Actions

Work Header

An Old and New World

Chapter Text

 An Old and New World

by Lens of Sanity


Résumé original :

Harry rencontre Bella et Sirius à Azkaban... Il en ressort un peu excédé, et beaucoup plus apathique... Puis il y a la Coupe et le Tournoi... Arrivé à la cinquième année, il est un animal complètement différent... Hé, et bien, le monde veut son héros...


Prologue : All Blue Skies

Harry Potter se retrouva à regarder un bout de bois en houx familier, qu'il savait être d'exactement onze centimètres de longueur, contenant une seule plume qui eut autrefois appartenu à un phénix nommé Fumseck. Les choses auraient réellement pu mieux tourner, mais encore, c'était devenu assez standard par rapport à une bonne partie du cours de sa vie, dans l'ordre des choses et ect. Qu'est-ce qu'être attaché à une chaise avec sa propre baguette d'Ollivander pointée sur lui, quand s'entassaient toutes les autres appréciables manigances qui prenaient place depuis ces dernières années, et bordel même toute sa vie ?

Tout a commencé quand Harry était un bébé, âgé de quinze mois, quand un homme vint pour le tuer. Non, c'est trop loin en arrière, donc ce serait mieux de donner la version courte. Il découvrit qu'il était un sorcier, se fit deux amis, abattit un troll, secourut un dragon, tua son prof de Défense, emboutit une voiture volante dans un arbre animé, combattit un essaim d'accromentules, et à la fin de sa deuxième année, il alla secourir la petite sœur de son ami.

Voilà, c'était plus ou moins pour dater les trucs importants.

Il alla secourir la petite sœur de son ami. Non pas qu'il connaissait vraiment bien la fille, vous comprenez si on lui demandait, Harry devrait se remuer les méninges pour retrouver une seule conversation qu'il est eu avec elle, mais des commentaires entendus il en était venu à la conclusion qu'elle était... gentille. Vous savez le type, plein de taches de rousseurs et aux sourires timides, qui ne ferait de mal à personne.

Toutefois, c'était la sœur d'un ami, donc dans la plus fine des traditions des contes de fée, il alla à l'une de ces rescousses classiques de princesse. Il y avait le donjon douteux, le monstre effrayant, et la damoiselle en détresse. Sans omettre l'épée magique. Donc il prit l'épée, cria « Aaaarg ! » et finit par pourfendre la bête, c'était un grand serpent venimeux connu sous le nom de Basilik, qui pouvait tuer d'un regard, tout aussi létal que la fameuse lumière verte.

Étant donné qu'Harry avait juste douze ans à ce moment, vous pouvez comprendre que ça n'a pas été facile, alors il s'évanouit une fois la menace écartée. Revenant à lui, Harry remarqua que la jeune fille aux taches de rousseurs et les sourires timides était partie, la bête était toujours morte, et la seule chose restante à part l'épée magique était un petit livre, qu'il prit avec lui et fit son chemin vers la civilisation.

Les choses se détériorèrent pour le Harry Potter de seulement douze ans, car un sorcier démoniaque au maintien aristocratique prit le parti des représentants de l'ordre: il était recherché. L'homme l'avait dénoncé pour avoir tué la jeune fille et être en possession d'un objet de toute évidence maléfique. Le petit livre avait été créé par un sorcier bien plus démoniaque, il y a de cela quelques décennies, celui-ci était, comme Harry, en possession d'une caractéristique magique qui permettait à l'utilisateur de converser avec les serpents.

Proclamant son innocence de toutes les manières qu'il put, Harry ne fut pas cru et même les mots du vieil et sage Directeur furent ignorés, laissant Harry seul sans l'aide des ses amis ou alliés. Sous le couvert de la sécurité publique, il fut enfermé au loin, là où il ne pourrait pas faire de mal : la forteresse d'Azkaban. Non vous pouvez demander, il n'était, si ce n'est, seulement un enfant, et c'était donc ainsi. C'était pour cette raison qu'il était placé dans la section de sécurité minimum, loin de ces créatures cauchemardesques de tissus et chairs pourries.

