Actions

Work Header

Liens de Sang

Chapter Text

Hello ! Nous revoilà dans une autre fanfiction ! cette fois des vampires ! j'espere que ça vous plaira, il y aura plus de OC mais normalement ils "existent" vraiment. Donc de l'angst leger, de la Romance, du Family, du Fantastic donc et du Frostiron bien sur, j'ai essayer de faire la chasse aux fautes mais je n'en ai pas trouvé, shame on me si j'en ai oublié.

Bonne lecture et j'espère que ça vous plaira !

Alors juste avant : code perso !

Tony

Loki

Jormungandr

Héla

Fenrir

Sleipnir

Elysio


*Anthony Edward Stark n'était pas homme à rentrer sagement chez lui avant le coucher du soleil. Les laboratoires légués par son père avaient beau être , par sécurité, situés en dehors de la ville et donc assez loin de la riche demeure familiale, il rentrait tous les soirs à pied depuis maintenant plus de vingt ans. Prendre l'air, il n'y avait que cela de vrai . Même si l'industrialisation progressive polluait l'air... Cela lui permettait encore mieux de réfléchir aux modes d'énergie sans pollution qu'il recherchait depuis une demi décennie déjà. Âgé de 41 ans, célibataire endurci mais coureur de jupons invétéré - un peu exagérément disaient certains pour le taquiner -, il portait le costume de l'époque avec la désinvolture d'un sauvage, les cheveux au vent et la barbe à contre pied de la mode . Qu'en avait il donc à faire ? Personnage public, peut-être, mais pas esclave de la presse! C'est donc sans déroger à son habitude qu'il quitta le laboratoire, tard le soir, prit une grande bouffée d'air et prit la direction de la ville, mains dans les poches , pieds foulant le sentier poudreux de la fin de l'été *

*Il arpentait les rues de la ville, à moitié dans l'ombre, la nuit était son domaine, il se sentait roi. Mais roi affamé. Voilà bientôt une semaine qu'il ne s'était pas nourri. Oh il mangeait bien de quoi subvenir à ses besoins, les... nécessités mortelles. Seulement tout cela n'avait aucun goût pour lui, le plus épicé des piments lui paraissant aussi fade que les cendres. et encore... Il humait l'air, les parfums se mêlant, l'une d'elle dominait toutes les autres, oh une délicieuse odeur. Il fallait qu'il en trouve l'origine, au plus vite. Il suivait la piste avec empressement, un empressement qui ne lui ressemblait pas. Il ralentit son pas, suivant la piste qui le rapprochait de plus en plus.*

*Anthony - Tony, préférait il, Anthony lui rappelant un peu trop les semonces d'un père qui était là plupart du temps absent et qui quand il était là semblait se distraire à trouver des défauts à son fils - n'était pas peureux. Farouche non plus. Inquiet encore moins. Mais il n'aimait pas avoir la sensation d'être suivi , car après tout il restait humain. Aussi, lorsqu'il décida que le bruissement qu'il percevait était trop insistant et n'était probablement pas du au vent, il porta la main à sa ceinture , ou il gardait toujours une arme de son invention, et dessina un lent cercle sur lui-même , les yeux plissés pour percer la nuit.*

*Dissimulé dans une ombre, il sourit en apercevant sa future proie, son futur repas. Il haussa un sourcil en reconnaissant le jeune homme. D'habitude il se repaissait de jeunes femmes, leur goût étaient plus subtils, certains hommes faisaient exception, mais il avait conscience de l'histoire qui se déroulait autour de lui, ces hommes là en général étaient de ceux qui changeaient l'histoire, il les gardait en vie. Mais lui, lui il était intéressant, il n'avait pas pu ne pas en entendre parler. Même à sa vie de reclus. pas forcement une bonne personne selon les dires du petit-monde mais il s'en méfiait, il avait eut des siècles pour apprendre à ne pas faire confiance aux bruits bourdonnants de la populaces, qu'elle soit riche ou pauvre. Il regardait l'homme depuis un recoin sombre, tapis là, il était tout bonnement invisible. Il pouvait prendre ce qui l'intéressait tout de suite ou bien... ou bien il pouvait savourer le plaisir de la traque. Un sourire s'étirait sur ses lèvres,dévoilant un instant la pointe effilée de ses canines. Le jeune homme n'était pas déplaisant. Il pouvait bien s'amuser un peu de temps à autres. *

*Tony retint un grognement agacé. Un animal qui attendait le bon moment pour attaquer ? Très peu probable. L'industrialisation ne chassait pas que le bon air , elle se chargeait sans pitié de réduire l'habitat de la vie sauvage également. Donc il était suivi par un être humain. Ou alors il avait vraiment trop forcé sur le rhum, mais c'était la veille, tout de même ! Et il lui semblait qu'il avait bien cuvé sa beuverie, puisqu'il avait été capable de mener ses travaux à bien aujourd'hui. Non, définitivement, il était suivi, et par un être de son espèce. Homme ou femme, simple voleur ou détraqué... Avec ces rumeurs concernant Jack l'Éventreur... En même temps, Tony n'avait pas tout à fait l'allure d'une prostituée de Whitechapel. Il savait qu'il était joli garçon et qu'il avait des moeurs légères mais tout de même. Comme rien ne bougeait même après plusieurs minutes, il décida de reprendre sa route comme si de rien n'était, mais de rester au qui vive, les muscles bandés, prêt à se battre - car il savait très bien le faire. L'air de rien, il suivit le sentier tout en sortant de sa poche des lunettes de son invention. Leur filtre, badigeonné d'une matière de sa confection, améliorait la vue de nuit. Très amusant, et très utile. Mains et arme dans les poche, il se mit à siffloter un air en vogue. Seul le vent dans les branches lui répondit. *

*Il sourit en regardant sa proie s'éloigner, la laissant le devancer. Il avait sentit le parfum d'un brin de peur au milieu de son assurance. Il n'avait pas à le suivre, il savait où il allait : Qui ne le savait pas après tout, les Stark étaient connus, et celui ci restait sans héritier pour le plus grand malheur de son père , *

*Le nez froncé et les yeux plissés derrière ses lunettes pour capter le moindre petit mouvement suspect, il évita de se presser. C'était un coup à faire paniquer le voleur / tueur et à le faire attaquer plus fort. Continuant de siffler distraitement, les mains serrées dans les poches, il jeta un regard aux lumières de la ville qui s'approchaient, et s'approchaient... Il arriva aux frontières de la cité sans que rien ne se soit produit. Sourcils froncés, il jeta un regard derrière lui, soupçonneux. Son imagination lui avait - elle donc joué des tours ?-*

*Il gardait un sourire prédateur aux lèvres. S'il ne le mangeait pas lui ce soir, il faudrait qu'il se contente d'un repas plus fade. Surtout s'il voulait pouvoir utiliser ses pouvoir cette nuit. Malheureuse fut la femme qui croisa son chemin, une pauvre fille de joie. Elle n'eut pas le temps de comprendre ce qu'il se passait. Il prit le temps de faire disparaître le corps, elle ne serait sans doute pas recherchée.. Après un moment de réflexion et une nouvelle tenue, il reprit sa route vers la maisonnée des Stark. *

*Tony était rentré chez lui sans embûche. La lumière orangée et tamisée de son entrée induisit un fleuve de soulagement dans ses veines. Il restait humain. Le noir jouait des tours très désagréables à l'imagination. Il secoua la tête dans un soupir. Stupide vieux Tony. Il se regarda un instant dans le miroir et ébouriffa un peu plus ses cheveux avant de gagner son salon, happant une bouteille de cherry sur son passage . Pas de visite féminine ce soir . Une soirée gâchée en somme. Soupirant, il s'installa dans son fauteuil favori, non sans avoir retiré sa veste et déboutonné sa chemise à moitié pour ne pas mourir de chaud près de l'âtre. Jarvis avait pris son congé . Il était seul . Autant boire jusqu'au sommeil . Et c'est ce qu'il fit *

*Il se rendit invisible en arrivant à proximité de la maison, ouvrant délicatement la fenêtre et se glissant doucement à l'intérieur, retrouvant sa proie déjà endormie * hm... *il attrapa du bout des doigts la bouteille presque vide qui pendait au bout de son bras. * n'est ce pas pathétique... *La posant sur la table avec une moue de dégoût, puis laissant on regard divaguer sur la chemise largement ouverte, son cou exposé *

*Plongé dans un demi - sommeil plus alcoolisé que fatigué, Tony tourna la tête dans un grognement, la main qu'il avait gardée sur l'accoudoir glissant dans le vide à son tour, lui arrachant un nouveau son de mécontentement. Sentant qu'on lui enlevait sa précieuse bouteille, il crispa machinalement la main.* Laissez - moi tranquille, Jarvis ... *marmotta-t-il, yeux toujours clos, une fine pellicule de sueur perlant sur son front.*

*Il se pencha à son niveau en croisant les bras, observant l'air de sa victime, s'il s'en nourrissait maintenant il finirait complètement ivre. Oh et sa jugulaire si visible et tentatrice comme il tournait son visage. Il se redressa* je ne suis pas Jarvis...

