Actions

Work Header

Enquête sous contraintes

Chapter Text

Conan chercha des yeux un moyen de signaler aux autres que lui et le criminel se trouvaient tout près, mais il ne vit rien à sa portée.

C'était particulièrement rageant. Il pouvait voir Heiji et les autres un peu plus loin, occupés à rassurer la jeune femme pour qu'elle puisse leur expliquer clairement ce qui s'était passé. S'il arrivait à attirer leur attention par ici, peut être qu'ils réussiraient à attraper le coupable, libérant l'enfant au passage.

Mais Conan était bâillonné, les poignets et chevilles attachés, et vu la façon dont l'homme masqué le tenait, à savoir sous son aisselle, un bras autour de sa poitrine histoire de contrer la gravité, il n'y avait pas grand chose qu'il puisse faire. Il était trop loin du mur pour pouvoir donner un coup dedans et ça ne s'entendrait sans doute pas assez vu la distance. En revanche, ses jambes pendaient dans le vide près de celles du coupable, vu que la prise de l'homme sur lui était plutôt lâche, et même avec son corps d'enfant, il devait pouvoir donner un coup à l'intérieur de la jambe, au niveau du genou, ce qui pourrait être assez douloureux ou au moins assez le déstabiliser, pour qu'il se fasse remarquer des autres.

Conan se tortilla un peu pour que le bas de son corps pende plus dans le vide et frappa aussi fort qu'il le put au niveau de l'arrière de l'articulation. Le meurtrier, concentré sur la discussion qu'il espionnait et faisant peu attention aux mouvements de l'enfant, insuffisants pour échapper à sa prise, étouffa un cri alors qu'il manquait de tomber.

-Sale gosse ! Tu veux vraiment jouer à ça ?

Il se recula derrière le bâtiment qui lui servait de point d'observation et plaqua le couteau qu'il tenait dans son autre main contre la gorge du garçon tandis qu'il s'appuyait contre le mur. Conan grimaça mentalement : il ne lui avait pas manqué grand chose pour atteindre le point qu'il visait, et le criminel avait bien réussi à contenir son exclamation de douleur, et malgré son ton énervé et menaçant, il avait la présence d'esprit de chuchoter. Il était à craindre que sa tentative venait d'échouer, et avec un couteau sous la gorge, il serait peu prudent de tenter quoi que se soit d'autre.

L'homme masqué attendit quelques secondes que la douleur reflue puis il se décolla du mur et pressa légèrement le tranchant de la lame contre la gorge du petit détective.

-Ne croit pas que tu peux faire ce que tu veux parce que j'ai besoin de toi en vie. Si tu me refais un coup comme ça, je t'assures que je te le ferais amèrement regretter, compris ?

Conan pouvait voir le regard perçant de l'homme sur lui et, comprenant qu'il attendait une réponse, il hocha prudemment la tête. La lame s'écarta un peu de sa gorge, non sans lui avoir laissé une nouvelle entaille, et leur attention se porta à nouveau sur le groupe un peu plus loin.

Hélas, comme le pensait le lycéen rajeunit, personne ne semblait avoir remarqué quoi que se soit. Son regard se posa sur son ami détective, comme si le fixer intensément pouvait suffire à le faire se retourner.

Allez Hattori ! Réfléchit ! Pensa-t-il avec force, comme s'il pouvait lui faire passer le message par télépathie. Après tout, cela leur arrivait de comprendre quelque chose en même temps, ils avaient donc des façons de penser similaires, bien que différentes sur certain point. L'adolescent basané allait bien finir par penser que le coupable était peut-être toujours dans les environs pour s'assurer que la jeune fille avait prit ses menaces au sérieux et ne risquait pas de révéler quoi que se soit à son sujet.

Quelle qu'en soit la raison, que Heiji y ai pensé ou qu'il ai senti les regards sur lui, il finit par se tourner soudainement vers eux.

-Hé, qui est là ?

Aussitôt, le criminel prit ses jambes à son cou tandis que des bruits de courses leur parvenaient.

-Ohé, restez là !

-Attends Heiji, qu'est-ce qu'il y a ?

C'était la voix de Kazuha. Visiblement les autres c'étaient lancé derrière le détective lycéen, mais ce dernier échoua à les rattraper, et le criminel s'arrêta finalement plus loin, essoufflé, tenant toujours Conan sous son bras.

Après s'être assuré qu'il avait bien réussi à leur échapper, l'homme masqué se remit en marche en ricanant. Il rangea son couteau, dont il n'avait plus besoin dans l'immédiat, et lança un regard peu engageant à son prisonnier. Un regard triomphant, où semblaient se refléter ses pulsions criminelles. Conan retint un frisson mais soutint son regard.