Il fut placé entre deux autres détenus, ceux qui deviendraient éventuellement ces amis, ils le connaissaient depuis sa naissance : une par réputation, un par le sang. L'homme était un tueur fou maléfique et un vieil ami de ses parents et la femme, une sorcière des ténèbres crainte, qui était toute aussi folle à liée. Néanmoins avec aucune autre compagnie, ils parlaient et jouaient, ils apprenaient un tas de choses. Comme vous le voyez Harry était très populaire dans sa forteresse-prison.

Harry apprit dès les premiers jours que, quand ces infâmes créatures se rapprochaient, il allait voir tous les pires moments de sa vie, se sentant comme si la vie n'importait plus, et qu'aucun espoir ne subsistait. Il découvrit avec chance que s'il projetait du bonheur grâce sa magie, une magnifique brume les entouraient lui et ses amis. Les mauvaises choses étaient encore là, aucun doute là-dessus, mais avec la brume elles pouvaient à peine le toucher.

Alors ils parlaient, rigolaient et jouaient à plein de jeux. Harry apprit que le sorcier maléfique de l'aristocratie avait de nombreuses histoires amusantes et embarrassantes sur lesquelles la femme pouvait l'éclairer et l'homme pouvait révéler le passé de ses parents, méfaits et aventures qui n'arrêtaient pas de le faire rire et de le fasciner.

De longs jours devinrent des semaines, et des mois qui passèrent de cette manière, jusqu'à ce que le vieil et sage directeur vienne et enlève Harry, et avec ces nouvelles histoires apprises ils purent libérer l'homme. Car vous voyez, le vrai traître, ce n'était pas lui mais le rat. C'était assez confus, mais ça avait fonctionné, et le rat fut mis dans la forteresse à la place de l'homme, et l'homme fut libéré à la place du rat, le rat qui était bâti comme un homme. Donc maintenant libérés des créatures et de la forteresse d'Azkaban, l'homme et le garçon passèrent du temps dans la maison de son ancienne famille maléfique, seul le garçon se sentait coupable en laissant son autre amie souffrir là-bas.

Quelques semaines après, Harry pouvait revenir là où tout avait commencé, le château de son école, et ses anciens amis abandonnés. Maintenant la quatrième année arrivait et Harry Potter avait changé.

Harry Potter avait changé, mais le monde demeurait le même.

o0O0o

Note de l'auteur où il explique qu'il voulait quand même redonner le contexte, c'est-à-dire le scénario classique où Harry va à Azkaban, rencontre Sirius et Bella et en ressort transformé. Et là l'histoire commence.

o0O0o

An Old and New World

by Lens of Sanity


Chapitre I : Freedom and Other Boring Things

o0O0o

''Sirius nous devons la sortir de là !'' Deux personnes cherchaient à travers l'épave qui eut été un jour #12 Square Grimmaurd toutes les baguettes de rechange qu'ils pouvaient trouver.

''Je te l'ai dit Harry, elle est maléfique, le plus maléfique qu'il soit. Pourquoi est-ce que tu ne m'écoutes pas ?'' Sirius Black ressemblait encore à un cadavre réchauffé, à peine sorti de la morgue, ayant été à la prison d'Azkaban pour un tiers de sa vie, des circonstances pareilles ne font pas de bonnes choses sur une personne.

Harry roula des yeux. ''Et je te l'ai dit un million de fois, c'est ce que tout le monde disait de toi !'' Il marqua une pause pour réfléchir. ''Et moi en y pensant. Tu ne devrais pas si vite juger les gens Sirius.''

