt, les trois détectives se précipitèrent au niveau de la silhouette au sol tandis que Ran et Kazuha restaient à l'entrée, attendant le verdict avec appréhension, songeant que c'était peut-être une mise en scène de Sano, mais la vision du corps les fit douter : cela ressemblait beaucoup trop à de vraies découvertes de cadavres qu'elles avaient pu voir.

Et en effet, Heiji et Kogoro, qui furent les premiers auprès de la victime pour vérifier ses signes vitaux, ne tardèrent pas à afficher une mine sombre.

-Appelez la police tout de suite. Ce n'est pas une mise en scène, c'est un vrai meurtre.

Les deux lycéennes hochèrent la tête et s'y employèrent aussitôt tandis qu'ils commençaient à inspecter les lieux.

Conan, lui, observait avec attention le corps, cherchant à déterminer ce qui avait causé la mort, puis il regarda autour de lui, survolant du regard la pièce qui, assez petite, devait servir de salle de travail et de réunion pour un faible nombre de personnes vu les quelques armoires et bureaux présents, et remarqua rapidement un détail insolite. Il se figea, stupéfait, puis s'approcha de Kogoro et Heiji qui manipulaient le corps avec précaution, avec un mouchoir ou des gants selon ce qu'ils avaient sur eux, pour éviter de déranger la scène de crime.

-Est-ce qu'elle a la clé de la pièce sur elle ? Demanda-t-il, de l'urgence dans la voix.

Un peu surpris par son ton, Heiji lui jeta un bref regard avant de vérifier les poches de la victime tandis que Kogoro répondait :

-Pour l'instant on a pas cherché ses poches.

-C'est bien Umeka-san en tout cas, je viens de trouver ses papiers, déclara le détective lycéen. Et ça... Cela pourrait être la clé de la pièce comme une clé personnelle.

-Alors essayons là !

Le jeune basané lui lança un regard intrigué mais vu son ton, il s'exécuta. S'il ne comprenait toujours pas où son ami voulait en venir, il pourrait toujours lui demander plus tard, pour l'instant son expression et son ton lui indiquaient de se dépêcher.

Dès qu'il eu essayé la clé sur la serrure, il sut aussitôt que c'était la bonne, malgré l'état de la porte. Il allait se tourner vers le détective rajeunit pour lui demander des explications lorsque le moustachu lança :

-Hé, on dirait qu'elle a laissé un dying message !

Heiji se retourna pour aller voir cela de plus près tandis que Conan filait sans y prêter attention, pas plus qu'à la voix étonnée de Ran qui l'interpella en le voyant.

-Conan-kun, où vas-tu ?

Le kendoka se retourna et fronça les sourcils en constatant le départ de son ami, sans rien lui dire et sans qu'il comprenne ce qui l'avait fait réagir ainsi qui plus est.

-Il est parti après que j'ai confirmé que cette clé était bien celle de la pièce ? Interrogea Heiji.

Ran hocha la tête. Elle était dans l'entrebâillement de la porte tandis que Kazuha téléphonait à la police, et semblait hésiter à le suivre.

Kudô, qu'est-ce qui t’arrive ? Qu'est-ce que tu as remarqué que je n'ai pas vu ? Songea Heiji. Il pouvait y avoir un double de la clé, cela ne prouvait pas qu'il s'agisse d'un meurtre en huis clos pour l'instant, et même si c'était le cas, pourquoi cette réaction ? Et surtout, pourquoi il avait une sensation désagréable en laissant son ami partir seul, une sensation qui lui rappelait son cauchemar de la nuit ?