*Il fronça les sourcils. Son esprit même embrumé ne s'était pas attendu à une réponse. Ou alors à un oui monsieur et puis bonsoir. Mais cette voix lui était inconnue, et si elle appartenait à la main qui lui avait retiré sa bouteille... Ils n'allaient pas s'entendre. Ouvrant les yeux, il eut le réflexe de se lever en découvrant l'inconnu si près de lui, mais ses membres semblaient encore endormis : ils ne bougèrent pas d'un iota* Ah ça, non, vous n'êtes définitivement pas Jarvis .

*Il ricana doucement * quelle superbe conclusion, et on dit que vous êtes un génie. Les petites gens exagèrent sans doute un peu... *prenant place dans le fauteuil en face du sien, le dos droit, les jambes croisées, posant ses bras sur les accoudoirs *

*Il arqua un sourcil, l'insulte à peine déguisée le faisant dessaouler un peu.* Est-ce que c'est de ma faute si vous vous introduisez illégalement chez moi le soir où j'ai décidé de boire ? *Il se redressa un peu, le regardant avec un sourire sans sympathie, sur ses gardes.* Si vous êtes déçu vous pouvez prendre la porte, je n'en serai pas chagriné.

*Il sourit un peu à sa réponse, il aimait les personnes qui avaient du répondant * Mhmh... Intéressante vision des choses. *penchant la tête sur le côté pour l'observer * c'est la réalité pour toi ?

*Son second sourcil se haussa au tutoiement qui sortait de nulle part.* Avons - nous gardé les chèvres ensemble ? *s'enquit-il fraîchement en se redressant sur son siège, le dos aussi droit que lui à présent.* Et quelle réalité ? Que je suis un génie ? Bien sûr que c'est vrai. Mais est-ce bien de ma faute ?

*il ricana un peu et se redressa* non. Je parle de cette réalité *tournant sur lui même pour lui désigner la pièce. * réfléchis génie. *Sans qu'il ne s'en rende compte il avait fait leviter l'homme, l'élevant à quelques mètres au dessus du sol. *

*Il fronça les sourcils et suivit son regard, finissant par regarder à terre et retenant de justesse un cri de surprise, se cramponnant à son accoudoir. Le choc passé, il se mit en effet à se demander s'il n'était pas en plein délire* Très sincèrement , si le simple fait de me réveiller pouvait m'épargner votre présence, je serais positivement ravi . *grogna - t-il en cherchant un moyen de descendre sans se casser la figure.*

*Il rit un peu plus* allons, je suis de si désagréable compagnie ? *Il le fit redescendre en douceur, les esprits des hommes aimaient tant la logique qu'ils se laissaient facilement convaincre qu'ils rêvaient. Il ne pouvait pas le leur reprocher cependant*

Disons que sans vouloir vous vexer, je ne vous ai rien demandé et j'étais bien mieux seul. *asséna-t-il sans prendre de pincettes, retenant un soupir de soulagement quand il se retrouva sur le plancher des vaches. Se souvenant qu'il avait encore son arme dans sa poche, il la sortit posément et la prépara.* Que voulez - vous ?

Moi ? Mais rien ! Je ne suis qu'une chimère, une création de ton cerveau alcoolisé. Peut être deviens tu fou ? *approchant doucement * à moins qu'il s'agisse d'un fantasme ? N'est ce pas étrange de rêver d'un homme lorsque l'on court aux femmes ?

*Il resta impassible. Il ne parvenait pas à déterminer si oui ou non il nageait dans un cauchemar. Il n'était pas superstitieux, mais il était le premier à admettre qu'il existait des choses inexplicables. Se pouvait il que tout ça soit réel ? Dans le doute, il serra sa main sur son arme. Et la pointa d'un coup vers la poitrine de l'intrus quand il s'approcha, sifflant en réponse à son odieuse insinuation *Sortez .

*Il sourit doucement à la vision de son arme * tu ne peux pas me tuer tu sais... *il utilisa ses dons pour donner l'illusion que l'arme se transformait en serpent entre ses doigts* je partirais sans doute avec le jour.*

*Il poussa un cri choqué en sentant les écailles serpenter entre ses doigts, jetant aussitôt l'arme au loin . Une goutte salée de transpiration glissa de sa tempe jusqu'au coin de ses lèvres . Il fusilla du regard la chimère amusée.* Vous n'avez rien de mieux à faire ? Allez torturer les âmes en enfer et foutez - moi la paix ! *Il se leva d'un bond, chancelant un peu, et gagna la salle d'eau où il s'aspergea le visage d'eau froide , restant toujours sur ses gardes malgré tout. Chimère ou tueur... tueur ou chimère...*

*Il sourit et le suivit silencieusement, observant l'homme dans le reflet, le sien y étant complètement absent. Il croisa les bras en s'adossant au mur* ce n'est pas par ma volonté que je suis ici *mentait il honteusement bien*

*Il ne l'entendit ni ne le vit venir dans le miroir, un sursaut violent le secouant quand les modulations doucereuses de sa voix reprirent. Se retournant d'un bloc, son rasoir tendu devant lui, le regard fiévreux, il crispa la mâchoire et s'éloigna lentement à reculons* Tiens donc ... *fit-il, sarcastique* Vous m'en direz tant . *Il jeta un coup d'oeil derrière lui puis fila vers l'étage, où était entreposée sa pharmacie . Il allait prendre quelque chose , n'importe quoi, pour se réveiller, ou pour s'endormir . Il avait eu une longue journée et en aurait une autre demain , il n'avait pas de temps à perdre avec des cauchemars.*

*Il le laissa lui échapper, se téléportant après lui, le retenant avant qu'il prenne quoi que ce soit. Il ne lui claquerait pas entre les doigts* bien essayé. Mais il y a d'autres manière que se doper pour m'échapper...

*Il gronda en se dégageant d'un mouvement brusque, le regard sombre, de moins en moins enclin à prendre amusement dans cette visite incongrue . Il était fatigué, et il n'aimait pas qu'on joue avec lui.* Ah ? Me ferez vous l'honneur de les nommer ? *siffla-t-il * Un bon coup de pied dans l'estomac, peut être ?