Suite à une seconde attaque d'un flot de Doxies énervées, il décidèrent qu'ils avaient trouvé toutes les baguettes qu'ils pouvaient utiliser. ''Ce n'est pas pareil. Toi et moi étions réellement innocents. Elle n'est pas innocente. Loin de là, elle a même admis sa culpabilité à son procès pour l'amour de Merlin.''

''Toi aussi quand ils t'ont arrêté.'' Lui rappela Harry quand il plaça les huit baguettes sur la table du salon.

Posant la douzaine qu'il avait trouvé, Sirius laissa sortir un ''Aarg'' de frustration et regarda ce qu'ils avaient réussi à grappiller ensemble. Vingt n'était pas si mal du tout, bien plus que ce à quoi il s'attendait. ''Ce n'est pas pareil, je me sentais coupable envers tes parents-, bah, je l'ai déjà expliqué une quinzaine de fois, c'est juste que c'est pas pareil du tout.''

Roulant des yeux, Harry commença à essayer les baguette une à une, empilant les amicales dans une pile et les hostiles dans une autre. ''J'aurais souhaité pouvoir juste aller à la boutique d'Ollivander.''

Saisissant l'opportunité d'un changement de conversation, l'animagus chien sauta dessus. ''Ouais, je sais, mais c'est une des choses que Albus a dû abandonner pour pouvoir te faire sortir, je vais bientôt m'y rendre pour prendre une nouvelle baguette, mais tu ne pourras pas le faire jusqu'à ce que tu sois en âge, désolé. Je suppose que nous pourrions essayer une des boutiques dans l'Allée des Embrumes mais je parie ce que tu veux que Lucius s'est déjà assuré que tu n'en obtiendras pas une là-bas non plus, il a certainement travaillé dur pour te garder sans baguette et hors de Poudlard.''

''Est-ce que tu es sûr que ma baguette a vraiment disparu, est-ce que quelqu'un aurait pu la prendre quand j'étais inconscient ou quelque chose comme ça?'' Le tas amical en contenait seulement quatre, pas beaucoup de choix, et aucune qui ne se rapprochait de son ancienne baguette en plume de phénix.

Sirius y réfléchit même si la question avait été posée un millier de fois. ''Je ne vois pas comment, elle n'était nul part quand ils l'ont cherchée. Tu devras faire avec l'une d'entre elles, au moins pour maintenant.'' Sirius observa Harry alors qu'il se décidait sur un bâton pale assez standard d'une dizaine de centimètres.

''Celle-ci est la meilleure. Est-ce que tu sais quelque chose dessus ?''

''C'était la baguette de mon grand-père Pollux Black, orme et cœur de dragon. D'un Magyar à Pointes si je me souviens bien, il avait l'habitude de s'en vanter quand il avait bu trop de vin, et de la manière dont il l'avait utilisé pour mériter son Ordre de Merlin.''

Harry acquiesça et, sachant qu'il ne pouvait pas être traqué par le Ministère sous les barrières de la Maison Black, il utilisa un simple charme de mesure appris par le professeur Flitwich en deuxième année. ''Douze centimètres et un quart. Orme tu disais ?'' Il hocha de la tête. ''Oui, ce n'est pas aussi bien que mon ancienne mais ce n'est pas si mal non plus.'' Harry se perdit dans ses pensées pendant un moment, avant de revenir à la réalité. ''Alors comment est-ce que nous allons la faire sortir de là Sirius ?''

Ce dernier se contentât de grogner.

o0O0o

Finissant une sorte de viande en sauce que Harry avait décidé de ne plus jamais manger de sa vie -sérieusement la nourriture d'Azkaban était plus délicieuse et probablement plus nutritive- il changea à contre-cœur le sujet et demanda : ''Est-ce que tu vas m'apprendre ce super impressionnant truc de magie que tu n'arrêtais pas de nous rabâcher depuis des mois ou quoi ?'' Il mit finalement de côté la discussion au sujet de la sortie de son amie de prison -pour le moment tout du moins.