-La course est lancée, hein ? Fit le meurtrier. A ton avis, serais-je plus rapide que ton ami détective ? Pourra-t-il découvrir mon identité sans qu'elle ne lui dise rien, et avant que je ne la réduise au silence ?


La veille

/

-Allez, vous pouvez bien nous dire la vraie raison pour nous avoir invité à Ôsaka, non ? Demanda un Conan a l'air peu convaincu.

-Pourquoi vous ne nous croyez pas ? S'étonna Heiji. Un petit défi amical autour de devinettes, ça ne vous suffit pas ?

-Pas vraiment, je te rappelles que j'ai une agence à faire tourner moi, contrairement à toi qui est toujours au lycée ! Râla Kogoro. Si j'avais su, j'aurais décliné l'invitation !

-Allons, vous pouvez bien prendre des vacances de temps en temps non ? Argumenta Kazuha. En plus c'est une amie de Heiji qui les a préparées, elle est très douée pour ça ! Si elle ne voulait pas devenir écrivain plutôt que détective, je suis sûr qu'elle pourrait concurrencer Heiji !

Ce dernier fit la moue.

-N'exagérons rien ! C'est vrai qu'elle est douée mais je pense que son talent réside justement plus dans sa capacité à inventer des mystères qu'à les résoudre ! C'est d'ailleurs pour ça qu'elle s'est tournée vers l'écriture de romans policiers.

-Ah, Hattori-kun, tu ne serais pas plutôt jaloux ? S'amusa Ran.

Conan avait aussi l'impression que le détective lycéen avait été heurté dans son amour propre, et ne put s'empêcher d'aborder un petit sourire qui eu le don d'énerver son ami encore plus lorsqu'il le vit.

-Pas du tout ! C'est vrai qu'elle se débrouille pas mal, mais il lui manque certaines qualités pour faire un bon détective !

-Dis plutôt que tu es toujours vexé qu'elle t'ai battu l'autre fois, le nargua Kazuha.

-Oh, c'est vrai, cette personne a battu Heiji-niichan ? Raconte ! S'exclama Conan avec un ton d'enfant curieux.

Le lycéen le fusilla du regard tandis que son amie d'enfance s'accroupit pour pouvoir raconter plus facilement à l'enfant :

-Oui, on regardait ensemble un film policier, et comme d'habitude, Heiji a fait des déductions pour essayer de deviner l'identité du coupable avant qu'elle ne soit révélée, mais elle lui a dit qu'il avait tout faux, a fait une autre déduction, et au final il s'est avéré qu'elle avait raison !

-C'est parce qu'elle a plus l'habitude des codes et façons de faire dans les scénarios et romans que moi, vu qu'elle écrit, et qu'elle lit et regarde beaucoup de films et de livres, c'est tout, justifia Heiji.

-En quoi est-ce une excuse ? Fit remarquer un Kogoro goguenard. Cela signifie bien qu'elle est meilleur que toi sur ce point à t'entendre. Et parfois, les gens s'inspirent d’œuvre de fiction pour commettre des meurtres bien réels, il vaut donc mieux ne pas négliger cet aspect.

Heiji laissa échappé un « tch », énervé que son excuse se soit retournée contre lui.

-Quoi qu'il en soit, elle est en charge de nous proposer des mystères. J'ai pensé que ça pourrait être une bonne façon de se détendre pendant quelques jours, vu qu'on vous a déjà fait visiter Ôsaka et qu'il n'y a aucune affaire intéressante en ce moment ! En plus elle aimerait avoir l'avis d'un détective aguerri sur ces mystères pour pouvoir éventuellement les réutiliser dans un roman, c'est pourquoi elle m'a demandé d'inviter le célèbre détective Kogoro Mouri a participer, expliqua-t-il.

Naturellement, à ces mots, un sourire satisfait apparut sur le visage du moustachu qui bomba fièrement le torse.

-Dans ce cas, si c'est pour aider une jolie jeune femme à débuter sa carrière de romancière ! Découvrir l'identité de cette futur écrivaine fait-il parti du mystère, ou compte-elle nous rencontrer avant que nous commencions ? S'enquit-il.

-Ah, non, elle a dit vouloir vous rencontrer avant de débuter.

-Parlant de ça, on ne devrait pas y aller maintenant ? Fit remarquer Kazuha en regardant l'heure sur son téléphone. Elle nous a donné rendez vous à 17h non ?

-Oui, et ?