Hm... Au risque de te blesser. Je suis d'une constitution plutôt solide malgré les apparences *et il disait vrai. Il regarda par la fenêtre, il était temps pour lui de partir. Plongeant son regard dans le sien, il l'endormit doucement, le rattrapant avant qu'il ne heurte le sol. Les bénéfices d'être un vampire... Il avait pourtant eut un peu de mal à atteindre son esprit. Il le soulevait et le ramenait à son fauteuil, replaçant la bouteille, l'arme, ramassant les médicament sur le sol et tout le reste avant de s'éclipser, le sourire au lèvres, il le recroiserait bientôt *

Hm, vous ne m'en voudrez pas d'essayer quand même... *Il n'eut pas le temps de mettre sa menace à exécution : un puissant sentiment d'endormissement le prit , et il sombra d'un coup d'un seul sans pouvoir comprendre ce qui lui arrivait. Lorsqu'il s'éveilla, au petit matin, au chant insupportable des oiseaux, il sauta sur ses pieds . Fouillant dans ses poches il trouva l'arme comme si elle n'avait jamais bougé. La bouteille était dans sa main. Le feu allumé. Rien n'avait bougé. Et pourtant il était sûr de n'avoir pas rêvé... C'est troublé et l'esprit ailleurs qu'il assista à la réunion des cadres de l'entreprise, écoutant d'une oreille distraite sa secrétaire. Un congé maladie. Il n'en avait jamais pris mais peut être... Peut être était il surmené, après tout. C'est un peu bousculé par cette pensée qu'il retourna chez lui, en après midi, cette fois. Et puis non il n'avait pas envie de rester là. Il n'avait qu'à s'inviter à la soirée mondaine d'une de ses maîtresses. Chose décidée chose faite. Elizabeth Darcy l'accueillit à bras ouverts.*

*Il avait eut un mal fou à ne pas le mordre avant de partir, il pouvait voir son sang pulser sous sa peau. Il était parti avant de céder. Il, le compte Laufeyson, avait été également invité à la fête mondaine. Mlle Darcy était une amie de feu son père. Il s'y était rendu par convenances. Et il se retint de justesse de réagir à l'entrée de l'homme. C'était un plus. Il serait retourné le voir de jour autrement. Que le hasard l'aide autant c'était presque magique ...*

*Lorsque son ancienne amante, devenue une bonne amie malgré son intelligence hélas bien moins développée que la sienne - elle en était consciente et n'en prenait pas offense, voilà sans doute pourquoi il l'aimait bien - l'entraîna vers une série de lords endimanchés pour les lui présenter, pendue à son bras avec un plaisir évident, il crut pouvoir dire adieu à la délicieuse gorgée de gin qu'il était en train de siroter. Sa chimère, juste devant lui, avec ce même sourire exaspérant qui créait chez lui la même envie de meurtre que la veille. Croyant rêver, il dut pourtant se rendre à l'évidence. Elizabeth le lui présenta. Elle le voyait aussi, donc mathématiquement... Il était réel. Doué de pouvoirs irréels. Oh il n'aimait pas ça. Et il aima encore moins lorsque son amie alla discuter chiffons avec ses soeurs, le laissa en plan près de l'agaçant inconnu.* De quel asile vous êtes-vous échappé, je suis curieux ? *souffla-t-il caustique, sans le regarder*

*Il feint l'ignorance, faisant tourner le verre de vin entre ses doigts* Excusez moi ? *fronçant un peu les sourcils, l'air de ne pas totalement comprendre*

*Il eut un rire glacial.* Faites l'innocent, ça vous va bien. Vous savez que vous allez me le payer ? Peut-être êtes-vous du genre plaisantin, mais je vous assure que je n'ai pas trouvé la farce amusante. *Il posa sur lui un regard froid.*

*Il parut un peu plus perdu alors* Que... une farce ? c'est la première fois que je vous rencontre Monsieur Stark... Vous êtes sur que vous allez bien ? *un air inquiet très convainquant se formant sur ses traits*

*Il dut faire un effort considérable pour ne pas lui envoyer son poing à la figure. Ah il voulait jouer ? Peut-être qu'un bout coup à la mâchoire lui ramènerait sa mémoire défaillante... Serrant et desserrant les poings, il sourit le regard inquiet - faussement, il en était sûr - un instant, puis souffla un bon coup* Ce masque vous sied mal au teint. Que vous avec un peu trop pâle. Vous devriez prendre le soleil. Très loin d'ici. Très loin de moi. *Il inclina la tête en une fausse politesse et lui tourna le dos* Elizabeth, je pars. Salue ceux que je n'ai pas vus pour moi.

*Il fut presque déçu qu'il s'en aille aussi rapidement, lorsque Mlle Darcy lui adressa un regard interrogateur, il haussa les épaules , l'air aussi troublé qu'elle, il lui donna son verre et le rejoint dans l'entrée. utilisant un peu de ses dons de persuasion, c'était un peu plus difficile en plein jour mais ça demeurait tout de même un de ses talents* Je ne sais pas de quoi vous parliez mais je suis désolé si j'ai fais quelque chose qui ait pu vous faire croire que je me moquais de vous. Sachez que je vous tiens en respect vous et votre père, je n'oserais en rien m'attirer les foudres de votre famille.

*Il était déjà en train de passer son manteau quand il le rejoignit. Posant un regard franchement dangereux sur lui, il s'apprêtait à le menacer verbalement du coup qu'il avait été très tenté de lui donner lorsque Laufeyson prit la parole. Il eut la ferme impression qu'on essayait de rentrer dans sa tête pour y implanter une idée. Il crispa la mâchoire. On ne touchait pas à son cerveau. Il s'agissait de ce qu'il avait de plus précieux* J'ai presque failli vous croire, avant que vous ne parliez pas de mon père. Si vous aviez deux sous de délicatesse, vous ne le mentionneriez pas devant moi. Tout le monde sait ce qu'il en est. *Il le toisa avec un mépris colérique, luttant encore contre la voix qui lui susurrait de se montrer plus clément . Il perdit une partie de la bataille puisqu'il s'entendit dire : * S'il vous prend à nouveau l'envie de venir me voir, frappez donc à la porte comme un être civilisé. *Puis il tourna les talons *

*Il attendit qu'il eut le dos tourné pour sourire sombrement. Le goût du risque... Il aimait qu'on lui résiste. Pas trop cela dit. Il aimerait faire durer la chose mais s'il continuait à avoir des soupçons... Il devrait mettre fin à la partie assez rapidement. L'homme le surprenait de plus en plus. Depuis des millénaire il était le premier à lui résister autant. Il se demandait aussi pourquoi il n'avait pas crié au monstre. Problème d'ego peut être. Quoi qu'il en fut, il lui rendrait peut être visite cette nuit, véritablement dans ses rêves cette fois. Cela voulait dire magie noire cependant et donc de l'énergie gaspillée mais bon... On avait rien sans rien n'est ce pas. Les rêves étaient plus malléables que l'esprit, ils ne requéraient pas de contraindre la volonté. Il orchestrerait peut être un réel fantasme cette fois. Non. Il en était sur même. Il resta un peu chez son hôte et s'excusait alors que la nuit tombait pour rentrer chez lui. Il s'installa sur son lit et attendit, scrutant par l'esprit tout en restant loin de celui de sa victime le moment ou il dormirait. Il avait prévu tout son matériel pour le sortilège. Ça avait été plus simple qu'il ne l'avait pensé *

*Tony était d'une humeur purement massacrante. Il haïssait qu'on s'amuse à ses dépends, et le fait que cette fois-ci, les choses aient un arrière-goût de danger réel n'était pas pour améliorer son humeur, tout aventurier qu'il soit. On voulait attenter à sa vie ? Qu'on le lui dise en face ! On voulait se moquer de lui ? Qu'on s'attache solidement à ses bretelles, car sa revanche serait retentissante. Il rumina ainsi ses colériques pensées, ne pensant même pas à boire cette fois. Pour que le petit bâtard se moque d'un alcoolisme latent ? Jamais. Il ne lui en donnerait pas l'occasion. Il préféra feuilleter tous les livres vaguement informés sur les créateurs mythiques et leurs pouvoirs. Fatigué de la mauvaise nuit de la veille, il s'endormit sur la table en chêne de la bibliothèque, non sans avoir lutté. Depuis hier, il détestait l'idée même de dormir, étrange non ? *

*Il sentait le grondement de sa colère, serait ce vraiment une bonne idée? Prenant la forme d'une jeune femme plantureuse dans son esprit, il prépara sa messe pour posséder ses rêves ainsi. Il arriva dans le sommeil cotonneux du plus jeune. La jeune femme qu'il était à cet instant, recouverte d'un drap de soie rouge en tout et pour tout, dans le lit de Stark. Il pouvait se voir d'au dessus, c'était son alter ego féminin, cheveux noirs, teint pale, yeux verts, poitrine avantageuse sans être exagérée et de jolies courbes, elle ne lui ressemblait pas particulièrement même s'il y avait un air. *