''Le Patronus, oui nous allons le faire maintenant, ça ne prendra pas longtemps vu que tu connais déjà la partie difficile.'' Sirius avait été complètement stupéfié quand Harry avait produit pour la première fois la brume du Patronus, et qu'il l'avait fait sans baguette, sans baguette par Merlin, s'il n'avait pas ressenti les effets par lui-même il aurait dit que c'était impossible.

''Suit ces mouvements de baguette, mais ne fait rien avant que je ne dise que tu y arrives parfaitement.''

Pendant les quinze minutes suivantes, Harry s'acquitta à la tache, se refrénant de faire tout commentaire sarcastique, jusqu'à ce qu'il atteigne les standards inutilement hauts de son instructeur. ''Alors, maintenant quoi ?'' Dit-il irrité.

''Décrit comment tu produis la brume.'' Décrit-le pour la centième fois voulait-il dire.

''Tu invoques juste le sentiment le plus heureux que tu puisses, et puis tu -euh... genre- projettes ça dans la réalité. Simplement tu le fais apparaître, je sais pas, je n'y ai pas vraiment pensé, je le fais c'est tout.''

Sirius avait le même regard que d'habitude à son explication mais éventuellement concéda. ''Sur le dernier mouvement 'brandissant', projettes ce sentiment au bout de ta baguette, facile.'' Harry regarda fixement Sirius dans les yeux pendant un long moment, et finit par se contenter de soupirer et faire avec.

''Expecto Patronum''

L'habituelle brume argentée se regroupa en la forme bien définie d'un puissant et majestueux animal. Harry se releva de là où il était et l'observa de plus près, ignorant l'expression surprise de son compagnon. 'Ce n'est pas comme si c'était plus dur avec une baguette, je ne vois pas pourquoi il est aussi étonné.'

''Tu sais Patmol, je pense que tu as raison, c'est plutôt cool. Une magie flashy, comme ce que tu utilises quand tu veux impressionner les gens.'' Dit le garçon aux yeux verts, observant la créature puissamment bâti avec assez d'intelligence alors que celui-ci recherchait une quelconque menace dans la pièce. Finalement il laissa la silhouette argentée se dissoudre. ''Qu'est-ce que tu veux maintenant ? … Et bien ?''

''Je pense que je n'aurais pas dû être aussi surpris que tu l'ais fais du premier coup...'' Bien que pour quelque raison il était clairement surpris. ''...faire aujourd'hui ? Ce que tu veux, tu retourneras à Poudlard dans quelques jours, est-ce que tu penses que tu es prêt ?''

''Aucune idée, je ne devrais pas être en troisième année par contre ? Je ne vois pas pourquoi ils me font passer alors que je n'ai pas suivi un seul cours de troisième année.''

''C'est encore Albus, je pense qu'il veut que tu sois dans les mêmes cours que tes anciens amis.'' Le visage de Harry se tordit à cela.

'Qui en a quelque chose à battre ? Ce n'est pas comme s'ils comptaient encore, où étaient-ils quand je me trouvais à Azkaban? Sains et saufs, voilà où ils étaient, bonne chance pour eux et bon débarras. Hermione était en vie, bien, c'était tout ce que je voulais savoir. Avec le journal de demain proclamant encore une fois que j'ai été relâché sur une technicité, et que je suis une dangereuse menace pour la société, je peux juste imaginer combien voir mes potes d'école aller être amusant. Je suis l'intimidant Répandeur de sang, Héritier de Serpentard, rappelez-vous : craignez-moi Mwouhahahaha. Peut-être que je devrais acheter des robes avec Mage Noir scintillant dans le dos, pour vraiment jouer sur mon côté sombre.'

Harry secoua la tête pour se sortir de son monologue intérieur et commenta : ''Qu'importe Patmol, et si tu m'apprenais quelques trucs pour que je ne sois pas trop rouillé quand j'arriverais là-bas, aucun doute que je devrais me défendre contre à peu près tout le monde à un moment ou à un autre de l'année.''