-Il est déjà 16h34, le temps qu'on aille chez elle, on sera en retard si on ne part pas maintenant !

-Mais non, ne t'en fait pas, elle nous a donné rendez vous dans un parc juste à côté, lui rappela Heiji.

-Serait-ce parce qu'elle craint que Hattori-kun triche et aille chercher la solution dans sa maison ? Le taquina Ran.

-Maintenant que tu le dis, ça doit être pour ça, confirma Kazuha.

-Hé là, je ne ferais pas ça ! S'indigna Heiji.

-Et donc, où est ce parc ? Se sera toujours mieux de continuer à discuter là bas en l'attendant que de rester dans la gare non ? Lança Conan.

-Bonne idée, je me prendrais bien un café moi ! S'exclama Kogoro. Il doit bien y avoir des bars près de ce parc !

Le groupe se mit en route en continuant de discuter, quittant la gare d'Ôsaka pour chercher un bar près de leur lieu de rendez-vous.

Les lycéens du Kansai avaient profité des vacances d'hiver pour inviter leurs amis tokyoïtes. Bien que le temps soit très froid, aucune neige n'était encore tombée cette année. Le temps était même resté doux très longtemps, si bien que certains arbres n'avaient pas encore perdu toutes leurs feuilles. Mais depuis quelque jours, un froid plus adapté à l'hiver et à un mois de décembre était tombé, obligeant les gens à se couvrir.

Le groupe, dont presque tous les membres étaient munis d'écharpes, marchait à un rythme tranquille jusqu'à ce que Kogoro repère un établissement correspondant à ses critères et n'y entraîne les jeunes à sa suite.

-Vous auriez quand même pu choisir un endroit plus proche du parc, râla Kazuha. On ne va pas avoir beaucoup de temps pour prendre un verre dans ces conditions. Au fait, pourquoi vous avez prit un train qui arrive si tard ? Vous ne pouviez pas venir plus tôt ?

-Ah, c'est ma faute, commença Ran, gênée. Ils avaient besoin de moi au club de karaté ce matin, sinon on sera arrivés plus tôt.

Conan sursauta en sentant son téléphone vibrer dans sa poche, le bruit alentour l'empêchant de l'entendre. C'était son téléphone de Conan mais il s'éloigna malgré tout pour répondre après avoir regardé qui l'appelait.

-Allô, professeur ?

-Ah, Shinichi ! Est-ce que tu peux passer à la maison aujourd'hui ?

-Non, je suis à Ôsaka pour plusieurs jours, l'informa le petit détective. Pourquoi, il y a un soucis ?

-Oh, pas du tout ! Cela concerne tes gadgets, je voulais les vérifier et les améliorer un peu, et en profiter pour te rendre ton badge.

Ah oui, son badge qui avait été écrasé par accident par Kogoro l'autre jour. Bah, ses autres gadgets fonctionnaient bien, quant au badge, de toute façon il ne pouvait pas l'utiliser pour communiquer avec les DB en étant si loin.

-Hé bien ça devra attendre que je rentre, ce n'est pas assez urgent pour que je fasse le trajet.

-Vous êtes encore tombés sur une affaire ? Soit prudent !

-Hé bien non figurez-vous, cette fois se sera des mystères normaux, comme des jeux ou des devinettes. Même si je vous avoue que pour l'instant ça ne m'emballe pas beaucoup.

-Ne dis pas ça, je t'assures que ses mystères sont souvent très bon ! Le sermonna Heiji. Tu verras, c'est très prenant !

-Dis donc, depuis quand tu espionnes mes conversations au téléphone ? S'indigna l'enfant après un sursaut en voyant que son ami s'était approché dans son dos sans qu'il l'entende.

-Je n'espionne rien du tout, je voulais juste te dire qu'on partait retrouver mon amie, tu viens ?

-J'arrive ! A plus doc !

-Sois quand même prudent, j'ai l'impression que chez toi, même le plus anodin des voyages peut donner lieu à une affaire.

-C'est vrai, mais affaire ou pas, je n'allais de toute façon pas faire le trajet Ôsaka-Tôkyô pour ça ! Lui fit remarquer l'enfant avant de le saluer et de raccrocher.

Il rejoignit les autres en courant alors qu'ils sortaient et remarqua sans grande surprise que Kogoro avait son café à la main. Il avait vaguement vu qu'on pouvait prendre des boissons à emporter en entrant sans y faire plus attention que ça, mais le moustachu avait du choisir le bar à cause de ça, sachant qu'ils n'auraient pas le temps de s'attarder. Comme quoi il pouvait faire preuve d'un certain pragmatisme parfois ! A moins que se soit un hasard, c'était possible aussi le connaissant...