*Bercé pendant à peine quelques minutes par un sommeil sans rêve, il le vit agréablement troublé par l'arrivée d'une silhouette appétissante, à la chair blanche et d'apparence douce. Un petit sourire passa sur ses lèvres dans son sommeil. Il lui était de temps en temps arrivé d'arriver à contrôler ses lèvres, aussi essaya-t-il de s'approcher de la délicieuse vision. Il la voyait du dessus, c'était étrange, comme s'il voulait, et pouvait se poser sur elle d'un instant à l'autre. Il se mordilla la lèvre, tendit une main.*

*la jeune fille l'attira en prenant sa main,se serrant contre lui, se faisant caressante et douce. Elle gardait son regard vert sur lui, l'air gourmand et désireux*

*Il frissonna, un soleil chaleureux au creux du ventre, se laissant attirer avec un sourire. Un petit froncement de sourcils le prit quand il plongea son regard dans le sien, demeurant perplexe et pensif un instant, avant de chasser ses doutes et d'entreprendre de lentes caresses sur la peau tendre*

/!\ WARNING LEMON /!\

*Elle répondait à ses caresses et glissait ses doigts dans ses cheveux, caressant son cuir chevelu et frôlant ses lèvres des siennes. Ses mains descendait de sa nuque, le long de sa colonne vertébrale et sur ses reins *

*Son sourire s'élargit dans son rêve, alors même que dans le monde réel un petit grognement appréciateur passait ses lèvres, sa peau se piquetant de frissons agréables, la version chimérique de lui-même prenant avec force les lèvres de l'amante inconnue, sans se douter de rien.*

*Il frissonna lui même, toujours dans sa demeure par l'esprit, c'était la première fois qu'un rêve possédé semblait aussi puissamment tinter sur lui. La jeune femme l'attirait contre lui avec impatience, continuant à l'embrasser, déboutonnant sa chemise lentement*

*Il sourit de sentir la silhouette sensuelle se faire aussi fiévreuse sous lui, se redressant dans un geste nuageux pour se déshabiller un peu par magie, cherchant à faire glisser le drap de soie sur sa peau à elle par la suite, ses lèvres dérivant vers sa gorge offerte*

*Le drap glissa aisément, dévoilant son corps, elle caressait ses cheveux alors qu'il dévorait presque son cou, émettant un léger gémissement, ses lèvres rejoignant les siennes alors qu'il reprenait sa forme masculine.*

*Il ne fit même pas attention au changement, l'esprit embrumé d'envie, la peau toujours aussi douce contre ses mains et les lèvres toujours aussi tendres contre les siennes. Il vint caresser les cuisses sveltes, les écartant et se glissant entre elles, ses lèvres dérivant vers la gorge où une pomme d'Adam avait apparu*

*il sourit contre ses lèvres, haletant un peu, l'homme était doué, lui même se retrouvant en difficultés pour se contrôler. Il aurait voulu tout arrêter qu'il n'aurait plus pu. Il enroula ses cuisses autour de ses hanches , tendant la tête en arrière, frissonnant sous ses lèvres. *

*Il gronda de désir contre la peau palpitante, ses mains fortes de travailleur manuel se serrant sur les cuisses écartées alors qu'il se glissait dans le corps offert sans plus de cérémonie, son esprit inventant une sensation qu'il ne connaissait pas mais qui était définitivement des plus agréables*

*Il serra les dents, brute qu'il était, il faudrait qu'il lui apprenne deux ou trois choses s'il parvenait à obtenir les résultats qu'il voulait. Il se cambrait sous lui, ses doigts fourrageant ses cheveux alors qu'il posait son front contre les sien, son regard plongé dans le sien, n'y laissant filtrer que le désir. Leurs souffles s'effleurant, celui du vampire déjà court. Il se retenait de le mordre, il pouvait le goûter même en rêve mais encore une fois c'était trop simple de juste le prendre ainsi. Il voulait mériter ce sang qui semblait si délicieux*

*Son souffle se fit un peu erratique et sifflant, son regard brillant d'un éclat sauvage. Il était plus doux, d'habitude, mais l'être qui s'offrait à lui ne lui inspirait que désir bestial, allez donc savoir... Agrippant les longues mèches sombres, il fit basculer la tête blanche en arrière pour mieux la voir alors qu'il entreprenait des va et vient vifs et rapides, cherchant au plus profond de l'amant fantomatique les cris qu'il voulait l'entendre pousser*

*Il se laissait complètement dominer, ce n'était pas dans ses habitudes mais là, il aurait mal réagit si c'était lui qui l'avait prit... Et il fallait se l'avouer, quand bien même c'était un rêve au final, il faisait cela désespérément bien. Il ne retenait pas ses gémissements, ses coups de reins le dévastant, se répercutant dans la réalité, donnant un spectacle bien étrange dans sa chambre pour qui rentrerait sur l'instant. *

*Si dans son rêve Tony était entièrement déchaîné, la réalité s'en rapprochait autant que faire se pouvait. Il avait glissé à terre, sur le tapis épais de la bibliothèque heureusement fermée à clé, et était agité de soubresauts de plaisir, une main se promenant faiblement mais dangereusement près de son entrejambe, sous son pantalon, tandis que la version inconsciente de lui même se conduisait sans pause jusqu'à l'orgasme, savourant les gémissements de l'homme sous lui, lui ordonnant de jouir dans un grondement*

*Il gémissait sans fin, n'en revenant pas, son ordre grogné aurait été en temps normaux été corrigé ou du moins puni. Mais l'intonation qu'il y mît ne pût que l'exciter d'avantage. Il poussa un hurlement alors qu'il venait longuement sur leur ventre, se resserrant violemment autour de lui* Anthony !

*Il était si proche, à une fraction de seconde de l'extase. Mais son nom ainsi crié le ramena d'une claque à la réalité. La superposition malsaine du cri de jouissance de l'amant et de celui, sévère, de son père, le fit s'éveiller dans un tremblement et un cri. Se redressant d'un coup, se cognant le front à la table dont il avait glissé, il regarda autour de lui, éperdu, avant de gémir en sentant son membre désespérément tendu, au désir inassouvi*

/!\ FIN DU WARNING /!\

*Il mordit son oreiller alors qu'il était brutalement éjecté du rêve. Grognant de frustration. Il envoyant tout valser du rituel*

*Horrifié, il serra les poings pour empêcher ses mains de finir ce que le rêve avait commencé et se rua dans la salle de bains pour y rendre son dernier repas, avant de se plonger dans un bain glacé, l'esprit fiévreux, refusant de croire que c'était son esprit à lui qui avait imaginé pareille... chose*

*Il sourit de son méfait tout de même, mais il était troublé... Il avait perdu le contrôle un moment, quand il avait commencé à le prendre, il n'avait plus eut aucun contrôle. C'était dérangeant pour son amour propre et ça le rassurait un peu dans son entreprise puisque Stark ne s'était pas arrêté...*

*Allongé dans l'eau froide, constatant avec soulagement que son corps réagissait rapidement au changement de température et faisait disparaître cette horrible preuve de dépravation, il enfouit malgré tout son visage entre ses mains, l'esprit hanté des images de ce rêve beaucoup trop réaliste. Serrant les dents, il frappa l'eau en maudissant cet homme. Que lui avait-il fait ? Quel plaisir prenait-il donc à le torturer ainsi ? Quel démon était-il, pour qui travaillait-il. Il le découvrirait. Et il lui ferait payer. Malgré la petite voix qui en lui susurrait que si vraiment il avait voulu arrêter, il l'aurait fait...*

*Au lendemain, il mettait en route son plan. Il alla dans l'immense bibliothèque, récupérant un projet qu'il avait réfléchit fut un temps, plutôt révolutionnaire. Et y apposa son sceau et l'envoya à Howard Stark. En demandant l'assistance de son fils pour travailler les détails et possibilités sur la machine. Anthony ne savait pas son nom, il ne savait pas comment il s'appelait il ne lui avait jamais dit, il n'avait jamais demandé*