Ramassant une des baguettes de rechange, il commença sur la précision des sorts, montrant au garçon un simple bouclier pour commencer. ''Rappelles-toi de te concentrer sur des mouvements précis, et effectues-les aussi petits que tu puisse pour que ton adversaire ne puisse pas facilement dire ce que tu lances.''

Ils passèrent la plus grande partie de la journée ainsi. Ce n'était pas très différent de la prison, vraiment.

o0O0o

Un sourire s'étendit sur le visage de Harry alors qu'une chouette blanche dont il se rappelait avec tendresse s'engouffra dans la cuisine, -l'elfe de maison grommelant en avait été éjecté assez promptement- et un parchemin orné d'une écriture soignée attaché à sa patte.

''Hé Hedwige, est-ce que je t'ai manqué autant que tu m'as manquée ?'' Demanda-t-il jetant la lettre toujours fermée sur la cuisinière de style Victorienne.

Elle lui mordilla l'oreille affectueusement pendant un long moment alors qu'il caressait gentiment ses plumes, avec tout l'amour du monde. L'animagus arriva à ce moment-là et resta planté sur le seuil, les regardant étrangement pendant quelques secondes, avant de lâcher : ''On devrait aller chercher tes affaires scolaires aujourd'hui Harry.''

''Je n'ai honnêtement pas envie d'être dérangé, ordonne à l'elfe de le faire.'' Sirius regarda le gamin comme s'il était fou. ''… Ouais, c'est probablement une mauvaise idée maintenant que je le sors à voix haut.'' 'Tout allait revenir couvert de saleté ou quelque chose d'autre, ou non: de sang moldu. Absolument tout sera dégoulinant de sang de vies de millier de moldus si cet elfe dérangé arrivait à ses fins.'

''Prépares-toi maintenant. Je pourrais même finir par t'acheter un balais une fois qu'on aura fini.''

''T'embêtes pas, j'ai retrouvé la plupart de mes affaires donc j'ai encore mon Nimbus 2000, tu sais je suis sûr que le professeur Mac Gonagall a beaucoup plus à voir avec le retour de mon balais qu'elle ne le laisse croire.'' Dit Harry en retournant avec sa cape.

''Probablement, elle a toujours été fanatique de Gryffondor remportant la Coupe quand j'allais à Poudlard.'' Ils prirent la cheminée jusqu'au Chaudron Baveur et Harry atterrit directement sur ses fesses au grand amusement du plus âgé.

''Ris tant que tu veux, je suis le seul avec une baguette rappelles-toi.'' Il tenta un regard intimidant mais échoua complètement. ''Oublies, vas chez Ollivander tout seul je vais me démerder, je pourrais avoir besoin d'une pause après toute ton agaçante bonne humeur.''

Mis à part d'occasionnels regards terrifiés lancés vers lui, Harry finit son shopping sans trop de problème, jusqu'à ce qu'il paie les livres de la liste de cette année et qu'il s'apprêtait à sortir de Fleury&Blott. Il entendit le son aisément reconnaissable de Malefoy junior interrompant ses rêveries. ''Et bien, si ce n'est pas-,''

Un poing s'abattit sur le côté du cou du blond et une main saisit rudement son col, coupant court au commentaire sans doute insultant de Draco Malefoy. Avec ce qui devait sûrement être un regard étonné sur son visage, Draco se retrouva jeté sans plus de cérémonie par la fenêtre, au milieu du Chemin de Traverse.

Espionnant son parrain, Harry dépassa négligemment les deux gardes du corps stupéfiés du garçon et déclara simplement : ''Fini ici, prêt à rentrer ?'' Alors qu'il enjambait l'adolescent gémissant.