 

 

Ils s'étaient installés dans une zone du parc pourvue de tables de pic nique. Kazuha et Heiji étaient collés à leur téléphone en attendant des nouvelles de l'amie qui devait les rejoindre, tandis que Kogoro grommelait qu'ils auraient mieux fait de rester au chaud dans le bar, ou mieux, se donner rendez-vous en intérieur.

Conan ne pouvait pas vraiment lui donner tord. Rester ainsi immobile dehors lui donnait froid, et l'oncle avait l'avantage de pouvoir se réchauffer avec sa boisson. Néanmoins, Ran, qui avait tout aussi froid que lui, eu vite fait de trouver une solution en prenant l'enfant sur ses genoux, ce qui tenait certes plus chaud, mais était aussi plus gênant. Enfin, il était désormais habitué à se retrouver sur les genoux de la jeune fille et y prêtait beaucoup moins attention qu'au tout début.

Enfin, les deux jeunes du Kansai se tournèrent tous deux vers une silhouette s'approchant d'eux.

-Ah, Chisei-chan ! Par ici !

Les trois tokyoïtes aperçurent alors une jeune femme aux cheveux courts et au style assez sport s'approcher d'eux avec un sourire timide. Kogoro se leva aussitôt pour aller à sa rencontre, tout comme Heiji et Kazuha, et Ran les suivit sans lâcher Conan.

Kogoro serra la main de la jeune femme en se présentant :

-Vous êtes donc la future romancière dont ils nous parlaient ! Enchanté, je suis Kogoro Mouri, voici ma fille Ran et Conan, un squatteur.

Conan ne put s'empêcher de lui lancer un regard blasé assorti d'une pensée exaspérée sur le fait qu'il le présentait toujours comme ça. Depuis le temps, il pourrait peut-être changer un peu non ?

Heiji fit également la moue, mais pas pour la même raison.

-Vous auriez pu nous laisser vous présenter !

-Ce n'est pas grave, et puis ils peuvent bien se présenter eux-même non ? Sourit l'écrivaine en herbe. Je m'appelle Chisei Sano, enchantée !

Conan n'arrivait pas à savoir si elle était d'un naturel timide ou si c'était l'idée de rencontrer un célèbre détective qui la rendait un peu nerveuse. Bon, lui savait qu'il n'y avait pas de quoi être intimidé par le moustachu, mais il avait l'habitude des réactions des gens devant l'oncle, et savait que certaines personnes pouvaient réagir de façons assez diverses, des gens qui s'en cognaient à ceux qui avaient du mal à gérer leurs émotions en le rencontrant, et tout ce qu'il y avait entre les deux.

-En tout cas, si vous ne comptez pas débuter vos mystères ici et maintenant, je serais d'avis d'aller se mettre au chaud, pas vous ? Proposa Kogoro.

La plupart semblaient plutôt d'accord avec l'idée, sauf Chisei qui fit une mine un peu déçue mais compréhensive.

-Très bien, laissez moi vous montrer un bon café pas loin !

Le groupe se mit en route pour quitter le parc, et Ran en profita pour demander à Kazuha :

-Le froid ne la gêne pas ? On dirait pourtant qu'elle est moins couverte que nous.

-Non, elle résiste très bien au froid. Et encore, si les gens ne la regardaient pas bizarrement, je suis sûr qu'elle serait venue en T-shirt ! Je ne sais pas comment elle fait, ses ancêtres doivent venir de Hokkaido !

-Ses ancêtres ? Releva Conan. Pourquoi ses ancêtres ? Vous êtes sûr qu'elle est née ici ?

-Oui, elle nous l'a dit et c'était noté sur je ne sais plus quel papier que j'ai vu chez elle l'autre jour, confirma Kazuha.

-A t'entendre on dirait que tu as fouillé ses affaires, la taquina Heiji.

-Mais pas du tout ! C'était posé sur un bureau, on discutait avec Chisei-chan et elle en a parlé, donc j'ai jeté un coup d'œil ! Pas vrai ?

L'intéressée sourit en les entendant. Elle s'était placée en avant de leur groupe pour les guider, en pleine discussion avec Kogoro, mais avait visiblement suivit ce qui se disait derrière elle.

La discussion dériva sur des présentations un peu plus élaborées que des prénoms, chacun parlant un peu de soit, y compris Heiji et Kazuha qui connaissaient pourtant déjà tous le monde, n'hésitant pas à faire des comparaisons quand ils partageaient un trait de caractère avec un de leurs invités.