*Il fut tiré de son délicieux jour de congé par un toc toc véhément à la porte de sa chambre. Alors même qu'il allait dire à l'intrus d'aller se faire voir, Jarvis entra, stoïque, et lui présenta une missive de son père, qui lui demandait de manière assez colorée de se remuer le derrière, qu'il avait un nouveau projet intéressant pour lui, un travail d'équipe. Tony répondit en se cachant sous un oreiller. Il détestait le travail d'équipe et son père le savait. De toute manière, il ne voulait voir personne. Mais la petite voix sournoise revint le hanter, avec les images de la veille, et il fut obligé de conclure que s'occuper l'esprit était sa seule chance de ne pas devenir fou. Il gagna donc les laboratoires, en traînant des pieds, des cernes de dix mètres sous les yeux*

*Son manoir était à plusieurs kilomètre de la ville, il savait que la missive serait reçue dans l'après-midi, le jeune humain devrait sans doute arriver , si le projet avait convaincu Howard, le lendemain dans l'après midi, le temps de préparer ses affaires. À cheval, il en aurait bien pour 5 heures. Il avait connu le père de Stark avant. Il avait toujours éprouvé un certain dédain pour l'homme. Il avait du charme mais il n'était pas de ces hommes intéressants ... Pas comme son fils. Il avait vaguement connue Maria, sa mère, mais elle représentait trop de pureté pour lui. C'était une gentille fille. *

*Tony écouta d'une oreille la semonce de son vieux père - vivement qu'il casse sa pipe, vraiment... - concernant la fructification du travail et l'importance de savoir déléguer ou s'intéresser aux travaux des autres, ne serait-ce que pour bien paraître et entretenir de bonnes relations, blablabla. Lorsque Howard eut enfin compris que son fils ne l'écoutait pas, il lui jeta le dossier envoyé par Laufeyson à la figure et lui ordonna de l'étudier. Il allait quant à lui écrire à l'homme pour lui signifier son intérêt et lui demander de venir rencontrer son fils. Jurant d'y mettre toute la mauvaise foi possible, Tony jeta un vague coup d'oeil aux idées. Et fut beaucoup plus intéressé qu'il ne l'aurait voulu*

*Il reçu la lettre de confirmation avec un sourire de victoire, il espérait aussi que le projet captiverait Tony. Il répondait à Howard pour le remercier de sa réponse et de leur participation, ajoutant les formules de politesses et autres caresses dans le sens du poil ... *

*Tony rechignait un peu à faire un voyage interminable pour un seul bonhomme qui avait eu une idée pas trop mal, mais si cela devait lui changer les idées et l'éloignait de son insupportable paternel... Résigné, il prépara un petit bagage. Il devrait dormir la nuit là-bas. Enfin, dormir... Rester, quoi. Après avoir arrimé son paquetage sur la selle de son cheval préféré, il monta agilement, carte en poche. Le lieu de travail de ce génie en herbe était un chouia perdu dans la cambrousse. Le soleil s'était caché derrière de lourds nuages quand enfin le manoir - car c'était un manoir, palsambleu... - apparut au loin. Il donna gentiment de l'éperon, son cheval épuisé se dépêchant, beaucoup trop content de trouver une écurie avec de l'avoine et de l'eau, et c'est après 6 heures de route que Stark frappa à la lourde porte, tout couvert de poussière. Les lieux ne l'impressionnaient pas plus que ça, il en avait vu d'autres, mais c'était curieux, pour un inventeur. Encore un de ces misanthropes...*

*Il avait demandé au garçon d'écurie, Sleipnir, de prendre soin du cheval du jeune homme et laissa Jormungandr aller ouvrir pour lui à la porte. Héla était entrain de finir de préparer une chambre pour le génie et lui même se trouvait dans son atelier, muni d'une forge, il s'était apprêté pour l'occasion, pourpoint vert, chaîne en or, un costume assez bien taillé sans être trop habillé*

*Jormungandr ouvrit la porte et laissa entrer l'homme * puis je prendre vos bagages monsieur Stark ? Monsieur Laufeyson est dans son atelier, il souhaite que vous vous mettiez à l'aise et a mît à disposition le modeste confort dont nous disposons. *le conduisant jusqu'à sa chambre et lui montrant la large salle de bain dans une pièce voisine * la route a du être longue... Voulez vous prendre un bain avant, vous reposer un peu ou dois je vous conduire vers Monsieur maintenant ?

*Tony découvrit l'intérieur des lieux avec une certaine curiosité. C'était une très belle demeure. Vieillotte, certes, un peu mal entretenue par endroit, et assez sombre, mais sa chambre était tout de même assez chaleureuse, un foyer s'y trouvait et un feu assez imposant y flambait, la différence de température entre cette pièce et le reste de la maison étant très notable.* Je vais me rafraîchir un peu, merci... Dites-moi juste par où aller et je trouverai mon chemin. *Le jeune domestique hésita un instant, puis hocha la tête et lui indiqua comment se rendre à l'atelier, avant de le laisser. Tony observa sa chambre encore un instant avant de jeter ses vêtements au sale, se débarbouiller rapidement et mettre des habits frais. Toujours aussi ébouriffé. Il n'allait pas se plier en quatre sous prétexte que son hôte avait un vague sang aristocratique. Fin prêt, il quitta sa chambre, le froid soudain du couloir le faisant frissonner, et suivit les directives de Jormungandr pour gagner le laboratoire de Mr Laufeyson*

*Il travaillait sur le projet qu'il avait envoyé, finissant une maquette. Ce n'était pas très convainquant, du moins à cette échelle. Ça faisait un moment qu'il n'avait pas travaillé ici. Il fallait dire que lorsqu'on avait l'éternité on avait tendance à procrastiner...*

*Il se perdit une ou deux fois dans les vastes corridors qui s'entrecroisaient sans cesse, un vrai labyrinthe. Finissant par entendre le son distinctif des outils, il se guida à l'oreille et passa enfin la porte de l'atelier, découvrant son hôte de dos, en train de travailler. Il observa silencieusement la maquette un instant, puis: * Monsieur Laufeyson, je présume ?

*Il sursauta et se força à se calmer. Il se retourna en faisant un gentil sourire.* Monsieur Stark... *les mains croisées dans son dos*

*Le sourire poli qu'il affichait descendit lentement , à peu près à la même vitesse que les couleurs quittaient son visage. Il chancela, faisant un pas en arrière* Non...

Monsieur Stark ? Tout va bien ? *levant les mains pour le rattraper en cas en le voyant chanceler en arrière *

Non, non, non, non, non. *Il secoua la tête comme pour chasser la vision qui se présentait à lui, cauchemardesque, mais , bien contraint de constater qu'elle ne partait pas, il se retint au mur pour ne pas tomber* Ne m'approchez pas. *siffla-t-il. Partir ? Excellente idée. Mais sa fierté en ressentait un désagréable pincement. Il jaugea la porte du regard*

*Il leva les mains en signe de paix et recula d'un pas* je suis désolé, je... Je vous fais peur Monsieur Stark ? *penchant légèrement la tête sur le côté, retenant un franc sourire au profit d'une moue inquiète *

Allez vous faire voir chez Lucifer. *souffla-t-il, avant de tendre le bras et d'attraper un objet au hasard, le lui jetant à la figure et prenant aussitôt la poudre d'escampette. Non, il ne resterait pas ici . Non, il n'avait pas peur, mais non, il ne pouvait pas, tout simplement pas. Dégringolant les escaliers, il courut vers la porte*

*Il se protégea, la clef à molette meurtrissant son poignet, il ne le suivit pas, soupirant et s'accoudant à sa table de travail. Il jeta un coup d'œil par la fenêtre la neige tombant à profusion, il n'irait pas bien loin. Décidément le destin jouait avec lui... Pour une fois. Il sortit doucement de son atelier, attendant de voir*