Sirius observa la scène et en vint à la conclusion évidente que c'était follement amusant car il ne dit rien, et à la place prit le verre cassé et lacéra le garçon dans la foulée. ''Ça semble bien, j'allais m'arrêter manger au Chaudron Baveur mais maintenant j'ai un peu perdu mon appétit.''

''Je cuisine cette fois-ci, tu es nul pour ça, et je suis sûr que l'elfe essaye involontairement de nous empoisonner... Hum, est-ce que tu peux manger les elfes de maison Sirius ? On pourrait faire d'une pierre deux coups.'' Ils continuèrent à discuter légèrement et retournèrent au réseau de cheminée.

o0O0o

Le 1er septembre arriva comme chaque année, les enfants aux yeux brillants trépignant à l'idée d'une nouvelle année d'apprentissage, -ou non apprentissage selon l'étudiant en question- à Poudlard, l'école de Sorcellerie. Harry se retourna et retomba soudainement dans le sommeil. Finalement il se réveilla vers cinq heure moins dix et reçut l'ordre de prendre sa douche et de se préparer pour transplaner à l'Express.

''Pourquoi est-ce que l'on ne peut pas simplement apparaître à Pré-Au-Lard ? De cette façon je n'aurais pas à passer sept putain d'heures dans un train plein de moutons scolaires.''

''Arrêtes de te plaindre Harry et prépares-toi. Je te verrais ce week-end si tu peux trouver l'entrée secrète dont je t'ai parlé. Oh, et rappelles-toi de prendre la Gazette d'aujourd'hui, tu vas adorer la une.'' Harry Potter était un adolescent très typique dans le fait qu'il ne voulait pas aller à l'école après les vacances d'été, bien que les raisons qui le poussait à ne pas vouloir y aller était un peu plus particulière que cela.

Harry était connu, même mondialement connu, reconnu dans le monde entier depuis son plus jeune âge. Le prochain Seigneur des Ténébreux, les gens frémissaient avec crainte juste à la mention de son nom, saviez-vous qu'il avait déjà battu le plus puissant Mage Noir de l'histoire, quand il était un bébé ? Un bébé bon dieu, il devait avoir le pouvoir de réduire un continent en poussière, et d'écraser toute armée s'opposant à lui d'un simple geste de la main.

Bah.

Deux ans plutôt, il était un héros, un type de sauveur du monde vénéré. Le genre d'enfant dont vous espérez qu'il finira par épouser votre fille. Puis là Bam, qui a assassiné et mangé une camarade de classe, et oh regarde, qui a achevé le pauvre et bégueillant Quirreldemort? Emprisonné puis haï.

Finissant sa douche et brossant ces dents, Harry décida qu'il devait y avoir un meilleur moyen pour se laver les dents qu'une stupide brosse à dent moldue. Une fois en bas, il posa la question à son parrain. ''Oui, l'incantation est Integrum Restituere mais je ne sais pas les mouvements de baguette alors surdose-le jusqu'à ce qu'il fonctionne.''

''Est-ce que tu n'as pas dit que les mouvements étaient importants pour l'efficacité et la puissance du sort ?'' Demanda-t-il en relevant le conseil ridicule et contradictoire du plus âgé.

''Tu ne vas pas te brosser les dents en duel, allez fais-le et arrête de râler.'' Pointant sa baguette Magyar vers sa bouche, il l'essaya et le trouva surprenamment efficace. Humm. ''Habilles-toi et descends, le Poudlard Express part dans moins de dix minutes.''

Il obéit en grognant, et quinze minutes plus tard Harry était incapable de trouver un compartiment vide. En trouvant un avec un seul troisième année, et trois deuxièmes années dont il devait connaître le frère, il ouvrit bruyamment la porte et leur jeta un regard aussi malveillant qu'un enfant de quatorze ans le pouvait. '' Qu'est-ce que vous faites dans mon compartiment...'' Grogna-t-il d'un ton qu'il espérait être menaçant. ''.. Sortez d'ici, hé c'est la Gazette ? Je vais la prendre aussi.'' L'ancien sauveur imposait l'obéissance, un doigt pointant vers la porte.