Chisei restait réservée mais s'ouvrait peu à peu avec l'aide de ses deux amis, et les discussions allaient bon train lorsqu'ils s'installèrent dans le café dont elle leur avait parlé.

-Mais dites moi, pourquoi vouloir nous rencontrer ? Demanda Kogoro. Vous auriez pu, parmi les mystères proposés, nous faire deviner votre identité ! J'aurais pu penser que ces deux là sont dans la confidence mais le gamin d'Ôsaka devra trouver les réponses à vos énigmes en même temps que moi donc ça me paraît peu probable.

-Peut-être qu'elle avait besoin de nous voir pour pouvoir régler certains détails de ses mystères, Suggéra Conan.

Chisei lui lança un regard alerte et se pencha vers lui.

-Hattori m'a parlé de toi. Tu voudras participer toi aussi ?

L'enfant hocha vigoureusement la tête.

-Oui !

-Je t'avais prévenu ! Sourit Heiji.

Malgré lui, Conan ne put s'empêcher de relever la façon dont Chisei parlait de son ami détective : Hattori, comme lui. Il n'avait pas encore entendu comment lui parlait de Chisei, mais il avait l'impression que les deux se respectaient en tant que détective, un peu comme lui et le détective de l'ouest. Avec Kazuha, elle utilisait une façon de parler plus usuelle, comme entre Kazuha et Ran. Cela ne l'étonnait pas tant que ça, après tout de ce qu'il avait entendu Chisei avait d'abord rencontré Kazuha via l'aikido avant de faire la connaissance de Heiji.

-Je vous laisse un instant, je vais aux toilettes, s'éclipsa Chisei.

-Ah, moi aussi ! S'exclama Conan.

-Revenez vite, ou vos boissons vont refroidir ! Leur lança Kogoro.

Le petit détective suivit l'aikidoka, bien qu'il ai rapidement repéré où se situaient les toilettes.

L'établissement était assez grand et devait être assez fréquenté car il y avait des toilettes homme et des toilettes femme. Chacun y de son côté.

Conan cru voir Chisei le regarder avec un air pensif mais elle entra dans les toilettes avant qu'il n'ai pu approfondir son impression.

Il devait avouer avec un peu plus d'intérêt pour tout ça qu'avant. Elle allait commencer ses mystères ce soir, et dans le lot il y aurait des mises en scène de meurtre, ce qui ne pouvait que l'intéresser, même si c'était bien sûr différent d'un vrai meurtre.

Néanmoins, vu sa réaction, il avait peut-être raison quand il avait suggéré qu'elle voulait les rencontrer pour régler quelques détails de ses mystères. Mais quels pouvaient-ils être ? Qu'aurait-elle besoin de savoir sur eux pour ses mystères ?

Il ne pouvait s'empêcher d'y songer, et était d'ailleurs à fond dedans en sortant des toilettes, à tel point qu'il ne remarqua pas que quelqu'un se trouvait juste devant la porte et lui rentra dedans.

Il s'agissait justement de Chisei, qui avait des papiers à la main qu'elle fit tomber suite à la collision, surprise.

-Pardon oneesan ! S'excusa aussitôt Conan après l'avoir reconnue.

Il s'apprêtait à l'aider à ramasser ce qu'elle avait fait tomber lorsque son regard fut attiré par les dessins et schémas présents sur les feuilles.

-Ah, ne regarde pas ! S'exclama-t-elle en le voyant faire mais elle comprit aussitôt, à peine s'était-elle accroupie pour récupérer ses papiers, que c'était trop tard.

Conan se força à quitter les papiers des yeux pour se tourner vers elle.

-C'est vos notes pour les enquêtes que vous voulez nous proposer, hein ?

Elle hocha la tête avec un sourire un peu déçu.

-Pardon pour ça, je sais que ce n'était pas très malin de les amener avec moi à cause du risque que vous les voyez par accident, mais j'en avais besoin. Je suppose que tu ne peux plus être du côté détective de ces jeux maintenant, mais ça tombe bien. Je sais que tu voulais participer, mais maintenant que tu as vu une partie des solutions, tu ne voudrais pas m'aider ?

L'enfant cligna des yeux, surpris par sa demande.

-Vous voulez que je vous aide ?

-Oui. Hattori m'a dit que tu savais bien jouer la comédie, et il ne se doutera pas facilement que tu es de mèche avec moi. Je sais que tu préfères résoudre les mystères, mais en poser aux autres peut être amusant aussi tu sais ! Et cela t'évitera de n'avoir rien à faire. Est-ce que ça te dis ?