*Il ne rencontra aucune résistance jusqu'à la grande porte, mais quand celle-ci s'ouvrit... Il jura dans sa barbe, dents serrées. Volant un manteau qui n'était pas à lui sur une patère, il s'en protégea pour gagner l'écurie. Plutôt crever sous une congère que de rester une seconde de plus en présence de cette... chose. Les images de son rêve lui revinrent sournoisement, et il dut faire un grand effort pour ne pas se fracasser la tête contre un mur pour les chasser, se concentrant sur son cheval qui posait un oeil étonné sur lui. Mettant sommairement la selle, il le gronda une bonne minute avant de le convaincre de quitter la stalle. Sentant le danger dans la tourmente, l'animal refusa de sortir encore trente secondes, avant que les coups de talon effrénés de Tony finissent par avoir raison de sa résistance et qu'il obéisse à contrecoeur, partant au galop sur le chemin qui apparaissait à peine*

*Il soupira alors que Sleipnir venait lui rapporter le départ du génie, il prit son manteau et sortit tranquillement à pied, le froid engourdissait un peu ses sens mais il savait qu'il risquait gros, il ne pouvait pas accepter que sa proie meurt autrement que sous ses crocs. Il suivit l'odeur distillée qu'il dégageait. Il ne pouvait pas lui échapper*

*Son manteau remonté jusqu'au nez et la capuche descendue jusqu'aux yeux, son cheval bloquant tous les cent mètres en essayant visiblement de lui faire faire demi tour, il persista et signa, éperonna comme jamais auparavant, le coeur et le corps en panique. Non, non, non, il n'avait pas peur. Ou peut-être bien que si. Mais il avait peur de lui même. De ce qu'il ferait si comme dans ce rêve... Il gronda en chassant à nouveau ces pensées et avança, encore et encore, au galop ou au trot. Une demi heure s'était écoulée lorsque, à la défaveur de la très mauvaise vision donnée par la tempête, il se trompa de route et dirigea dangereusement son cheval aussi désorienté que lui vers un torrent ou tourbillonnaient de dangereux pics de glace. Certain d'être encore sur ou près du chemin, il fonça tout droit. Sa monture hennit d'horreur. Et ils chutèrent tous les deux dans les remous glacés*

*il entendit le hennissement, il n'était pas loin derrière eux... Ils avaient fait arc de cercle. Il court après lui et vit tout d'abord le cheval qui réussissait tout juste à s'agripper au bord, il prit une seconde pour l'en sortir. Il sonda les eaux du regard, affolé, il ne pouvait pas, il n'avait pas le droit de le perdre comme ça... Il soupira d'aise en le trouvant sur la rive , il retira son manteau et lui mît le sien, il était inconscient. Il monta sur son cheval avec lui, guidant l'animal vers le manoir. Il soupira en remettant le cheval à Sleipnir qui le rassura et le bichonna un peu. Il soupira et alla le déposer dans sa chambre, de déshabillant et le séchant sommairement avant de le mettre sous les couverture, s'asseyant dans un fauteuil pour l'observer un moment, il frémit en le détaillant, serrant les dents, il se leva et le rejoint, posant sa main sur sa joue, il respirait encore mais il était froid. Il rajoutait une fourrure sur lui, se penchant un peu, il effleura ses lèvres , brûlant d'envie de le mordre. Il se redressa vivement, comme brûlé et sortait rapidement *

*Plongé dans une inconscience à la fois glacée et brûlante, il s'éveilla au bout d'une petite heure, pas du tout reposé malgré l'absence salutaire de rêves. La gorge en feu, il toussa bruyamment, grondant aussitôt et étouffant ses hoquets dans l'oreiller. Ne remarquant pas la petite tache de sang qu'il avait laissée, il roula sur le dos dans un soupir, rejetant en partie sa couverture, commençant à avoir trop chaud. Son esprit encore embrumé mit un instant à prendre la pleine mesure de ce qui se passait. Il était dans la chambre du manoir qui lui était destinée. Entièrement nu. Et, après vérification, incapable de se lever, le corps douloureux et courbaturé de partout. Sa respiration s'affolant, les pupilles dilatées, il chercha au moins ses vêtements du regard, tendant désespérément le bras pour les atteindre*

*isolé dans le salon, en face de la large cheminé, il l'entendait se réveiller, il entendait son souffle s'accélérer... Il sentit le sang couler entre ses lèvres alors qu'il toussait. Oh douce torture, homme idiot...*

*Grondant en se trouvant tout bonnement incapable de rien faire, il ferma les yeux et entreprit de réfléchir. C'était bien tout ce qui lui restait. Qu'est-ce qu'il foutait là, par tous les saints... Comment allait-il s'en sortir, surtout ? Pris d'une nouvelle quinte de toux, il gémit de douleur et se redressa en position assise, couverture ramenée sur lui. Héla arriva alors, posant un plateau de médicaments près de lui* Faites-moi sortir de là. *gronda-t-il. Elle le regarda d'un visage neutre, puis quitta la pièce. Rageusement, il renversa le plateau et s'enfouit sous les couvertures*

*Il soupira comme un parent exaspéré et se dirigea à nouveau vers la chambre, il frappa quelques coups et entra * Monsieur Stark... *Il ramassa le plateau et les médicament les plaçant hors de portée* vous vous comportez comme un enfant... Le froid à attaqué vos poumons, vous feriez mieux de... *il fut interrompu par un petit grattement contre la porte, puis Fenrir pointa le bout de son nez, levant ses grand yeux dorés vers lui, l'homme ignoble qu'il était s'adoucit un peu. Il lui sourit un peu et observa le petit qui allait au petit trot vers le lit, restant au pied du lit pour observer curieusement le nouveau venu, il releva les yeux à nouveau vers Loki, l'air interrogateur* non, non il ne reste pas. Il est la pour m'aider dans un nouveau projet *le petit garçon eut un petit sourire adorable. * Je crois qu'il vous aime bien

*Tony gronda et se recroquevilla un peu plus sur lui-même en entendant l'infâme arriver derrière lui. Il ne voulait pas le voir, il ne voulait pas l'entendre, il ne voulait pas se souvenir de sa présence, il voulait nier son existence, il voulait... Le petit bruit de pas lui fit froncer les sourcils. Ce n'était pas un pas d'adulte. Quoi, le monstre séquestrait des enfants en plus du reste ? Horrifié, il sortit violemment la tête de la couverture, la lumière lui agressant les yeux, lui arrachant un grognement qui fit rire le petit. Posant son regard sur lui, il le contempla un instant sans rien dire. Il n'avait pas la tête d'un enfant prisonnier. Ou malheureux. Son fils ? Non... Peut-être ? Qu'en savait-il... Il risqua un début de sourire vers le garçon avant d'être pris d'une violente quinte de toux, sans sang cette fois*

*Le petit fronça les sourcil à la quinte toux, il trottina vers Loki et le plateau de médicament, les ramenant a l'inventeur et les lui fourrant dans les mains, les montrant de son petit doigt potelé sous le regard abasourdi de Loki. *

*Tony fronça à nouveau les sourcils mais n'eut pas le coeur de rejeter à nouveau les médicaments alors que c'était le petit qui les lui donnait. Il jeta un regard assassin au maitre de maison. Si c'était un piège... Il avala rapidement une gorgée de sirop absolument répugnant* Tu me donnes mes vêtements ? *demanda-t-il ensuite au petit, non sans un nouveau regard haineux vers Loki*

*Loki leva les yeux au ciel, c'était puéril* ils sont encore trempé, je vais vous en faire apporter de nouveaux... voulez vous que ce soit Fenrir qui vous les emmène ? *prenant le petit dans ses bras lorsqu'il tendit ses petites mains vers lui. * il ne peut pas parler. Sa langue est coupée. Sa... Mère le battait à cause de la couleur étrange de ses yeux, elle croyait que c'était le fils du démon ... Je... Passais en carrosse dans leur village et elle le j'étais presque sous les roues. Heureusement Sleipnir à de bon réflexe et il n'a rien eut. La mère a été jugée et est morte. Je l'ai récupéré mais il avait déjà perdu l'usage de la parole... *il serrait les dents, c'est dans ses moments la qu'il se disait que les hommes méritaient bien de mourir des pires façons possibles et imaginables, l'homme dans ce lit ne dérogeait sans doute pas à la règle. Aussi charmant soit il* bref, assez bavardé. *il sortit de la chambre et alla chercher des vêtements propre qu'il laissa apporter par Fenrir. *