De manière prévisible, ils s'enfuirent et il plaça le sort de verrouillage Colloportus qu'il avait appris par le passé, et un sort d'intimité que Sirius disait inventé par Rogue entre tous, Muffliato, puis se mit à ignorer scrupuleusement tout ce qui se passait dans le couloir.

Le Seigneur des Ténèbres Potter Attaque Abruptement Un Innocent Élève

par Rita Skeeter

'Oh ça va être un winner, merci Patmol, vraiment un bon moyen pour me remonter le moral en début de semestre. J'aurais souhaité que Bella soit là, elle est toujours de mon côté.'

Une fois qu'il eut finit l'article, à propos d'un brave Draco Malefoy qui s'était noblement opposé à un dangereux lunatique et avait d'une façon ou d'une autre réussi à le chasser avec seulement quelques blessures mineures il aperçut une brunette aux cheveux touffus dans son champ de vision. Elle frappait à la porte, mais la barrière d'intimité la garda silencieuse et il pouvait prétendre ne pas l'avoir remarqué quand il se tourna pour regarder par la fenêtre.

Elle ne s'en alla pas avant une heure.

o0O0o

Il était considérablement plus difficile de prétendre ne pas connaître son ancienne amie pendant le repas, c'était assez perturbant qu'elle soit assise aussi près. Mais dans un brillant éclair de prévoyance, Harry la toucha avec un Muffliato avant qu'elle ne soit vraiment trop proche, donc tout ce qu'il pouvait entendre quand elle faisait un quelconque bruit était une sorte de bourdonnement non-identifiable.

A part quelques secousses occasionnelles, et le regard oh-si-familier de peur lancé dans sa direction, Harry trouva le festin étonnamment bon. La nourriture était une des meilleurs qu'il n'ait eu depuis, et bien Poudlard, vers la fin de sa deuxième année.

Madame Pomfresh, l'infirmière de Poudlard et physicienne personnelle du Directeur Dumbledore, avait donné des nutriments et potions stabilisantes à Harry et Sirius depuis qu'ils étaient sortis d'Azkaban, et il en savourait justement une avec son repas. Les potions nutritives avaient en vérité assez bon goût, une étrangeté vu que la plupart des potions avaient le même goût que si elles avaient été préparées dans un fond de chaussettes puantes. Harry s'était assuré d'apprendre un glamour qui le montrait en train de boire un liquide avec la même couleur et consistance que le sang humain, mais cela n'avait en aucun cas contribué aux expressions effrayées des étudiants.

Écoutant le discours du vieil homme, Harry se trouva intéressé par le futur tournoi, même s'il était déçu de la disparition du Quidditch cette année. Ça faisait trop longtemps depuis son dernier vol.

Puis une horrible pensée lui survint à l'esprit. ''Putain de merde, je vais être forcé de participer à ce putain de truc, à tous les coups !'' Ce n'était pas une question. Ce monde n'existait pas pour que Harry Potter puisse simplement s'asseoir et regarder un tournoi décrit comme horriblement dangereux sans que d'une façon ou d'une autre, il doive y participer.

Plus tard, dans la nuit, à travers les miroirs enchantés, Sirius Black convint avec réticence à sa prévision.

o0O0o

Sirius hurla au Directeur plusieurs fois par semaine entre le festin de bienvenue et Halloween, faisant face à chaque fois à l'assurance qu'il n'y aurait pas de danger, cimentant dans les deux esprits que tout cela allait simplement être inévitable.

Harry fut forcé de passer de simplement ne pas prêter attention à la brune silencieuse, à l'ignorer et aussi lui lancer régulièrement un Aculeus, un maléfice moyen qui provoquait des sortes de piqûres. Elle était, pour certaines raisons, très persistante. Le rouquin qu'une fois Harry eut pensé être un ami fut bien plus pacifique, disons qu'il abandonna après son premier essai.