*Il resta un instant silencieux, sous le choc, regardant le petit avec désolation. Il n'était pas homme à larmoyer facilement mais il n'était pas un coeur de pierre non plus. Il demeura silencieux alors que les deux quittaient la pièce, seule une toux qu'il contint venant briser le mutisme de la pièce. Il était à deux doigts de se sentir mal d'avoir mal jugé Laufeyson lorsque son esprit frondeur se rebella. Qu'il ait recueilli un enfant maltraité ne changeait rien à ce qu'il lui avait fait , à lui. Quand on était un homme bon, on ne s'amusait pas à torturer l'esprit des honnêtes gens pour le plaisir ! Dès que le petit lui eut ramené ses vêtements, il le remercia d'un sourire et attendit qu'il soit parti pour s'habiller en vitesse et tâcher de se lever. D'abord, se trouver une arme. Puis demander des explications. Et si le maître de céans persistait à faire semblant de ne pas être le succube qui avait hanté ses nuits...*

*Il se sentit vraiment fatigué, si Fenrir s'y attachait comment pourrait il le tuer ensuite ?ce n'était pas qu'il les aimait ou quoi que ce soit mais... Si peut être un peu. Il avait recueillit chacun d'entre eux chez ses victimes et les parents, ignobles, les lui jetaient entre les griffes dans l'espoir d'avoir le temps de s'enfuir. Il était un monstre. Il l'assumait. Mais il était comme tout le monde au fond, les enfants étaient sacré. Même Satan frissonne aux pleurs d'un nourrisson. Le mal incarné seul peut s'en prendre à l'innocence de l'enfance. Et il ne pouvait pas se vanter d'être ce Mal. Bref. Il les avait prit en pitié, et réussissait rarement à leur refuser quoi que ce soit...*

*Les muscles encore douloureux mais essayant tant bien que mal de passer par-dessus pour se déplacer, il resserra autour de lui la peau d'ours qu'il avait attachée pour se préserver du froid des couloirs. Il se sentait ridicule, dans ces vêtements trop grands pour lui et ces pantoufles dont le seul mérite était d'être chaudes. Il choisit comme arme le tison de la cheminée, encore brûlant au bout, puis entreprit prudemment de quitter sa chambre, retenant sa toux du mieux possible. Quitter le manoir était de toute évidence compromis pour le moment... Mais il n'était pas dit qu'il se laisserait avoir comme un enfant . Laufeyson ne lui voulait aucun bien. Ça, c'était clair. A pas de loup, il frissonna en passant tout près du salon où il était assis, hésitant. Aller vers la gueule du loup ou explorer les lieux pour pouvoir s'y cacher à un moment si le besoin était ?*

*Il entendait ses pas, sa respiration. Il l'entendit à la porte, se contrôlant pour ne pas le forcer au sommeil jusqu'à rémission complète voir un peu plus. Il ferma les yeux décidant de l'ignorer en soupirant, se demandant ce qu'il prévoyait de faire *

*Il hésita encore un instant, puis prit une profonde inspiration et fit son choix. Il voulait savoir. Prudent, le tison à la main, prêt à frapper, il entra dans le salon, restant quelques pas derrière Laufeyson, lequel était tourné vers le feu.* Qu'est ce que vous me voulez ?

*Il soupira encore et se retourna lui adressa un regard fatigué -un tisonnier ? Vraiment ?- * j'ai demandé l'aide d'un inventeur reconnu pour un projet de mon invention et il a accepté. Si vous voulez faire chemin inverse il n'y a pas de problème. Vous devrez juste attendre qu'il s'arrête de neiger. *Il haussa les épaules, se redressant droit et fier*

*Il serra les poings. Il se moquait de lui. Il se jouait entièrement et parfaitement de lui* Vous mentez. *souffla-t-il entre ses dents, la mâchoire si serrée que ses gencives lui faisaient mal.* Vous êtes partout, vous ne me quittez plus d'une semelle, vous me poursuivez jusque dans mes RÊVES ! *Son regard flamboya de colère, un frisson glissant dans son échine.* Et pour couronner le tout, vous vous amusez à essayer de me faire croire que je suis fou. C'est ça ? C'est votre jeu ? Cela vous plaît ?

*il haussa un sourcil à l'éclat de colère. Il hésita un moment puis son regard brilla de malice * tu doute. *faisant un sourire enjôleur et laissant voir ses canines acérées. C'était plus une constatation qu'une question. * tu as vraiment commencé à croire que tu devenait fou... *jouant avec un dé à coudre qu'il faisait tourner entre ses doigts *

*Il se sentit pris d'un frisson, autrement plus choqué que le précédent, reculant instinctivement d'un pas lorsque l'éclat du feu vint se refléter sur la pointe anormalement pointue des canines.* Je sais maintenant que ce n'est pas le cas. *souffla-t-il sans trop réfléchir à ce qu'il disait, songeant plutôt à un moyen de partir d'ici au plus vite, et en vie. La tempête amenuisait ses chances, mais rester ici, c'était rester avec la promesse d'une mort très prochaine. Il n'avait jamais cru aux créatures mythiques. Mais il ne croyait pas être fou non plus. Il n'y avait donc pas d'autre conclusion possible*

Tony ... Tony... J'aurais pu te tuer ce soir dans la ruelle, ou en me glissant chez toi, ou à cette fête. J'aurais pu te tuer quand tu es arrivé et quand tu as essayé de t'enfuir très intelligemment durant une tempête de neige. *Il fit une petite moue et se rassît dans son fauteuil* je suis sur que tu doute encore, tu ne crois en rien, alors peut être que je n'existe pas. Les créature comme moi n'existent pas. C'est ce qu'on vous apprends au berceau*

*Sa respiration se fit saccadée et brûlante, son regard brilla de rage qu'il peinait de plus en plus à contenir* Si tu n'existes pas, monstre, tu ne verras pas d'objection à ce que je te plante ça dans le coeur ? *siffla-t-il avant de bondir vers lui, le bras levé pour le frapper du tisonnier, autant dans l'élan de sa colère que par pur instinct de survie. Laufeyson vivant, il ne partirait pas d'ici.*

*Il ne bougea pas d'un cil à la menace, se contentant de le fixer, le plus sérieux du monde, n'utilisant pas la magie ou quoi que ce soit. Ne faisant que le fixer. *

*Il interrompit son geste un instant, un bref instant d'hésitation. Même un vampire pouvait craindre pour sa vie... Non ? S'il n'était qu'une chimère... Eh bien, que lui coutait-il de lui enfoncer ce tisonnier dans la poitrine, s'il n'était pas réel ? Et s'il s'avérait exister bel et bien et n'être qu'un monstre... Tony ne se sentirait certainement pas mal de l'avoir tué, même s'il s'agirait de son premier "meurtre." Serrant les dents, il lança son bras vers l'avant, poursuivant le chemin du tisonnier vers le coeur de l'ennemi*

*il enroulait ses doigts autour du morceau de fer, stoppant sa course à un centimètre de son cœur. Il se redressa d'un mouvement, le désarmant et le plaquant au mur en tenant ses poignet, un moment déstabilisé par son arôme dans faiblir sa prise*

*Il poussa un grondement suivi d'un petit halètement, son dos heurtant assez rudement le mur. Son souffle paniqua un peu, mais pas pour les raisons les plus logiques. Les images rouges et caressantes de son rêve lui revinrent à l'esprit, lui soulevant le coeur. Voulant se libérer mais tétanisé, il ne put que soutenir son regard*

*Il serra les dents et se perdit un moment dans le chocolat de ses yeux dans lesquels les flammes de la cheminé donnait des teintes or et rouge... Il le relâcha et s'éloignait à nouveau* cesse ces tentatives ridicules... Tu ne peux rien contre moi.

*Il était au bord de la crise nerveuse, le coeur battant à tout rompre, lorsque contre toute attente il le lâcha. En profitant pour s'éloigner de plusieurs pas, les jambes honteusement cotonneuses, il reprit ses esprits et sa contenance.* Penses - tu que je vais attendre bras ballants que tu m'assassines dans mon sommeil ?

*Il grogna un peu, il n'avait pas tort. * si je voulais te tuer tu serais déjà mort. * il récupéra le tisonnier et le rangea, rajouta une bûche au feu. Il se mordit la lèvre, dos tourné, par Lucifer... C'était bien la première fois qui se retrouvait dans telle situation... Il se disait qu'une fois mort... Il n'aurait eut qu'un repas. Pourquoi ne pas le garder ? S'en repaître de temps à autre en lui laissant assez pour vivre... C'était un schéma assez cruel il devait l'avouer. Il ne pouvait pas le tuer. Il s'était trompé, cet homme était un maillon majeur dans l'histoire. La solution la plus raisonnée serait de lui faire tout oublier de lui... Et le renvoyer à son père. Une fois la tempête calmée. Oui il ferait ça* Va te reposer. Tu es malade. Je ne te tuerais pas. * les derniers mots passant difficilement ses lèvres, c'était comme un aveu de faiblesse*

*Il le suivit du regard prudemment, prêt à courir aussi vite que ses muscles fatigués et ses poumons abîmés le lui permettaient. Mais rien ne vint, sinon l'étrange conseil suivi d'une tout aussi étrange promesse. Cela ne pouvait être qu'un mensonge. Alors pourquoi y croyait-il ? Il resta un instant bouchée bée.* C'est tout ? Tout ça pour ça ? La visite nocturne, le cauchemar ? *Il aurait du sauter sur l'occasion et fuir dans son lit en préparant sa défense , mais il voulait comprendre *

*Il soupirait et se retournait vers lui* je me suis trompé. Tu fais partie de l'histoire. Je ne touche pas à ceux la. *il se résigna, c'était ses propres règles et il se refusait à y faire entorse. * quand la neige cessera, je ... J'effacerais tes souvenirs et je te renverrais à ton père.

*Il fronça les sourcils, ne comprenant pas grand chose à ce qu'il racontait . Son esprit enfumé de fatigue et de faiblesse ne l'aidait pas beaucoup il fallait dire . Mais il comprit tout de même très bien ses dernières phrases.* T-Tu ne touches pas à ma tête ! *siffla t il en reculant* Pas encore ! Et ne parle pas de me renvoyer chez mon père comme si j'étais un enfant de 5 ans ! *Il reculait jusqu'à la porte, effrayé pour de bon cette fois , non pas par la créature elle même mais par ce qu'elle projetait de faire à son cerveau *

que devrais je faire alors ? Te laisser repartir ainsi et attendre que tu revienne avec une armée pour le tuer ?! * il s'apaisa un peu pour ne pas l'effrayer plus encore et soupirait * calme toi, ton cœur bat trop vite si ça continue tu vas perdre connaissance ...

*Il recula encore d'un pas lorsque la créature haussa le ton, son coeur battant effectivement beaucoup trop fort. Son coeur qui ne se faisait plus si jeune... Devait il dire à Laufeyson qu'il avait déjà eu nombre de problèmes ? Certainement pas. Il ravala son angoisse et releva fièrement le menton.* Si tu as le pouvoir de timmiscer dans les rêves, tu auras celui de te protéger d'une "armée", même si je ne vois pas l'intérêt d'en lever une contre toi. Tant que tu me laisses tranquille ...

*Il soupira doucement, reprenant sa place dans son fauteuil* comme il te plaira... *faisant tourner entre ses doigts le Dé à coudre ... *

*Il le regarda avec une perplexité agacée. Agacée parce qu'il aurait voulu être capable de tourner les talons, l'envoyer au diable, et s'enfouir dans son lit pour un véritable sommeil bien mérité* Ça ne me dit pas pourquoi tu as joué avec moi.

*Il sourit sombrement, il était plus calme au moins, il se redressa à nouveau et approcha* je préfère que mes victimes se jette sur mes crocs surtout avec un sang de ta qualité

*Il se tendit instinctivement en le voyant se redresser. Il n'appréciait pas son air, ni le fait qu'il ait 20 centimètres de plus que lui. Un sourcil arqué, il risqua un sourire moqueur* Je présume que c'est un compliment... Mais sans vouloir te vexer, tu as obtenu l'effet inverse, je n'ai fait qu'essayer de te frapper ou de te fuir.

Oui... Mais tu n'arrête pas d'y penser,mh ? *il approcha d'un pas* je suis peut être entré dans ton rêve mais c'est toi qui a continué

*Il frissonna, un grognement roulant dans sa gorge, un éclat de trouble effrayé passant dans ses yeux avant qu'il secoue la tête avec véhémence* C'est toi, tu contrôlais ce rêve, c'est toi...

Non ... Au début peut être mais ensuite c'est toi qui a prit le contrôle *Il sourit doucement et croisa les bras en le regardant, ses yeux attrapant les siens*

*Il secoua la tête à nouveau, son coeur s'affolant d'horreur. Non il n'était pas comme ça, il n'avait jamais été ce genre d'homme et ne le serait jamais* Tu mens... Tu veux encore me rendre fou... *La colère se mêlant à la peur, il sentit une pointe douloureuse dans sa poitrine*

*Il susurra *A quoi cela me servirait t il Mh ? *ses doigts effleurant sa joue avant de reculer un peu*

*Un long frisson courut le long de son échine et il voulut reculer davantage. Ce qui n'aurait été possible que s'il avait été un spectre, étant donné qu'il était acculé contre un mur* C'est... c'est ce que tu aimes. Jouer avec les gens.

Oui, ceux que je m'apprête à dévorer. Mais la... J'ai abandonné la chasse pourquoi je jouerais avec toi ? *haussant un sourcil amuse *

Pourquoi devrais-je croire que tu as abandonné la chasse ? Et pourquoi essaierais-tu de me persuader que je suis un dépravé si tu ne voulais pas me rendre fou ? *Il serra les dents en se décalant vers la porte*

Ce n'est pas moi qui ai abordé ce sujet... *et il disait vrai... Il le laissa faire, ne le poursuivant pas, lui montrant qu'il pouvait s'enfuir quand il le désirait. *

*Il fronça les sourcils* Abordé le sujet ? *Il recula encore un peu, se heurtant à un tableau et sursautant, son coeur battant toujours dangereusement fort, la fatigue le rattrapant lentement, sa vision se brouillant un instant*

*il commença à s'inquiéter de son état, sentant son cœur battre à tout rompre, constatant son état de fatigue. Il s'adoucit dans sa voix* c'est toi qui a tenu à en parler ...

Parce que je veux savoir ! Pourquoi m'as-tu f-fait ça ? *Il chancela, se forçant à tenir debout, se tenant à un fauteuil, inspirant profondément pour tâcher de conserver tous ses esprits*

*sentant son malaise il se reculait un peu pour lui laisser de l'air * va te reposer nous en parlerons plus tard si tu le souhaite

Je ne veux pas... Je veux juste... *Il ne savait pas ce qu'il voulait. Il voulait comprendre, mais il ne voulait plus en parler, ne plus avoir à penser à ce songe qui... Son coeur en perdaison eut raison de lui. Il vit un grand noir, et s'effondra*


et voila, crise cardiaque il meurt, Loki regrette de pas avoir eut le temps de le boire et fin ! Non je plaisante, la suite devrait arriver dans le courant de la semaine prochaine, j'espère que ce premier chapitre vous a plu, nous avons fait de notre mieux pour respecter les personnages d'origines, ça doit être plus ou moins réussit

Laissez un petite review si l'envie vous en prends ça nous fera extrêmement plaisir et si vous avez des idées pour la mise en page ou si ce n'est pas assez clair ou si j'ai oublié des fautes d'orthographe... bref ce que vous voulez ! ^^

See you