Plus de deux mois étaient passés, Harry devint bien plus efficace pour se faufiler, il passait régulièrement du temps avec son parrain et connaissait les étagères de la Réserve Interdite probablement aussi bien que la bibliothécaire. Les deux prisonniers récemment libérés ne laissaient aucune place au hasard, des personnes tentaient de les tuer et la chose la plus évidente à faire était d'être vigilent.

Dixit le nouveau et très haï professeur de Harry :Vigilance Constante. Honnêtement le sociopathe fou à lier semblait prendre ces rumeurs de Seigneur de Ténèbres dix fois plus sérieusement que le plus paranoïaque des moutons de l'école. Harry se libérant de l'Imperius comme si de rien n'était, lui avait probablement fait plus de mal que de bien dans cet aspect.

''Encore, être immunisé de l'Imperius à vie valait bien d'être transformé en fouine pour vingt secondes, ce putain de Malfoy avait commencé, comment ça c'était ma faute si j'étais forcé d'être celui qui finit ?'' Marmonna-t-il dans sa barbe.

''Est-ce que tu as dis quelque chose Harry ?'' Demanda la jeune fille aux cheveux touffus dans un ton très proche du suraigu.

Harry l'ignora avec une aisance due à l'habitude, et se focalisa plutôt sur les porteurs d'espoir du Hall. Il ignorait les élèves de Poudlard pour une raison évidente, c'était clair pour lui maintenant que aucun d'entre eux ne pouvait possiblement être choisi. Il y avait seulement trois places dans le Tournoi des Trois Sorciers et il était en robe de Poudlard, ce qui voulait dire qu'il ne restait que les élèves de Durmstrang et Beaubâtons assez convenables pour être choisi par la Coupe de Feu.

Il y en avait quelques uns à Durmstrang qui pouvaient avoir une chance, une étudiante nommée Athena Manos que Sirius avait mentionné comme étant probablement la petite-fille d'un gangster/politicien grec barjo et, après enquête plus approfondie, ayant un pied dans le Circuit de Duel de la prochaine saison.

Victor Krum était aussi un nom connu, il a été à au Mondial qui apparemment s'était tenu en Angleterre cette année. Il avait attrapé le Vif permettant à la Bulgarie de gagner le titre. D'après les dires, il était le seul joueur dans l'équipe, donc cela voulait dire que même si la Bulgarie gagna de seulement vingt points d'écart, Krum l'avait fait tout seul.

C'était plus dur de se prononcer sur les Français, non pas parce qu'ils étaient incompétents ou quoique ce soit, juste qu'il y avait cette vélane assise au milieu de leur groupe, et c'était pathétiquement drôle la manière dont tout le monde s'aplatissait devant la plus petite aura. Harry espérait réellement que quelqu'un d'autre qu'elle serait choisie, même s'il ne pouvait rien trouver à ses camarades, il ne voulait vraiment pas avoir à supporter une pouffiasse vaniteuse.

''Le représentant de Durmstrang : Victor Krum.'' Il y eu des encouragements et Harry applaudit également avec un peu de ferveur, il voulait voir comment Krum était sur terre autant que les autres.

''Le représentant de Poudlard :...'' Et voilà, ça vient 'Harry Potter', oui, oui, nous savons tous maintenant que je participe, qu'on en finisse. ''… Angelina Johnson.''

'Quoi ? Oh merci bons dieux pour celle-ci. Je suis juste paranoïaque, je préfère être parano que d'être tué dans une compétition débile. ''Le représentant de Beaubâtons : Fleur Delacour.'' Harry applaudit avec autant d'enthousiasme que les autres crétins envoûtés, ça le valait totalement. 'Je supporterais un champion aussi chiant pour de si bonnes nouvelles.'

Ouaip, Harry ne fut pas content de ce qui se passa après.